Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 18:20

Si le Royaume-Uni devait choisir de quitter l'Union européenne, il est absurde de penser qu'il s'isolera du reste de l'Europe et que cette sortie impactera de manière négative les économies nationales des pays membres de l'Union, y compris l'Allemagne et la France, comme l'affirment certains rapports récents (cf. notamment http://fpc.org.uk/fsblob/1616.pdf).

Il réintégrera très certainement la zone de libre échange qu'il avait largement contribué à créer dans les années 50 et qui réunit aujourd'hui sous l'égide de l'EFTA (European Free Trade Area) la Norvège, la Suisse, l'Islande et le Liechtenstein.

Or, l'EFTA (à l'exception de la Suisse) est économiquement intégrée à l'UE par l'intermédiaire de l'Espace Economique Européen (EEE).

Puis, libre à lui de choisir d'adhérer à l'EEE ou bien, comme la Suisse, d'en rester indépendant.

Mais dans ce cas, il serait forcé de signer toute une série d'accords lui garantissant l'accès aux marchés de l'UE.

Dans un cas comme dans l'autre, l'économie du Royaume-Uni restera fortement arrimée à l'UE et la France et ses partenaires ne pâtiraient pas, en tout cas pas autant qu'on l'annonce, de ce nouveau statut.

Ils pourraient alors mieux redéfinir le projet politique européen sans avoir constamment les Britanniques comme épine dans le pied.

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Auster
commenter cet article

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories