Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 15:09

Le portefeuille du commerce extérieur passe de Bercy au Quai d'Orsay et avec lui le dossier chaud du partenariat transatlantique. A gauche, on craint la vision atlantiste de Laurent Fabius.

La question du commerce extérieur a fait l’objet d’une lutte d’influence au sein des équipes du nouveau gouvernement français, et devrait finalement changer de ministère. Pour atterir, pour la première fois, au Quai d’Orsay.

Alors que la balance commerciale de la France est déficitaire depuis 10 ans, et que le déficit a tendance à se creuser, l'enjeu du commerce extérieur n'est pas un vain mot. Même si l'administration a peu de prise sur son évolution.

Le fait que les thèmes du commerce extérieur passent de la rive droite de la Seine à la rive gauche ne suppose pas un transfert de compétences énorme.

« Il s’agit d’une administration avec peu de moyens, les principaux effectifs sont les douanes dont la fonction est fiscale. Donc au final, les douanes vont rester à Bercy. Déplcaer le commerce extérieur ne déshabille pas vraiment le ministère de l'Economie et des Finances» assure une source à Bercy.

La diplomatie économique en ligne de mire

Le changement ne sera néanmoins pas totalement symbolique, dans la mesure où il permet de rapatrier au Quai d’Orsay des budgets de fonctionnement, pour aller « vendre la France » à l’export notamment. De fait les gros dossiers concernant l’armement ou le nucléaire auront plus leur place au Quai d’Orsay qu’à Bercy.

Mais c’est surtout pour les négociations internationales que le Quai d’Orsay s’est battu pour le commerce extérieur.

Le partenariat transatlantique au tournant

Parmi les sujets européens brûlants de ces prochaines années, les négociations engagées entre l’Union européenne et les Etats-Unis pour organiser un marché commun sans barrières douanières de part et d’autre de l’Atlantique suscitent des réactions très négatives en France.

>>Lire La fronde des sénateurs contre le partenariat transatlantique

Et pas seulement en France d’ailleurs, ce qui a poussé la Commission européenne à lancer une consultation sur une partie du sujet.

>>Lire Première consultation publique sur le Partenariat transatlantique

Dans les rangs les plus à gauche de la majorité, ce changement pose question. « On craint que la vision atlantiste de Laurent Fabius ne l’emporte sur les problèmes de fond posés par l'accord, et que la France avait identifié en amont » assure un membre du Parti socialiste.

Le mandat de négociation de Bruxelles et des Etats-Unis doit a priori exclure certains domaines, à la demande de la France. Il s’agit des services audiovisuels, des préférences collectives concernant la protection des travailleurs, de l’environnement et des consommateurs ainsi que des marchés publics de défense. Mais d’autres sujets font débat, comme la protection des données - ou le fromage.

Les opposants au partenariat transatlantique craignent que ces freins initiaux ne puissent être contournés, notamment lors de poursuites que pourraient intenter des entreprises contre des Etats.

Source : http://www.euractiv.fr/sections/agriculture-alimentation/le-partenariat-transatlantique-au-coeur-du-remaniement-301372?utm_source=EurActiv+Newsletter&utm_campaign=4f0286b716-newsletter_infos_de_la_semaine&utm_medium=email&utm_term=0_da6c5d4235-4f0286b716-55414033

RÉACTIONS: 

Valérie Pécresse, députée UMP, ancienne ministre du Budget, a jugé "absurde" le rattachement du Commerce extérieur au ministère des Affaires étrangères au détriment de Bercy car "c'est l'entreprise qui crée l'emploi, pas le Quai d'Orsay". "On crée un ministère de l'Économie et de l'Industrie, ce qui est plutôt une bonne idée, que l'on confie à Arnaud Montebourg avec un impératif: améliorer la compétitivité des entreprises françaises et donc renforcer la France dans la mondialisation. Or le commerce extérieur doit aller avec la politique de compétitivité. On est en train de priver Arnaud Montebourg d'un instrument de politique économique. C'est absurde" a estimé la député sur iTélé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories