Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par ERASME

En dix ans, l’image d’Israël est devenue presque indissociable de son Premier ministre, Benyamin Netanyahou. Qu’il soit adulé ou détesté, il est au centre des débats dans le pays. Preuves en sont les dernières élections, cristallisées autour du vote pour ou contre « Bibi » (1). D”un côté, ses partisans, dont les plus fervents admirateurs ont cousu un lien charnel avec « King Bibi » : pour eux, un Israël fort, sécuritaire et rayonnant n’est possible qu’avec Benyamin Netanyahou. D’un autre côté, ses opposants, choqués par les affaires de corruption, fatigués de son discours de showman américain, parfois adeptes d’une politique économique moins libérale ou encore, c’est vrai pour les Arabes israéliens, exaspérés d’être la cible d’attaques racistes.
Critiqué et même parfois moqué à l’International (2), Benyamin Netanyahou est aussi considéré comme un dirigeant incontournable. Vu de France, il est avant tout associé à l’avancée de la politique coloniale d’Israël à Jérusalem Est et en Cisjordanie, aux guerres à Gaza, à des annonces anti-justice, anti-médias et anti-police aux accents populistes, et surtout à une politique implacable contre Téhéran. Mais connaît-on vraiment Benyamin Netanyahou ? Dans une biographie détaillée, Bibi : The Turbulent Life and Times of Benjamin Netanyahu, Anshel Pfeffer, Senior Correspondent et éditorialiste pour le quotidien israélien Haaretz et correspondant à Jérusalem pour The Economist, nous fait traverser la vie de ce dirigeant étonnant. Il débute l’ouvrage avec l’héritage idéologique familial, en passant par sa double identité américaine et israélienne, son ascension politique, et achève le récit par les affaires de corruption. Avec en toile de fond, l’histoire de l’Etat hébreu depuis la naissance de B. Netanyahou. « Bibi » est né « sept mois après l’Etat d’Israël » (3). Jusqu’à aujourd’hui, il est donc « le seul Premier ministre israélien qui n’ait pas connu l’avant Israël » (4). Il a grandi et évolué avec cet Etat. Pour l’auteur, « Ce livre raconte l’histoire d’un homme. Il raconte aussi l’histoire d’une nation » car « il est impossible de comprendre Israël sans comprendre l’homme qui le dirige » (5).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article