Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par ERASME

C’est une enquête qui a duré 18 mois. Dès avril 2022, conjointement avec le collectif Changer de Cap, nous demandions l’arrêt des pratiques discriminatoires de la Caisse d’allocations familiales (CAF), qui utilise un algorithme pour attribuer un « score de suspicion » aux bénéficiaires des aides sociales, pour détecter les personnes les plus susceptibles de percevoir des sommes indues. Sous prétexte de lutter contre la « fraude sociale » — une ambition très populaire dans l’idéologie de la chasse à « l’assistanat » — fraude réelle dont toutes les études au sein même des agences de l’État ont depuis longtemps démontré qu’elle est majoritairement une fraude aux cotisations de la part des employeurs notamment, il s’agit avec cet algorithme de débusquer plutôt les bénéficiaires qui, du fait de la complexité des règles relatives aux minima sociaux, auraient touché des sommes plus importantes que celles à quoi ils et elles auraient droit.
Le « bon sens » tel qu’il s’exprime sur les réseaux sociaux, et nous avons pu le constater à chaque publication de nos articles, ne trouve pas d’inconvénient à ce procédé : « Il faut bien attraper les fraudeurs ! Vous préférez ne rien faire ? ». On peut discuter le principe, mais ce n’est pas le sujet. Le problème, comme souvent, est dans la manière de faire.
En pratique, la CAF dispose d’environ 1 000 types de données différents sur les allocataires et en utilise une quarantaine pour passer au crible la vie d’environ 13 millions de personnes. Leur vie personnelle et intime, sous prétexte de leur donner ou non de l’argent public, devient l’objet d’une analyse et d’un jugement, de fond en comble. Le logiciel mouline cette masse d’informations avec son petit mécanisme et sort à la fin pour chaque bénéficiaire un « score de suspicion » compris entre 0 et 1. S’il se rapproche de 1, le risque de fraude est considéré comme étant plus grand, et la personne concernée fera l’objet d’un contrôle humain par des agents soumis à une pression de rentabilité. En pratique, la sanction algorithmique touche d’abord les personnes les plus pauvres, soit que l’allocation retirée ou réduite représente une partie importante de leurs revenus de survie, soit qu’elle en représente la totalité.
Plus grave encore : nous avions l’intuition, après l’étude de plusieurs cas particuliers, que les critères qui faisaient augmenter le score de suspicion incluaient le fait d’être d’origine étrangère, de toucher le RSA, ou d’être une femme seule qui élève des enfants. Pour en avoir le cœur net, nous avions demandé à la CAF, par l’intermédiaire d’une « demande Cada », de publier son algorithme de calcul. La CAF a refusé autant qu’elle a pu de fournir le code-source logiciel, sous prétexte que sa publication permettrait aux « fraudeurs » de le contourner — peut-être en arrêtant fourbement d’être une femme noire au RSA, par exemple ?
Mais, faute d’avoir accès à la version actuelle, nous avons enfin obtenu la communication d’une ancienne version de cet algorithme de « scoring », et notre analyse est sans appel : oui, l’algo de flicage de la CAF pénalise, dans sa structure même et dans le poids qu’il donne aux critères d’évaluation, les personnes à l’emploi précaire, qui doivent changer de logement souvent et, de manière générale, qui ont des parcours de vie compliqués. Autrement dit, les personnes les plus précaires se retrouvent traquées et sanctionnées par une administration sociale. Nous demandons par conséquent l’interdiction de cette technologie numérique de contrôle social, qui cache sous la prétendue neutralité de la technique une politique sociale discriminatoire, dégradante et injuste.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article