Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 11:37

Le sentiment d'impuissance des dirigeants politiques et des principaux agents économiques, monétaires et financiers devant la multiplication des facteurs de tensions et de chocs et de leurs effets dévastateurs sur l'économie et l'emploi ébranle profondément la confiance des peuples dans les ressorts d'une économie mondiale financiarisée et monétarisée autant que dans la capacité des Etats et du politique à assumer en compétence les responsabilités que les nations leur ont confiées au travers d'un Pacte constitutionnel !
Comment ces mêmes peuples pourraient-ils croire dans le salut politique lorsque les principaux dirigeants s'adressent des messages hostiles à la veille de négociations extrêmement lourdes de conséquences pour la restauration des grands équilibres planétaires ?
Comment pourraient-ils croire au retour de la confiance lorsque l'évocation de la défense des intérêts des salariés de l'économie mondiale est taxée de 'populisme' dans les milieux - arrogants et cyniques - des fauteurs de désordres économiques et financiers et des observateurs de tous poils qui pérorent dans les media ?

Quelle confiance peut encore être accordée au système monétaire international actuel alors que le dollar apparaît de plus en plus comme le véritable 'produit toxique', sinon le 'poison', de toute l'économie mondiale ?
Maintenir le statu quo monétaire ou réformer le système monétaire international ?
Un panel de conseillers des Nations unies a suggéré qu'il était peut-être temps de trouver un meilleur moyen de gérer le système monétaire mondial, un système basé sur la confiance. "Meilleur", c'est-à-dire utilisant autre chose que le dollar américain comme devise de référence planétaire.
La nécessité de réformer le système de Bretton Woods est devenue inéluctable ! Or, c
e système n'évoluera que lorsque l'étalon dollar sera abandonné.
L'initiative en marge du G20 de la Russie,de l'Inde, du Brésil et de la Chine de demander la fin de l'étalon dollar constitue un premier pas en ce sens. L'aspiration de certains promoteurs de l'Euro d'en accroître encore le rôle et le statut sur la scène internationale mérite également que l'on s'y attarde (cf. notamment l'article de ce blog intitulé Jeux et enjeux monétaires : le rôle international de l'Euro et les articles auxquels il renvoie).
Pour certains experts de ces questions, l''heure semble venue d'édifier un nouveau système monétaire en renonçant au système monétaire actuel et en revenant à un système basé sur l'or, le FMI fonctionnant alors comme une sorte de super-banque centrale accordant aux pays des "droits spéciaux" sur l'or.
La Chine, qui a annoncé son intention de faire passer ses réserves d'or de 600 à 3000 tonnes en 2 ou 3ans, dispose, à elle seule, des moyens de "faire plier" le dollar.
L'économie mondiale peut-elle se permettre de se soumettre à la seule décision chinoise en pareille matière ? Evidemment, non !
Pour autant, les autorités en charge de l'organisation du G20 n'ont pas jugé utile (parce qu'impossible) d'incrire à l'ordre du jour de son sommet du 2 avril des travaux relatifs à une telle 'révolution', de trop fortes tensions opposant encore ses différents acteurs. Les sujets qui y seront abordés traitent certes de préoccupations importantes, mais qui ne sont pas véritablement stratégiques, à l'exception de la question relative à la régulation des paradis fiscaux (sujet à propos duquel le pragmatisme invite à ne faut pas attendre de résultats spectaculaires !).
Besoin de Coordination ou Coopération internationale ?
Face à la multiplication de tensions et de chocs systémiques, les dirigeants politiques rigidifient leur posture nationale : à la 'coopération la plus étroite' des agents politiques, économiques et financiers est désormais préférée le retour à la "sacro-sainte" 'coordination intergouvernementale' au nom de la "souveraineté des nations" et de l'exigence de "protection des intérêts nationaux" !
Si la multiplication des organisations internationales et multilatérales rend inéluctable l'élaboration de systèmes de gouvernance articulés sur des processus et des institutions qui privilégient d'abord la coordination, il appartient néanmoins aux dirigeants politiques d'ouvrir de la manière la plus claire qui soit la perspective d'une gouvernance centralisée, laquelle exige d'accepter, le moment venu, en conscience et en responsabilité, le transfert ou le partage de certains pans de la souveraineté nationale.  
Les dirigeants européens doivent faire la preuve de la cohérence de leurs réflexions, de leurs décisions et de leurs initiatives stratégiques lorsqu'ils se retrouvent à Bruxelles, à Paris, à Berlin, à Londres, à Copenhague, à Doha ou ailleurs dans le monde ! Et plus particulièrement lorsqu'ils se retrouvent en présence d'acteurs qui en appellent aux solidarités internationales, multilatérales ou régionales en pensant peut-être d'abord, eux aussi, une fois encore, à la protection de leurs intérêts nationaux (cf. l'article de ce blog intitulé Finding a path away from NATO de-solidarisation) au risque de porter un coup fatal à la conception européenne de l''intérêt collectif.
Ne serait-ce que pour être en mesure d'appeler les citoyens - et électeurs - européens à faire confiance à la sincérité de leur engagement personnel et de celui de leur famille politique au service d'un projet européen qui plaide en faveur de plus de solidarités et de démocratie européennes ! Autant de motivations qui sont censées les avoir habité lorsqu'ils ont finalisé le Traité de Lisbonne et qu'ils se sont engagés dans les réformes du système financier international, du système de régulation internationale en faveur de l'écologie ....  et de l'OTAN !!
Réformer l'OTAN ou l'Alliance atlantique ?
Dans une déclaration récente, le Secrétaire général de l'OTAN affirme que L'Otan juge dépassée la doctrine russe de défense !
Sans attendre la réponse du berger russe à la bergère, interrogeons-nous à notre tour sur le sens de la réforme que nous voulons entreprendre à l'ouest !
Doit-on se satisfaire d'une réforme (transformation) dans le seul domaine de la défense collective ? (cf. La transformation, pour quoi faire ? Défis d'aujourd'hui et de demain)
Dans les contextes économique, monétaire, géopolitique, géostratégique et sociaux actuels et futurs, ce n'est pas tant l'OTAN qui a besoin d'une réforme en profondeur mais bien davantage l'Alliance atlantique (cf. à cet éard l'article suivant : De la révision du concept stratégique de l'OTAN !).
L'heure est venue de changer le but, les objectifs, les institutions et les instruments de l'Alliance atlantique en les ouvrant aux dimensions économique et politique, conformément à l'esprit qui anima les protagonistes du partenariat transatlantique initié en 1995. 
Pourquoi les dirigeants politiques des Etats membres de l'Alliance atlantique ne s'engageraient-ils pas dès 2010 dans une démarche visant à établir une Organisation de Coopération Transatlantique (OCT) articulée sur plusieurs niveaux de participation (membres, observateurs, invités) à l'instar de ce que des grands puissances nucléaires membres du Conseil de sécurité des Nations-Unies comme la Chine et la Russie ont su oser entreprendre au travers de l'Organisation de Coopération de Shangaï alors que même leurs seuls intérêts nationaux auraient pu leur dicter un autre choix ? La dimension économique comme la dimension démocratique et parlementaire de ce nouveau partenariat stratégique transatlantique pourraient alors y trouver le cadre de coopération politique et institutionnel indispensable à l'action.
La normalisation/banalisation de la position française au sein de l'Alliance atlantique qui résulte de la réintégration de la France dans les structures militaires intégrées de l'OTAN rend désormais possible une telle option.
L'avoir choisie impose à la France de l'assumer jusqu'au bout et de lui donner du sens, tout son sens, en responsabilité !

Cependant, il est essentiel de ne pas brûler les étapes ! Et de ne pas sacrifier le projet européen sur l'autel d'un " occident " en quête d'un nouvel avenir !
Avant de prendre la décision de s'engager concrètement ou non dans une telle voie, les autorités politiques européennes doivent mesurer ce que l'objectif affiché de double autonomie politique et stratégique de l'Union européenne emporte comme exigences et comme potentialités dans la perspective d'une telle coopération stratégique.
Ils doivent évaluer la nature et l'intensité des impacts politiques, stratégiques, économiques, monétaires et sociaux de ce qu'ils envisageront de mettre dans la "corbeille de mariage" sur les dynamiques de même nature propres à l'Union européenne (UEM, Espace de liberté, de sécurité et de justice, système de sécurité de l'Union, etc.), à son projet politique et à son système si singulier de gouvernance globale à l'échelle d'un territoire/pole régional (l'Europe) ; leur analyse devant naturellement intégrer leur propre appréciation des effets des autres décisions prises par ailleurs dans d'autres enceintes internationales sur ces mêmes dynamiques, notamment dans les domaines monétaire, financier et commercial.
Ils doivent enfin évaluer et anticiper les conséquences de leur choix notamment dans les domaines où l'Union dispose d'une compétence exclusive (réforme ou non du concept stratégique de la politique monétaire de l'Union, établissement ou non d'un concept stratégique pour la politique commerciale de l'Union, établissement ou non d'un concept stratégique pour la politique de sécurité de l'Union, etc.) !
Vouloir accéder au pouvoir n'a de sens, d'utililité et de légitimité en démocratie que lorsque l'on dispose des capacités requises pour l'exercer !
Les grands rendez-vous internationaux de l'année 2012 permettront aux citoyens, aux électeurs, aux contribuables et aux salariés du monde entier de vérifier si leurs dirigeants disposent effectivement des capacités requises pour exercer les pouvoirs auxquels ils ont voulu accéder (We want pan-European politics, not a bureaucratic and undemocratic EU, by Declan Ganley).

Nb : Cet article a été publié une première fois sur ce blog en 2009.

 

Voir également, notamment :

 * Que doit-on entendre par 'approche globale' de la sécurité en Europe ? - nouvelle édition -

 * De la notion de 'concept stratégique" dans le domaine de la politique monétaire

 * La très étrange absence de la question technologique dans les agendas multilatéraux consacrés à la régulation financière internationale

 * La gouvernance mondiale est-elle au service de l’intérêt général global ? par Joseph Stiglitz - nouvelle édition -

 * Le cadre institutionnel des relations euro-américaines    

 * A la recherche d'une pensée et d'une action politiques à la hauteur des défis globaux ! (Nouvelle édition)

 








 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories