Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 17:39

  C'est un communiqué qui l'a confirmé, vendredi 10 janvier à midi, à l'issue de deux jours d'intenses discussions à N'Djamena : le président de transition centrafricain Michel Djotodia, et son premier ministre Nicolas Tiangaye, ont démissionné. Ainsi s'achève le sommet extraordinaire de la Communauté des Etats d'Afrique centrale convoqué par Idriss Déby dans la capitale tchadienne pour tenter de sortir de la crise.

Ce fut un bien mauvais réveillon 2013 que celui passé par Michel Djotodia, le président de transition en Centrafrique. Dans la nuit du 31 décembre, des heurts menacent le camp De Roux où il est retranché à Bangui, et l'ex-rebelle de la Séléka a appelé la force française Sangaris à l'aide. Mais le 1er janvier à 1000 km de là, son sort politique est scellé d'une autre manière. Dans la capitale du Tchad, le président Idriss Déby reçoit Jean-Yves le Drian, le ministre de la défense français.

Car Sangaris est engluée à Bangui, dans une situation toujours explosive un mois après son déploiement. Le grand voisin tchadien de la Centrafrique, lui, voit que la transition politique définie début 2013 sous l'égide de l'organisation qu'il préside, la CEEAC, est dans l'impasse. A Bangui, ses soldats ont bien commencé à patrouiller avec les Français mais ils sont accusés d'exactions. Ses ressortissants sont la cible des violences ; 12 000 ont déjà fui, dont 3 000 dans des avions français.

Regarder l'infographie interactive Pourquoi la France intervient en Centrafrique

 

 |

 

Ce soir du 1er janvier, au Palais rose, les deux hommes se mettent d'accord sur le principe d'un départ prochain de Michel Djotodia. Il faut désarmer sans délai les milices centrafricaines ex-Séléka et anti-Balaka – « dix jours ! », dit Déby. Or Michel Djotodia, l'homme de N'Djamena, en est incapable, qui ne contrôle plus les ex-Séléka. « Le constat partagé est que l'exécutif centrafricain ne peut plus rien et qu'il faut une initiative pour éviter le chaos », relate sur place une source française. Mais le chaos est déjà bien installé, et le pari fait par la France en retirant le seul interlocuteur identifié par la communauté internationale est hautement risqué : quelle peut être l'alternative ?

« NOUVEAU SUD-SOUDAN »

Quelques heures plus tôt, dans ses vœux télévisés, le président Déby a lâché publiquement M. Djotodia. « Nous [sommes] profondément choqués par les fausses accusations contre notre pays l'accusant de soutenir la Séléka. Je défie quiconque d'être capable de  fournir à l'opinion internationale la preuve de ces allégations. »

Les menaces répétées venant de l'entourage de Djotodia sur une possible partition du nord de la RCA auraient achevé de convaincre Idriss Déby d'appuyer Paris dans cette démarche. « Un nouveau Sud-Soudan à sa porte, c'est le cauchemar pour lui », ajoute un diplomate. « Nous n'avons pas d'autre agenda que de  rétablir la paix et la sécurité, quand la case de votre voisin brûle, la flamme peut atteindre la vôtre. Nous craignons le terrorisme », précise au Monde un porte-parole de la présidence tchadienne. D'autres contreparties ont été échangées avec le principal partenaire militaire de la France en Afrique.

En ce jour de l'An, si l'objectif paraît clair, la méthode pour y parvenir ne l'est pas encore. « Il ne faut pas que l'Occident se trompe d'analyse, ce n'est pas parce que Djotodia est musulman qu'il faut le combattre ; ce régime a une feuille de route, il faut l'aider pour que les choses évoluent », indiquait-on aussi à la présidence tchadienne.

Le chef de l'Etat tchadien et le ministre français calent un deuxième rendez-vous pour le surlendemain. Le 2 janvier, M. Le Drian doit s'envoler pour Bangui voir la force française ; il snobera M. Djotodia qui a demandé à plusieurs reprises de le voir. Dans la même journée, avant de revenir à Ndjamena, il consultera les deux autres grands acteurs de la région, le Congolais Sassou N'Guesso à Brazzaville, puis le Gabonais Ali Bongo à Libreville.

« Déby a lâché Djotodia depuis longtemps », assurait une source diplomatique française au début de ce marathon régional. Jean-Yves Le Drian a dit sa confiance en Idriss Déby, son allié militaire qualifié de « parfait » au  Mali, où il a payé le prix du sang au bénéfice de l'opération Serval. Ensemble, ils ont abordé la question centrafricaine dès le 14 décembre 2013 à N'Djamena. Le président tchadien avait alors fait part de ses doutes sur les capacités de Michel Djotodia à  contrôler la coalition Séléka. Et passé un message clair aux Français : les ex-Séléka non-Centrafricains, mercenaires soudanais et tchadiens, devront quitter la RCA.

Ce jour-là, dans leur tête-à-tête, les deux hommes ont échangé leur numéro de portable ; ils se parlent presque quotidiennement depuis. A Paris, François Hollande a vu très vite que l'opération « coup de poing » promise à Bangui allait durer, et validé ainsi, avant Noël, l'idée d'une initiative française pour sortir du piège centrafricain. Contrairement aux plans initiaux, Sangaris demeure « scotchée » dans la capitale. Une situation qui permet aux ex-Séléka, même divisés, de garder la main sur le pays. Les miliciens en contrôlent toutes les ressources : les péages routiers en provenance des pays voisins, le pétrole au nord, les diamants au centre.

PARER UN EMBRASEMENT LIÉ AU CHANGEMENT DE RÉGIME

Le 2 janvier, à 14 heures, le Falcon français se pose à Brazzaville. Le président Sassou N'Guesso est tout autant le médiateur de la crise centrafricaine, où il a envoyé des soldats, que le financeur de ce qui reste d'administration à Bangui. Le ministre de la défense ne laisse rien transparaître, mais il sort conforté de ses deux heures d'entretien. Même convergence qu'à N'Djamena, disent les Français. Face à l'impasse de la transition politique, le président congolais a commencé les consultations avec les acteurs de la RCA pour une alternative. Le contingent congolais de la Misca a lui aussi subi des pertes. Des Centrafricains se réfugient au Congo. L'idée d'une réunion d'urgence des chefs d'Etat de la région se précise.

A 17h30, le marathon se poursuit à Libreville. C'est dans la capitale gabonaise qu'avait été signé l'accord de début 2013 instituant un « gouvernement d'union nationale » à Bangui. Ali Bongo a déployé un contingent important – 600 hommes – dans la Misca. A Libreville, le camp De-Gaulle, avec ses mille hommes, constitue aussi le principal réservoir de forces françaises pour la RCA. Le président Bongo donne lui aussi son accord pour une conférence régionale.

Quand la délégation française rejoint N'Djamena, le soir venu, un autre « hôte » est en ville, que la force Sangaris a vu rapidement embarquer sur le tarmac de Bangui. Michel Djotodia, venu avec une dizaine de proches, a été convoqué par Idriss Déby.

Au Palais rose, le 3 janvier au matin, la boucle est bouclée. Démission de Michel Djotodia, nouvelles équipes de transition, désarmement des deux groupes ex-Séléka et anti-Balaka, départ des mercenaires soudanais et tchadiens : Idriss Déby et Jean-Yves Le Drian précisent les termes de leur accord, qui semble clair. Le président tchadien va convoquer, jeudi 9 et vendredi 10 janvier, une réunion extraordinaire de la CEEAC, à laquelle il demande au ministre français d'envoyer un émissaire. A sa demande, Paris lui assure que Sangaris restera à Bangui « avec les moyens nécessaires » pour parer un embrasement lié au changement de régime. S'il le faut, la force sera renforcée, même s'il n'en est pas question officiellement.

Le ministre achève ce jour-là sa tournée africaine à Faya-Largeau, petite base du nord du Tchad appelée à rester un point d'appui pour les Français dans le cadre de la lutte contre le terrorisme au Sahel. Mais cette dernière visite sera écourtée, comme le xeek-end breton de Jean-Yves Le Drian. L'Elysée le convoque pour 20 heures, avec son homologue des affaires étrangères Laurent Fabius. Il faut aller encore plus vite, décide François Hollande. Une nouvelle rencontre a lieu à l'Elysée samedi, en tête-à-tête. Les scénarios militaires de l'après-Djotodia sont calés pour Sangaris. Au risque qu'un vide en remplace un autre.

Source : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/01/10/centrafrique-comment-paris-a-precipite-la-fin-de-michel-djotodia_4345567_3212.html#xtor=AL-32280397

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories