Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 14:08

Depuis 2001, le thème de la sécurité, ou plutôt son pendant, celui de l'insécurité, nourrit des discours, des postures et des dynamiques qui florissent un peu partout dans le monde ! Y compris sur ce blog !

Qu'elle soit abordée dans sa modalité la plus stratégique, la plus globale (la très grande variété des facteurs déclencheurs supposés ou avérés comme les interrelations possibles des occurences des risques et menaces qui y sont alors attachés faisant système), qu'elle soit appréhendée dans sa modalité économique, financière, environnementale, régionale ou locale, sociale, sanitaire, alimentaire, sociale, civile ou juridique, l'insécurité prospère d'autant mieux qu'elle emporte avec elle son cortège de revendications en termes de garanties supplémentaires pour s'en prémunir !

Le drame des subprimes et de son cortège d'opérations financières scabreuses (titrisation, recours à des hedges funds pour mener les opérations de spéculation financière sur les produits les plus risqués, notations plus que douteuses des agences financières des dits produits toxiques et officines qui ne le sont pas nécessairement moins, etc.) suffit à illustrer le caractère systémique de cette nécessité de se couvrir contre les risques qu'on a tranquillement laissé se générer , quand on ne les a pas volontairement suscité ...

Or la production de ces garanties en tous genres est devenue la source d'une véritable économie de l'insécurité génératrice d'une très forte "valeur ajoutée" financière !

La difficulté pour les stratèges et acteurs de cette dynamique est de transformer les risques en opportunités (From Risk to Opportunity : Building a Response to the New reality (Outlook on the Global Agenda 2011)

Outre le marché florissant des technologies de sécurité et de défense qui inondent les différents segments de la vie quotidienne des individus, des entreprises, des Etats et des Nations (cf. à cet égard notamment http://www.benoitdupont.net/taxonomy/term/10), les organismes d'assurance et de réassurance prospèrent d'autant mieux que la législation et la réglementation, en générant souvent plus d''insécurité juridique, plus d'incertitude technique, plus d'aléa économique, poussent de facto à chercher à couvrir les nouveaux risques qui en découlent, alimentant ainsi un cercle vicieux dont il semble impossible de sortir !

Que sont les CDS sinon le type même de produit financier répondant à cette logique spéculative ! (cf. à leur égard Les 'Credit Default Swaps' (CDS) ainsi que Crise des CDS (Dossier Wikinews) ainsi que La réglementation européenne à l'égard des risques attachés à la spéculation financière ! )

En cette période d'intensification de la financiarisation de l'économie et de recherche de niches de croissance, ajouter de l'insécurité à l'instabilité favorise indubitablement la surenchère assurantielle, et, partant, le profit financier des organismes et institutions en charge de produire ces garanties, ou de conseiller ceux qui les recherchent !

Outre les primes d'assurance et de réassurance, s'il y a un secteur d'activités qui prospère aujourd'hui, c'est bien celui du conseil en tous genres ! Comme il est bon, comme il est doux de percevoir ces honoraires juteux qui sont quotidiennement versés à des cabinets de conseil ou à des cabinets d'avocats .. d'affaires !

Et puis a éclaté au grand jour les scandales attachés aux grandes manoeuvres crapuleuses d'un réseau de banques impliquées dans ce qui est désormais devenue "le scandale du Libor" (cf. Libor : "Il y avait forcément collusion des banques" (Le Monde) ) !

Là encore, la politique de l'autruche pratiquée à la fois par les gouvernements de tutelle et les autorités de régulation a participé à alimenter une insécurité structurelle qui a nourri un nombre incalculable d'acteurs impliqués directement ou indirectement dans ce scandale ! 

Au-delà des dénonciations publiques de ces manipulations criminelles (cf. notamment les dénonciations de Viviane Reding et de Michel Barnier), les mesures prises récemment pour remédier à cette organisation criminelle de l'activité interbancaire (cf. en particulier Londres : le gendarme des marchés veut une réforme du Libor (Le Monde)) semblent bien illusoires par rapport aux menaces que font peser des acteurs qui ne craignent rien de la puissance publique ; une puissance publique qui renonce toujours à élaborer les 'parefeux' indispensables pour rétablir la confiance dans l'intégrité des marchés financiers, et garantir la sécurité des transactions  qui en rythment les cours.

Bien d'autres dossiers scabreux existent qui pourraient faire l'objet de développements substantiels ici même, tels que, par exemple :

 - l'implication de Goldman Sachs à la fois dans le processus d'évaluation des performances de la Grèce qui a favorisé l'entrée de ce pays dans la troisième phase de l'UEM (adoption de l'euro comme monnaie unique) et dans le processus de traitement de le crise de sa dette souveraine, raflant au passage quelques centaines de millions d'euros .... (cf. Un jackpot de 600 millions pour Goldman Sachs (Le Monde)),

 - l'aveuglement des autorités fiscales devant les opérations de contournement menées au vu et au su de tout le monde par la plupart des agents économiques de dimension internationale (cf. OCDE : la lutte contre la fraude et l'évasion fiscale ; 'Les paradis fiscaux : entre évasion fiscale, contournement des règles et inégalités mondiales' (L'Economie politique - n°42 - Avril 2009) ; Une Facta européenne présenterait un atout considérable, permettant à l'Europe de peser avec les Etats-Unis, au sein du G20, afin d'en finir avec les paradis fiscaux, par Marielle de Sarnez ; L'enjeu des politiques de prix de transfert ... et ceux de leurs contournements - nouvelle édition - ; Le pilotage national du contrôle fiscal (Rapport public annuel 2012 – février 2012 - Cour des Comptes) ainsi que Le rôle de Tracfin en matière de lutte contre la fraude fiscale, par Patrick Michaud (etudes-fiscales-internationales.com)),

 - l'immunité financière dont font l'objet les responsables de ces agents économiques crapuleux (cf. à cet égard notamment Amnistie financière, par Paul Jorion ou encore Trop puissante pour être punie ? L'inquiétante difficulté des démocraties à contrôler l'industrie de la finance (Atlantico.fr))

 - l'implication de grandes banques anglosaxones dans des transactions financières suspectées de participer au financement du terrorisme ou du blanchiment (cf. à cet égard Le Pentagone veut porter la cyberguerre hors des Etats-Unis, par Sylvain Cypel (Le Monde) ), 

 - la pratique systématique à la garantie publique par le système bancaire (cf. Les banques européennes et le jackpot des garanties d’Etat, par Marie Charrel (Le Monde))

 - les groupes miniers et pétroliers souvent accusés d'entretenir corruption et opacité financière dans les pays les plus pauvres mais riches en ressources naturelles et démocratiquement faibles,

 - ou encore l'absence de volonté de corriger les défaillances technologiques du système international de transaction financière alors même que toutes les autorités de régulation des marchés financiers ont pu observer quasiment en temps réel les désordres systémiques à l'oeuvre au pire moment de la crise financière en raison de la performance technologique des acteurs et de leurs transactions chaotiques (cf. Du rôle de la technologie dans le dysfonctionnement des marchés financiers et des organisations humaines ainsi que La très étrange absence de la question technologique dans les agendas multilatéraux consacrés à la régulation financière internationale). 

Pourquoi le lobby financier tente-t-il de freiner au Congrès toute velléité d'imposer une traçabilité des transactions électroniques sinon pour éviter que soit révélée au grand jour la nature de ses opérations criminelles en complément de ses opérations spéulatives qui fructifient à la faveur d'une économie "casino" où il est bien plus intéressant de "jouer" avec les produits dérivés les plus improbables que d'investir dans l'économie réelle ?     

Pourquoi Mario Draghi, l'actuel président de la Banque centrale européenne, n'a pas anticipé les différents chocs financiers qui s'annonçaient lorsqu'il présidait (de 2006 à 2011) le Financial Stability Forum - devenu en 2009 le Financial Stability Forum (établis auprès de la BRI - Bâle) créé en 1999 "TO PROMOTE STABILITY IN THE INTERNATIONAL FINANCIAL SYSTEM" (cf. Financial Stability Board - FSB - / Conseil de stabilité financière - CSF - ) ?

Pourquoi les acteurs politiques économiques et financiers occidentaux font-ils aussi outrancièrement appel aux agences de notation anglosaxones pour caler leurs stratégies ? Le numéro d'octobre 2011 de L'Actuariel, le magazine professionnel de l'actuariat offre une très instructive interview de Guan Jianzhong, le PDG de l'agence de notation chinoise Dagong - et conseiller de l'Etat chinois. Que dit M. Guan ? Que les trois grandes agences de notation occidentales pratiquent le "deux poids et deux mesures" pour "protéger les intérêts des Etats-Unis", dont "la capacité à rembourser la dette est pourtant devenue très, très faible". Et il trouve anormale "une situation où les pays endettés dominent le système de notation et fournissent des informations qui leur sont favorables, entraînant ainsi l'effondrement du rapport créancier-débiteur". Comment ne pas souscrire à une telle interpellation ?  

Et que doit-on penser des perturbations considérables occasionnées par l'incapacité politique et structurelle de gérer la crise de la dette de la zone euro sur le commerce international ? Et, en premier lieu sur le commerce extérieur de la Chine avec laquelle l'UE entretient des relations commerciales et monétaires particulièrement stratégiques (cf. La dimension stratégique des relations commerciales et monétaires Chine-Union européenne, par Karine Lisbonne de Vergeron (Questions d'Europe n°96 - Fondation Robert Schuman) ) ? Car c'est désormais certain : le commerce extérieur chinois se trouve affecté par la crise de la dette de la zone euro. Les investissements directs étrangers (IDE) en provenance de l'Union européenne ont fortement baissé, (2,7% pour la période janvier-juillet 2012 soit une diminution de 3,26 milliards d'euros). Selon le porte-parole du ministère du Commerce chinois "la forte baisse des exportations vers les pays de l'UE est le principal facteur pesant sur la croissance des exportations chinoises". Les exportations vers l'UE, premier marché du pays, ont en effet chuté de plus de 16% comparé à juillet 2011. La lente reprise de l'économie mondiale inquiète doublement Pékin. Ce qui aura immanquablement pour effet de limiter, en retour, les exportations européennes vers la Chine alors même quce ces dernières sont indispensables à la santé de l'économie de l'Union (cf. à cet égard Selon la Commission européenne, une libéralisation accrue au plan bilatéral accroîtrait le revenu européen de 250 milliards et aiderait à créer plus de 2 millions d'emplois ). 

Que doit-on également penser de cette économie de l'aide publique au développement systématiquement qui, oarce qu'elle est systématiquement dévoyée au profit d'intérêts particuliers de réseaux internationaux du crime organisé qui mêlent personnalités politiques, personnalités du monde économique, personnalités du monde de la sécurité, participe à alimenter une insécurité et une instabilité structurelles entretenues au grand dam des populations 'officiellement' bénéficiaires (cf. Combattre la corruption et améliorer la gouvernance financière : les institutions financières internationales et le renforcement du contrôle budgétaire dans les pays ..., par Carlos Santiso ainsi que La dimension financière des vulnérabilités de la France, par Mario Faure - première partie - et La dimension financière des vulnérabilités de la France, par Mario Faure - seconde partie - ) ?

Enfin, que doit-on penser, s'agissant plus particulièrement de la France, de l'abandon de la lutte contre la grande délinquance financière voulue, décidée et organisée au cours des dernières années par un Etat qui s'est montré particulièrement indifférent aux préoccupations éthiques et morales de la nation (cf. Agir contre la corruption : l'appel des juges contre la délinquance financière (Le Monde) ; 'Les paradis fiscaux : entre évasion fiscale, contournement des règles et inégalités mondiales' (L'Economie politique - n°42 - Avril 2009) ainsi que L'enjeu des politiques de prix de transfert ... et ceux de leurs contournements - nouvelle édition - ) ? 

Pour conclure sur un tel registre, nous nous contenterons de constater que les responsables politiques et technocratiques européens s'interdisent d'aborder cette question de manière franche et sincère, ce qu'illustre l'omission devenue systématique des défis systémiques de nature financière et monétaire dans les Livres blancs ou autres documents stratégiques dédiés à la sécurité (cf. à cet égard, notamment : La refonte du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale doit être l'occasion d'une profonde réforme de la vision des défis stratégiques et pour la sécurité ! ).

Sans oublier que pendant que le peuple grec, et d'autres peuples européens comme les peuples espagnol et portugais, par exemple, 'tirent la langue', les Etats et les investisseurs privés allemands, américains, anglais et français profitent largement de la persistance de la crise de la dette souveraine ! Les titres de dette souveraine des ces Etats s'arrachent à des taux inimaginables avant la crise tandis que les investisseurs spéculatifs tirent des rendements usuriers du rachat à des taux indus des titres des Etats en difficulté ! Au point de conduire certain spécialistes de l'économie de s'interroger sur les motivations profondes de cette gestion (cf. notamment à cet égard BCE-FMI-UE : La troïka censée sauver l’Europe de la crise a-t-elle en fait surtout organisé un énorme hold-up des contribuables européens ? par François Lenglet et Olivier Demeulenaere ou encore Irresponsabilité, incompétence, corruption, manipulations, mauvaise gestion... et maintenant, ils voudraient que ce soit VOUS qui payiez ?!? par Simone Wapler )     

Trouvez-vous normal qu'après autant de sommets de la dernière chance surmédiatisés, de mesures et plans d'actions qui devaient tous permettre d'enrayer la dégradation de la situation, la dette souveraine des Etats membres de l'Union européenne continue de progresser (cf. La dette publique toujours en hausse au sein de l'Union européenne, malgré les efforts de consolidation ) ... tandis que la finance continue de "danser sur un volcan" (cf. La finance continue de danser sur un volcan, par Marc Roche (Le Monde)) ?

Trouvez-vous normal que certains dirigeants de la BCE (institution centrale dont le président Dgraghi a longtemps été étroitement lié à la désormais trop célèbre Banque Goldman Sachs, puissent considérer que "" et que le chômage de masse dans les pays du sud de l'Europe ne représentait pas un problème et était au contraire un moyen de juguler les différentiels d'inflation ? (cf. Quand la BCE admet entre les lignes qu'elle a un plan pour nous sortir de la crise : la déflation et les chômeurs, par Matthieu Mucherie (Atlantico.fr) )

Tout çelà est connu depuis longtemps même si les professionnels de la communication médiatique tronquée cherchent à en minimiser le caractère inadmissible au sein d'une Union européenne censée être fondée sur des valeurs et des principes "universels" ... (cf. par exemple à cet égard Mais pourquoi avait-on voté en 1973 cette loi imposant à l'Etat de passer par les banques privées ou les marchés pour financer sa dette ? par Atlantico ; Retour sur la crise grecque ! ainsi que  A qui profite la crise de la dette européenne ? (Interview de Marc Fiorentino - TF1) )

De là à en jouer de manière outrancière .....   

Faut-il pour autant se laisser aller jusqu'à adhérer à la "théorie du chaos constructif" ?

L'Union européenne, je veux dire ici ses principaux responsables politiques et financiers, sait que son salut se trouve dans une réponse coordonnée et systémique à ces désordres multiples qui menacent désormais, plus que jadis, sa propre cohésion politique, sa performance économique et sociale, et, au-delà, l'avenir même de son projet politique !

Après avoir mulitplié les erreurs - et les fautes - depuis l'adoption de l'Acte unique (cf. notamment s'agissant de l'entrée de la Grèce dans l'eurozone : Retour sur images : Examen de la convergence pour l'entrée de la Grèce dans la zone euro au 1er janvier 2001 (Banque de France) ou encore Où est donc bien passé le Conseil européen du risque systémique et les autres instances du système européen de surveillance financière ? ), ses institutions s'emploient progressivement, étape après étape, avec les incontournables inerties et retards imputables à son systéme de gouvernance actuel, à se construire une architecture qui devrait lui permettre à terme de ne plus subir les effets de ce qu'elle n'a jamais vraiment cherché à combattre alors même qu'elle était menacée ! (cf. par exemple à cet égard L'Union européenne s'engage - enfin - contre la criminalité économique ; Crise de la dette et crise bancaire : vers des garanties européennes ? par Sofia Fernandes (Notre Europe) ; L'Union européenne se montre de plus en plus vigilante vis-à-vis de l'économie des pays qui la composent ; Accord de principe eu sein du l'UE afin que les entreprises du secteur de l'industrie de l'extraction rendent publiques les sommes dues aux pays dans lesquels elles opèrentLes grandes banques de l'UE doivent préciser de quelle manière elles pourraient survivre à une crise sans avoir besoin du soutien financier du contribuable ; Elargissement de l'enquête de la Commission européenne relative à une éventuelle entente dans la fourniture d'informations financières sur le marché des contrats d'échange sur risque de crédit ainsi que Le contrôle par l'Union européenne des actes d'un Etat-membre (Etudes fiscales internationales)).

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

« Ce sont les désirs, plus forts que les volontés, qui, après avoir créé le monde, le soutiennent »

(Anatole France )

  « Pour qu’on ne puisse pas abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir ». (Montesquieu)

NB : Cet article a été publié à plusieurs reprises sur ce blog depuis 2010.     

Voir également :

 *  Mais pourquoi avait-on voté en 1973 cette loi imposant à l'Etat de passer par les banques privées ou les marchés pour financer sa dette ? par Atlantico

 * En 2006, pour la Fed, rien à signaler, par Sylvain Cypel (Le Monde) 

 * FMI: la stabilité financière mondiale menacée par l’endettement et la Fed (Libération)

 * Quand l'Europe sauve ses banques, qui paye ? (Arte)

 * Le plus grand hold-up de l'histoire ? par Jean-Paul Baquiast (Dedefenza.org)  

 * Dollar contre euro : la bataille d'Athènes

 * Guerre des monnaies : seules les faibles survivent, par Nouriel Roubini ;

 * Monnaie : Quelques informations sur les ennemis les plus dangereux de l'euro, par Ferdinando Riccardi (Agence Europe) ;

 * Finance de l'ombre : "Les autorités ont fermé les yeux" (entretiens avec - Le Monde)

 * Fonds spéculatifs : la Commission précise certaines règles  

 * Comment la Fed assèche les banques européennes, par Cécile de Corbière, Dominique Gallois et Cécile Prudhomme (Le Monde)     

 * Une réponse politique et institutionnelle à l'instabilité et à l'insécurité créée par l'incapacité de répondre efficacement aux chocs financiers systémiques

 * Accordons la licence bancaire au MES pour redonner à la puissance publique la souveraineté qu'elle a perdue !

 * Vers un isolement des activités bancaires les plus risquées au sein de l'Union européenne

 *  Une réponse politique et institutionnelle à l'instabilité et à l'insécurité créée par l'incapacité de répondre efficacement aux chocs financiers systémiques - nouvelle édition -

 *  Retour sur image : Les hommes d'influence de Goldman Sachs, par Marc Roche (presseurop.eu - 3 mars 2010)

 * Un jackpot de 600 millions pour Goldman Sachs (Le Monde)

 * Garantir à tout-va revient, quand on est hyperendetté, à ne plus rien garantir du tout ! (nouvelle édition)      

 * Transfert de risques de la BNP à BNP FORTIS : Nouveau dossier chaud franco-belge ! par Paul N. Goldschmidt (Sauvons l'Europe)  

 * Le Parti socialiste vide la proposition de loi sur l'exposition aux ondes, par Sophie Landrin (Le Monde)  

 * La démocratie européenne ne résistera aux chocs de la globalisation qu'au prix de profondes réformes au sein même des Etats européens ! (1) - nouvelle édition -

 * La démocratie européenne ne résistera aux chocs de la globalisation qu'au prix de profondes réformes au sein même des Etats européens ! (2) - nouvelle édition -

 * La circulation de l’argent de la piraterie: une économie en circuit fermé, par Stuart Yikona

 * Crises mondiales : il est urgent de redonner confiance à ceux qui l'ont perdue (nouvelle édition)   

Corruption, dictature et sécurité internationale, par Pierre Conesa (Diploweb.com)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories