Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par ERASME

Le vice-président du Parlement européen Rainer Wieland met en garde contre les conséquences de mesures de transparence pour les lobbys actuellement en discussion.

L'élaboration de mesures sur la transparence et l'accès aux données et aux informations pourrait sérieusement entraver le travail du Parlement, selon l'eurodéputé allemand de centre-droit.

Il défend le Parlement contre les critiques des ONG et indique que « nous devrions réfléchir à deux fois aux mécanismes que nous utilisons ».

Pour lui, rendre public un nombre excessif de données serait délicat : « Si vous autorisez la publication de données dont les médias sont friands, les eurodéputés risquent de mal le prendre. »

Le Parlement autorise les explications de vote par écrit pour raccourcir les sessions plénières. Ces explications sont comptabilisées comme temps de parole, ce qui incite les eurodéputés à envoyer leurs versions écrites, même s'ils ne sont pas toujours les auteurs. La paperasserie s'accumule nécessairement, ce qui n'est pas un gage de bon fonctionnement.

Pourtant, le vice-président ne souhaite pas renforcer les exigences imposées aux eurodéputés, notamment en ce qui concerne leurs rapports avec des lobbyistes. « Je ne pense pas qu'un parlementaire librement élu doive [tenir] un registre de toutes les personnes qu'il ou elle rencontre », affirme-t-il.

Le Parlement peut se pencher sur des abus présumés s'ils sont mis en évidence. Mais la rédaction systématique de rapports de réunions n'est pas du ressort des eurodéputés. « Tous les lobbyistes voudront une réunion, juste pour se présenter et prouver [à leur PDG] qu'ils méritent leur argent », indique M. Wieland.

.../...

Voir la suite de cet article : http://www.euractiv.fr/affaires-publiques/la-revision-des-regles-de-transp-news-530774

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article