Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 11:04

Quand il s’exprime sur Israël, David André Belhassen sait de quoi il parle. Ce pays, il lui a donné le meilleur de lui-même, et le pire, comme il dit. Né tunisien, il a d’abord émigré en France avec sa famille quelques années après la fin du protectorat puis s’est installé en Israël. Belhassen, comme beaucoup d’autres Hébreux de la diaspora, avait placé beaucoup d’espoir dans ce pays. C’est peu dire que l’Etat d’Israël l’a déçu. Ses critiques à l’encontre d’un Etat confessionnel qui a échoué à rassembler le peuple hébreu-cananéen n’ont jamais cessé. Ainsi, rares sont ceux qui ont pris le risque ou la peine de parler de son livre Israël, amour et désamour paru aux éditions de la Différence. L’ouvrage mêle le récit autobiographique à la réflexion politique et historique, en prenant parfois des accents pamphlétaires. Il est une voix discordante dans l’interminable « résolution du conflit israélo-palestinien », d’où le silence gêné qui l’accompagne.

S’inscrivant dans le sillage de Yonathan Ratosh dont le mouvement des Jeunes Hébreux avait été taxé par ses détracteurs de « néopaganisme cananéen », Belhassen s’en démarque sur un point. Ratosh voulait créer une nouvelle nation hébreu-cananéenne libérée du judaïsme mais sans se préoccuper de ses racines ethniques, au contraire de Belhassen qui privilégie l’ethnie contre la nation, nation qu’il juge responsable de toutes les guerres modernes.  Belhassen s’appuie également sur les fouilles archéologiques et la recherche génétique pour prouver que « les “Israéliens” hébréophones et les “Palestiniens” arabophones ont une racine ethnique commune : celle de l’ancien peuple hébreu ». Hébreux et Cananéens étant en réalité un même peuple, il appelle donc à la création d’un Etat-Ethnie libéré des religions monothéistes : le Qedem, le Pays du Levant.

Pour lui, le peuple juif et le peuple palestinien sont des inventions sémantiques et historiques. En effet, nombreux furent ceux qui embrassèrent la religion juive au cours de l’histoire. Les Carthaginois phéniciens s’y sont convertis après la chute de Carthage pour ne pas se soumettre aux dieux romains, tandis que ceux qui se proclament Palestiniens aujourd’hui sont pour la plupart des descendants de l’ethnie hébreu-cananéenne convertis à l’Islam, la plupart du temps par la force.  Le Pays du Levant devrait donc réunir ce même peuple hébreu-cananéen en séparant l’Etat de la religion car l’une n’est pas plus légitime que l’autre sur ces terres.

Allant plus loin encore, Belhassen estime que les monothéismes sont responsables de la lutte fratricide en Israël, que l’Islam est l’enfant du Judaïsme et que tous deux mènent les peuples à la catastrophe. Il propose de sortir de cette logique « d’Etats ghettos ». À la suite de Lévi-Strauss, il aurait voulu qu’aucune religion monothéiste n’existât, car il considère que le monothéisme est « le plus grand danger pour l’humanité », ajoutant que « la bataille du XXIe siècle devra être l’antimonothéisme ».

On peut lui opposer que les religions monothéistes ne se sont pas uniquement imposées par la force et que si elles ont su unir les peuples au-delà de leurs spécificités ethniques, c’est sans doute qu’elles portaient un message universel. Les travaux de René Girard sont d’ailleurs tout à fait éclairants quant à ce que la Bible, Ancien et Nouveau Testament, a apporté à l’humanité.

Alors,  que l’Islam, enfant du Judaïsme comme l’affirme Belhassen, ait réussi là où son père a échoué, c’est-à-dire à se transmettre au plus grand nombre possible, c’est indéniable. Qu’il ait su faire, dans les territoires revendiqués par le mouvement palestinien, d’un peuple légitime comme le peuple juif, un peuple de « colons fascistes qui ont volé la terre des Palestiniens et qui entravent le processus de paix », c’est indéniable ; qu’il ait fait de l’Etat d’Israël le parangon de l’oppresseur nazi, c’est également un fait, bien que tout ceci ne soit pas le seul fait de l’Islam. Mais est-ce en prônant un repli ethnique et la fin du monothéisme qu’on échappera à cette vision manichéenne de « la juste cause palestinienne » contre « l’oppresseur israélien » ?

Cette « juste cause palestinienne », en France, c’est en mai 68, remarque Belhassen, à la suite de la guerre des Six-jours de 1967, qu’elle est subitement devenue l’horizon béat d’une jeunesse romantique soucieuse de contester l’oppresseur impérialiste. Les Français reportaient alors sur Israël leur sentiment de culpabilité de puissants et de colonisateurs, établissant un parallèle entre l’empire colonial français et la « colonisation » israélienne. L’empire colonial français achevait sa dislocation. L’Etat d’Israël est de plus en plus contesté parce qu’il a, comme la France, adopté la mauvaise conscience de l’Etat colonisateur.

On peut malheureusement douter qu’en créant ce pays du Levant dont David André Belhassen rêve, « palestinistes et juifs pharisiens », comme il les nomme, parviennent à s’entendre pour célébrer un Etat laïque unifié. Ce serait pourtant la meilleure des solutions. Une solution qui ne passe pas forcément par l’abandon des religions, mais par leur soumission aux lois de l’Etat et par la prise de conscience que le vouloir victimaire n’est qu’une volonté de domination.

Israël, amour et désamour, David André Belhassen,La Différence, 2013.

Source : http://www.causeur.fr/israel-palestine-un-etat-pour-un-seul-peuple,25860

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories