Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 15:49

Jean-Luc Mélenchon a dénoncé, vendredi 8 décembre, après le sommet européen de Bruxelles, une Europe "austéritaire".Le candidat du Front de gauche (Parti communiste, Parti de gauche et Gauche unitaire), a jugé que l'accord auquel sont parvenus dans la nuit de jeudi à vendredi 26 pays européens conduit à une Europe "opaque, autoritaire et inégalitaire". "Une idée est en train de mourir, celle de l'Europe !" a déploré l'eurodéputé.M. Mélenchon a également pointé le fait que l'accord modifie, en cas de procédure d'urgence, le processus de décision européen. Le versement des aides du Mécanisme européen de stabilité - MES - (voir le texte du règlement instituant le mécanisme européen de stabilisation financière : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:32010R0407:FR:NOT), appelé en 2012 à prendre la suite du Fonds européen de stabilité financière, ne devraient en effet plus être activées à l'unanimité des pays mais à une majorité qualifiée.

 "Les peuples vont haïr l'Europe"

Une décision prise pour éviter qu'un petit pays puisse empêcher le sauvetage d'un autre, comme faillit le faire la Slovaquie vis-à-vis de la Grèce. M. Mélenchon ne voit pas la situation ainsi et dénonce ce qui conduit selon lui de facto à "un droit de veto pour les trois plus gros contributeurs du MES, la France, l'Allemagne et l'Italie". "C'est inacceptable, s'insurge l'ancien socialiste. C'est un véritable renversement dans l'histoire de la construction européenne !"

Pour M. Mélenchon, les dirigeants européens "sont en train de préparer une situation où les peuples vont haïr l'Europe". C'est pourquoi il demande un référendum pour ratifier cet accord. "Les Français vont abdiquer leur souveraineté budgétaire, c'est une décision suffisamment grave pour qu'ils soient consultés", s'indigne-t-il.

Une telle procédure permettrait selon lui de "donner du temps pour faire une éducation populaire". Pour M. Mélenchon, "la clé de la solution" réside dans la possibilité pour la Banque centrale européenne de prêter directement aux Etats.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories