Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 16:26

Les "élites" politiques, économiques, intellectuelles, scientifiques et syndicales en responsabilité, comme celles qui attendent leur tour ..., se trouvent de plus en plus démunies devant l'ampleur des tensions et des crises qui se multiplient ici et là dans le monde, y compris dans cette partie occidentale de la planète pourtant à l'origine des grands mouvements d'idées qui ont permis à plusieurs générations successives de connaître la paix (une paix relative), la prospérité, la stabilité et la sécurité. (cf. notamment à cet égard Du malaise profond des thuriféraires du capitalisme débridé et d'un occidentalisme vélléitaire devant les grands mouvements du monde ! - nouvelle édition - )

L'économie sociale de marché est en danger, la main invisible qui se cache derrière le capitalisme spéculatif triomphant lui assènant régulièrement des coups qui l'épuisent ! Et la démocratie libérale avec elle ! Qui pourrait le nier !

Le concept de  "démocratie" est souvent galvaudé, et de plus en plus moqué par celles et ceux qui n'y trouvent plus ni leurs repères, ni "leurs comptes" !

Pis encore, nombreux sont ceux qui pensent que la démocratie a vécu ! Certains envisagent ce qui lui succèdera (voir par exemple Après la démocratie, de Emmanuel Todd (Gallimard)) ! D'autres appellent à la réinventer (cf. Réinventer la démocratie, par Pierre Rosanvallon) !

De plus en plus de syndicats et de partis politiques (aux apparences) démocratiques voient leurs adhérents abandonner leurs rangs ! La démocratie représentative comme la démocratie sociale s'en trouvent sans cesse plus affaiblies et plus discréditées !

La démocratie contemporaine a inventé la "norme" ! Elle l'a même érigée en dogme idéel, à l'instar de la sacrosainte "technologie" bienfaitrice et de l' "infaillibilité de l'Etat" ! Sa transgression est non seulement suspecte, mais fréquemment condamnée dans des tribunaux de circonstance où sont savemment conservés les totems idéologiques et normatifs du moment ! La prise de risque est a minima déconseillée, au pire censuré voire même condamné ! Ce besoin essentiel de l' "âme" (cf. la philosophe Simone Veil - Connaissez-vous Simone Weil ? -) est rabaissé à un comportement frappé d'irresponsabilité !

" Quelle est cette société d’où toute tolérance est officiellement bannie ? Où l’on ne laisse rien passer, du moins aux plus défavorisés ? Qui veut de ce carcan étouffant et rigide qui méconnaît la vie, ses surprises, ses renouveaux, ses embellies ? " écrit Serge Portelli (cf. "Les ruptures", par Serge Portelli ).

L' "Etat" est constamment interpellé !

Cet Etat qui a favorisé les différentes formes de dérégulation/déréglementation/décloisonnement au profit de la liberté et de l'autorégulation des marchés, ne dispose pas - ou plus, exactement, ne dispose plus - des instruments et garanties nécessaires pour assurer les équilibres dont il est pourtant, par nature, le garant ! 

Le fait que des mouvements d'opinion capables de mobiliser des personnalités éminentes se mettent en place pour faire valoir une thèse ou son contraire à l'égard de la question si complexe et si brûlante du conflit israélo-palestinien est symptomatique d'une profonde désillusion des citoyens dans la capacité des Etats "souverains' à régler des questions qui dépassent la seule dimension diplomatique pour toucher à des enjeux à la fois plus essentiels en même temps que plus existentiels ! (cf. à cet égard notamment "Raison garder" contre "Appel à la Raison" : la communauté juive européenne est partagée sur le soutien à apporter à la politique israélienne ou encore Penser pour agir dans l'espace euroméditerranéen avec l'efficacité attendue sans insulter l'avenir - nouvelle édition - ).

Des Etats européens vacillent, tels la Belgique ! D'autres survivent, tant bien que mal sans véritable espoir de trouver de véritables remèdes à leurs maux !

Les nations sont de plus en plus orphelines quand bien même l' "Etat-nation" est devenu la référence à la mode en Europe ! Or là encore, ce nouveau fétiche est malmené, l'Etat-nation n'apparaissant pas nécessairement comme le seul niveau pertinent de décision (cf. à cet égard N'y a-t-il pas d'autres niveaux pertinents de décision que l'État-nation ? (1))

L' "intérêt général" est devenu "une farce", un "bon mot" que l'on se plait à mettre à toutes les sauces, sans nécessairement y prêter pleinement intérêt !

Le service - honnête - de l'intérêt général est moqué ! On lui préfère la course à l'échalotte ! 

Partout en Europe, ou presque, les services d'intérêt général - ou services publics - sont trop souvement malmenés et/ou sacrifiés sur l'autel de la rentabilité (le Royaume-uni constituant à cet égard un exemple à ne pas suivre ) !

La "justice" connait elle aussi ses tourments et ses remises en cause !

Outre la faible exécution des décisions judiciaires (à commencer par les résolutions du Conseil de sécurité des Nations-Unies) qu'ils déplorent, les justiciables ne trouvent plus dans la justice des Etats ni l'équité, ni la sérénité ni la justesse qui sont indispensables à la paix, à la sérénité et à la stabilité de toute société humaine !

L'heure est au procès en sorcellerie du "libéralisme", et de sa forme contemporaine, le "néolibéralisme" ! Plus personne ne comprend ce que ces termes recouvrent vraiment comme réalités économiques et sociales, tellement sont nombreuses et stigmatisantes les confusions et les contradictions qui accompagnent les définitions qui y sont fréquemment associées !

Tout est dit et son contraire à l'égard du libéralisme politique, du libéralisme économique, du libéralisme social, du libéralisme libertaire, de la liberté d'entreprendre ... ou de la liberté de conscience ! Qui connait vraiment et comprend le sens véritable des principes de liberté et de différence tels que le libéral américain John Rawls les a définis ? (cf. Les deux principes de "liberté" et de "différence" de John Rawls ). La sécurité est même citée comme la première des libertés ! 

Les paradis fiscaux et ceux dont ils hébergent les activités nauséabondes, comme les marchés financiers tout puissants continuent de mener leur jeu malgré les gesticulations sans effet des dirigeants politiques des pays les plus riches de la planète ! Les systèmes de cotation boursière sont des plus fantaisistes (cf. Connaissez-vous le site des cotations ESG ? ) !

Se situant au carrefour du libéralisme et du socialisme d'antan (il est devenu un O.V.N.I.), la 'troisième voie' a failli, entrainant dans son échec les dernières illusions d'une réconcilition durable des exigences de solidarités autour de biens collectifs et de celles qui gouvernent toute économie de marché ! (cf. Où en est la fameuse 'troisième voie' ?

Et pourtant ....  Face aux défis globaux qui se présentent à nous (cf. Global Risks Report 2011), les clivages politiques d'antan n'ont plus de sens, sauf aux extrémités des échiquiers politiques ! En témoignent non seulement les "changements de camp" de certains personnels politiques, mais également la teneur des discours les plus importants des chefs d'Etat et de gouvernement au premier rang desquels Nicolas Sarkozy s'illustre en la matière par sa posture "radicale-socialiste" à l'image de son prédécesseur ! En témoigne également les consensus et compromis que réalisent dans une relative sérénité les groupes politiques au sein des parlements nationaux, et mieux encore, au sein du Parlement européen !

En même temps, "Valeur" et "principe" sont devenus deux termes dont "on" se gargarise en place publique en même temps qu'on les piétine sans vergogne à la première occasion venue ! (Que sont devenus ces valeurs "universelles" et ces principes démocratiques que les "occidentaux" se sont si souvent honorés d'avoir fait émerger ? - nouvelle édition - ainsi que Au moment où les régimes autoritaires sont sérieusement mis à mal, la Loppsi2 place la représentation nationale devant ses responsabilités !).

Le sophisme, le cynisme et la forfaiture se sont installé un peu partout dans la vie publique autant que dans la vie économique et sociale !

La liberté de la presse comme l'expression culturelle sont elles aussi malmenées !

L'opinion publique se métamophose ! Elle se constitue, s'exprime et se propage selon des processus inconnus jusqu'alors, mettant à mal les instruments destinés à la contenir.

L'usage qui est fait des informations rendues publiques et mises en scène par WiKileaks est surprenant ! Plus que le fond, somme toute peu révélateur d'informations qui n'aient jéjà d'une manière ou autre défrayée la chronique, c'est le moyen utilisé qui interpelle tellement il offre une agilité capable de défier toutes les tentatives d'obstruction ! (cf. à cet égard WikiLeaks ou la troisième révolte, par Jean-Christophe Rufin (Le Monde) ainsi que Mieux partager ou mieux censurer? La gestion de l'information à l'ère de Wikileaks, et ses dilemmes (Paris Tech Review))

Les protections de la cybersécurité les plus sophitisquées volent en éclat ! Elles révèlent chaque jour un plus leur caractère factice ! Ce qui soulève évidemment de nombreuses interrogations sur la vulnérabilité des organisations humaines ! A l'instar de celles que soulèvent simultanément le rôle de la sacrosainte technologie dans le dysfonctionnement des marchés financiers (cf. Du rôle de la technologie dans le dysfonctionnement des marchés financiers et des organisations humaines)

Comme le souligne le journaliste Edwy Plenel sur le site Médiapart : " Le feuilleton WikiLeaks inaugure une bataille mondiale des opinions, des peuples et des Etats dont l'enjeu est notre liberté d'information. Il s'agit de son extension grâce au renforcement des promesses démocratiques de la révolution numérique ou, au contraire, de sa régression à cause d'une sainte alliance des intérêts économiques et des pouvoirs nationaux, des appétits d'argent et des folies de puissance. "

Même les Eglises, les sociétés cultuelles, les sociétés savantes, et les sociétés philanthropiques les plus respectables en ont perdu leur latin, leur grec, leur hébreux ou leur arabe ! 

.../...

Pour la deuxième partie de cet appel : Appel en faveur d'un nouveau pacte politique et démocratique en Europe ! - deuxième partie -  

 

Voir également sur ce même sujet, notamment :

 * Oeuvrons ensemble à la restauration d'une République qui offrirait à la Nation et à ses citoyens un cadre et une référence sans faille pour leur épanouissement !

 * L'écologie humaniste a besoin d'une reconstruction populaire de l'esprit de République - nouvelle édition -

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de la Démocratie - dans Regards-citoyens.com analyse et propose
commenter cet article

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories