Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 10:39

L’essentiel de la loi de programmation des finances publiques pour la période 2012 à 2017Dernière mise à jour le 09/10/12

Le projet de loi de programmation des finances publiques pour la période 2012 à 2017 présente la stratégie de redressement des finances publiques du Gouvernement.

Il anticipe par ailleurs le cadre de gouvernance posé par le projet de loi organique relatif à la programmation et à la gouvernance  des finances publique, qui traduit en droit interne le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) du 2 mars 2012. A ce titre, le projet de loi présente notamment une trajectoire de redressement des comptes publics et institue des règles de gestion pérennes visant à en garantir le respect.

 

Le projet de loi de programmation des finances publiques (PLPFP) pour les années 2012 à 2017, présenté avec le projet de loi de finances pour 2013 en conseil des ministres le 28 septembre 2012, définit, sur la durée de la législature, la stratégie de redressement des comptes publics engagée par le Gouvernement.  Le projet de loi de finances et le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 sont les premières étapes de mise en œuvre de cette stratégie.

La trajectoire pluriannuelle définie par le PLPFP articule ainsi les deux temps du quinquennat :

Le temps du redressement, avec le retour du déficit public effectif à 3 % du PIB en 2013 puis la baisse du poids de la dette publique dans la richesse nationale à partir de 2014. Pour atteindre l’objectif de redressement, il est  nécessaire, au-delà des efforts en dépenses, de faire appel à des recettes supplémentaires. Cette hausse est concentrée sur l’année 2013 et portera essentiellement sur les ménages les plus aisés et les plus grandes entreprises ;

- Le temps de l’équilibre structurel, avec un déficit structurel (cf. encadré) ramené à 0,5 % du PIB dès 2015, soit le niveau minimal exigé par le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (cf. encadré), puis à l’équilibre structurel en 2016 et 2017.

Une évolution maîtrisée de la dépense sur l’ensemble de la période – notamment par une stabilisation en valeur des dépenses de l’État hors dette et pensions et une progression limitée des dépenses d’assurance maladie - permettra par ailleurs de dégager ainsi des marges de manœuvre afin de déployer, dès 2016,  une politique de stabilité fiscale permettant alors d’amorcer une baisse du taux de prélèvements obligatoires.

Une mise en œuvre par anticipation du projet de loi organique relatif à la programmation et à la gouvernance des finances publiques

L’article 34 de la Constitution consacre depuis la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008 les lois de programmation des finances publiques (LPFP) appelée à définir « les orientations pluriannuelles des finances publiques » et devant s’inscrire dans « l’objectif d’équilibre des comptes des administrations publiques ».

Leur contenu n’avait pas été jusqu’à présent précisé au niveau organique. Il le sera avec l’adoption du projet de loi organique relatif à la programmation et à la gouvernance des finances publiques, qui assure la mise en œuvre du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire. Les 5 premiers articles du projet de loi organique visent en effet à préciser le contenu des lois de programmation des finances publiques. 

Le PLFP 2012-2017 met ainsi en œuvre, par anticipation, la réforme organique soumise au Parlement, en ouvrant la voie à un pilotage en termes structurels des finances publiques, c’est-à-dire neutralisant les effets de la conjoncture sur les dépenses et les recettes.

Il présente en son article 2 une trajectoire de redressement des comptes publics vers l’équilibre structurel des finances publiques, qui constitue l’objectif de moyen terme, conformément l’article 1er du projet de loi organique.

Il fixe également, conformément à l’article 4 du projet de loi organique, des règles de gestion pérennes visant à garantir le respect de la trajectoire de désendettement, en encadrant notamment l’évolution des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires, mais en garantissant, le cas échéant, la correction d’éventuels écarts significatifs par rapport à cette trajectoire.

Ces règles de gestion portent sur la contribution des différentes administrations publiques à l’effort de redressement afin notamment de garantir le respect de l’atteinte de l’objectif de moyen terme, à l’aide de règles préventives et correctrices.

Des règles préventives

Les dépenses de la sécurité sociale et de l’État, votées par le Parlement, sont strictement encadrées.

- Le projet de loi encadre, en son article 9, l’évolution des dépenses des régimes obligatoires de base de la sécurité sociale, et plus particulièrement les dépenses d’assurance maladie, qui évolueront en moyenne de 2,6% sur la période 2013-2017.

- Les dépenses de l’Etat (art. 5) hors charges de la dette et de pensions seront stabilisées en valeur sur la durée du quinquennat (norme « 0 valeur ») et l’ensemble des dépenses de l’État ne progressera pas plus vite que l’inflation

Les effectifs de l’État et de ses opérateurs seront stabilisés en moyenne sur la durée du quinquennat (art. 6).

En outre, les éventuels surplus de recettes constatés en exécution par rapport à la loi de finances seront intégralement affectés au désendettement (art.14).

Par ailleurs, la programmation détaillée des dépenses de l’Etat par mission sur trois ans (budget triennal de l’Etat), présentée dans le projet de loi de programmation, assure la stabilisation en valeur de la dépense et donne aux ministres la visibilité nécessaire à la programmation de leur action.

- Les ressources des opérateurs de l’Etat -dotation budgétaire, taxes affectées- seront encadrées (art. 11).  Le produit des taxes affectées aux opérateurs et organismes assimilés, qui sont désormais plafonnées dans le projet de loi de finances, sa réduit progressivement au cours de la période (article 11). Le projet de loi de programmation prévoit par ailleurs, en son article 20, que le Gouvernement remette au Parlement, avant le 30 juin 2013, une évaluation de l’ensemble des taxes affectées à d’autres entités que la sécurité sociale et les collectivités territoriales (principalement les opérateurs). Dans certains cas, les ressources affectées sont en effet sans lien économique réel avec les missions de l’opérateur, et leur dynamique ne correspond pas toujours aux besoins avérés de l’organisme. Ces taxes doivent être encadrées au même titre que la dépense de l’État, voire réaffectées à l’État et remplacées par une subvention budgétaire.

L’encadrement des concours de l’État aux collectivités territoriales

Les concours de l’Etat aux collectivités sont encadrés par l’article 12. Ces concours sont stabilisés en 2013 puis baissent en valeur en 2014 et en 2015.

Des dispositions correctrices

Conformément aux dispositions (art. 16) du projet de loi organique, l’article 4 du PLPFP définit le mécanisme de correction mis en œuvre par le Gouvernement en cas de constatation d’un écart important par rapport à la trajectoire de solde structurel précisée dans le projet de programmation des finances publiques. Si l’écart est important, le Haut conseil des finances publiques (organisme indépendant prévu par le projet de loi organique relatif à la gouvernance et à la programmation des finances publiques) rendra un avis identifiant ces éventuels écarts. Le Gouvernement devra les expliquer lors du débat d’orientation des finances publiques et prendre des mesures correctrices au plus tard dans le prochain projet de finances de l’année (ou projet de loi de financement de la sécurité sociale), puis respecter de nouveau la trajectoire au plus tard dans les deux ans suivant la constatation de l’écart.

Seules des conditions exceptionnelles, par exemple une grave récession économique, peuvent justifier de s’écarter plus longtemps de la trajectoire.

Des dispositifs d’évaluation permanente pour une meilleure efficacité de la dépense

Enfin, le PLPFP met en place deux dispositifs d’évaluation permanente au service d’une maitrise efficace des dépenses publiques. Les résultats de ces évaluations seront transmis au Parlement :

- une procédure spécifique d’évaluation pour les investissements (art.16) de l’État. Chaque projet fera ainsi l’objet d’une évaluation socio-économique contre-expertisée par le commissariat général à l’investissement (CGI), dès lors que le coût total et la part de financement public dépassent des seuils fixés par décret;

- un dispositif d’évaluation permanente (art.17) des dépenses fiscales et des niches sociales. En outre, le présent projet de loi maintient l’article 15 du projet de LPFP prévoit que toute nouvelle dépense ou niche fiscale doit être limitée dans le temps.

La notion de Solde Structurel

L’évolution du solde public est fortement influencée par les variations de la conjoncture économique ; on peut ainsi assister à des périodes de ralentissement de l'activité économique comme à des périodes d'accélération.

→ Lorsque le PIB est inférieur à son niveau potentiel, on observe ainsi de moindres recettes et un surcroît de dépenses (par exemple celles qui sont liées à l’indemnisation du chômage).

→  Lorsque le PIB est supérieur à son niveau potentiel on observe a contrario un surplus de recettes et une diminution des dépenses.

L’indicateur de solde structurel vise à corriger le solde public effectif de ces fluctuations liées au cycle économique, ou à des éventements exceptionnels, comme par exemple des contentieux fiscaux qui dépendent de décisions de justice indépendantes de la volonté du législateur.
La méthode d’évaluation du solde structurel consiste à calculer, en premier lieu la partie conjoncturelle du solde public, c’est-à-dire celle qui s’explique par la conjoncture.  Ce calcul repose notamment sur l’hypothèse que les recettes conjoncturelles évoluent au même rythme que le PIB, et que les dépenses –à l’exception notable des allocations chômage -  ne sont pas sensibles à la conjoncture.
Le solde structurel est ensuite calculé par différence entre le solde effectif et sa partie conjoncturelle. L’élimination de ces effets conjoncturels conduit à évaluer la situation structurelle des finances publiques et de dégager une tendance durable d’évolution de celles-ci.   

Le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire

Le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire du 2 mars 2012 vise à renforcer la maîtrise des finances publiques dans les États signataires. Il comporte des stipulations appelant la modification des procédures budgétaires et du droit national les encadrant.

- Le traité énonce tout d’abord une règle relative à l’équilibre structurel de la situation budgétaire des administrations publiques, règle considérée comme respectée si « le solde structurel annuel des administrations publiques correspond à l’objectif à moyen-terme (OMT) spécifique à chaque pays », « avec une limite inférieure de déficit structurel de -0,5 % de PIB » pour les États dont la dette est supérieure à 60 % du PIB (et jusqu’à -1 % pour les autres).

- Il prévoit également qu’un « mécanisme de correction est déclenché automatiquement si des écarts importants sont constatés par rapport à l’OMT ou à la trajectoire propre à permettre sa réalisation ». 

- Il prévoit enfin l’intervention d’institutions indépendantes chargées de vérifier le respect de ces règles.

La procédure d’élaboration et le contenu de la loi de programmation des finances publiques sont encadrés en France par des dispositions de nature organique ; c’est l’objet du projet de loi organique relatif à la programmation et à la gouvernance des finances publiques, présenté le 19 septembre en conseil des ministres.

Source : http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/ressources-documentaires/toutes-les-actualites/lessentiel-de-la-loi-de-programmation-des-finances-publiques-pour-la-periode-2012-a-2017.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories