Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 11:16
Contexte

L'Elysée, résume ainsi la relation entre Paris et Londres : "Le Président de la République poursuit la mise en place d’une réorientation de l’Europe pour les prochaines années, d’une zone euro tournée vers la croissance dans le contexte d’un renouvellement du Parlement européen et de la Commission." "Le Royaume-Uni en est l’un des Etats membres importants, avec toutes ses spécificités. Il s’agit de réfléchir ensemble à la façon de redynamiser l’Europe afin de renforcer la croissance et l’emploi, de développer des politiques au niveau européen qui soient utiles dans des domaines où la France et le Royaume-Uni ont des intérêts partagés, comme l’énergie. Il s’agit aussi d’identifier les convergences d’intérêt dans lesquelles le Royaume-Uni est un partenaire stratégique et important. La priorité est de travailler à une Europe plus concentrée, plus claire, plus efficace et donc d’avoir une discussion politique sur l’avenir de l’Union européenne."

Les éléments nouveaux

Les chefs d'Etat du Royaume-Uni et de la France doivent discuter Europe autour d'un déjeuner dans un pub britannique. Un sujet sur lequel tout les sépare.  

Démonstration militaire, puis déjeuner au pub dans le fief électoral de David Cameron près d'Oxford : le sommet franco-britannique du vendredi 31 janvier est réduit à sa plus simple expression. Et tout a été fait pour repousser au plus tard les sujets qui fâchent.

Les questions de coopération en matière militaire, énergétique et spatiale représentent le seul ordre du jour consensuel entre les deux pays, alors que le Premier ministre britannique ne cesse de donner des gages à l'aile droite de son parti en critiquant sévèrement la construction européenne. David Cameron s'est aussi engagé à organiser en 2017, s'il est réélu en 2015, un referendum sur l'appartenance de son île à l'Union européenne.

A l'inverse, François Hollande et ses ministres bataillent sans cesse, à Bruxelles ou en France, pour préserver l'Europe à 28 tout en accélérant l'approfondissement de l'euro-zone. Des stratégies divergentes qui se traduisent par des crispations diplomatiques. Ce que le Financial Times résume en ayant recours aux deux langues : An entente that is not very cordiale.

La presse britannique a fait état des interrogations de la France sur la tenue du sommet en raison du French-bashing permanent de l'exécutif britannique. Des hésitations hypothétiques selon l'Élysée, qui dément. Et affirme que l'intérêt général demande d'avoir un discours constructif pour que le Royaume-Uni reste en Europe.

Des accords militaires et économiques

Les deux hommes prévoient de signer sur la base militaire de Brize-Norton, une série d'accords visant à mettre en oeuvre les programmes d'équipement militaire lancés par le traité de Lancaster House, conclu fin 2010 par Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique.

La nouvelle génération des avions de combat sans pilote, les missiles antinavires légers ou encore un nouveau programme contre les mines marines sont autant de domaines où les deux pays espèrent obtenir des avancées concrètes. Paris et Londres veulent aussi poursuivre la coopération énergétique induite par la construction par EDF d'une centrale nucléaire à Hinkley, dans l'est du Royaume-Uni, un investissement de près de 19 milliards d'euros.

Des programmes de recherche et de formation communs pourraient être annoncés dans le sillage de la construction des premiers réacteurs EPR britanniques, ainsi qu'un rapprochement entre les agences spatiales des deux pays.

L'Europe, un obstacle sémantique

Pour François Hollande, il est hors de question de changer les traités pour satisfaire les exigences britanniques. Or, la position de Cameron consiste à tenter de rapatrier des compétences supplémentaires au niveau national, ce qui nécessiterait un changement des traités.

La remise en cause régulière par Londres de la libre-circulation des personnes, qui est un des fondements de la construction européenne, est aussi critiquée à l'Élysée. « C'est un sujet qui n'est pas négociable, comme la libre-circulation des marchandises » assure-t-on dans l'entourage de Hollande.

Outre les petites phrases assassines sur les débarquements de roumains et de bulgares ou le besoin de « simplification » des règles européennes, le Royaume-Uni mène plus discrètement un travail de sape des législations européennes existantes.

C'est en tout cas la position de Paris, qui cite les propositions de « simplification » faites par le Royaume-Uni lors du Conseil européen d'octobre dernier.

« Il ne s'agissait pas de simplifier les règles européennes, mais de supprimer toute législation environnementale, sociale, ou de sécurité alimentaire. Si l'on fait cela, l'Europe perd son sens ! » assure-t-on dans l'entourage du président français.

Reste que la discussion avec le Royaume-Uni demeure cruciale. Et la présidence français souligne que les hésitations du Royaume-Uni à l'égard du Continent relèvent surtout du débat intérieur britannique. (NDLR Regards-citoyens.com: comment pourrait-il en être autrement ?! la position d'un nation à l'égard d'un projet de cette envergure relève d'abord d'un débat intérieur, sinon qu'est-ce que démocratie voudrait dire ?)

«Il y a un obstacle sémantique et politique dans le mot Europe, mais le gouvernement britannique connaît son intérêt stratégique » veut croire Paris.

Source : http://www.euractiv.fr/general/le-brexit-invite-indesirable-du-news-533171?utm_source=EurActiv%20Newsletter&utm_campaign=7c11bd948b-newsletter_dernieres_infos&utm_medium=email&utm_term=0_da6c5d4235-7c11bd948b-55414033

A lire aussi

L’euro, socle de la solidarité de l’Europe politique (Fondation Jean Jaurès)
Audit sur l'impact des compétences européennes sur les objectifs et les intérêts nationaux - et européens - : la France doit imiter le gouvernement britannique mais avec d'autres objectifs !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories