Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 15:07

Les ministres des Finances de la zone euro, réunis hier et rejoints aujourd'hui par l'ensemble des ministres de l'UE à Bruxelles, tentent de trouver des sources de financement pour contrebalancer le Fonds Européen de Stabilité Financière. Le FESF ne pourra pas être doté des 1 000 milliards d'euros comme cela avait été initialement décidé fin octobre. 
Selon Jean-Claude Juncker, le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, "les conditions ont changé sur les marchés financiers, avec une vague de défiance croissante à l'égard de l'Union monétaire qui affecte également le Fonds". La solution trouvée hier consiste à multiplier la force de frappe du FESF via un système d'assurance partielle des prêts des investisseurs aux pays fragiles de l'Union monétaire, rapporte 
La Tribune.
Concernant le futur montant du Fonds, le président de l'Eurogroupe a ajouté qu'"il n'[était] pas possible de donner un chiffre exact car les circonstances ont empiré au cours des dernières semaines, depuis le dernier sommet européen. Il est pratiquement impossible, si on veut rester sérieux, de donner un chiffre".
"Augmenter la force de frappe du FESF à hauteur de 1000 milliards d'euros semble très difficile, [nous arriverons] peut-être à la moitié, donc nous cherchons aussi ailleurs et (...) nous devons regarder du côté du FMI", a résumé le ministre néerlandais des Finances Jan Kees de Jager
[AFP].

La zone euro recherche donc des sources de financement pour enrayer la crise de la dette, et a décidé hier soir d'"examiner rapidement une augmentation des ressources du FMI au travers de prêts bilatéraux" des pays la zone euro, a indiqué Jean-Claude Juncker.
L'Union monétaire entend ainsi montrer l'exemple et lancer un appel aux autres grands pays, contributeurs du FMI, pour qu'ils les aident à résoudre la crise de la dette, alors que les Etats-Unis et la Chine, notamment, semblent très réticents. L'idée est aussi d'encourager la Banque centrale européenne, indépendante, à effectuer elle aussi des prêts au FMI et à aider ainsi indirectement les pays fragiles de la zone euro, d'après
Le Nouvel Obs.

L'urgence de la situation se fait donc ressentir, l'Italie ayant dû payer hier des taux d'intérêt record pour emprunter sur les marchés, dépassant le seuil de 7%, jugé insoutenable à long terme pour la péninsule très endettée, lors d'une émission obligataire très attendue, précise également Le Nouvel Obs.
I.

 


 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories