Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Patrice Cardot

Confirmant les conclusions du sommet du G20 qui s'est tenu à Toronto en 2010 ( Retour sur le G20 de Toronto : réaffirmant leur engagement en faveur du libre-échange, les économies du G20 estiment " avoir fait le bon choix " ), une étude réalisée sous l'égide de l'ICICE, qui regroupe 10 organisations internationales dont l'OCDE, la Banque mondiale, l'OMC, la CNUCED, l'OIT, établit que les gouvernements qui favorisent l'ouverture des marchés et résistent au protectionnisme ont toutes les chances de stimuler une croissance économique inclusive et de créer des emplois de valeur.

Basé sur 14 études réalisées depuis 2000 et concluant que tous les échanges jouent un rôle indépendant et positif sur la hausse des revenus, le rapport intitulé 'Policy Priorities fot International Trade and Jobs' - PP for international Trade&Jobs-50258009 PP for international Trade&Jobs-50258009 - montre que le protectionnisme et les mesures commerciales discriminatoires ne protègent pas les emplois.

Au contraire, la fermeture des marchés risque plutôt d'étouffer la croissance et de soumettre les marchés du travail à des tensions supplémentaires, assure l'OCDE dans un communiqué.

Cette étude a été présentée le 23 mai 2012 lors du forum annuel de l'OCDE.

 

Commentaire : il est à noter cependant que la Commission européenne, qui occupe une place particulière dans le développement du libre échange entre l'Union économique et le reste du monde, a entrepris de procéder à des ajustements de sa politique commerciale comme de sa politique de défense commerciale de manière à mieux intégrer les distorsions, les pratiques déloyales et autres comportements à risque pour l'économie et l'emploi en Europe ! (cf. Zoom sur la nouvelle politique commerciale de l'Union européenne ; Commerce international : l’Union européenne en quête de réciprocité (nouvelle édition) ; Forte montée du protectionnisme au sein du G20: l’Union européenne tire la sonnette d’alarme ainsi que La Commission européenne propose quelques pistes pour renforcer l'arsenal de défense commerciale de l'UE )

Dans le même temps, l'UE et les Etats-Unis, qui sont engagés dans un nouvel agenda transatlantique très ambitieux (cf. New Transatlantic Agenda ; Le Conseil économique transatlantique ; Les prochaines étapes du partenariat transatlantique ainsi que EU-US Summit Joint statement ou encore Jusqu'à quel niveau d'intégration l'agenda transatlantique nous entraînera-t-il, sans aucun débat démocratique ? ) viennent de déclarer, chacun de leur côté, qu'ils ne négocieront pas un accord de libre échange s'ils n'ont pas la certitude qu'il contribuera à la croissance et à la création d'emplois de part et d'autre de l'Atlantique. La France, de son côté, veut soustraire à la négociation le secteur des biens culturels. USA et UE n'entameront pas des pourparlers commerciaux s'ils ne sont pas sûrs qu'ils méneront directement à la croissance économique !

Ron Kirk, le représentant amércain au Commerce, a déclaré lors d'un discours à la London School of Economics, le 22 mai 2012 : " Avec autant d'emplois en jeu en ce moment, ni les Etats-Unis ni l'UE ne peuvent se permettre de se lancer dans des négociations (sous-entendu 'commerciales') sur leur seule foi. Nos besoins mutuels et urgents d'améliorer la croissance et l'emploi nous obligent à identifier un chemin assez court vers le succès avant de nous lancer dans des négociations " ! 

En attendant, le groupe de haut niveau mis sur pied fin 2011 pour étudier la possibilité d'un accord doit rendre ses conclusions au cours du mois de juin 2012. Il étudie un vaste éventail de possibilités incluant l'élimination des barrières conventionnelles au commerce des biens (droits de douane et contingents tarifaires), la réduction des barrières au commerce des services et aux investissements transatlantiques, la promotion des approches réglementaires qui facilitent le commerce, la réduction et l'élimination des obstacles au commerce derrière la frontière (barrières non tarifaires) dans toutes les catégories, et l'élaboration de règles et principes sur des questions mondiales d'intérêt commun. 

Voir également :

Voir également à ce sujet les articles suivants :

 * Britain and globalisation since 1850 : III - Creating the world of Bretton Woods 1939-1958, by Martin Daunton

 * Strategie europeenne mondialisation tanugi Strategie europeenne mondialisation tanugi

 * From Risk to Opportunity : Building a Response to the New reality (Outlook on the Global Agenda 2011)

 * The European Union and multilateral global governance, by José Manuel Barroso, President of the European Commission (Conference at the European University Institute - Florence, 18 June 2010)

 * Gouvernance multilatérale : José Manuel Barroso appelle à réformer de façon coordonnée pour remédier aux déséquilibres existants

 * La gouvernance mondiale est-elle au service de l’intérêt général global ? par Joseph Stiglitz - nouvelle édition -

 * A la recherche d'une pensée et d'une action politiques à la hauteur des défis globaux ! (Nouvelle édition)

 * Retour sur images : Pour une gouvernance mondiale hybride : des principes pour l'action !  

 * Comment la politique peut-elle retrouver des marges de manoeuvre par rapport à la globalisation ? 

 * Pourquoi il est important de réviser la méthode de calcul du PIB et de la croissance - nouvelle édition -

 * Retour sur image : Candidats, encore un effort pour refonder le capitalisme ! par Paul Jorion (Le Monde)

 * La gouvernance de l’UE à l’épreuve des économies émergentes, par Elvire Fabry (Notre Europe)

 *  La démocratie européenne ne résistera aux chocs de la globalisation qu'au prix de profondes réformes au sein même des Etats européens ! (1) - nouvelle édition -

 *  La démocratie européenne ne résistera aux chocs de la globalisation qu'au prix de profondes réformes au sein même des Etats européens ! (2) - nouvelle édition -


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article