Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par ERASME

Ce matin, la presse française traite le Conseil européen de vendredi sous l'angle du franco-allemand. Les éditorialistes insistent sur le chemin parcouru, "saisissant et satisfaisant" pour Le Monde, par la chancelière allemande depuis l'an dernier, lorsqu'elle parlait encore d'exclure les mauvais élèves de la zone euro. Aujourd'hui, "Mme Merkel veut jouer un rôle moteur dans la consolidation de l'Union économique et monétaire. Qu'elle s'affiche en européenne convaincue mérite d'être salué." [Presseurop].
En revanche, l'accord franco-allemand trouvé la semaine dernière concernant le pacte de compétitivité soulève de nombreuses questions. Sur la teneur des mesures suggérées ("inscription d'une règle d'or budgétaire dans les Constitutions nationales, contrôle de la politique salariale, réforme des retraites, harmonisation de l'impôt sur les sociétés", résument Les Echos), Le Monde doute de leur pertinence : "Que l'équilibre des régimes de retraite soit souhaitable pour les finances publiques est une évidence, mais que le recul à 67 ans de l'âge de la retraite soit nécessairement favorable à la compétitivité d'un pays, comme le suggère l'Allemagne, ne l'est pas."
Le quotidien en appelle donc à la relance de projets industriels européens, qui pourraient avoir un impact plus grand que l'amélioration individuelle des compétitivités nationales : les grands projets d'infrastructure européens, notamment en matière énergétique, mériteraient eux aussi de figurer dans le pacte.
Concernant l'approche suivie, la presse met en garde contre une accaparation par le couple franco-allemand de toute initiative, au mépris de la Commission européenne : "Ponctuellement, ce dynamisme franco-allemand peut être salutaire. A moyen terme, ce dessaisissement de la Commission d'une partie de ses prérogatives est dangereux", écrit Le Monde.
Les Echos quant à eux attribuent cette attitude à l'Allemagne seule : "Angela Merkel 2.0" comme ils qualifient la chancelière "ne fait plus confiance aux institutions communautaires, privilégiées par les Français. Elle préfère l'action coordonnée des gouvernements, à l'anglo-saxonne. La chancelière allemande tire ainsi froidement les conséquences de l'incapacité de la Commission en général, et de son président en particulier, à s'imposer comme une force d'impulsion, par temps calme comme dans la tempête. S'amorce ainsi la relance d'une Europe très différente de celle que Paris a longtemps rêvée. Les Français ont-ils un autre projet ?"
Mais il n'y a pas que les institutions communautaires qui pâtissent de "l'offensive" de Paris et Berlin. Le quotidien économique rapporte la montée au créneau du Premier ministre polonais, Donald Tusk, qui s'est "indigné de la façon dont le couple franco-allemand traite ses partenaires". Pour d'autres Etats, même parmi les alliés traditionnels de l'Allemagne comme l'Autriche ou les Pays-Bas, il s'agit d' "une ingérence dans leur souveraineté nationale". Le Nouvel Obs rapporte le refus de la Belgique et du Luxembourg de renoncer à leurs politiques d'indexation automatique des salaires. La confédération syndicale européenne parle aussi d'un "pacte nuisible" aux conventions collectives qui créera "davantage d'inégalités". Ainsi, s'il y a "un accord sur le besoin d'un tel pacte" selon les mots d'Angela Merkel, sur son contenu, le débat reste entier.
En savoir plus :
 Conseil européen : l'Allemagne impose sa vision, la France la soutient - Touteleurope.eu