Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 12:16

Cessons de nous voiler la face : le projet transatlantique des dirigeants européens a définitivement supplanté le projet d’Union politique autonome - et compétitive - qui a longtemps animé les Peuples et les Etats européens ! Et ce, sans qu’aucun débat démocratique n’ait eu lieu pour en décider !

Il ne se passe pas un jour où un observateur attentif ne constate un pas supplémentaire des dirigeants européens, y compris dans les secteurs économique et industriel les plus sensibles, dans la voie d’un abandon de toute vélléité de consolider l’Union européenne dans sa démarche supposée d’autonomisation et d’intégration sur les registres politique et stratégique.

Après un alignement assumé des stratégies de sécurité nationale du Royaume-Uni et de la France sur la nouvelle stratégie de sécurité nationale des Etats-Unis, après une transatlantisation rampante des options politiques et stratégiques adoptées et mises en œuvre par des institutions européennes qui mentent quotidiennement aux citoyens européens (laquelle trouve dans des nominations qui ne doivent rien au hasard – Barroso, Ashton, Van Rompuy, etc ; - les ressorts d’un jeu dangereux - Les institutions européennes se seraient-elles mises au service d'une prophétie autoréalisatrice d'Union transatlantique ? (nouvelle édition) -) -, une transatlantisation rampante des champions de la base technologique et industrielle de sécurité et de défense est désormais pleinement à l’œuvre en Europe.

Même les chantres d'une souveraineté nationale aussi exclusive qu'étriquée comme les entreprises 'multidomestiques' du secteur de l'armement sont devenus, sciemment, des acteurs de ce jeu sournois qui tend à affaiblir l’édifice européen au profit d’une conception froide des prétendues convergences tant en matière d’objectifs stratégiques que d’intérêts stratégiques ! C'est dire jusqu'où va la supercherie !

Est-il utile d'insister sur ce que cette situation ubuesque a produit en Afghanistan ? 

Lors de la crise lybienne, à quoi avons-nous assisté ? A une absence totale sur l'écran radar d'une Union européenne devenue totalement transparente ! (cf. notamment à cet égard L'Amiral X. Païtard dénonce les dysfonctionnements de l'OTAN en même temps que l'inexistence stratégique de l'UE ).

Face à la Syrie dont le situation est comparable à celle qui a pu motiver, tout au moins officiellement, l'action militaire sous mandat du Conseil de sécurité des Nations unies, l'Union européenne s'en remet à la fois à la politique des déclarations qui condamnent à tout-va et qui sont assorties de sanctions "mineures" et à un recours au Conseil de sécurité des Nations unies sans espoir (cf. Résolution contre la Syrie : Alain Juppé déplore le veto de la Russie et la Chine).

Or, de toute évidence, toute aventure militaire en Syrie s'avèrerait des plus risquées (cf; Attention ! Danger ! La Syrie n'est pas la Lybie ! La réponse de la communauté internationale à la dégradation de la situation en Syrie doit être non seulement graduée mais responsable !)

S'agissant plus globalement du Proche-Orient, l'Union a choisi la voie de la médiation multilatérale, au travers du Quartette, avec les limites qui accompagnent un tel processus (cf. à cet égard Au Proche-Orient, la crédibilité de Tony Blair est remise en question, par Laurent Zecchini (Le Monde) et les articles auxquels il renvoie).

Cette position est désormais devenue le coeur du corps de doctrine de l'Union en matière de prévention, et plus globalement, de traitement des conflits (Agir au long terme sur les conflits : l’UE mise sur la médiation (Bruxelles2.eu) ). 

En prime, rien ne garantit aujourd'hui que les institutions européennes comme les capitales nationales ne restent pas sourdes aux nombreux appels en faveur d'une relance des investissements européens en matière de défense (cf. Les institutions européennes comme les capitales nationales restent étonnamment sourdes aux nombreux appels en faveur d'une relance des investissements européens en matière de défense).

Et ce même si lex textes présentés par la Commission le 29 juin qui ont trait au prochain cadre financier pluriannuel 2014-2020 de l'Union propose des instruments financiers visant à "améliorer la prévention et la résolution des crises, et à renforcer l'action de l'UE en matière de prévention et de résolution des crises, de maintien de la paix et de renforcement de la sécurité internationale, notamment par l'amélioration des capacités de l'UE en matière de préparation aux crises " car il y est précisé aussi que " le budget consacré à la politique étrangère et de sécurité commune appuiera les actions dénuées d'implications militaires ou dans le domaine de la défense." (cf Investir aujourd’hui pour la croissance demain (proposition de budget pluriannuel présentée par la Commission pour 2014–2020 )). (*)

Bien d''autres encore se sont manifesté à maintes reprises appelant les Européens soit à plus de lucidité : L'Union européenne est confisquée par des cercles d'initiés qui paralysent le débat démocratique indispensable à la refondation de son projet politique ! ; Bâtir une défense commune pour assurer l’autonomie politique et stratégique de l’Union européenne ! Du constat d’absence d’un tel projet politique dans l’agenda européen ! ; Jusqu'à quel niveau d'intégration l'agenda transatlantique nous entraînera-t-il, sans aucun débat démocratique ? ; L'Union européenne est-elle encore une puissance normative crédible ?  soit à plus de vigilance : L'Europe doit défendre ses intérêts tout en restant fidèle à son ouverture au monde, par Mikolaj Dowgielewicz, Werner Hoyer, Diego Lopez Garrido, Pedro Lourtie, Paolo Romani et Laurent Wauquiez , soit à plus d'audace : 'Les Etats-Unis d'Europe : le temps presse - Ne répétons pas les erreurs du passé', par Bernard Barthalay (Le Monde) ; Relancer l'Union politique ; Pour un renouveau de l’Europe, par Jacques Delors (Président fondateur de Notre Europe) ou encore Redonnons force et espoir aux Européens en construisant une Europe qui les protège ! - sixième partie -  

Mais rien n'y fait !

Le navire européen est résolument à la dérive … , piloté à courte vue par des pirates clandestins embarqués sous de faux passeports et que rien ne semble pouvoir inquiéter !

Quelle est la prochaine étape de ce recul européen : la substitution du dollar à l'euro (et à la Livre-sterling) ? Qui détient la clé en pareille matière ? (cf. L'avenir de l'Union européenne, de l'euro et des dettes souveraines dans l'eurozone est suspendu aux décisions à venir de la Cour constitutionnelle allemande ou encore Retour sur image : "Se préparer au pire, pour l’éviter", par Jacques Attali (L'Express - 11 septembre 2011) )

Le président Nicolas Sarkozy l'a parfaitement compris comme en atteste les éléments du discours qu'il a prononcé le 31août 2011 devant les Ambassadeurs qui se rapportent à ce dossier. (cf. Discours du président de la République prononcé en ouverture de la 19e Conférence des Ambassadeurs (Palais de l'Élysée - 31 août 2011 ) - première partie - ainsi que Réagir ou rétrécir ? Tel est le dilemme de l’Europe, selon Nicolas Sarkozy )

La France assumera-t-elle vraiment ses responsabilités en la matière ? Et l'Union européenne ? Il est largment permis d'en douter !

Il est plus que temps de réagir à cette situation inacceptable parce que résultant d'une duperie à grande échelle des citoyens traités comme des vaches à lait sans âme et sans esprit !

Par les voies démocratiques appropriées, naturellement !

Mais n'attendons plus ! Il y a urgence ! L'heure est grave !

Agissons ! En changeant d'hommes et de méthodes ( Ouvrir une nouvelle ère de constitutionnalisation du projet politique européen exige de tirer les leçons du passé et de répondre aux aspirations participatives des citoyens ! )

 Voir également :

 * Réagir ou rétrécir ? Tel est le dilemme de l’Europe, selon Nicolas Sarkozy

 * Appel en faveur d'un nouveau pacte politique et démocratique en Europe ! - troisième partie -

 * Le temps d'une Europe unie et libre est venu : rejoignez la dynamique positive du Groupe Spinelli !

 * Dépassons l'approche purement instrumentale pour traiter en Européens les questions de stabilité et de sécurité - nouvelle édition -

 * Mettons en oeuvre une coopération renforcée dans le domaine de la Politique étrangère et de sécurité commune de l'UE, condition sine qua non de l'établissement de la coopération structurée

 * Levons ces ambiguïtés non constructives qui paralysent la dynamique européenne sur les registres des capacités et de l'armement ! Et agissons ! - cinquième partie - 

 * Il est plus que temps de rationaliser les dépenses d'équipements militaires des Etats européens surendettés !  

(*) Le parti pris de la Commission européenne de ne pas formuler de propositions explicites relatives au renforcement des capacités de défense indispensables à l'opérationnalité effective de la Politique de sécurité et de défense commune pourrait paraître d'autant troublant qu'elle propose simultanément le financement d'un programme destiné à " cofinancer l'achat d'équipements opérationnels spécifiques nécessaires à l'exécution des contrôles douaniers et des tâches de surveillance aux frontières extérieures de l'UE, ce qui est dans l'intérêt de l'ensemble des États membres ". Or, une analyse plus fine de ses propositions laisse présager des initiatives constructives en faveur des secteurs de la défense et de l'armement, à la condition expresse que l'ensemble des Etats jouant un rôle clé dans ces domaines ainsi que les institutions européennes impliquées dans les processus décisionnels relatifs à l'établissement du prochain cadre financier pluriannuel de l'Union s'y emploient collectivement. Il est permis d'espérer !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories