Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 10:03

Le sort de l’Europe est lié aux 8 et 9 mai. À l’Ouest, on célèbre la victoire sur l’Allemagne nazie le 8, en Russie, le 9. En Allemagne même, ces deux journées sont officiellement désignées comme celles de « la Libération ». Cette année, pour la première fois, toutes les forces alliées (y compris une unité polonaise) ont défilé ensemble à Moscou pour commémorer l’événement. Sur la Place rouge, Angela Merkel se tenait à la droite de Poutine, incarnant l’esprit de l’Allemagne « nouvelle », des générations allemandes d’après-guerre qui n’oublient pas qu’elles furent aussi libérées par l’armée russe – qui paya d’ailleurs le plus lourd tribut à la guerre.

Or la chancelière venait tout juste de quitter Bruxelles, où elle avait joué un tout autre rôle, dans une défaite d’un tout autre genre.

S’il est un état d’esprit que trahit la photo de la conférence de presse au cours de laquelle les dirigeants européens rendirent publique leur décision de créer un fonds de sauvetage commun pour l’euro en difficulté, ce n’est pas celui de l’Allemagne nouvelle, c’est un état d’esprit étriqué : celui de l’Allemagne d’aujourd’hui. On y voit les visages pétrifiés de Merkel et Sarkozy, un chef de gouvernement et un chef d’État usés par l’affrontement, n’ayant plus rien à se dire. Ce document est-il voué à symboliser l’échec d’une vision qui a habité pendant plus d’un demi-siècle l’histoire européenne de l’après-guerre ?

Si, à Moscou, Merkel apparaissait dans l’ombre projetée de l’ancienne République fédérale, à Bruxelles, le 8 mai, elle portait les stigmates de la lutte des lobbyistes durs qui, pendant une semaine, défendirent âprement les intérêts nationaux de la première économie européenne. En en appelant au modèle de la discipline budgétaire allemande, elle a bloqué un plan commun de l’Union qui aurait crédibilisé, quand il en était encore temps, la solvabilité de la Grèce face aux spéculateurs visant sa faillite. Des déclarations d’intention inefficace .../...

Pour lire la suite de cet article : http://www.esprit.presse.fr/archive/review/article.php?code=35709&folder=2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories