Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Nicolas Gros-Verheyde

 

LivrePolCommunicationDumoulin

 

André Dumoulin (IRSD) est connu depuis plusieurs années pour être un des chercheurs, les plus chevronnés sur la politique de défense européenne. Son dernier ouvrage « Politiques de communication, médias et défense : l’OTAN et la PSDC », écrit avec Delphine Deschaux-Beaume (Université de Grenoble) et Sylvain Paile (université de Liège), mérite qu’on s’y arrête. Car il procède d’une analyse comparée des politiques de communication de l’OTAN et de la politique de sécurité et défense commune (PSDC) au niveau de l’UE mais aussi des espaces médiatiques nationaux (Belgique, France, Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas et Luxembourg), de la façon la plus scientifique et objective possible.

 

Un sentiment commun

 

Un ouvrage pour lequel il a interrogé la plupart des journalistes spécialisés « Défense » en poste auprès de l’Union européenne et de l’OTAN. Un sentiment commun se dégage entre chercheurs et journalistes, quelle que soit leur nationalité et leur approche… il y a des « trous d’airs » dans la communication et la visibilité de la PSDC qui souffre d’un manque d’enthousiasme, de volonté, de continuité.

 

Le parent pauvre

 

Comme l’écrit Olivier Jehin (de l’agence Europe et Europe Diplomatie défense) qui a collaboré à l’ouvrage, il y a d’un côté l’OTAN, « véritable machine de communication« , et de l’autre l’UE qui connait « une crise existentielle » (avec la crise économique et monétaire) et se réduit comme « peau de chagrin« . La sécurité et défense demeure « le parent pauvre » d’une communication largement dédiée à la politique étrangère. La Haute représentante assure « le service minimum » se contentant à chaque ministérielle de quelques « éléments de langage ». La mise à jour du site internet laisse à désirer. (…). »

 

Cette « réduction de voilure », comme l’appelle André Dumoulin, a plusieurs causes « la timidité ashtonienne, la coexistence de trois cultures européennes, la faiblesse des moyens (budgétaire et personnel), la non-coopération véritable avec les médias nationaux ».  Un ouvrage à lire sans acrimonie mais avec attention pour en tirer toutes les leçons pour l’avenir.

 

• Politiques de communication, médias et défense : l’OTAN et la PSDC, visibilité en Belgique et chez ses voisins (éditions Peter Lang, collection Sécurité et Non-Prolifération, 430 p., 52,40 €)

 

Voir cet article sur mon blog : http://www.bruxelles2.eu/lectures-du-week-end-2/les-communications-de-lotan-et-de-la-psdc-comparees.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article