Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 16:27

Après dix mois de dialogue secret avec les insurgés taliban d'Afghanistan, de hauts responsables américains estiment que les pourparlers ont atteint un point critique et qu'on saura bientôt si des négociations de paix sont envisageables.

En dix ans, la guerre en Afghanistan a tué près de 3.000 soldats étrangers et coûté 330 milliards de dollars au Pentagone. Elle est loin d'être terminée sur le terrain, les militants pouvant toujours aller et venir dans des zones de non-droit au Pakistan, où le chef des taliban a trouvé refuge.

Depuis le début des pourparlers avec des représentants des insurgés entamés par Hillary Clinton, les discussions ont surtout porté sur la question de savoir si les taliban étaient ouverts à la réconciliation.

Les responsables américains disent aujourd'hui être sur le point de conclure une seconde phase du processus de paix. S'il réussit, ce processus aboutirait à une troisième étape qui ouvrirait la voix à des discussions entre les taliban et le gouvernement afghan.

D'après des informations obtenues par Reuters, les Etats-Unis envisagent de transférer un certain nombre de prisonniers taliban de la prison militaire de Guantanamo, à Cuba, vers des prisons afghanes.

Un peu moins de 20 ressortissants afghans sont aujourd'hui emprisonnés à Guantanamo. On ignore lesquels seraient transférés ou quelles sont les garanties obtenues par la Maison blanche pour que le gouvernement d'Hamid Karzaï les garde emprisonnés.

Ce transfert sera le fruit d'une "décision nationale" faite en consultation avec le Congrès américain, dit-on de même source.

UN TOURNANT DES NÉGOCIATIONS

Les Etats-Unis ont demandé aux représentants des taliban de prendre également de leur côté des mesures destinées à rétablir la confiance.

Ce qui pourrait se traduire par une dénonciation du terrorisme international et une volonté affirmée de participer à des pourparlers politiques formels avec le gouvernement dirigé par le président Hamid Karzaï.

Les responsables américains ont reconnu que l'établissement d'une diplomatie afghane était encore un objectif lointain.

Les difficultés de ces pourparlers sont multiples: divisions internes chez les taliban, suspicions de Karzaï et de ses conseillers, insistance du Pakistan pour jouer un rôle clé dans l'avenir de l'Afghanistan.

Les responsables américains ont organisé une demi-douzaine de rencontres avec leurs contacts auprès des insurgés taliban, la plupart du temps en Allemagne et à Doha avec des représentants du mollah Omar, qui dirige la "choura (conseil) de Quetta".

Un échec des négociations condamnerait l'Afghanistan à un conflit permanent, peut-être même à une guerre civile. Un succès marquerait en revanche la fin de la guerre et la possibilité d'une réconciliation interne chez les taliban, qui conduirait à des pourparlers.

Si les efforts portent leurs fruits, l'une des prochaines étapes se traduira par le soutien sans équivoque des Etats-Unis à l'ouverture d'un bureau des taliban à l'étranger.

Ce bureau servirait uniquement à faciliter les négociations futures et à permettre en dernier ressort aux taliban de participer à la gouvernance afghane.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories