Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 16:18

Parmi les intellectuels francophones qui ont posé un regard sur ses contemporains empreint tout à la fois d'un certain cynisme, d'une pointe de causticité et d'un humour en apparence détaché, Jean Yanne occupe une place particulière. 
Au moment où tout semble échapper au contrôle de ces "malades" qui nous "gouvernent", l'auteur notamment de "L'Apocalypse est pour demain", "Tout le monde, il est beau, tout le monde, il est gentil", et de "J'me marre", son regard sur cette société où "tout le monde veut sauver la planète, mais personne ne veut descendre les poubelles" mérite vraiment qu'on s'y attarde le temps de quelques lectures savoureuses.
Prenez le temps d'en déguster l'ironie de ses formules dont la forme cavalière, parfois vulgaire, mais rarement grossière ajoute si souvent à la puissance du message qu'il nous délivre avec cet oeil amusé et ce sourire en coin qui en ont fait un personnage à part.
Je vous laisse le soin d'en apprécier quelques unes prises au hasard de mes lectures !

"J'en connais qui seraient capables de tuer pour avoir le prix Nobel de la paix."
"Ce dont je suis fier dans l'existence, c'est d'avoir été traité de vieux soixante-huitard par des nostalgiques de 1942."
"Comment voulez-vous que les hommes politiques n'aient qu'une parole, étant donné le nombre de médias !"
"Je ne mens jamais. Sauf quand je lis le journal tout haut. Evidemment."
"Il faut commencer à se  méfier le jour où l'on a plus de souvenirs que de projets."
"Mourir, c'est vraiment la dernière chose à faire."
"A mon avis, si les critiques littéraires ne lisent pas les livres, c'est tout simplement par peur d'être influencés dans leurs a priori."
"Quand j'étais môme, la chaîne météo, çà existait déjà. On appelait çà la fenêtre."
"De plus en plus de gens s'éloignent de l''Eglise pour se rapprocher de Dieu."
"Dieu, faut y croire pour le voir."
Sur le sens du ridicule, il a écrit :
"Je me suis essentiellement dédié à mon bien-être. Lorsque je me sens le mieux, c'est quand je me fais du bien. Sur l'échelle des valeurs spirituelles, on peut affirmer que mon humour se place au niveau du fluide glacial et de la crotte de chien en matière plastique, et que mes saillies sont plus proches de "Comment rire aux noces et banquets" que de l'Ethique de Spinoza.
Je n'aime par raconter des histoires drôles pour la simple et bonne raison qu'à chaque fois qu'on se plie à cet exercice, celà en rappelle toujours une mauvaise à votre interlocuteur, qui se croit alors dans l'obligation de vous la raconter.
Je n'ai pas le sens de l'humour, j'ai le sens du ridicule.
Le sens du ridicule, c'est plus qu'une tournure d'esprit, çà ne s'apprend pas. Le ridicule est partout autour de nous, dans la rue, dans les journaux ; il y en a qui s'en aperçoive, d'autres non. Moi, j'ai une espèce de fatalité avec çà.
Quand je suis dans un embouteillage, à Paris, s'il y a une petite vieille qui marche sur le trottoir et qui, d'un seul coup, tombe dans un trou d'égout, elle est pour moi. On peut être sûr qu'à ce moment-là, va savoir pourquoi, mon regard était précisément posé sur la petite vieille. S'il y a trois mecs dans les cent voitures arrêtées à l'avoir vue, j'en fais forcément partie.
Quand je lis le journal, c'est pareil, je tombe à chaque fois sur le truc insensé, celui que les gens ne vont pas voir, ou auquel ils ne vont pas prêter attention.
Tiens, par exemple, l'autre jour, le maire de Fontaine-de-Vaucluse, qui prend un arrêté : "nous, maire de la commune de Fontaine-de-Vaucluse, vu la loi du 25 avril 1984, vu l'émotion qui s'empare de la population devant les désastres qui découleraient de l'emploi de la bombe atomique, arrêtons :
  "Article 1 : le port et l'usage de la bombe atomique sur le territoire de la commune de Fontaine-de-Vaucluse est interdit."
   "Article 2 : le garde-champêtre est chargé de l'exécution du présent arrêté."
Et c'est véridique !
Voilà. Vous êtes prévenus maintenant. Si vous comptiez faire sauter une bombe atomique sur le territoire de Fontaine-de-Vaucluse, réfléchissez-y à deux fois. Sinon, vous aurez affaire au garde-champêtre !"

Je voulais lui rendre une nouvelle fois hommage, ne serait-ce que parce que derrière ses mots se dissimule une pensée d'une force et d'une universalité qui ne me laisse pas insensible !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories