Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 12:08

Comment ne pas partager le point de vue de François Hollande lorsqu'il affirme haut et clair (cf. Hollande : "L’Europe doit avoir davantage confiance en elle" (Le Nouvel Observateur)) que, lors des élection européennes de 2014 :

" ... Il ne s’agit pas de se prononcer pour ou contre l’Europe. Il s’agira de choisir entre deux projets européens : l’austérité prolongée ou la croissance durable, la concurrence ou la régulation, le grand marché ou les politiques d’investissement, le court-termisme ou la transition écologique.  

Et puis, il faut revendiquer ce que l’Europe a été capable de faire : elle a dominé la crise financière ; la zone euro est toujours là ; l’Union bancaire nous protègera de nouveaux chocs et la Banque Centrale européenne a plutôt bien agi en concertation avec les institutions communautaires. L’Europe a tenu. Mais aujourd’hui, On ne lui demande pas de tenir, mais d’avancer, ce qui est très différent !

Face aux extrémismes, le mieux c’est de relever la tête. Qui peut imaginer que le retour aux frontières nationales protègera de l’immigration ? Le rôle de Schengen c’est de fixer des règles qui sont la condition de la liberté de circulation. S’il faut les renforcer, j’y suis prêt. Mais, là encore, la solution est européenne. De même, qui peut prétendre que les européens vivraient mieux sans la monnaie unique ? Ils se concurrenceraient par des dévaluations sauvages et ce serait la fin du grand marché. Sans parler de la spéculation sur les dettes souveraines. Nous devons sortir par le haut : le statu quo, c’est la certitude de l’échec. ... "

Comment ne pas reconnaître avec lui - constat largement partagé en Europe, à gauche comme à droite - que :  

... La politique de concurrence telle qu’elle est appliquée depuis des années, a conduit parfois à nous priver de concentrations qui auraient permis de constituer de grands groupes européens à taille mondiale. Cette approche doit changer. La France et l’Allemagne sont convaincues de cette nécessité." ..  

Comment enfin ne pas souscrire à son appel à plus de pragmatisme et de flexibilité dans l'approfondissement de la construction européenne au moment même où une forte majorité de citoyens s'interrogent (doux euphémisme) sur les bienfaits d'un tel approfondissement (cf. notamment, s'agissant de la France : SONDAGE. Un Français sur deux souhaite "moins d'Europe", par Baptiste Legrand (Le Nouvel Observateur) )

... Aujourd’hui, nous devons partir de la zone euro qui représente l’espace de solidarité le plus grand pour renforcer notre capacité économique et politique et sur certains sujets (énergie, infrastructures, numérique, défense), et constituer des coopérations renforcées avec les pays qui le voudront.

Je n’écarte donc personne mais je pense que l’Europe ne peut pas simplement attendre que les 28 se mettent d’accord. Le Royaume-Uni entend discuter de sa présence ou de sa participation à venir. Cela ne doit pas empêcher ceux qui le souhaitent d’avancer. ...

ou encore :

... j’ai accepté l’Union bancaire (NDLR Regards-citoyens.com : et le TSCG) qui est, en soi, un partage de souveraineté puisque la Banque Centrale européenne va contrôler nos banques. Mais aujourd’hui, le peuple français n’acceptera de nouvelles délégations de souveraineté que s’il a la conviction que ce sera plus efficace pour l’emploi et la solidarité. L’heure n’est pas à un nouveau traité institutionnel mais à un approfondissement des politiques et à l’affirmation de nouvelles ambitions pour l’Europe. Tout en améliorant le fonctionnement de l’espace Schengen. ... "

Sachons raison garder pour ne pas perdre définitivement notre Europe !

"Naturellement on peut sauter sur sa chaise comme un cabri, en criant l'Europe, l'Europe, l'Europe ... mais çà ne mène à rien !" (Charles de Gaulle)

Evitons de nous tromper de débat lors des prochaines élections européennes ! 

Ne faisons pas du scrutin européen de mai 2014 un pugilat entre ce qui se disent 'européens' et ceux que l'on qualifie sans nuance d'"anti-européens" !

Ceux qui ont conduit à ce rejet si fort du projet européen en Europe devraient veiller à ne pas stigmatiser celles et ceux qui veulent une autre Europe, comme d'autres appellent à une autre mondialisation !

« Aucun problème ne peut être résolu sans changer l’état d’esprit qui l’a engendré »  

Le Général de Gaulle était lui aussi un grand européen ! Certainement autant que Schuman, Monnet, Adenauer, De Gasperi, Spaak, Bech, Beyen, De Rougemont, Spinelli, Delors, ... mais un Européen qui n'envisageait pas l'émergence d'Etats-Unis d'Europe se substituant sans partage à des Etats souverains multiséculaires, et dont la politique se ferait à la corbeille ... à Londres et à New York, ou dans les chancelleries ... anglo-saxones ! (cf. à cet égard, notamment 'De Gaulle & Jean Monnet face à l'Europe' de Aloys Rigaut  ; 1958, le général de Gaulle et l'acceptation du traité de Rome, par Jean-Marc Boegner (Espoir n°87, 1992) ; De Gaulle face à L'Europe, de Gozard Gilles (Edité par Plon, 1976) ainsi que Citations du général de Gaulle sur l'Europe)        

Ne nous trompons pas de débat : le véritable enjeu est celui d'un renforcement de l'Union économique et monétaire  qui protège le marché intérieur et replace la question sociale au coeur des préoccupations des décideurs en charge de faire fonctionner l'un et l'autre.

Il est dommage à cet égard qu'il ait fallu attendre le Conseil européen de juin 2013, et des déclarations publiques tout aussi tardives en ce sens, pour rassurer les citoyens européens en pareille matière (cf. notamment à cet égard Le renforcement de l'Union économique et monétaire doit préserver le marché intérieur ; Redonnons force et espoir aux Européens en construisant une Europe qui les protège ! - sixième partie - ; Feuille de route pour l'achèvement de l'UEM (Extrait des conclusions du Conseil européen des 13 et 14 décembre 2012) ; Peut-il y avoir un protectionnisme intelligent ? par Alexandre Delaigue, Michel Fouquin et Jean-Luc Sauron(Atlantico.fr) ; La réflexion sur la dimension sociale de l'UEM est - enfin - entamée ! ; Politique de cohésion: la Commission passe à l’action pour aider certains États membres à tirer le meilleur parti des fonds de l’UE en faveur de la croissance et de l'emploi  La réorientation de la politique de cohésion de l'Union européenne en vue de maximiser la croissance et l'emploi : la réforme en 10 points  ainsi que Pourquoi penser que l’Europe doit sacrifier son modèle social pour rester performante économiquement est tout aussi absurde que l’inverse, par François Beaudonnet et Gérard Bossuat (Atlantico. ) 

            

Le principe de précaution démocratique l'exige : méfiez-vous de la docte ignorance des experts !    

 

« Aucun problème ne peut être résolu sans changer l’état d’esprit qui l’a engendré »

 

"Nous avons besoin d’hommes capables d’imaginer ce qui n’a jamais existé "

 

Voir également :

 * Cameron pose-t-il les bonnes questions ?       

 * L'Europe des pouvoirs faibles 

 *  Refaire l’Europe : Esquisse d’une politique - Par Pierre de Boissieu, Antonio Vitorino, Tom de Bruijn et Stephen Wall

 * Union européenne : Appel pour une révision des traités (Publius)  

 * Perseverare diabolicum                 

 * Un "front européen" pour l'élection de 2014 ?

 * Audit sur l'impact des compétences européennes sur les objectifs et les intérêts nationaux - et européens - : la France doit imiter le gouvernement britannique !

 * De l'urgence de restaurer l'autorité de compétence et la légitimité de la Commission européenne au sein de l'Union européenne 

 *  Il est urgent non seulement de repenser et de refonder l'Union européenne, mais également d'en renouveler les dirigeants !      

 * Osons l'Europe ! Mais en empruntant une voie réellement pragmatique et utile ! Une voie qui redonne à l'homme la place qu'il a perdue !  

 * Ecoutons aussi les eurosceptiques, par Soetkin Verhaegen (De Standaard)   

 * Les partisans de la sortie de l'UE et de l'Euro s'organisent au niveau européen !     

 * L’élection du président de la Commission, une (fausse) bonne idée ? par Roger Vancampenhout               

 * L’«élection» d’un président fort de la Commission : obstacles et opportunités (Chronique - Fenêtre sur l'Europe))

 * Union européenne : Appel pour une révision des traités (Publius)

 * L'intégration européenne divise les libéraux, par Daniela Vincenti (Euractiv.fr)

 * Sélection des candidats aux élections européennes  

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories