Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par De La Boisserie

Nombreux sont les observateurs qui ont cru voir dans un certain nombre de décisions récentes le signe d'une mise à mort de ce que beaucoup appelle encore "l'Europe de la Défense", terme impropre dont la signification varie selon ses utilisateurs, mais qui renvoie à cette idée d'une Europe politique dotée d'une politique de Défense !

Or la multiplication des initiatives politiques, technocratiques et industrielles au cours de ces dernières semaines de la présidence belge du Conseil de l'Union européenne témoigne bien au contraire d'une vitalité qui n'a rarement eu d'équivalent depuis que fut lancé le processus PESD et la démarche capacitaire qui lui a été associée, il y a une dizaine d'années.

Il suffit pour s'en convaincre de parcourir les textes récents présentés et adoptés lors du Conseil "Affaires étrangères" qui s'est réuni en formation "Défense" le 9 décembre dernier. (cf. à cet égard l'article de Nicolas Gros-Verheyde : http://www.bruxelles2.eu/defense-ue/defense-ue-droit-doctrine-politique/les-differents-documents-approuves-au-conseil-defense-du-9-decembre.html)

Pour autant, des difficultés demeurent, bien réelles, qui doivent être surmontées pour permettre à l'ensemble des protagonistes de la PSDC, de la Politique européenne des capacités et de l'armement en dévenir comme à ceux de la base industrielle et technologique de sécurité et de défense européenne de concrétiser les programmes et projets mis dans le pot commun.

Au-delà de l'identification de projets et de capacités à développer, le plus difficile reste à accomplir :

 - rendre compréhensible par l'ensemble des acteurs à ces processus la démarche capacitaire et ses exigences, notamment par les responsables en charge de la mise en oeuvre de cette démarche dans les administrations nationales, les Etats-majors autant qu'au sein des entreprises de défense et de sécurité,

 - déterminer avec précision qui fait quoi et comment agir dans la gouvernance des différents volets de cette démarche, de l'amont à l'aval,

 - trouver les financements susceptibles de nourrir les investissements qui doivent y être dédiés.

Telle est la motivation de la série d'articles publiés sur ce blog sous l'intitulé suivant : Levons ces ambiguïtés non constructives qui paralysent la dynamique européenne sur les registres des capacités et de l'armement ! Et agissons ! - cinquième partie -

Restons confiant dans les ressorts et la détermination des européens même si, comme le souligne Maxime Lefevre : " Il faut rester réaliste. L’état de l’Union européenne, la dépendance aux Etats-Unis et à l’OTAN, le maintien des centres de décision politiques dans les capitales nationales, rendent très lointain, sinon illusoire, l’objectif d’un Etat fédéral européen au sens westphalien, autonome sur la scène internationale et garant de sa propre sécurité. Mais la combinaison de la vieille méthode Monnet des « solidarités de fait » et d’une volonté politique revigorée pourrait éviter aux réformes du traité de Lisbonne de s’enliser dans des combats bureaucratiques vains et improductifs. " !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article