Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 10:32

Qui n'y va aujourd'hui de son appel à 'oser l'Europe' ! 

Entendre par là avancer sur la voie d'une plus grande intégration politique par la voie du fédéralisme ! Qui en remettant l'ouvrage institutionnel sur le métier, qui en approfondissant la démocratie européenne, qui en créant une armée européenne, qui en harmonisant tout ce qui pourrait et/ou devrait être harmonisé dans les domaines fiscaux, judiciaires et sociaux, qui en dotant l'UEM des attributs nécessaires (voir en particulier à cet égard Oser l'Europe ! par Bernard Barthalay et Michel Aglietta (Le Cercle des Echos) ; La zone euro, creuset de l’Union politique (Tribune par Jacques Delors, António Vitorino et Comité Européen d'Orientation/European Steering Committee / Notre Europe -Institut Jacques Delors) ; Des propositions de réformes pour la zone euro (Tribune par Jacques Delors et Henrik Enderlein / Notre Europe - Institut Jacques Delors)Une UEM à la fois renforcée et solidaire, par António Vitorino (Notre Europe – Institut Jacques Delors) ;Pas à pas, renforcer la zone euro (Synthèse du premier Policy Paper G-Mond - CEPII et PSE-Ecole d’Economie de Paris) ; Une nouvelle voie pour la croissance et la solidarité (Tribune de Anna Diamantopoulou - Notre Europe - Institut Jacques Delors) ; Recommandations à la Commission sur le rapport des présidents du Conseil europeen, de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et de l'Eurogroupe (Rapport Thyssen) ; Une union politique pour l'Europe, par Thierry Chopin, Jean-François Jamet et François-Xavier Priollaud (Question d’Europe n°252 - 24 septembre 2012 - Fondation Robert Schuman - ; 'Programmation conjointe' et 'partenariat public-public' : deux voies d'avenir pour une fédération d'Etats nations efficace et solidaire ! ; Accordons la licence bancaire au MES pour redonner à la puissance publique la souveraineté qu'elle a perdue ! ou encore Le Parlement européen formule des propositions très concrètes en faveur d'un équilibre effectif entre austérité et croissance), etc.

Chacun s'emploie, en toute bonne foi, à associer à cet appel des recettes, de nature essentiellement techniques, aux questions spécifiques qu'il aborde !      

Il en est de même de la compétitivité et de la 'globalisation' ! Mais de quelle sorte de compétitivité et de globalisation s'agit-il ici (cf. à cet égard l'excellent discours de Pascal Lamy à propos de la globalisation La globalisation : d’où vient-on ? Où va-t-on ? par Pascal Lamy ou encore le rapport plus spécifique de l'OCDE intitulé Meeting Global Challenges through Better Governance: International Co-operation in Science, Technology and Innovation (OECD) ou encore, s'agissant de la compétitivité : La réduction des écarts de compétitivité entre les Etats membres de l'UE ne va-t-elle pas se faire au détriment de ses champions et/ou du modèle social européen ? ) ?

A chaque fois, le pragmatisme est invoqué pour justifier tel ou tel autre remède ! Mais de quelle sorte de pragmatisme s'agit-il ici ?  

Parfois, référence est faite aux Etats-Unis d'Amérique ! Plus souvent d'ailleurs aux premières heures de cette Amérique fantasmée qu'aux heures plus récentes de sa jeune histoire tant le rêve américain semble s'être érodé, le fédéralisme  ne semblant exercer en la matière aucune espèce d'effets.

De nouveaux paradigmes apparaissent ici et là qui modifient de manière radicale autant les représentations que nous devons nous faire du monde que les ressorts des dynamiques qui s'y développent !

Pour y voir plus clair et mieux appréhender les enjeux auxquels le monde, et en particulier, les sociétés occidentales, sont confrontés, observons par exemple les difficultés que traversent les Etats-Unis d'Amérique !

Qu'il s'agisse du recul constant de la puissance publique, fédérale ou pas, face aux puissances économiques et financières, de la concurrence effrénée sur les marchés monétaires des grandes devises internationales, de l'agilité et de la volatilité des capitaux, des troubles de la société américaine induits notamment par une course sans limite à l'innovation (inetrnet, réseaux sociaux, transactions financières à très haute vitesse, communicationetc... ) en même temps que par un attachement sans borne à des acquis d'un autre temps, de la perte d'emplois consécutive à l'abandon de toute véritable ambition de politique industrielle (cf. Du pari des transferts de technologies face au risque de désindustrialisation ! - nouvelle édition - ), de la montée de la précarité et des inégalités de toutes sortes (cf. à cet égard notamment Le prix de l'inégalité, de Joseph Stiglitz), ou encore des difficultés à demeurer l'hyperpuissance capable d'un accès permanent à tout point du globe et de dénier ce même accès à qui bon lui semble en raison d'une globalisation stratégique qui ne se réduit pas à la globalisation économique et financière, le sentiment d'impuissance - quand il ne s'agit pas de l'impuissance elle-même - est là qui appelle des réponses urgentes que le fédéralisme ne saurait apporter en soi ! L'alternance démocratique existe aussi aux Etats-Unis ! Mais elle demeure impuissante à oser - là encore - ce que les Etats-Unis devraient oser : refonder leur propre modèle de démocratie et de progrès sur des bases compatibles avec les nouveaux paradigmes ! Lutter contre cet enfermement dans une logique politique binaire recroquevillée, cheville au corps, sur une représentation du monde qui ne fait plus aucun sens, qui semble les paralyser ... aussi !

Mais rien ne sera possible, là-bas comme ici, si les observateurs, les béats, les sceptiques, les experts, les analystes, les décideurs, les 'yaka-focon' ou les 'yavéka', ne font pas leur propre révolution culturelle en se dégageant aussi des pièges tendus par un regard sclérosé, quand bien même il ne serait pas sectaire, ou par des utopies profondément 'infériorisantes' !

Refuser de prendre la mesure des défis politiques et stratégiques, et de la réalité des relations internationales (La reconfiguration de l'ordre global par les États Unis (2) par Irnerio Seminatore ; Des experts américains envisagent trois scénarios pour l’UE en 2030 (EurActiv.fr) ; Les 7 péchés capitaux de la PESC ! (nouvelle édition) ; Bâtir une défense commune pour assurer l’autonomie politique et stratégique de l’Union européenne ! Du constat d’absence d’un tel projet politique dans l’agenda européen ! ; "Où est donc passé l'esprit de pragmatisme de Jean Monnet ?" s'interroge Henri Malosse, le nouveau président du Comité économique et social européen (CESE) ; Les trois principaux défis qui se présentent à l'Union européenne pour qu'elle devienne une authentique Union politique, selon Jean-Louis Quermonne ainsi que Tant que les Etats européens s'opposeront par services interposés, l'Union politique demeurera un projet illusoire !), quand on prétend vouloir progresser sur le volet économique et monétaire, refuser de prendre la mesure des défis démocratiques  quand on prétend vouloir progresser sur le volet social, refuser de prendre en compte des siècles d'histoire et de culture nationales quand on prétend vouloir s'affranchir des frontières pour dépasser celle attachée à la protection d'une souveraineté nationale qui se voudrait toujours aussi jalousement exclusive, refuser de prendre en compte la contingence politique et de la crise de la gouvernance et de la représentation politique quand on prétend vouloir bâtir une Europe politique et démocratique, relève d'une absence de pragmatisme de très mauvais aloi !

Les Etats et leurs intérêts demeurent quand bien même il est tout simplement impossible de les définir avec clarté ! Les peuples, leurs aspirations, les référents culturels et leurs angoisses spécifiques aussi !

Il serait des plus pragmatique et utile  pour l'avenir même du projet européen (comme pour celui du projet américain) que les préconisations à venir ne les occultent plus !

Osons l'Europe ! Mais en empruntant une voie réellement pragmatique et utile !  "Il ne s'agit sûrement pas de fabriquer au-dessus des nations constitutives une sorte de super-Etat vidant les autres de leur substance, ni même un Etat fédéral classique à l'américaine (où les Etats fédérés ont à peu près la même taille et où l ebudget fédéral draine des masses importantes). Nous avons à poursuivre dans la voie de l'invention d'un fédéralisme original, trouvant le bon équilibre entre l'unité et la diversité, entre l'Union et ses nations, entre communauté et autonompie, entre gouvernance efficace et participation démocratique. Les termes de Fédération d'Etats-nations ou de Communauté d'Etats-nations expriment bien cette orientation qui n'a rien d'irréaliste et pourrait exercer un vrai rayonnement." (cf. Une identité spirituelle pour l'Europe ? par Jean-Baptiste de Foucauld (troisième partie) )

Osons l"Europe en n'oubliant pas l'essentiel : l'Europe n'est pas une fin en soi ! C'est un horizon ! Un projet ! Un défi ! Un espoir !

Osons une Europe faite pour l'Homme dans un monde qui le relègue bien trop souvent à sa seule fonction d'utilité ....

Sachons le réhabiliter pour lui donner toute sa place, nécessairement première, dans ce monde hyperconnecté où tout se dilue en même temps que tout s'agite tel un mouvement brownien ( The "Onlife Manifesto": Being human in a hyperconnected era (February 8, 2013 | 25, avenue de Beaulieu | Brussels) ) !

Sachons réenvisager avec sérénité et responsabilité ce que l'Europe emporte comme identité spirituelle spécifique (cf. Une identité spirituelle pour l'Europe ? par Jean-Baptiste de Foucauld (première partie) et les articles suivants), en tirant la substantifique moëlle des messages si forts, parce que si justes, de Vaclav Havel (cf. notamment à cet égard :  Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, sur l'action et l'oeuvre de Vaclav Havel et sur la construction d'une Europe unie, Aix-la-Chapelle le 9 mai 1991 )  de Ulrich Beck (cf. a Créons une Europe des citoyens ! par Ulrich Beck (Le Monde) - nouvelle édition - insi que La démocratie directe n'est pas à craindre, par Ulrich Beck ) et d'Edgar Morin (cf. En 2013, il faudra plus encore se méfier de la docte ignorance des experts, par Edgar Morin (Le Monde)).

Et, plus généralement encore, Osons porter un autre regard sur l'oeuvre politique !

Voir également :

 * Pour un Pacte international permettant de limiter les risques systémiques associés à l'inflation et à la prolifération des dettes souveraines (nouvelle édition)    

 * La démocratie européenne ne résistera aux chocs de la globalisation qu'au prix de profondes réformes au sein même des Etats européens ! (1) - nouvelle édition -

 * La démocratie européenne ne résistera aux chocs de la globalisation qu'au prix de profondes réformes au sein même des Etats européens ! (2) - nouvelle édition -

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories