Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 11:49

En dépit des problèmes internes que soulève l'évolution du "Partenariat oriental" dans certains États "associés" (notamment en Ukraine) - et malgré les réticences exprimées par certains États membres de l'UE (notamment la France) - la déclaration finale du sommet de Vilnius confirme et amplifie la "vocation européenne" des 6 États concernés de l'est européen.

Si la perspective d'adhésion de ces États à l'UE n'est pas explicitement affirmée, l'ensemble du texte tend nettement dans cette direction.

Plusieurs passages de la déclaration de Vilnius en témoignent :

"Accelerating the political association and economic integration of interested partners within the EU"

" Acknowledging the European aspirations and the European choice of some partners.

"Confirming the role of the partnership to support those who seek an ever closer cooperation with the EU".

(cf. Joint Declaration of the Eastern Partnership Summit (Vilnius, 28-29 November 2013))

De la sorte, un processus d"intégration européenne" de ces États - analogue à celui mis en oeuvre avec les États des Balkans - est d'ores et déjà enclenché.

L'effet "cliquet" de ce type de déclaration place inévitablement ces accords d'association dans une perspective d'adhésion qui, pour être encore implicite, n'en devient pas moins inexorable. Le prochain stade naturel de ce processus sera l'inclusion des États concernés dans la "stratégie d'élargissement" de l'Union.

Les espoirs mis dans ce processus quant à l'évolution de l'ordre politique interne de ces États sont légitimes. De même les bénéfices - notamment économiques - que pourra en retirer l'Union et certains de ses États membres paraissent justifiés.

Pour autant, cette évolution sémantique et politique du "partenariat" pose à l'UE un véritable problème existentiel : celui de l'accroissement indéfini du nombre et de la diversité de ses membres (voir attach ci-dessous).

Il serait temps que l'Union pose plus clairement et plus directement la question de la compatibilité de ce processus avec l'image qu'elle se fait de sa propre évolution, de son propre "avenir" . Le décalage croissant entre ces engagements visant à un élargissement indéfini de l'UE d'une part et l'incertitude croissante sur sa propre unité et solidarité internes d'autre part devient de plus en plus préoccupant.

Il serait sans doute utile de concevoir et définir une forme d'association ou de partenariat expressément déconnectée de la question d'éventuelles adhésions - qui est d'une toute autre nature. Certains États membres de l'UE (dont la France) ont d'ores et déjà introduit une clause interne (comme le referendum préalable à toute nouvelle adhésion) destinée à maîtriser l'évolution de l'élargissement. La sagesse conduirait plutôt à éviter d'en arriver à de tels blocages éventuels en clarifiant la notion d'"association" et en la replaçant dans le contexte de relations équilibrées de voisinages stabilisés. Voisinages qui seraient re-situés dans le cadre d'un "espace économique européen" dans lequel l'UE conserverait son identité originelle, sa cohérence politique, son homogénéité culturelle, sa capacité d'action et la poursuite de son intégration interne.

 

Voir aussi à propos du partenariat oriental : 
 * http://www.etudes-europeennes.eu/images/stories/Eastern_Partnership/Entretien_Serge_Smessow_FINAL_FR.pdf
 
Voir également à l'égard de la stratégie d'élargissement :
 * Attention ! Ceci N'EST PAS une "stratégie d'élargissement" ainsi que les articles auxquels il renvoie.

 * Attention ! Ceci N'EST PAS une "stratégie d'élargissement"

 * L’UE ne doit-elle pas revoir sa stratégie à l’Est ?

 

Voir enfin :

 * http://www.bruxelles2.eu/politique-etrangere/elargissement-europe-centrale/la-commission-franchit-la-ligne.html

 * Ce dont l'Union européenne a le plus besoin aujourd'hui, c'est d'une vision stratégique de sa véritable place comme acteur global dans le monde

 * L'Union européenne pourrait-elle enfin faire la démonstration qu'elle dispose d'une véritable vision stratégique ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Guy Giraud et Patrice Cardot - dans Réfléchir à l'Europe que nous voulons
commenter cet article

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories