Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 18:30

Dans une précédente note (Un "front européen" pour l'élection de 2014 ? par Jean-Guy Giraud), il était préconisé la constitution d'un "front commun" des partis politiques pro-européens pour s'opposer - lors des élections européennes de Mai 2014 - à la catastrophe annoncée de Mai 2014 qui risque de remettre en cause soixante années d'efforts en faveur de la construction européenne.

Les deux grands dangers sont clairement identifiés : 
 - un taux d'abstention record, probablement supérieur à 65% 
 - un pourcentage d'environ 30% de votes anti-européens.
Cette note faisait aussi - de façon plus réaliste -  allusion à la nécessité d'un "front civique européen" c'est à dire à la mobilisation de la société civile pour accompagner - ou, le cas échéant, suppléer - celle des partis.          
        
Des associations et des personnalités inquiètes ...

Pour ne prendre que le cas de la France, il existe un nombre considérable (probablement une cinquantaine ...) d'associations pro-européennes réunissant des hommes et des femmes de tous milieux fortement et lucidement attachés à la sauvegarde et à la poursuite de la construction de l'Europe. 

De même, on trouve de nombreuses personnalités influentes des milieux économiques, intellectuels, académiques, journalistiques, etc ... qui partagent la même conviction pro-européenne. 

 Ces associations et ces personnalités sont toutes convaincues du danger que constitue la "catastrophe annoncée" de 2014 et elles expriment publiquement de façon de plus en plus pressante leurs inquiétudes.          

...mais dispersées.
Toutefois, leurs cris d'alarme demeure largement inaudibles pour l'opinion publique du fait de leur caractère aléatoire et dispersé.
Face à la sorte de "négationnisme européen" qui s'exprime brutalement de façon systématique et univoque, ces associations et personnalités n'opposent que des réactions ponctuelles, individuelles, déconnectées - et, finalement, inefficaces - sous forme de nombreux appels, déclarations, manifestations ou alertes, isolés et atomisés.          
L'opinion ne peut pas les entendre et ne peut percevoir l'inspiration et la communauté de pensée qui, pourtant, les relient entre elles.
Tous ces messages ne semblent s'adresser qu'à un cercle restreint d'initiés, membres ou sympathisants - au total quelques milliers de personnes peut-être.  
Pourquoi ne pas les regrouper ?          
Il existe pourtant, en matière politique notamment, une loi et une règle incontournables : l'union seule fait la force.            
Dès lors, ne pourrait-on envisager une initiative visant à regrouper ces associations et personnalités au sein d'une sorte de "front civique européen" qui exprimerait - au delà de toutes considérations idéologiques - leur unique souci de préserver les objectifs et les valeurs de l'entreprise européenne.
Tout en reconnaissant les insuffisances - voire les dérives actuelles - de cette entreprise, le message de ce front serait simple : "Votez pour sauver l'Europe".
Ainsi constitué, ce front aurait la visibilité suffisante pour catalyser et mobiliser un courant  d'opinion pro-européen (aujourd'hui dormant) d'une ampleur peut-être insoupçonnée et inattendue - une sorte de majorité silencieuse aujourd'hui incapable de s'exprimer faute de parti politique ou de grand leader clairement pro-européens - et faute de grand collectif associatif auxquels les gens puissent se rallier.            
 
Un front pour sauver les valeurs européennes  
Il existe en France une tradition selon laquelle, lorsque des valeurs essentielles sont en jeu sur le plan national, se constitue un "front républicain" déterminé à les sauvegarder en unissant, sans les confondre, toutes les forces de résistance.
Cette analogie est-elle de mise, ici et aujourd'hui, en matière européenne ? À chacun d'en juger après avoir pesé le pour et le contre.
Parmi celles qui partagent cette analyse, quelles associations ou quelles personnalités prendront l'initiative de ce regroupement ? 
 Nous aurions sans doute à regretter, au lendemain du 25 Mai, de ne pas avoir tout tenté pour prévenir ensemble la catastrophe annoncée - alors même que, séparément, chacun d'entre nous se serait mobilisé en vain.          

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories