Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Oxfam France

affiche-A3_Campagne-Prives-de-terre_web-101001.jpg

 

Alors qu’en 2010 près d’un milliard de personnes souffrent de la faim dans
le monde, des millions d’agricultrices et agriculteurs locaux sont menacés
de perdre leur seul moyen de subsistance : leurs terres. Deux phénomènes
mettent en péril l’avenir de ces paysans qui font vivre 45% de la population
mondiale : l’accaparement des terres par des investisseurs et le changement
climatique. L’agriculture familiale a pourtant un rôle clef à jouer face aux
crises alimentaires, économiques et écologiques et doit être soutenue
activement. A la veille de négociations importantes sur les traités
d’investissement et le climat, aidez-nous à faire entendre la voix de ces
millions de paysannes et paysans du Sud et à faire pression sur la France
pour qu’elle protège leurs droits au niveau international.

 

Cinq raisons majeures :

 

   - *"L’accaparement des terres" prive des millions d’agricultrices et
   d’agriculteurs de leurs moyens de subsistance.* Depuis 2006, 15 à 20
   millions d’hectares de terre, soit l’équivalent de la totalité de la surface
   agricole française, ont été achetés ou loués dans les pays en développement.
   Ce phénomène, appelé "accaparement des terres", risque de s’amplifier
   encore, pour plusieurs raisons.
   - *Les paysans du Sud sont les premières victimes du changement
   climatique.* En plus des pressions spéculatives sur leurs terres, les
   paysannes et paysans du Sud sont confrontés chaque jour aux conséquences du
   changement climatique, bien réelles pour des millions d’habitants des pays
   du Sud : désertification, inondations, phénomènes climatiques violents…
   - *Accords commerciaux, traités d’investissement et négociations sur le
   climat influent directement sur la survie de millions de paysans.* Les
   traités d’investissements étrangers n’imposent aucune obligation sociale ou
   environnementale aux investisseurs, qui font pression sur les pays en
   développement et obtiennent des facilités d’investissements au mépris des
   droits de propriété et d’usage des terres des populations locales.
   - *Principales productrices, les femmes sont plus vulnérables.* Alors
   qu’elles produisent entre 60 et 80% de la nourriture des pays en
   développement, seul un propriétaire foncier sur cinq est une femme, une
   proportion encore plus faible dans certains pays. Elles sont donc les
   premières concernées par les problèmes d’accaparement des terres et les
   conséquences du changement climatique.
   - *Que ce soit en matière d’investissements ou de changement climatique,
   la France et les Etats européens jouent un rôle direct.* Des entreprises
   françaises et européennes investissent dans les pays en voie de
   développement, acquièrent des terres et obtiennent des concessions, attirées
   par la demande croissante en agrocarburants et par les opportunités de
   profits dans le domaine agricole.


Nous demandons donc au gouvernement français :

   - *de réviser, dans le cadre du processus européen en cours, ses traités
   d’investissement avec les pays du Sud* afin d’y inclure de nouvelles
   clauses contraignantes en matière de *respect des droits humains*
et de *protection
   environnementale* ;
   - *de s’assurer que les fonds promis pour faire face au changement
   climatique dans les pays en développement s’ajoutent bien* aux
   financements déjà promis en matière d’aide au développement, *sous forme
   de dons* et provenant en majorité de la mise en place *de financements
   innovants*.
 

Pour signer la pétition : http://www.privesdeterre.org/petition

 

GIF - 46.7 ko

 

http://www.oxfamfrance.org/Prives-de-terre-prives-d-avenir,870

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article