Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean Poche

Airbus : début de la construction d’une usine américaine
Le président d’Airbus, Fabrice Brégier, a lancé la construction de l’usine américaine de l’avionneur européen. Son investissement est estimé à 600 millions d’euros. Localisée à Mobile (Alabama), cette nouvelle ligne d'assemblage d'appareils de la famille A320 doit livrer ses premiers appareils en 2016. Le site de Mobile a été choisi, notamment, pour son port en eaux profondes qui permettra l’acheminement par bateaux des tronçons des appareils venus d’Europe. En effet, si l’assemblage final se fera outre-Atlantique, l’essentiel de l’activité de fabrication continuera de se faire sur le Vieux continent. "Pour un poste sur la chaîne américaine, cela correspond à quatre emplois au sein d’Airbus", explique la direction d’Airbus.

09 avril 2013 - Les Echos - La Tribune - Le Figaro - Le Monde - usinenouvelle.com ( 8 avril).
Une production d’avions en zone dollar
La construction de l’usine de Mobile répond à un objectif stratégique d’Airbus : produire en zone dollar. Ainsi, l’avionneur européen pourra réduire son exposition financière face aux parités fluctuantes euro-dollar dans la mesure où une grande partie de ses coûts est facturée en euros et ses recettes libellées en dollars. En outre, l’assemblage de la famille A320 et particulièrement de la nouvelle version NEO, permettra de produire sur le sol américain 48 avions par an, à compter de fin 2017. L'objectif d'Airbus est d'augmenter sa part de marché aux Etats-Unis (19,5% actuellement) : "un gain de 10%, c'est 500 appareils", affirme l'avionneur qui précise que la cadence de Mobile peut être portée à huit appareils par mois si besoin.
09 avril 2013 - Les Echos - La Tribune - Le Figaro - Le Monde.
Airbus aux Etats-Unis : changer la perception de l’image de l’avionneur
L’implantation d’une usine aux Etats-Unis va changer sensiblement l’identité de l’avionneur européen et faciliter sa pénétration du marché américain d'autant que les fournisseurs locaux contribuent déjà globalement pour 40% de la valeur des appareils Airbus. Sur les vingt ans à venir, ce sont 5 000 appareils qui seront achetés par les compagnies d'outre-Atlantique. Très présents dans les flottes des compagnies américaines, le Boeing 757 est un appareil vieillissant. L’A321neo apparaît comme le successeur pouvant leur faire économiser jusqu’à 30% de carburant. En outre, Airbus se rapproche d’éventuelles commandes militaires.
09 avril 2013 - Le Figaro - La Tribune - usinenouvelle.com (8 avril).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article