Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 09:31

 

En quelques jours, les médias nous offrent 2 informations utiles pour notre décryptage hebdomadaire :
  • Le Monde du 30 janvier nous offre l’information d’un « nouveau record pour le nombre d’embauches en CDD ». On y apprend que  « Le nombre d'embauches en CDD a atteint un nouveau record au quatrième trimestre 2013, selon les données publiées jeudi 30 janvier par l'Urssaf. Selon l'organisme, 86,8 % des embauches ont été faites en CDD, contre 86,2 % le trimestre précédent. Des niveaux jamais atteints depuis les débuts des statistiques, en 2000. Ce nouveau record s'explique par une hausse de 2,6 % des CDD de moins d'un mois et de 0,5 % de ceux de plus d'un mois. Dans le même temps, les embauches en CDI ont reculé de 1,3 %. Depuis le 1er juillet, l'usage des CDD courts est pourtant taxé pour les entreprises. » 
  • Se basant sur l'exemple de l'Allemagne, Arte, dans son émission « Déchiffrage » du 4 février 22h35, nous indique que « Le taux de chômage ne dit pas tout de la situation du travail dans un pays. Certaines formes d'emplois précaires ou à temps partiel ne font en effet que transformer des chômeurs en travailleurs pauvres. Il est donc nécessaire d'aller au-delà du chiffre du chômage. »
 


Alors que les nombres d’emplois à temps partiel étaient similaires entre la France et l’Allemagne dans les années 80, on observe un véritable décrochage de l’Allemagne qui a vu ce nombre augmenter très fortement (>+60% en 10 ans) tandis qu’il est resté inchangé en France.


Cette augmentation très nette du nombre de CDD très courts (moins d’un mois) semble indiquer que la France prend, avec 20 ans de retard, le chemin de l’Allemagne et ses 20% de travailleurs pauvres. C’est d’ailleurs tout le sens de la politique de l’offre et de l’alignement tardif de la politique française sur l’axe Blair-Schroeder.


C’est un point politique fondamental : n’est-il possible de réduire le chômage qu’en augmentant le nombre de travailleurs pauvres ? 


Alors que la France s’est considérablement enrichie (patrimoine national passant de 2.700 milliards € en 1980 à 14.000 milliards € en 2011), et que la part des dividendes dans l’EBE* des entreprises a doublé sur la même période, au détriment de la part des salaires, nous pensons qu’il y a là de la matière pour une politique économique redistributive, une Nouvelle Voie Socialiste qui passerait par la meilleure distribution des fruits du travail.


Une grande réforme fiscale, se basant plus sur le patrimoine et moins sur les revenus des entreprises et des personnes, ainsi qu'une meilleure répartition du travail entre ceux qui travaillent plus de 35h/semaines et ceux qui n'ont pas accès à l'emploi, sont 2 pistes de solutions.
        

 
Définition : 
  • EBE = Excédent Brut d'Exploitation, différence entre les recettes de l'entreprise et ses dépenses, hors amortissements et frais de financements (intérêts).
Source : Rémi Demersseman-Pradel et les équipes du pôle "Economie" de l'association "Nouvelle Voie Socialiste"

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'Indigné du Canapé 11/02/2014 23:22

Être un travailleur pauvre est une vraie tare.
Il n'y a que les riches et les middle class pour critiquer ceux qui galèrent au RSA (les "assistés") car ce n'est pas enviable.
Tu veux tester : Tiens, joue --> http://www.indigne-du-canape.com/vivre-lexperience-spent-et-ne-plus-jamais-critiquer-les-gens-qui-galerent/

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories