Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par ERASME

Albert Camus, dont l'intelligence de coeur n'a eu d'égale que celle de son esprit, dont la plume comme les engagements dans la vie ont su si bien rendre compte de l'éclat de son âme autant que des questionnements qui l'ont habité sans aucune pause, a lancé à ses proches et amis, à ses collègues, à ses rivaux, au monde des phrases et des formules qui toutes, sans exception, méritent qu'on s'y attarde un instant !
Regards-citoyens.com en propose ici quelques unes, pour mémoire, puisées dans le document qu'y consacre le site : http://www.evene.fr/citations/auteur.php?ida=49.
" Le monde change, et avec lui les hommes et la France elle-même. Seul l'enseignement français n'a pas encore changé. Cela revient à dire qu'on apprend aux enfants de ce pays à vivre et à penser dans un monde déjà disparu. "
" Le désespoir, comme l'absurde, juge et désire tout, en général, et rien, en particulier. "
" Il faut mettre ses principes dans les grandes choses, aux petites la miséricorde suffit. "
" Mais qu'est-ce donc que l'exécution capitale, sinon le plus prémédité des meurtres auquel aucun forfait criminel, si calculé soit-il, ne peut être comparé ? "
" Rien n'est vrai qui force à exclure !  "

" On a déclaré qu'il fallait d'abord la justice et que, pour la liberté, on verrait après ; comme si des esclaves pouvaient jamais espérer obtenir la justice. " 
" Lorsque nous serons tous coupables, ce sera la démocratie véritable. "
" L'homme n'est pas entièrement coupable : il n'a pas commencé l'histoire ; ni tout à fait innocent puisqu'il la continue. "
"
Le grand courage, c'est encore de tenir les yeux ouverts sur la lumière comme sur la mort. "
"
Que préfères-tu, celui qui veut te priver de pain au nom de la liberté ou celui qui veut t'enlever ta liberté pour assurer ton pain ? "
"
Il n'y a pas longtemps, c'étaient les mauvaises actions qui demandaient à être justifiées, aujourd'hui ce sont les bonnes. "

" Penser, ce n'est pas unifier, rendre familière l'apparence sous le visage d'un grand principe. Penser c'est réapprendre à voir, diriger sa conscience, faire de chaque image un lieu privilégié. "
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde. "




 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
La "bonne" citation de Camus est : "mal nommer un OBJET, c'est ajouter au malheur DE CE monde"<br /> L'objet étant pris au sens philosophique, c'est à dire, l'objet d'une controverse ou d'un discours ... et DE CE monde dans lequel nous vivons et pas DU monde en général !
Répondre
J
BIEN nommer les choses, c'est ajouter aux malheurs de ce monde, non ? <br /> Ce n'est sans doute pas vrai quand il s'agit de tout ce qui est accessible aux 5 sens. Il vaut mieux nommer un chien un chien plutôt qu'un chat, un sifflement, un sifflement, plutôt qu'un beuglement, sinon on ne se comprend plus; <br /> Mais quand il s'agit de choses abstraites (morales, sociales, psychologiques) où les sens ne sont pas concernés, bien nommer les choses, c'est les nommer conformément à l'usage, aux conventions, à l'ordre établi, aux préjugés etc bref. Deux inconvénients à cela<br /> 1 un conformisme qui entretient les problèmes les malheurs causés par cet usage<br /> 2 ne plus réfléchir. L'affaire est classée. Le mot est correct. Plus besoin de se demander s'il est juste. <br /> <br /> Il y a d'autres maximes que l'on pourrait opposer, (voilà un bon sujet de dissertation ) : comme on apprend de ses erreurs.
Répondre
R
À mon avis vous n'avez rien compris à Camus.