Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 12:00

Après trois années de "vaches particulièrement maigres", sous l'impulsion d'Alain Juppé, ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes, d'une part, et de Gérard Longuet, ministre de la Défense et des Anciens combattants, d'autre part, la France revient en force sur les grands dossiers de la politique de défense et de sécurité commune de l'UE (PSDC).

Corrélativement aux appels aussi appuyés que récurrents du Commissaire européen Michel Barnier à la nécessité de relancer sans délai le projet politique européen (cf. Europe politique : c'est le moment de s'engager, par Michel Barnier (Le Monde) - nouvelle édition - ainsi que Michel Barnier rallume la flamme de la Communauté européenne de Défense ! (Bruxelles2.eu) ), y compris dans ses différentes composantes de politique étrangère et de sécurité commune (notamment la composante PSDC et la composante économique qui lui est corrélée - cf. à cet égard  Une task force "défense" est créée au sein de la Commission européenne), le gouvernement français manifeste depuis quelques mois une volonté nouvelle de relancer la dynamique qu'il avait inaugurée à Helsinski en 1999 dans le prolongement du sommet franco-britannique de Saint Malo de décembre 1998.

Ce réveil soudain du "souffle français" en pareilles matières est d'autant plus le bienvenu  - et reconnu comme tel par les principaux partenaires européens de la France sur ces registres - que les nombreuses initiatives bi ou multilatérales qui se sont multipliées au cours des derniers mois apparaissaient, bien qu'elles étaient perçues comme porteuses d'une volonté politique de transgresser ces réflexes "souverainistes" de repli national qui se développent toujours en période de crispation politico-budgétaire, orphelines de tout portage politique à la fois volontariste et assumé par les autorités françaises en faveur de leur inscription résolue au service du processus d'autonomisation à la fois stratégique et compétitive de la base technologique et industrielle européenne indispensable à la consolidation/rationalisation des capacités européennes requises pour garantir l'opérationnalité effective de la PSDC.

En se manifestant sur plusieurs natures de registres, il traduit un sursaut tangible de volonté politique au plus haut niveau de l'Etat.

En répondant aux déceptions nées ici ou là d'un tonitruant retour de la France dans les structures militaires intégrées de l'OTAN puis d'un tout aussi tinitruant traité franco-britannique dans le domaine de la défense qui éprouvent encore de réelles difficultés à produire tous leurs effets - affichés - au profit des systèmes nationaux de défense des nations qu'ils impliquent, ce sursaut doit être salué comme tel et encouragé avec vigueur afin qu'il puisse être poursuivi avec l'efficacité et l'efficience qu'exigent les prochains rendez-vous difficiles du projet politique européen avec les citoyens européens en cette période de tensions politiques, diplomatiques, économiques et budgétaires particulièrement traumatisantes.

L'exercice d'actualisation du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2008, préalablement à la préparation de la prochaine loi de programmation militaire (cf. Le travail sur l'actualisation du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2008 est lancé), offrira aux autorités gouvernementales une occasion unique pour faire la preuve que la France est en capacité de "dépenser mieux" tout en "dépensant juste" en tirant pleinement les dividendes d'un rapprochement stratégique des différents acteurs mondiaux provoqué par le caractère systémique des crises financières et monétaires pour mieux satisfaire encore les ambitions européennes de la France dans les domaines de la défense et de la sécurité nationale (cf. Retour sur image : les ambitions européennes de la France dans les domaines de la défense et de la sécurité nationale - première partie -  ainsi que Retour sur image : les ambitions européennes de la France dans les domaines de la défense et de la sécurité nationale - seconde partie -)

Bien qu'il n'épuise en aucune manière les questions pendantes autour de l'avenir du système de défense français (cf. à cet égard notamment Défense : le chantier qui attend la France en 2012), il trouve indubitablement une bonne part de sa respiration dans les propositions particulièrement constructives émises par les différents groupes de travail mis en place en 2011 par l'UMP autour des enjeux européens et de défense (cf. notamment à cet égard "Une Europe forte et protectrice - Un enjeu pour la France" (synthèse des travaux préparatoires à l'Atelier Europe de l'UMP - 3 novembre 2011) ).

Non partisane par principe, Regards-citoyens.com, qui s'emploie depuis sa création en décembre 2008 à analyser, à commenter, à synthétiser et/ou à formuler des propositions concrètes, se joint très spontanément à cette reconnaissance autant qu'à cet encouragement collectif à poursuivre sur cette voie. Avant comme après mai - juin 2012.

 

Voir également sur ce blog :

 * "La contraction des budgets de défense va relancer les coopérations", par Patrick Bellouard (La Tribune)

 * Il est plus que temps de rationaliser les dépenses d'équipements militaires des Etats européens surendettés !

 De la nécessité et de l'urgence d'une convergence franco-allemande effective dans les domaines de la politique étrangère et de la politique de sécurité

 *  Levons ces ambiguïtés non constructives qui paralysent la dynamique européenne sur les registres des capacités et de l'armement ! Et agissons ! - cinquième partie -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories