Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 12:34

Les lecteurs trouveront ci-après le communiqué de presse du ministère français de l'Economie et des Finances relatif à la signature, le 14 novembre 2013, de l'cord franco-américain en vue d'améliorer le respect des obligations fiscales à l'échelle internationale et de mettre en oeuvre la loi FATCA.

 

http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/16304.pdf

Repost 0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 12:28

Dan Mullaney, représentant adjoint américain du commerce pour l’Europe et le Moyen-Orient, négociateur américain en chef en vue de la conclusion d’un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, était récemment à Paris et est passé par notre studio pour parler des négociations sur le Partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (TTIP).  Regardez la vidéo:

Repost 0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 10:53

 

Barack Obama sur la tombe de JFK au cimetière d'Arlington, en compagnie de son épouse Michelle (g) et des Clinton (d), le 20 novembre 2013.

Barack Obama sur la tombe de JFK au cimetière d'Arlington, en compagnie de son épouse Michelle (g) et des Clinton (d), le 20 novembre 2013.

TOPSHOTS/AFP PHOTO/Mandel NGAN           

Cinquante ans après la mort de John Fitzgerald Kennedy, Barack Obama a remis le 21 novembre la Médaille présidentielle de la liberté à des personnalités de tous horizons qui se sont illustrées dans le domaine de la lutte pour la paix et les droits de l’homme. Cette décoration, la plus haute distinction civile avait été créée par JFK juste avant sa mort. Barack Obama, accompagné des Clinton, a ensuite rendu hommage au président assassiné au cimetière d’Arlington, avant de prononcer un discours en l’honneur du président assassiné le 22 novembre 1963.

 

C’est un discours très formel et empreint de tristesse que Barack Obama a prononcé en l’honneur de John Fitzgerald Kennedy. Le 35ème président des Etats-Unis a manifestement offert à son pays une impulsion que l’Amérique n’a plus connue depuis, il est considéré par une majorité de ses concitoyens comme le plus grand président américain. Barack Obama a donc salué en John Kennedy, un homme pour qui rien n’était impossible, et pour lequel le dépassement de soi était quotidien :

« C’est l’héritage d’un homme qui aurait pu se retirer et vivre dans le luxe, mais qui a choisi d’entrer dans l’arène. C’est pourquoi 50 ans après, John Kennedy est passé à la postérité, comme de son vivant. Il reste dans notre esprit, non pas car il est parti trop tôt, mais par ce qu’il incarnait pour ceux qu’il dirigeait : tenace, résolu, sans peur qui défiait l’impossible, et avant tout déterminé à changer le monde. Jamais satisfait de ce qui était, mais pensant à ce qui pouvait être. Fidèles à son idéal, on doit se souvenir que le pouvoir de changer ce pays nous appartient. C’est l’héritage de la famille Kennedy, et c’est une responsabilité que nous acceptons. L’inflexible conviction que la puissance d’une nation repose sur son peuple et sur la liberté, était sa philosophie, c’est son héritage. Un héritage qui laisse sa trace sur la lune. Il avait dit que nous irions, et nous l’avons fait ».

Les survivants du clan Kennedy étaient présents pour cette cérémonie, et on se souvient qu’au moment de la campagne présidentielle, en 2007, la famille, bien que proche du couple Clinton, avait choisi de soutenir le candidat Barack Obama. Caroline Kennedy, la fille du président assassiné, était même sortie de son habituel silence pour engager les électeurs à choisir Obama, l’homme, qui selon ses propres termes pouvaient incarner le même espoir que John Kennedy en son temps.

Demain, c’est Dallas, qui organise sur les lieux même de l’assassinat de John F.Kennedy, une cérémonie, ce sera la première fois en 50 ans.

 

Source : http://www.rfi.fr/ameriques/20131121-etats-unis-obama-rend-hommage-jfk

Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 20:57

22 novembre. Cela fera 50 ans tout juste que le président américain, John Fitzgerald Kennedy, a été assassiné à Dallas. A l'occasion de l'anniversaire de cet illustre exemple de la malédiction de la dynastie Kennedy, les chaînes françaises multiplient les hommages et références au président Kennedy. Panorama des rendez-vous de la semaine...

Si Lee Harvey Oswald a été inculpé de l'assassinat du 35eme président des États-Unis, tous les fantasmes (NDLR Regards-citoyens.com : et suppositions moins fantasmagoriques ... demeurent autour de la mort de JFK, comme cette théorie du complot toujours vivace aujourd'hui. La famille Kennedy et plus particulier le couple John Fitzgerald et Jackie, suscite toujours l'intérêt du grand public. En cette semaine de la commémoration du 50eme anniversaire de la disparition de JFK, de nombreux programmes reviennent sur l'événement. Tour d'horizon de 10 documentaires, reportages et téléfilms qui évoquent JFK. 
LUNDI 18 NOVEMBRE
Paris Première, 20h40. JFK : les trois coups de feu qui ont changé l'AmériqueDes images d'archives officielles permettent de reconstituer les dernières heures de JFK. Le documentaire revient aussi sur le meurtre de Lee Harvey Oswald moins de 48 heures après, évoque les conclusions de la Commission Warren, la théorie du complot et l'impact de cette tragédie sur la société américaine.

Histoire, 20h40. JFK : One PM central standard time. George Clooney revient sur la couverture médiatique de l'assassinat du président américain, au sein de la rédaction new-yorkaise de la chaîne de télévision CBS.
MARDI 19 NOVEMBRE
Arte, 20h50. Dallas, une journée particulière. Le 22 novembre 1963, à 12h30, alors que la Lincoln noire aborde la Dealey Plaza, Kennedy est frappé d'une balle en pleine tête. Le réalisateur revient sur cette tragédie qui a fait basculer le cours de l'Histoire, grâce à de nombreux témoignages et images d'archives.
MERCREDI 20 NOVEMBRE
Planète +, 20h45. JFK, mort en directA partir de bandes audios et vidéos rarement diffusées, le réalisateur Tom Jennings a reconstitué la dernière journée de JFK. Grâce à cette compilation de documents amateurs et de reportages locaux, on suit pas à pas le président, depuis son arrivée au Texas jusqu'à sa dernière demeure, au moment où son assassin présumé, Lee Harvey Oswald est lui-même assassiné.
JEUDI 21 NOVEMBRE 
National Geographic, 20h40. John FItzgerald Kennedy, Sept jours décisifsA l'aide d'images d'archives, de reconstitutions et de témoignages, portrait de John Fitzgerald Kennedy à travers sept événements marquants de sa vie privée et politique.
VENDREDI 22 NOVEMBRE  
RMC Découverte, 20h45. JFK 50 ans après, l'enquête relancée. Des experts tentent de comprendre comment Lee Harvey Oswald a fait pour tuer JFK, procédant à des analyses de la trajectoire de la balle, des impacts ainsi qu'à des reconstitutions.

RMC Découverte, 21h45. 10 choses que vous ne savez pas sur John F. KennedyCe documentaire lève le voile sur la vie secrète du plus aimé des Présidents américains...

National Geographic, 20h40. JFK : les dernières heures. Retour sur les dernières 24 heures de John Fitzgerald Kennedy avant son assassinat à Dallas.

Chérie 25, 20h45. Le vrai visage des KennedyRetour sur l’histoire de la famille. Une dynastie qui connut de nombreux malheurs et marqua l’histoire des Etats-Unis. 

Discovery Channel, 20h45. JFK, les enregistrements d'Air Force One. Revivez l'assassinat de la légende, à travers les enregistrements de l'Air Force One.

Bonus.  
Vous préférez les téléfilms ? Dans ce cas, optez pour JFK : le destin en marche (sur Chérie 25, jeudi à 20h45) et aussi le téléfilm... Killing Kennedy (sur National Geographic, mercredi à 20h40) 
Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 20:50

L'accumulation de mesures jugées difficiles à supporter fait monter la grogne chez les agriculteurs.

• Politique agricole commune

La nouvelle politique agricole commune (PAC), qui doit entrer en vigueur en 2015 après une année de transition, met l'accent sur le soutien à l'élevage, l'environnement et à l'installation des jeunes. «La PAC doit être plus juste, plus verte et plus jeune», a précisé Dacian Ciolos, le commissaire européen en charge de l'agriculture lors de la présentation de la réforme. Concrètement, cela va se traduire en France par un transfert d'une partie des aides versées aux céréaliers au profit des éleveurs. Or les terres du Bassin parisien sont propices aux grandes cultures et ne comptent que très peu de zones d'élevage. Même si la répartition exacte des aides reste à affiner, la perte pourrait avoisiner le milliard d'euros pour les grandes cultures. «Cela représente 30 à 40 % des aides que l'on perçoit», chiffre Damien Greffin, le président de la FNSEA Ile-de-France, pour qui l'État doit revoir sa copie.

• Écotaxe

L'écotaxe est sans nul doute la goutte d'eau qui a fait déborder le mécontentement des agriculteurs. Ceux de l'Ile-de-France seront particulièrement touchés par ce prélèvement qui s'applique au transport de marchandises de plus de 3,5 tonnes sur les routes secondaires et nationales, les péages autoroutiers s'arrêtant le plus souvent aux frontières de la région. Les producteurs franciliens de fruits et légumes seront les plus touchés. «Nos salades seront plus taxées qu'une salade importée du Kenya, s'insurge Bastian Devos, maraîcher en Seine-et-Marne. Pour le carreau des producteurs de Rungis, cela va représenter un surcoût annuel de 250.000 euros sur un chiffre d'affaires de 17 millions. Nous aurons du mal à le répercuter sur le prix du produit final. C'est insupportable économiquement.»

• TVA

Les agriculteurs supportent également mal la hausse de la TVA sur les engrais et les traitements, qui passera de 7 à 20 % le 1er janvier 2014. Même si elle a un effet neutre sur leur trésorerie - puisque cette TVA est récupérable -, elle s'ajoute à la taxe spécifique sur les produits phytosani­taires qui, elle, ne l'est pas. Également concernés, les centres équestres affiliés à la FNSEA manifesteront pour la même raison. «C'est un malentendu incompréhensible pour le secteur qui n'a cessé de marteler que l'arrêté de la Cour de justice européenne sur le passage au taux majoré de TVA ne visait que la vente de chevaux, et non les activités propres des centres équestres», rappelle Elisa Despiney, de la FNSEA Ile-de-France.

• Loi Alur

Ce texte pensé par Cécile Duflot, pour préserver les espaces naturels et agricoles, comporte un volet pour lutter contre les pics de pollution. Si dans de tels cas les automobilistes doivent réduire leur vitesse, les agriculteurs, eux, ne pourront plus traiter leurs champs. «Nous n'aurons pas le droit d'épandre des engrais et ou des traitements de protection des cultures, regrette Patrick Dezobry, administrateur de la FNSEA et agriculteur dans le Val-d'Oise. Les traitements ne sont efficaces que les jours de beau temps et surtout pas quand il pleut ou quand il fait du vent, c'est incompatible avec notre métier.»

 

Source : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/11/18/20002-20131118ARTFIG00492-les-quatre-raisons-de-la-colere-paysanne.php?pagination=4

Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 20:32

Regards-citoyens.com propose à ses lecteurs de prendre connaissance du Rapport n° 573 (2012-2013) de Mme Renée NICOUX et M. Gérard CÉSAR, fait au nom de la commission des affaires économiques, déposé le 15 mai 2013

Disponible au format PDF (415 Koctets)

Tableau comparatif au format PDF (63 Koctets)

 

Source : http://www.senat.fr/rap/l12-573/l12-573_mono.html

 

Voir également cet excellent document officiel : pac unmodeleequilibre pac unmodeleequilibre     

Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 18:43

Le lecteur trouvera ci-après la version provisoire - en langue française - des conclusions du Conseil 'Affaires économiques et financières' du 15 novembre 2013

http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_Data/docs/pressdata/fr/ecofin/139654.pdf (FR)

Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 17:34

Les Français ne font plus confiance en leurs élus et leur exaspération est légitime. Comment les Français pourraient-ils faire confiance à des politiques qui n'ont pas le courage du renouvellement et de la remise en question ? Nous ne pouvons plus nous résigner à cette rupture entre le responsable politique et ce que veulent les Français. Notre rôle est de définir un renouvellement profond de nos pratiques démocratiques.

La Commission dirigée par Lionel Jospin a manqué ce rendez-vous. Elle n’a pas su saisir l’occasion de proposer ce renouveau. Son rapport propose des réformes nécessaires, mais elles ne suffiront pas à convaincre les Français.

Nous ne ferons pas le renouvellement ni la parité sans nous attaquer à la question du cumul des mandats. Le sujet est sensible : ce n’est pas une raison pour le glisser sous le tapis. Je propose que nous interdisions le cumul du mandat de parlementaire avec les fonctions de maire de grande ville ou de président d’un exécutif local important. Il en va de la crédibilité de l'élu. A nous de définir ensuite ensemble les seuils, de regarder la réalité des situations locales. Dans le même temps, je propose de réduire de 577 à 450 le nombre de députés et de leur donner réellement les moyens d’exercer leur pouvoir législatif et de contrôle. Nous sommes aujourd’hui 925 parlementaires, quand les Etats-Unis en ont 535 et l'Allemagne 700. Chaque parlementaire européen dispose de 20 000 euros par mois pour financer des collaborateurs de haut niveau : plus du double de ce que peut financer un parlementaire national. Est-ce comme cela que nous garantirons la qualité du travail législatif  national ? Enfin, pour favoriser le renouvellement, je propose la limitation des mandats nationaux à trois mandats successifs, ce qui permettra à un député de rester quinze ans en fonction, et dix-huit ans pour un sénateur.

Nous devons également en finir avec le mélange des genres entre la fonction publique et le monde politique. La réalité est sans appel : le président de la République, le Premier ministre, les deux tiers du gouvernement et 35 % des députés sont issus de la fonction publique. Les fonctionnaires sont d'ailleurs les premiers à souffrir de cette situation alors qu'ils souhaitent simplement être reconnus pour leur indépendance d'esprit. Sur ce sujet, nous sommes en grand retard par rapport au Royaume-Uni et à l'Allemagne où les députés sont obligés de démissionner de la fonction publique s'ils en sont issus. C’est ce que j’ai tenu à faire en Octobre dernier en démissionnant du Quai d’Orsay.

Le renouvellement de nos pratiques politiques passe aussi par la culture du débat et de l'échange au sein même de notre famille politique. L’UMP est un parti de militants et les militants sont notre force. Mais nous devons aussi donner les moyens aux sympathisants de prendre la parole au sein de notre mouvement. Les militants veulent être davantage écoutés et pris en considération : ils ne veulent plus être simplement des boîtes aux lettres qui prennent les ordres de Paris et les exécutent, ils veulent participer à la décision. Cela peut passer par la mise en place d'un référendum d'initiative militante et d'un vote de confiance annuel sur le Président de l'UMP afin de renforcer sa légitimité et lui donner les moyens de son action.

Ils veulent que leur évaluation des situations politiques locales, des rapports de force, de la capacité de tel ou tel candidat à porter un projet soit entendue. Ils veulent pouvoir disposer de moyens financiers autonomes, et que leurs dépenses de campagne soient remboursées. Ils veulent pouvoir progresser dans la hiérarchie de notre parti et occuper des postes de responsabilités pour devenir un jour élus.

Nous devons nous transformer en parti de masse. Je propose que des rencontres régulières soient organisées avec tous ceux qui sont intéressés par nos idées sans être prêts encore à prendre leur carte de militant. Je propose que le forum des sympathisants soit créé sur internet. Je propose que les différents cercles de réflexion soient associés à ce travail, comme nous avions su le faire pendant la préparation de la campagne présidentielle.

Nous devons nous engager pour recréer le lien de confiance entre les Français et leurs représentants. A nous de refonder notre bien le plus précieux, notre démocratie, dans le sens de l’indépendance de chacun, du respect de tous et d’un engagement déterminé au service d’une ambition nouvelle pour la France et l’Europe.

Source : http://www.brunolemaire.fr/bruno-le-maire/les-enjeux-de-demain/pour-un-vrai-renouvellement-politique.html

Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 17:21

Cette question vaut autant pour les sacrifices militaires que pour les sacrifices sociaux et économiques !  

Si une nation, un peuple, un citoyen, un patriote, peut accepter l'existence de limites à l'exercice de ses droits, l'un et l'autre doivent pouvoir se faire accorder des limites à ses devoirs !

Un Etat n'est pas une fin en soi ! Il n'a de légitimité que par la qualité des services qu'il rend à la nation à qui il doit rendre des comptes en toutes circonstances !

 

" Der Staat ist für die Menschen und nicht die Menschen für den Staat “  

 

« Pour qu’on ne puisse pas abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir ». (Montesquieu)  

Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 16:42

Depuis quelques décennies, chaque année, la France découvre qu'à l'approche de l'hiver, la météo lui apporte son lot d'intempéries somme-toutes bien modestes par rapport aux grands hivers des années 50 et 60 ....

Aux premières neiges, des dizaines de milliers de foyers sont privés d'électricité et et des centaines de km du réseau routier sont bloqués ! (cf. 25 départements placés en alerte orange à la neige par Météo France Ils s'ajoutent au cinq départements déjà en vigilance et se localisent dans le centre et l'est de la France.

Né en Lorraine et ayant vécu toute ma jeunesse dans l'est de la France, je suis scandalisé par cette France incapable d'anticiper et de prévenir ces situations normales alors que 50 années plus tôt, la France savait faire face avec une efficacité bien meilleure !

A quoi servent les DDE ? A quoi servent les politiques d'aménagement des territoires qui auraient dû proposer et financer depuis longtemps des programmes d'enfouissement des lignes électriques les plus menacées et doter les collectivités territoriales et locales des moyens techniques nécessaires pour qu'autant de départements ne soient à ce point mis en difficulté aux premières tombées de neige - qui n'ont vraiment rien d'exceptionnel - au point de bloquer le fonctionnement normal de l'économie et la vie quotidienne des citoyens qui se demandent chaque jour davantage à quoi servent tous ces prélèvements obligatoires qui les étouffent pour des contre-parties de moins en moins en rapport avec ce qu'ils sont légitimement en droit d'en attendre ?
Jusqu'où un Etat est-il légitime pour demander à la nation sans cesse plus de sacrifices ?

Les grands discours et les beaux rapports sur la compétitivité de la France restent toujours muets à ces différents égards !

La forme qu'a prise in fine, après les débats parlementaires, le résultat de la troisième phase de décentralisation, qui s'est contentée d'ajouter une couche supplémentaire au mille-feuille déjà bien gras - les métropoles -, en modifiant l'organisation des services déconcentrés de l'Etat sans que l'on perçoive les impacts bénéfiques de cette recomposition illustre à quel point l'appareil d'Etat pense et agit hors sol, pouvoir exécutif comme pouvoir législatif !

Quant au redressement de la compétitivité de l'économie française, prenons acte de ce qu'en pense aujourd'hui l'OCDE ?  ( France : renforcer la compétitivité est essentiel pour relancer l’emploi et la croissance (Rapport OCDE) )

L'autisme et l'incompétence des pouvoirs publics, lors qu'ils atteignent un tel niveau, constituent des pathologies incompatibles avec les promesses de relance de la compétitivité de la France et du redressement du moral des Français !

Nous sommes vraiment aux antipodes du réenchantement du rêve que le menestrel souriant avait promis sous les fenêtres des citoyens en manque de leur prince charmant ! Le ménestrel précédent leur avait pourtant aussi promis la lune ....


Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories