Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 10:39

Cela faisait longtemps que les Chefs d’Etat et de gouvernement n’avaient pas couché sur leur papier de conclusions d’autres idées que celles répondant à la crise financière. Le sommet européen doit accoucher aujourd’hui (14 décembre) d’un ensemble de propositions destinées à préparer le débat sur l’Europe de la Défense que les “28″ auront en décembre 2013. Depuis la première version, diffusée aux abonnés du Club (Les 27 vont se donner un an pour réflechir sur la Défense. Le mandat du Conseil européen), ces conclusions ont été musclées et développées, au point qu’elles occupent désormais trois pages du dernier projet de conclusion, dans la dernière version consultée par B2.

Trois idées maitresses doivent présider à cette “review” à l’européenne.

1° Augmenter l’efficacité de la politique européenne de sécurité et défense commune (prévention des conflits, capacité européenne de déployer des capacités militaires et civiles).

2° Développer des capacités (identifier les lacunes comme les doublons, prioritiser les futures capacités militaires, faciliter les synergies entre les différentes initiatives multilatérales ou bilatérales).

3° Renforcer l’industrie de défense (base industrielle et technologique de défense européenne innovante et compétitive, synergies entre la recherche et développement (R&D) civile et militaire, application des directives “marchés de défense”).

La Haute représentante comme la Commission européenne mais aussi l’Agence européenne de défense sont invitées ainsi à faire des propositions et initiatives, d’ici le mois de septembre prochain, pour préparer le prochain sommet de décembre 2013. 

Cet article a été préalablement publié sur mon site : http://www.bruxelles2.eu/defense-ue/defense-ue-droit-doctrine-politique/les-conclusions-defense.html

Voir également : Un Sommet européen qui s'annonce compliqué

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Politiques et actions externes de l'UE
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 09:46

Roadmap for the completion of EMU

1. In the light of the fundamental challenges facing it, the Economic and Monetary Union needs to be strengthened to ensure economic and social welfare as well as stability and sustained prosperity. Economic policies must be fully geared towards promoting strong, sustainable and inclusive economic growth, ensuring fiscal discipline, enhancing competitiveness and boosting employment, and in particular youth employment, in order for Europe to remain a highly competitive social market economy and to preserve the European social model.

2. The consolidation of EMU rests not only on completing its architecture but also on pursuing differentiated, growth-friendly and sound fiscal policies. While fully respecting the Stability and Growth Pact, the possibilities offered by the EU's existing fiscal framework to balance productive public investment needs with fiscal discipline objectives can be exploited in the preventive arm of the SGP.

3. Further to the interim report submitted in October 2012, the President of the European Council, in close collaboration with the Presidents of the Commission, the European Central Bank and the Eurogroup, has drawn up a specific and time-bound road map for the achievement of genuine Economic and Monetary Union. The European Council notes the "Blueprint" issued by the Commission which provides a comprehensive analysis of the relevant issues combined with an assessment of their legal aspects. It also notes the contributions made by the European Parliament. The European Council sets out the next steps in the process of completing EMU, based on deeper integration and reinforced solidarity for the euro area Member States.

4. The process of completing EMU will build on the EU's institutional and legal framework. It will be open and transparent towards Member States not using the single currency.

Throughout the process the integrity of the Single Market will be fully respected, including in the different legislative proposals which will be made. It is also important to ensure a level playing field between Member States which take part in the SSM and those which do not.

5. The immediate priority is to complete and implement the framework for stronger economic governance, including the "six-pack", the Treaty on Stability, Coordination and Governance (TSCG) and the "two-pack". Following the decisive progress achieved on the key elements of the "two-pack", the European Council calls for its rapid adoption by the co-legislators.

6. It is equally urgent to advance towards a more integrated financial framework, which will help restore normal lending, improve competitiveness and help bring about the necessary adjustment to our economies.

7. The Single Supervisory Mechanism constitutes a major qualitative step towards a more integrated financial framework. The European Council welcomes the agreement reached within the Council on 13 December and calls on the co-legislators to rapidly agree as to allow its implementation as soon as possible. It also reiterates the importance of the new rules on capital requirements for banks (CRR/CRD), which are of the utmost priority so as to develop a single rule book, and calls on all parties to work towards their agreement and rapid adoption.

8. The European Council urges the co-legislators to agree on the proposals for a Recovery and Resolution Directive and for a Deposit Guarantee Scheme Directive before June 2013; the Council for its part should reach agreement by the end of March 2013. Once adopted, these Directives should be implemented by the Member States as a matter of priority.

9. The European Council looks forward to the Commission's rapid follow up to the proposals of the high level expert group on the structure of the EU banking sector.

10. It is imperative to break the vicious circle between banks and sovereigns. Further to the June 2012 euro area Summit statement and the October 2012 European Council conclusions, an operational framework, including the definition of legacy assets, should be agreed as soon as possible in the first semester 2013, so that when an effective single supervisory mechanism is established, the European Stability Mechanism will, following a regular decision, have the possibility to recapitalise banks directly. This will be done in full compliance with the Single Market.

11. In a context where bank supervision is effectively moved to a single supervisory mechanism, a single resolution mechanism will be required, with the necessary powers to ensure that any bank in participating Member States can be resolved with the appropriate tools. Therefore, work on the proposals for a Recovery and Resolution Directive and for a Deposit Guarantee Scheme Directive should be accelerated so that they can be adopted in line with paragraph 8.

In these matters, it is important to ensure a fair balance between home and host countries. The Commission will submit in the course of 2013 a proposal for a single resolution mechanism for Member States participating in the SSM, to be examined by the co-legislators as a matter of priority with the intention of adopting it during the current parliamentary cycle. It should safeguard financial stability and ensure an effective framework for resolving financial institutions while protecting taxpayers in the context of banking crises. The single resolution mechanism should be based on contributions by the financial sector itself and include appropriate and effective backstop arrangements. This backstop should be fiscally neutral over the medium term, by ensuring that public assistance is recouped by means of ex post levies on the financial industry.

12. In order for the EMU to ensure economic growth, competitiveness in the global context and employment in the EU and in particular in the euro area, a number of other important issues related to the coordination of economic policies and economic policy guidelines of the euro area will need to be further examined, including measures to preserve the integrity of the Single Market. To this end, the President of the European Council, in close cooperation with the President of the Commission, after a process of consultations with the Member States, will present to the June 2013 European Council possible measures and a time-bound roadmap on the following issues:

a) coordination of national reforms: the participating Member States will be invited to ensure, in line with Article 11 of the TSCG, that all major economic policy reforms that they plan to undertake will be discussed ex ante and, where appropriate, coordinated among themselves.

Such coordination shall involve the institutions of the EU as required by EU law to this end.

The Commission has announced its intention to make a proposal for a framework for ex ante coordination of major economic policy reforms in the context of the European Semester;

b) the social dimension of the EMU, including social dialogue;

c) the feasibility and modalities of mutually agreed contracts for competitiveness and growth: individual arrangements of a contractual nature with EU institutions could enhance ownership and effectiveness. Such arrangements should be differentiated depending on Member States' specific situations. This would engage all euro area Member States, but non euro Member States may also choose to enter into similar arrangements;

d) solidarity mechanisms that can enhance the efforts made by the Member States that enter into such contractual arrangements for competitiveness and growth.

13. Governance within the euro area should be further improved, building on the TSCG and taking into account the euro area Summit statement of 26 October 2011. The euro area Heads of State or Government will be invited to adopt rules of procedure for their meetings at their meeting in March 2013, fully respecting Article 12.3 TSCG.

14. Throughout the process, the general objective remains to ensure democratic legitimacy and accountability at the level at which decisions are taken and implemented. Any new steps towards strengthening economic governance will need to be accompanied by further steps towards stronger legitimacy and accountability. At national level, moves towards further integration of the fiscal and economic policy frameworks would require that Member States ensure the appropriate involvement of their parliaments. Further integration of policy making and greater pooling of competences must be accompanied by a commensurate involvement of the European Parliament. New mechanisms increasing the level of cooperation between national parliaments and the European Parliament, in line with Article 13 of the TSCG and Protocol No 1 to the Treaties, can contribute to this process. The European Parliament and national parliaments will determine together the organisation and promotion of a conference of their representatives to discuss EMU related issues.

1 This text will be included in the final version of the European Council conclusions.

Repost 0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 21:48


Certains régimes autoritaires veulent imposer un contrôle gouvernemental total sur Internet via un traité international. S’ils y parviennent, Internet pourrait devenir moins libre, plus cher et plus lent. Nous avons déjà stoppé des menaces similaires et nous pouvons réussir à nouveau si nous nous mobilisons massivement. Signez la pétition et parlez-en à tous vos proches:

Signez la pétition
En ce moment même se tient à Dubaï une conférence de l’ONU mais des régimes autoritaires tentent d’imposer un contrôle gouvernemental total sur Internet par le biais d’un traité international contraignant. S’ils réussissent, Internet pourrait devenir moins ouvert, plus cher et plus lent. Nous n’avons plus que quelques jours pour les arrêter.

Internet est, depuis sa création, un incroyable outil d’expression et de contre-pouvoir citoyen: il nous permet de discuter, d’échanger nos idées et d’exercer une pression sur les dirigeants politiques avec une ampleur inédite. Cela s’explique simplement: Internet est régi par ses utilisateurs et des associations à but non lucratif, pas par des gouvernements. Mais aujourd’hui, des pays comme la Russie, la Chine et les Émirats Arabes Unis tentent de réécrire un important traité, le RTI (Règlement des télécommunications internationales : http://www.itu.int/dms_pub/itu-s/oth/02/01/S02010000214004PDFF.pdf). Le web serait alors soumis aux gouvernements et non plus à nous, ses utilisateurs. Tim Berners Lee, l’un des « pères » d’Internet, a souligné que ce traité pourrait intensifier la censure et mettre fin à notre vie privée. Notre mobilisation par cette pétition vient renforcer qui se battent contre ce hold-up.

Nous sommes déjà parvenus à contrer ce type de menaces à nos libertés. Nous pouvons à nouveau y parvenir avant la révision du traité. L’opposition s’organise. Signez cette pétition pour dire: «Touche pas à mon Internet!» Envoyez cet e-mail à toutes les personnes que vous connaissez. Notre appel sera remis directement à tous les délégués présents à la conférence :

http://www.avaaz.org/fr/fr_touche_pas_a_mon_internet/?bkWPmcb&v=20062

Cette rencontre destinée à réviser le RTI est organisée par un organe de l’ONU, l’Union internationale des télécommunications (UIT). Mais la Russie, la Chine, l’Arabie saoudite et d’autres pays tentent de saisir cette opportunité pour renforcer leur contrôle d’Internet par le biais de mesures pour faciliter les coupures, restreindre la confidentialité, légitimer le traçage et les blocages et taxer l’accès à certains contenus en ligne.

Aujourd’hui, il n’existe pas d’organe réglementaire pour Internet: plusieurs organisations à but non lucratif travaillent ensemble pour gérer les différents intérêts technologiques, commerciaux et politiques et faire tourner la machine. Ce modèle n’est certes pas sans défauts: la domination américaine et l’influence des entreprises ne font que souligner le besoin de réformes, mais ces changements ne doivent pas être dictés par les États. Ils doivent naître d’un processus ouvert et transparent, créé par les utilisateurs et pour les utilisateurs.

L’UIT effectue un travail très important, allant de la baisse des coûts d’accès pour les pays pauvres à la sécurisation des réseaux, mais les propositions qui sont en train de voir le jour ne doivent pas lui être confiées. Internet doit rester libre et régi par ses utilisateurs. Montrons à l’UIT et au monde entier que nous ne resterons pas silencieux. Cliquez ci-dessous pour signer et parlez-en à tous vos proches :

http://www.avaaz.org/fr/fr_touche_pas_a_mon_internet/?bkWPmcb&v=20062

Les membres d’Avaaz ont déjà réussi à préserver la liberté du web. Plus de 3 millions d’entre nous ont demandé aux États-Unis d’abandonner une loi permettant au gouvernement de fermer un site à sa guise. Grâce à nous, la Maison-Blanche a cessé de soutenir la loi. En Europe, le Parlement européen écouté les 2,8 millions de membres qui lui demandaient la suppression d’ACTA, une autre menace à la liberté. Ensemble, nous pouvons gagner à nouveau.

Avec espoir,

Pascal, Ian, Paul, Luca, Caroline, Ricken, Kya et toute l’équipe d’Avaaz

POUR EN SAVOIR PLUShttp://www.internetsociety.org/sites/default/files/Document%20d%E2%80%99information%20de%20l%E2%80%99Internet%20Society-%20Re%CC%80glement%20des%20te%CC%81le%CC%81communications%20internationales.pdf

Document d'information de l'Internet Society sur le Règlement des télécommunications internationales

Conférence mondiale des télécoms: faut-il craindre pour l'internet ? (France TV)
http://www.francetvinfo.fr/conference-mondiale-des-telecoms-faut-il-craindre-pour-l-internet_180505.html

L'avenir d'Internet se négocie à Dubaï (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/hightech/2012/12/03/01007-20121203ARTFIG00379-l-avenir-d-internet-se-negocie-a-dubai.php

Net neutralité : une table ronde à Bercy fin janvier (La Tribune)
http://www.latribune.fr/technos-medias/internet/20121207trib000735867/net-neutralite-une-table-ronde-a-bercy-fin-janvier.html

Qui contrôle Internet (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/09/01/qui-controle-internet_1566544_651865.html

Internet ne peut pas être contrôlé, autant s’y faire (OWNI)
http://owni.fr/2011/03/29/internet-ne-peut-pas-etre-controle-autant-sy-faire/

Surveillance « profonde » sur Internet (Le Monde Diplomatique)
http://www.monde-diplomatique.fr/2012/01/CHAMPAGNE/47183

Soutenez le mouvement Avaaz!
Nous sommes entièrement financés par les dons et ne recevons aucune subvention de la part de gouvernements ni d'entreprises.  


Avaaz est un réseau citoyen mondial de 17 millions de membres
qui mène des campagnes visant à ce que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. ("Avaaz" signifie "voix" dans de nombreuses langues). Nos membres sont issus de tous les pays du monde; notre équipe est répartie sur 19 pays et 5 continents et travaille dans 16 langues. Pour découvrir certaines de nos plus grandes campagnes, cliquez ici ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter.

Pour contacter Avaaz, merci d'utiliser le formulaire suivant: http://www.avaaz.org/fr/contact, ou appelez-nous au +1-888-922-8229 (États-Unis)

 

Repost 0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 19:01

La Cour de Justice des Communautés Européennes a dit le droit, et le verdict est sans appel : elle a décidé d'annuler les
délibérations du Parlement européen relatives au calendrier des périodes de sessions parlementaires pour 2012 et 2013, à la demande de deux Etats membres. Nous attendons désormais un calendrier 2013 conforme au droit.

Ce jugement qui s'inscrit dans la jurisprudence de la Cour depuis son arrêt de 1997, était une évidence, car le protocole n°6 sur la fixation des sièges des Institutions annexé aux Traités est sans équivoque : « Le Parlement européen a son siège à Strasbourg où se tiennent les douze périodes de sessions plénières mensuelles, y compris la session budgétaire ». Le Parlement européen, qui est bien sûr libre de l'organisation interne de ses travaux, ne peut s'affranchir du respect des Traités qui confèrent aux Etats-membres la responsabilité de fixer les sièges des Institutions. La Cour indique d'ailleurs qu'il n'y a pas contradiction entre l'application des Traités et le pouvoir d'organisation interne du Parlement Européen.

M. Fox et consorts devraient méditer sur ce qu'implique cet arrêt : les sessions additionnelles ne se justifient pas et ne peuvent être organisées si les douze sessions plénières sont réduites en nombre et en durée.

Les opposants au seul et unique siège du Parlement européen, en piétinant le droit, ont fait perdre du temps à notre Institution et de l'argent public. Cette attitude pénalise également Strasbourg et les Strasbourgeois, alors que les efforts sont faits : augmentation des liaisons aériennes, travail avec les hôteliers, signature du contrat triennal, etc.

Cette agitation doit maintenant cesser : vouloir être député au Parlement européen implique de se déplacer au sein de l'Union, dans ses différents lieux de travail, et dans les réunions tenues dans les Etats-membres. Ce comportement est d?autant plus inexcusable que l'« hémicycle » de notre lieu de travail à Bruxelles est inutilisable au moins jusqu'à la fin de l'année 2013.

Dans un contexte de crise et au moment où l'activité du Parlement européen va s'amplifier, du fait de l'accroissement de ses compétences et du renforcement de son travail avec les Parlements nationaux, le Parlement européen a besoin d'affirmer sa légitimité et sa crédibilité. La Cour relève que la session budgétaire constitue un moment clé de la décision politique et du débat qui permet aux citoyens de forger leur opinion.

Lorsqu'une décision de l'autorité législative se trouve invalidée par la Cour de Justice, c'est le Parlement qui est pris au piège de la "querelle du siège". Il est temps d'en sortir et de revenir à la raison.

Repost 0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 17:27

L'économie française connaît un problème de compétitivité ! C'est bien connu !

Pourtant, nos élites nationales se sont penché sur cette question depuis des années ! Parmi les solutions miracles qu'elles ont permis de mettre en place figure la politique des pôles de compétitivité dont tout un chacun mesure aujourd'hui les performances .....

Lancée en 2004, la politique des pôles de compétitivité vise à rapprocher sur un même territoire des entreprises, des centres de formation et des unités de recherche d'un secteur d'activité, afin de dégager des synergies et aboutir à des projets innovants.

A la suite de différents appels à projets, 71 pôles ont été labellisés.

Un an après le lancement de la seconde phase du dispositif par le Président de la République, la commission de l'économie du Sénat a souhaité porter son attention sur ce dispositif. Un groupe de travail a été constitué en son sein en février 2009, afin de faire le point sur cette politique et formuler des propositions d'amélioration. Ses conclusions sont réunies dans un rapport qui mérite le détour !
Pour en savoir plus sur le contenu de ce rapport : Poles_competitivite-rapport_Senat.pdf Poles_competitivite-rapport_Senat.pdf

 


Repost 0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 16:41

Le Conseil a arrêté ce jour1 sa position sur deux propositions visant à créer un mécanisme de surveillance unique (MSU) destiné à surveiller les établissements de crédit.

Cet accord au sein du Conseil permettra à la présidence de négocier avec le Parlement européen en vue de l'adoption des actes législatifs avant la fin de l'année, comme le prévoient les conclusions du Conseil européen d'octobre.

Les propositions à l'examen concernent deux règlements: l'un confiant des missions desurveillance à la Banque centrale européenne, l'autre modifiant le règlement (UE) n° 1093/2010 instituant une Autorité bancaire européenne.

Lors de sa réunion d'octobre, le Conseil européen a demandé à la présidence de conduire des négociations sur les deux règlements en vue de parvenir à un accord avant le 1er janvier 2013, tout en précisant que les travaux sur la mise en oeuvre opérationnelle seraient réalisés dans le courant de l'année 2013 (voir conclusions, doc. EUCO 156/12 : http://register.consilium.europa.eu/pdf/en/12/st00/st00156.en12.pdf, en particulier les points 6 à 10).

En juin, les chefs d'État et de gouvernement de la zone euro ont déclaré que, lorsqu'un MSU effectif aura été établi, le mécanisme européen de stabilité, qui participe actuellement aux capitalisations bancaires via les trésoreries des États membres, pourrait, à la suite d'une décision ordinaire, avoir la possibilité de recapitaliser directement les banques.

Cela permettra de briser le cercle vicieux entre banques et États souverains, qui a caractérisé la crise de l'endettement en Europe.

Le MSU sera composé de la BCE et des autorités nationales compétentes. La BCE sera responsable du fonctionnement général du MSU. Aux termes des propositions précitées, la BCE assurera la surveillance directe des banques de la zone euro, bien que de manière différenciée et en coopération étroite avec les autorités nationales de surveillance.

Les États membres ne participant pas à la zone euro et souhaitant participer au MSU pourront le faire en concluant des arrangements en vue d'une coopération étroite.

Pour éviter tout conflit d'intérêts entre les objectifs de la politique monétaire et ceux de la surveillance prudentielle, les missions de politique monétaire de la BCE seront strictement séparées des missions de surveillance. À cet effet, un comité de surveillance, chargé de préparer les missions de surveillance, sera institué au sein de la BCE. Les États membres n'appartenant pas à la zone euro qui participent au MSU disposeront au sein de ce comité de droits de vote pleins et égaux. Les projets de décisions du comité seront réputés adoptés sauf si le conseil des gouverneurs de la BCE les rejette.

Toutes les missions qui ne sont pas confiées à la BCE resteront de la compétence des autorités nationales de surveillance. Par exemple, celles-ci resteront chargées de la protection des consommateurs, de la lutte contre le blanchiment de capitaux, des services de paiement et de la surveillance des succursales des banques de pays tiers. L'ABE conservera ses compétences pour ce qui est de préciser le "règlement uniforme" et d'assurer la cohérence et la convergence des pratiques en matière de surveillance.

Les propositions susmentionnées prévoient des modifications du règlement instituant l'ABE, notamment en ce qui concerne les modalités de vote, afin de garantir que le processus décisionnel au sein du marché unique soit équitable et efficace.

Ces modifications permettront d'assurer que les pays participant au MSU n'occupent pas une position dominante indue au sein du conseil des autorités de surveillance de l'ABE.

La BCE entamera ses missions de surveillance au sein du MSU le 1er mars 2014 ou douze mois après l'entrée en vigueur de la législation, la date la plus tardive étant retenue, sous réserve des modalités pratiques qui seront définies.

1 L'accord a été dégagé lors d'une session du Conseil "Affaires économiques et financières".

Repost 0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 16:18
Anna Diamantopoulou souligne que l'équation de la reprise de l'économie européenne ne pouvait pas être résolue sans des mesures en faveur de la croissance. Cette Tribune est basée sur son intervention lors de la réunion du Comité européen d'orientation de Notre Europe - Institut Jacques Delors, qui s'est tenu à Paris le 24 novembre 2012.

Sa Tribune porte sur plusieurs questions majeures :

1. Les mesures en faveur de la croissance et leur financement
2. Des perspectives stables
3. La soutenabilité de la dette
4. Liquidités et financements
5. Engager des investissements
6. Un cadre pour attirer les investissements privés
7. Des politiques de ressources humaines

Elle estime que l'économie européenne ne pourra pas retrouver la voie de la croissance uniquement par l'austérité et des réformes structurelles. Il faut en revanche trouver une nouvelle voie pour la croissance et la solidarité.  
Voir le document (disponible uniquement en anglais) : growthsolidarity-diamantopoulou-ne-jdi-dec12 growthsolidarity-diamantopoulou-ne-jdi-dec12
Repost 0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 13:40

À l'occasion du Conseil européen des 13 et 14 décembre 2012, António Vitorino, président de Notre Europe – Institut Jacques Delors, répond aux questions suivantes :

1. Le Conseil européen va examiner le Rapport final sur l’UEM présenté par Herman Van Rompuy et les trois autres présidents : que pensez-vous de ce Rapport ?

2. Compte tenu des enjeux que cela représente en termes de souveraineté, par quelles voies peut-on vraiment approfondir l’« Union économique et budgétaire » ?

3. L’union politique européenne doit-elle être renforcée dans le cadre de la zone euro, y compris via la mise en place d’un budget dédié à cette zone ?

4. Après le récent sommet budgétaire, la solidarité entre pays de la zone euro va aussi être au cœur de ce Conseil européen : que pensez-vous des débats en cours ?

5. Le « pacte pour la croissance » et la relance du marché unique sont à l’ordre du jour de ce Conseil européen : quelles sont vos préconisations sur ce point ?

6. Ce Conseil européen va aussi initier un débat de fond sur la défense : quel regard portez-vous sur les progrès possibles et souhaitables sur un tel registre ?

Voir le texte intégral : uemrenforceeetsolidaire-vitorino-ne-ijd-dec12 uemrenforceeetsolidaire-vitorino-ne-ijd-dec12

Repost 0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 11:39

Lundi 10 décembre 2012, la remise à l'Union européenne du prix Nobel de la paix a donné lieu à une pluie de commentaires acides sur le caractère injustifié -voire immérité- de l'attribution de cet honneur à l'organisation européenne.

Nombreux sont ceux qui, dans le monde politique et intellectuel français, ont souligné combien il était contestable de couronner une institution fragile et critiquable, pour, pêle-mêle, dénoncer son incapacité à résoudre la crise de la zone euro, ses difficultés à peser sur la crise moyen-orientale ou sa naïveté vis-à-vis des révolutions arabes.

La méprise française

Une méprise, très répandue dans les élites françaises, sur la nature du projet européen est sans doute à l'origine de cette attitude.

Cette méprise tire son origine de la concomitance, à la fin des années cinquante, entre le lancement de l'aventure européenne et la fin de "l'épopée" coloniale française. La quasi-totalité de la classe politique française de l'époque (le MRP, la SFIO ou les Gaullistes) s'est accordée sur un tour de passe-passe idéologique substituant le champ européen à l'empire colonial comme terrain de projection de la "grandeur française".

Une des limites de ce "storytelling" implicite est qu'il interdit tout transfert, réel et assumé, de souveraineté de la France en faveur de l'Union européenne. Le syndrome de l'ancienne puissance coloniale rend inconcevable une telle diminutio capitis: qui a déjà vu une puissance coloniale se dépouiller au profit de ses possessions coloniales?

Ne pas "défaire"...

A ce propos, il est très intéressant de relever qu'à près de cinquante années d'écart, deux dirigeants politiques français de sensibilité différente, s'exprimèrent dans des termes presque identiques sur les relations entre la France et l'Union européenne. En 1953, Georges Bidault, démocrate-chrétien, parle de "faire l'Europe sans défaire la France". En 2001, Lionel Jospin ne dit rien d'autre:

"Je ne sépare pas la France de l'Europe. Je désire l'Europe mais je reste attaché à ma nation. Faire l'Europe sans défaire la France: tel est mon choix politique".

N'est-ce pas là la preuve que, pour la classe politique française, l'Union européenne ne peut être qu'une "France en plus grand" d'un point de vue institutionnel?

Or, la crise de la zone euro et l'exigence de gouvernance économique partagée qu'elle impose, menacent de délitement cette vision commune au monde politique français d'une construction européenne "contenue" aux frontières de la France, de cette illusion qu'il pourrait exister une Europe sans transfert de souveraineté de sa part.

Quelle souveraineté nationale?

Tragique conséquence de cette pression européenne, l'euroscepticisme risque de quitter les franges de l'espace politique pour devenir la nouvelle lingua franca de l'ensemble de l'élite intellectuelle et politique française.

L'installation de l'euroscepticisme au cœur de la vision française de l'Europe ne conduira pas à la fin de la construction européenne. En revanche, elle pourrait marginaliser la France dans le concert européen. Il est urgent -face aux possibilités qui s'annoncent en matière de fédéralisation de la zone euro- de réfléchir à une conception de la souveraineté nationale enfin dégagée de l'héritage d'une historiographie révolutionnaire encore très présente dans l'inconscient collectif français.

Le débat doit être lancé sur la nécessité de partager notre souveraineté nationale afin de lui conserver un contenu réel. Qui doute de ce que l'avenir de notre souveraineté nationale se jouera, en partie, aux travers des résultats des élections italiennes de début 2013 et allemandes de fin 2013?

Le centenaire de la Grande Guerre

Dix-huit mois nous séparent d'ici aux élections européennes de juin 2014. Nous commémorerons alors le centième anniversaire du déclenchement de la Première guerre mondiale. Ce sera là l'occasion de reprendre le chemin du projet, de refonder l'aventure européenne dans un cadre clairement fédéral et démocratique.

Une belle manière de prouver que l'Union vit son projet politique et mérite bel et bien son prix Nobel de la paix.

Source : http://www.huffingtonpost.fr/jean-luc-sauron/prix-nobel-paix-union-europeenne_b_2285180.html

Jean-Luc Sauron est Haut fonctionnaire. Il est également professeur à l’Université Paris-Dauphine

Repost 0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 10:58

Une nouvelle proposition présentée aujourd'hui par la Commission européenne apportera un ballon d'oxygène aux entreprises frappées par la crise économique; elle vise à moderniser les règles de l'Union relatives aux procédures d'insolvabilité transfrontières, notamment pour donner une «seconde chance» aux entreprises qui sont viables par ailleurs. La Commission propose en effet de réviser les dispositions régissant actuellement l'insolvabilité transfrontière, qui datent de l'année 2000. Tirant les enseignements de dix années d'expérience, les nouvelles règles ne seront plus axées sur la liquidation mais adopteront une nouvelle perspective pour aider les entreprises à surmonter leurs difficultés financières, tout en protégeant le droit des créanciers de se faire payer.

Les nouvelles dispositions augmenteront l'efficacité et l'effectivité des procédures d'insolvabilité transfrontières qui touchent près de 50 000 entreprises par an dans l'Union. Il s'agit là d'un premier pas vers une culture européenne de «sauvetage et de rétablissement», pour aider les entreprises et les particuliers qui connaissent des difficultés financières. Ce concept est plus amplement développé dans une communication adoptée simultanément ce jour, qui recense les domaines du droit national sur l'insolvabilité qui sont les plus susceptibles de créer un environnement économique défavorable et de freiner l'élaboration d'un cadre visant à résoudre efficacement les cas d'insolvabilité sur le marché intérieur.

«Les entreprises sont indispensables à la création de prospérité et d'emplois, mais il est ardu de constituer sa société et de la rendre pérenne, surtout dans le climat économique actuel," a déclaré Mme Viviane Reding, vice-présidente et membre de la Commission européenne chargé de la justice. «Nos règles actuelles en matière d'insolvabilité doivent être revues pour aider les entreprises viables qui connaissent des difficultés financières à rester à flot, au lieu d'être mises en liquidation. Chaque année, 1,7 million d'emplois sont perdus à la suite de faillites. Nous voulons offrir une seconde chance aux entreprises honnêtes et aux personnes qu'elles emploient

M. Antonio Tajani, vice-président et membre de la Commission chargé de l'industrie et de l'entrepreneuriat, a ajouté: «Les études montrent que les entreprises créées après une première faillite réussissent mieux et ont une durée de vie plus longue que la moyenne des «jeunes pousses»: elles croissent plus rapidement et emploient davantage de personnes. L'échec que connaît un entrepreneur ne devrait donc pas se solder par une 'condamnation à perpétuité' lui interdisant toute nouvelle activité entrepreneuriale mais plutôt être envisagé comme une occasion d'apprendre et de s'améliorer; c'est d'ailleurs un point de vue qui, aujourd'hui déjà, est considéré par tous, dans la recherche scientifique, comme la base du progrès

Les faillites font partie intégrante d'une économie dynamique et moderne. Près de la moitié des entreprises disparaissent avant leur cinquième année d'existence et 200 000 sociétés environ font faillite dans l'Union chaque année, soit quelque 600 par jour. Un quart de ces faillites comporte un aspect transfrontière. Cependant, il est démontré que les entrepreneurs ayant connu un échec tirent les leçons de leurs erreurs et réussissent généralement mieux la deuxième fois. Près de 18 % de ceux qui retentent l'expérience et prospèrent avaient échoué dans leur premier projet. Il est, dès lors, primordial de disposer d'une législation moderne et de procédures efficaces, d?une part, pour aider les entreprises ayant une consistance économique suffisante à surmonter des difficultés financières et, d?autre part, pour leur accorder une «seconde chance».

La révision du règlement de l'UE sur l'insolvabilité vise à moderniser les dispositions existantes de façon à ce qu'elles favorisent la restructuration des entreprises en difficulté et créent un environnement favorable à l'entrepreneuriat, particulièrement lorsque ces sociétés connaissent des problèmes financiers. Le règlement, qui date de 2000, sera modifié pour tenir compte des évolutions survenues dans les législations nationales sur l'insolvabilité, notamment pour les entreprises fortement endettées. Une restructuration peut, en outre, être bénéfique aux créanciers car ces derniers auront alors davantage de chances de récupérer leurs fonds qui, autrement, seraient perdus lors de la liquidation.

Elle accroîtra, en outre, la sécurité juridique en fixant des règles précises pour déterminer la compétence judiciaire et en permettant que, lorsqu'un débiteur fait l'objet de procédures d'insolvabilité dans plusieurs États membres, les juridictions saisies des différentes actions collaborent étroitement. Les créanciers seront mieux informés grâce à l'obligation imposée aux États membres de publier les principales décisions, par exemple celle ouvrant la procédure d'insolvabilité. En définitive, ces modifications amélioreront l'efficacité et l'effectivité des procédures d'insolvabilité transfrontières.

Cette proposition a aussi pour ambition de faire un premier pas vers une culture européenne de «sauvetage et de rétablissement», pour les entreprises et les particuliers qui connaissent des difficultés financières de façon plus générale. Le défi est de résoudre les problèmes financiers du débiteur tout en préservant les intérêts du créancier. À l'avenir, il pourrait y avoir des règles distinctes pour les entrepreneurs honnêtes et pour les faillites frauduleuses ou dues à l'irresponsabilité du débiteur. Dans le premier cas, le raccourcissement de la période d'interdiction consécutive à la faillite éviterait que l'esprit d'entreprise ne se solde par une «condamnation à perpétuité» si une société connaît la débâcle.

La proposition de règlement va maintenant être transmise au Parlement européen et au Conseil de l'UE pour négociations et adoption.

Contexte

La législation en vigueur dans le domaine de l'insolvabilité consiste dans le règlement (CE) n° 1346/2000 <http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:32000R1346:en:NOT> relatif aux procédures d'insolvabilité, qui est applicable depuis le 31 mai 2002. Ce dernier définit des règles en matière de compétence, de reconnaissance et de droit applicable, et il organise la coordination lorsque différentes procédures d'insolvabilité sont ouvertes dans plusieurs États membres. Il s'applique chaque fois qu'un débiteur détient des actifs ou à des créanciers dans plus d'un État membre.
Le 30 mars 2012, la Commission a lancé une consultation publique sur la modernisation de la législation de l'UE en matière d'insolvabilité <http://ec.europa.eu/justice/newsroom/civil/opinion/120326_en.htm>. Les petites et grandes entreprises, les travailleurs indépendants, les administrateurs judiciaires, les pouvoirs publics et les autorités judiciaires, les créanciers, les milieux universitaires et le grand public ont été invités à faire part de leurs expériences dans le domaine de l'insolvabilité et, notamment, des procédures présentant un caractère transfrontière.

Pour de plus amples informations

MEMO/12/969 <http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-12-969_en.htm>

Commission européenne ? Procédures d'insolvabilité:

http://ec.europa.eu/justice/civil/commercial/insolvency/index_en.htm

Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories