Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 08:15

Le Parlement français a adopté définitivement jeudi 23 juin le projet de loi sur la bioéthique qui interdit la recherche sur les embryons et les cellules souches embryonnaires, avec toutefois des dérogations.

Après les députés mardi, les sénateurs ont voté le texte mis au point pas une commission mixte paritaire Assemblée-Sénat.

Le projet de loi, qui révise les lois de bioéthique de 2004, est donc définitivement voté.

Les groupes UMP et du Nouveau centre (NC) ont voté pour. Quatre députés UMP ont voté contre et trois se sont abstenus.

L'opposition qui, dans son immense majorité, était favorable à la recherche sur les embryons, a voté contre. Deux députés PC se sont abstenus.

" C'est un texte équilibré auquel souscrit le gouvernement ", a dit Nora Berra, secrétaire d'Etat chargée de la Santé.

Le député PS Jean-Yves Le Déault n'est pas d'accord: " Ce n'est pas un texte équilibré. C'est un texte des occasions manquées ", a-t-il dit.

Le gouvernement, avec le soutien de l'Eglise catholique, a ainsi remporté son bras-de-fer face à l'opposition et au Sénat qui, lors de sa première lecture, en commission comme en séance, avait voté pour l'autorisation de la recherche.

En seconde lecture, le Sénat est rentré dans le rang et à finalement voté - de justesse - comme la majorité des députés, c'est-à-dire contre une autorisation encadrée de la recherche sur les embryons et les cellules embryonnaires.

Contrairement à ce qui était prévu dans le texte initial, le texte mis au point par la commission mixte paritaire prévoit également une clause de révision d'ici à sept ans des lois de bioéthique.

Le texte comporte de nombreuses dispositions. Il maintient l'anonymat des donneurs de gamètes, élargit la possibilité de don d'organes entre personnes vivantes ou bien encore assouplit les critères de l'assistance médicale à la procréation avec la suppression de l'actuelle obligation de deux ans de vie commune.

 

Source : Reuters

 

 

 

Repost 0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 07:45
 

Tonight we focussed on the economy.

Our discussions fell into three parts:

           Firstly, economic policy coordination, with the work done in the European Semester and the Euro Plus Pact;

           Secondly, the implementation of the comprehensive March package;

           Thirdly, the situation of the countries under EU/IMF programs, not to mention Greece.

Concerning the first part, economic policies: all Heads of State and Government are taking tough decisions in their country, to secure also growth and jobs. Tonight was the moment to see where we stand as a Union. We had a good and long discussion on everybody's budgetary choices and on economic reforms.

We concluded the first European Semester, the new framework for economic policy coordination. We endorsed the recommendations of the Commission to the Member States, without -- and I insist -- without watering them down. That is very positive, all the more so since the Commission gave uncompromising assessments and strong public recommendations. Now it is up to the Member States: they have to take these recommendations into account when drafting their budgets and working out reforms for 2012.

What I draw from our discussions is not that Member States can live with the Commission's recommendations; no, all members of the European Council are personally committed to implement them.

We also discussed the commitments under the Euro Plus Pact by the 23 Member States who participate in the Pact. All agreed we are working in the right direction: increasing competitiveness, fostering employment, reinforcing financial stability, improving the state of public finances, and especially of the pension sector. But we concluded that the next round of commitments should be more ambitious and more concrete.

With this stronger economic policy coordination, the Union draws the big lesson of the sovereign debt crisis in the Eurozone: interdependence, the fact that the decisions of one country affect all the others, especially for those sharing the euro.  The way Heads of State or Government looked tonight at each other's economic performances is new. We never did this before. In that respect also, this first experience is positive.

There is a stronger sense of common responsibility. Even if these are difficult and worrisome days, we are strengthening the groundwork of the Economic and Monetary Union.

Second element in tonight's discussion: the state of implementation of the comprehensive March package of economic measures.

           In particular, we endorsed the amended text on the European Financial Stability Facility and the treaty text of the European Stability Mechanism, the permanent safety net for the future.

           We recall the key importance of fully transparent bank stress tests.

           Regarding the legislative package for strengthening the economic governance (the so called "six-pack"): a stronger Stability Pact and the new macro-economic surveillance are within reach. Council and Parliament agree on more than 95 % of the text, and I therefore urge the legislators to complete the final negotiations so that this important package can be adopted soon. To the European Parliament I say: the better should not be the enemy of the good; le mieux ne doit pas être l'ennemi du bien.

Third and final part of tonight's discussion, we looked at the situation of the countries under an EU/IMF programme.

Regarding Greece, colleagues congratulated Prime Minister Papandreou on the positive vote of confidence earlier this week.

We adopted an extensive text on Greece, this text was distributed. I will only highlight crucial sentences:

"A comprehensive reform package agreed upon with the Commission, in liaison with the ECB, and the IMF, and adoption by the Greek Parliament of the key laws on the fiscal strategy and privatization must be finalized as a matter of urgency in the coming days. This will provide the basis for a new programme jointly supported by its European partners and the IMF, and allowing disbursement in time to meet Greece's financing needs in July.

The euro area Heads of State or Government agree that required additional funding will be financed through both official and private sources. They endorse the approach decided by the Eurogroup on 20 June as regards the pursuit of voluntary private sector involvement in the form of informal and voluntary roll-overs of existing debt while avoiding a selective default."

Tomorrow we will talk about three further issues:

·       the Southern Neighbourhood, in particular Syria and Libya and Middle East Peace Process;

·       second theme: migration and the free movement of persons within our borders;

·       and last theme, a very positive one, is on Croatia. and the positive conclusions of the negotiations and the positive signal that we'll send out to a future membership of Croatia.

So that was our work of tonight and the programme for tomorrow.

 

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 22:16

 

The European Council welcomes progress made in Ireland in the implementation of its reform programme, which is well on track. It also welcomes the strong commitment by the newly elected Portuguese government to fully implement its programme of reforms. Building on a cross-party consensus on the need to reform, strict implementation of those programmes will ensure debt sustainability and will support the return of Ireland and Portugal to the financial markets.

Euro area Heads of State or Government reiterate their commitment to do whatever is necessary to ensure the financial stability of the euro area as a whole.

The recovery in the euro area is well on track and has reached a sustainable path of solid growth. The euro is based on sound fundamentals, and we are deeply satisfied with the track record of price stability achieved since the inception of the euro.

As regards Greece, the European Council recognises the considerable progress achieved over the last year, particularly in the area of fiscal consolidation. It welcomes the Greek government's continued strong commitment to implement the adjustment programme.

The European Council calls on the national authorities to continue implementing with resolve the necessary adjustment efforts to put the country on a sustainable path. A comprehensive reform package agreed upon with the Commission, in liaison with the ECB, and the IMF, and adoption by the Greek Parliament of the key laws on the fiscal strategy and privatization must be finalized as a matter of urgency in the coming days. Following the request by the Greek government announced by the Greek Prime Minister, this will provide the basis for setting up the main parameters of a new programme jointly supported by its euro area partners and the IMF, in line with current practices, and at the same time for allowing disbursement in time to meet Greece's financing needs in July.

The euro area Heads of State or Government agree that required additional funding will be financed through both official and private sources. They endorse the approach decided by the Eurogroup on 20 June as regards the pursuit of voluntary private sector involvement in the form of informal and voluntary roll-overs of existing Greek debt at maturity for a substantial reduction of the required year-by-year funding within the programme while avoiding a selective default.

The euro area Heads of State or Government call on Finance Ministers to complete work on outstanding elements to allow the necessary decisions to be taken by early July.

The European Council calls on all political parties in Greece to support the programme's main objectives and key policy measures to ensure a rigorous and expeditious implementation. Given the length, magnitude and nature of required reforms in Greece, national unity is a prerequisite for success.

The European Council welcomes the Commission's intention to enhance the synergies between the loan programme and the EU funds. The European Council supports all efforts to increase Greece's capacity to absorb EU funds in order to stimulate growth and employment. This can be done by refocusing them on improving competitiveness and employment creation. Moreover, the European Council welcomes and supports the preparation by the Commission, together with the Member States, of a comprehensive programme of technical assistance to Greece.

Heads of State or Government are conscious of the efforts that the adjustment measures entail for the Greek citizens, and are convinced that these sacrifices are indispensable for the economic recovery and will contribute to the future stability and welfare of the country.

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 17:19

Le Conseil et le Parlement européen ont dégagé un accord politique sur le projet de règlement modifiant le règlement concernant l'Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures de l'UE (Frontex). Dans ses conclusions du 24 mars 2011 (EUCO 10/1/11), le Conseil européen avait demandé qu'un accord soit trouvé sur ce dossier législatif pour juin 2011.

Le texte actuel, qui a été confirmé aujourd'hui par le Comité des représentants permanents du Conseil, est issu de négociations menées en trilogue entre la présidence hongroise, le Parlement européen et la Commission européenne. Il doit encore être formellement approuvé par le Parlement européen (au sein de la commission LIBE en juillet et très probablement en plénière lors de la session de septembre) et par le Conseil (après le vote en session plénière du Parlement).

 

 

Historique

Frontex a été créée en 2004 afin de coordonner et d'appuyer l'action des États membres dans le domaine de la surveillance et du contrôle des frontières extérieures de l'UE. Elle est officiellement devenue opérationnelle le 1er mai 2005 et a son siège à Varsovie (Pologne).

Cette année, Frontex a mis en place, dans le cadre d'un projet pilote, son premier centre opérationnel régional au Pirée, en Grèce. Actuellement, Frontex emploie environ 300 personnes. Depuis que Frontex est devenue opérationnelle, ses ressources ont augmenté de manière significative (de 6 millions d'euros en 2005 à 86 millions d'euros en 2011).

Les tâches principales de Frontex sont de coordonner les opérations conjointes aux frontières extérieures maritimes, terrestres et aériennes, de coordonner les opérations de retour conjointes, de mettre en place des normes communes de formation des gardes-frontières nationaux et d'effectuer des analyses de risques.

Dans les activités de Frontex, le respect intégral des droits fondamentaux est un élément fortement prioritaire.

Frontex organise et coordonne régulièrement des opérations conjointes sur la base d'un programme annuel. En 2011, six opérations maritimes et trois opérations terrestres sont prévues. En outre, un certain nombre d'opérations concernent les frontières extérieures aériennes.

La flexibilité reste toutefois un élément essentiel pour Frontex. L'exemple le plus récent en est l'opération conjointe Hermes 2011, en cours. En raison de l'arrivée sur l'île italienne de Lampedusa d'environ 6000 migrants en provenance de Tunisie au cours des premières semaines de l'année, Frontex et l'Italie ont avancé cette opération conjointe en Méditerranée centrale, qui devait initialement commencer en juin. L'opération a débuté le 20 février 2011 et est toujours en cours. Onze États membres de l'UE y participent, avec des équipements techniques (avions, bateaux, etc.) et des experts.

Frontex a également la possibilité de déployer des missions d'intervention rapide aux frontières pour réagir à des situations d'urgence qui nécessitent un renforcement de l'assistance technique et opérationnelle aux frontières extérieures de l'État membre demandeur, comme par exemple un afflux massif d'immigrants clandestins. La première mission de ce type s'est déroulée de novembre 2010 à mars 2011 à la frontière gréco-turque. Plus de vingt États membres de l'UE ont participé à cet exercice de crise, avec plus de 200 experts (gardes-frontières, interprètes, etc.) et de nombreux équipements (y compris des hélicoptères, des chiens et des dizaines de véhicules). À la fin de l'opération, le nombre de migrants clandestins détectés chaque jour avait baissé d'environ 70 %.

Cette mission d'intervention rapide aux frontières a été suivie, depuis mars 2011, d'une opération conjointe étendue, Poséidon 2011, aux frontières extérieures maritimes et terrestres de la Méditerranée orientale.

La nécessité de renforcer le rôle de Frontex et ses capacités de lutte contre l'immigration clandestine a été soulignée à plusieurs reprises par le Conseil et le Conseil européen, notamment dans le Pacte européen sur l'immigration et l'asile adopté en octobre 2008 (doc. 13440/08) et dans le programme de Stockholm adopté en décembre 2009 (doc. 5731/10).

La Commission a dès lors présenté en février 2010, une proposition (doc. 6898/) qui est à la base de l'accord actuel.

 

 

Nouveautés

Les nouvelles règles, telles qu'elles ressortent du projet de texte de compromis, permettront de renforcer la capacité opérationnelle de Frontex dans toute une série de domaines.

 Les principales modifications sont les suivantes :

– la possibilité pour Frontex d'acheter ou de louer par crédit-bail ses propres équipements (voitures, navires, hélicoptères, etc.) ou de les acheter en copropriété avec un État membre ;

– un mécanisme permettant aux États membres de détacher des gardes-frontières nationaux et de mettre des équipements à disposition de l'agence: lorsque l'agence et un État membre ont conclu un accord annuel, cet État membre devrait, sur demande de Frontex, mettre les gardes-frontières et les équipements à sa disposition, comme prévu dans l'accord annuel, à moins que cela ne compromette sérieusement l'exécution des tâches nationales ;

– les équipements mis à disposition de l'agence seront recensés dans un inventaire centralisé du parc des équipements techniques ;

– l'agence se verra confier la codirection des opérations conjointes et des projets pilotes ;

– Les équipes déployées dans des opérations Frontex (qu'il s'agisse d'opérations conjointes, de projets pilotes ou d'interventions rapides aux frontières) porteront le nom générique sera "Équipes européennes de gardes-frontières" ;

– des dispositions plus précises relatives au plan opérationnel (tâches et responsabilités respectives, composition des équipes, commandement et contrôle, mécanismes de rapport, à savoir l'évaluation et la notification des incidents, équipements techniques et ressort juridique applicable) ;

– le renforcement des dispositions pour la protection des droits fondamentaux, y compris la création d'un forum consultatif des droits fondamentaux et la désignation d'un responsable en matière de droits fondamentaux ;

– le renforcement des tâches de l'agence en matière d'analyse du risque (consistant à évaluer régulièrement la capacité des États membres à faire face aux défis à venir aux frontières extérieures) ;

– des dispositions spécifiques sur la protection des données à caractère personnel, y compris la possibilité de transférer à Europol ou à d'autres agences européennes charges de l'application des lois de telles données concernant des personnes

suspectées d'exercer des activités criminelles transfrontières, de faciliter l'immigration clandestine ou de participer à la traite des êtres humains ;

– le renforcement des tâches en matière de formation (programmes communs de formation des gardes-frontières nationaux) et de recherche (suivre les évolutions dans les activités de recherche pertinentes et y contribuer) ;

– le renforcement du rôle de coordination de Frontex dans les opérations de retour conjointes, dans le plein respect des droits fondamentaux; ainsi que

– la possibilité pour l'agence de lancer des projets d'assistance technique et de déployer des officiers de liaison dans les pays tiers.

 

Pour de plus amples informations :

http://www.frontex.eu.int/ 

 

http://www.eucouncilfiles.eu/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 16:19

Les pays du G20 ont approuvé jeudi 23 juin un plan d'actions pour lutter contre la volatilité des cours des produits agricoles, responsable de nombreuses crises alimentaires, en repoussant toutefois toute décision sur la régulation des marchés financiers où ils se négocient.

Réunis à Paris, les ministres de l'Agriculture de ce forum des 20 plus grandes économies de la planète sont convenus d'une série de mesures portant aussi sur des sujets comme l'augmentation de la production agricole mondiale, la transparence des marchés ou la gestion des crises.

" Nous jetons les bases de la nouvelle agriculture mondiale, une agriculture qui sera durable, une agriculture qui sera solidaire, une agriculture dont les marchés seront régulés ", s'est félicité le Français Bruno Le Maire.

Son homologue américain Tom Vilsack a salué le caractère "historique" de la volonté commune affichée par les participants " pour combattre les défis pressants de la faim et de volatilité des prix alimentaires auxquels notre monde est confronté de plus en plus souvent ".

Mais les organisations humanitaires sont restées sur leur faim, déplorant, comme Peuples Solidaires-Action Aid, que ce premier G20 agricole n'ait pas " pris les décisions qui s'imposaient pour prévenir une nouvelle crise alimentaire imminente ".

" Allons-nous régler la sécurité alimentaire à cette réunion ? Certainement pas, mais c'est une vraie plate-forme pour agir ", a déclaré le ministre saoudien Fahad Balghunaim à propos du plan adopté par des pays représentant 85% de la production alimentaire de la planète.

"Bon point de départ"

Le président de la Banque mondiale, l'Américain Robert Zoellick, a parlé pour sa part de "bon point de départ" en rappelant que l'agriculture avait été dans le passé responsable de l'échec de nombreux accords internationaux.

La France a fait de la lutte contre la volatilité des prix agricoles une des priorités de sa présidence du G20 au même titre que la réforme du système monétaire international.

Elle n'avait pas hésité ces derniers jours à dramatiser les enjeux de ce sommet agricole face aux réticences exprimées sur plusieurs points de son plan d'actions par des pays comme l'Inde, la Chine, le Brésil ou l'Argentine.

Au bout du compte, elle a obtenu gain de cause sur les grandes lignes de ce plan préparé en concertation avec les organisations internationales spécialisées.

S'agissant de la régulation des marchés où se traitent des contrats à terme ou autres dérivés de produits agricoles, les ministres de l'Agriculture du G20 ont décidé de laisser ce dossier très sensible à leurs collègues des Finances en les encourageant " fortement à prendre les décisions appropriées ".

Plus spécifiquement, ils recommandent le recours à des outils comme la fixation de limites de positions que peuvent prendre les investisseurs, dans le but de lutter contre " les manipulations et abus de marchés " qui impactent les cours.

Un des résultats les plus concrets de la réunion de Paris est la création d'une banque de données internationales recensant la production, la consommation et les stocks de produits agricoles, que les pays du G20 se sont engagées à alimenter.

Forum de réaction rapide

Hébergé au sein de la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture), le système Amis doit permettre d'améliorer la transparence sur l'état des marchés physiques et contribuer à la prévention de crises comme celle de la flambée des cours des céréales de 2008, qui avait été alimentée par un mouvement de panique.

Les pays du G20 sont également tombés d'accord pour coordonner leurs politiques de marchés en cas de crise alimentaire via un " Forum de réaction rapide ".

Pour la première fois, ils ont accepté aussi de renoncer à toute restriction aux exportations alimentaires destinées à des programmes humanitaires.

Mais à la demande du Brésil et de l'Argentine, qui y voyaient l'équivalent d'une régulation des prix, le projet de stocks humanitaires prépositionnés dans les pays les plus pauvres sera seulement expérimenté.

Les Latino-Américains ont également obtenu que le développement des biocarburants, considéré par beaucoup comme une menace pour la sécurité alimentaire en se substituant à des cultures vivrières, soit traité uniquement sous la forme d'une étude d'impact. Celle-ci prendra en compte aussi les critères du développement rural et du climat.

Adriano Campolina, directeur d'ActionAid Brésil, a déclaré que si le G20 a sauvé les banques, " malheureusement, il n'a aujourd'hui pas la volonté de sauver des millions de vies, en empêchant la crise alimentaire qui nous menace, et qui frappera une nouvelle fois tout particulièrement les plus démunis ".

 

Source : Reuters

 

Voir également à ce sujet : L'échec annoncé du G20 agricole, par François Guillaume (Le Monde)

 

 

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 15:58

Malgré la récession, les cent plus grands fabricants mondiaux d'armement, hors chinois, ont vendu pour 401 milliards de dollars de marchandises en 2009. " Les ventes d'armes combinées des cent plus importantes firmes d'armement (Top 100) ont augmenté de 14,8 milliards de dollars " en 2009 par rapport à 2008, soit une hausse de 8 %, indique l'Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (Sipri). La palme revient aux Etats-Unis, où la demande du gouvernement a été soutenue. Au cours de l'année passée, quarante-cinq sociétés basées aux Etats-Unis ont réalisé 247 milliards de ventes (61,5 % du total).

Le groupe de défense américain Lockheed Martin a repris la première place au britannique BAE Systems en 2009 avec des ventes de 33,4 milliards de dollars contre 33,3 milliards. Chacun comptant pour 8,3 % des ventes totales. La seule branche américaine de BAE a vendu pour 19,3 milliards de dollars d'armes, ce qui la placerait au 7e rang mondial, souligne le rapport. Parmi les dix plus gros vendeurs d'armes, sept autres sont américains : Lockheed Martin, Boeing, Northrop Grumman, General Dynamics, Raytheon, L-3 Communications et United Technologies.

L'Europe est représentée dans le Top 100 par trente-trois groupes basés dans neuf pays (Allemagne, Espagne, Finlande, France, Italie, Norvège, Royaume-Uni, Suède et Suisse) et dont les ventes cumulées se sont élevées à 120 milliards de dollars, soit 30 % du total. Outre BAE Systems, 2e vendeur mondial, le groupe européen EADS se classe 7e avec 15,9 milliards de dollars (4,0 %) et l'italien Finmeccanica 8e avec 13,3 milliards (3,3 %).

Le Sipri n'a pas pris en compte la Chine, car " même si l'on sait que plusieurs fabricants d'armes chinois sont suffisamment importants pour figurer dans le Top 100, il est impossible pour nous de les y inclure en raison d'un manque de données comparables et suffisamment précises ", explique la spécialiste de l'industrie de l'armement au Sipri, Susan Jackson. L'Asie est cependant représentée dans le classement par dix groupes (quatre au Japon, trois en Inde, deux en Corée du Sud et un à Singapour) et le Moyen-Orient par cinq (trois en Israël, un au Koweït, un en Turquie). Ces deux régions ont totalisé 24 milliards de dollars de ventes d'armes en 2009, selon le rapport.

 

Pour en savoir plus sur le commerce international des armements : http://www.sipri.org/research/armaments/milex

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 12:34

En Libye, le front se fissure à nouveau. Déjà sceptiques au début de l'opération militaire de l'OTAN, les Italiens font à nouveau entendre une voix discordante en réclamant un cessez-le-feu afin de mettre en place des couloirs humanitaires. Une hypothèse immédiatement rejetée par ses alliés, à commencer par la France.
L'Italie s'est exprimée par la voix de son chef de la diplomatie, Franco Frattini, qui a plaidé hier "devant les commissions des affaires étrangères et des politiques européennes du Parlement pour une cessation immédiate des hostilités 'afin de permettre la mise en place d’un cordon humanitaire et éviter la partition de la Libye'" [Tribune de Genève]. Il a ainsi semé la zizanie au sein de l'OTAN, qui coordonne les opérations.
Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'organisation transatlantique, n'a pas manqué de réagir en affirmant que l'engagement doit se poursuivre jusqu'à l'arrêt total des violences contre les civils libyens, et la possibilité d'acheminement sans risque de l'aide humanitaire. De même, Le Monde souligne que Paris s'est fermement opposé à toute suspension des opérations militaires, "estimant que cela 'risquerait de permettre à Mouammar Kadhafi de gagner du temps et de se réorganiser'". (cf. à cet égard Divergences au sein de l'Otan sur la Libye )
L'inquiétude guette aussi du côté des forces britanniques, qui craignent que les capacités de l'armée à intervenir sur le long terme soient menacées par la tension qui pèse sur les équipements et les personnels. Des déclarations qui font écho à celles de" l'amiral Pierre-François Forissier, chef de la marine, [qui] a insisté publiquement le 10 juin sur les contraintes de 'régénération' des équipements et des hommes. Elles feront que, si l'opération libyenne dure jusqu'à la fin de 2011, il faudra se passer de l'unique porte-avions français en 2012" [Le Monde].
L'engagement de l'Europe en Libye semble donc de plus en plus fragile, alors même qu'elle s'était placée en position de meneur au sein de l'OTAN. Pour Anders Fogh Rasmussen, l'Europe de la défense doit tirer les leçons de cet épisode : "vingt ans après la fin de la guerre froide, les Européens ne représentent plus que 20% des budgets de défense dans l'Otan, […] ce qui signifie, en clair, une perte d'influence, quelle que soit la volonté politique. C'est aussi un vide, qui sera comblé par les grandes puissances émergentes […] et c'est vers elles que les États-Unis tourneront à l'avenir leur regard et leurs efforts de coopération, plutôt que vers l'Europe" [Le Figaro].    

Voir également à ce sujet les articles suivants :

 * Rasmussen enfonce le clou. Les Européens doivent mettre la main à la poche

 * Council conclusions on Military Capability Development - 3055th Foreign Affairs (Defence) Council meeting (Brussels, 9 December 2010)

 * Dans le contexte actuel des finances publiques de ses Etats membres, l'UE peut-elle assurer un développement approprié des capacités requises par celui de la PSDC ? - nouvelle édition -

 * Levons ces ambiguïtés non constructives qui paralysent la dynamique européenne sur les registres des capacités et de l'armement - Et agissons ! - première partie -

 * Levons ces ambiguïtés non constructives qui paralysent la dynamique européenne sur les registres des capacités et de l'armement ! Et agissons ! - quatrième partie - (nouvelle édition)

 * Levons ces ambiguïtés non constructives qui paralysent la dynamique européenne sur les registres des capacités et de l'armement ! Et agissons ! - cinquième partie -

 * Coopération structurée permanente / Politique européenne des capacités et de l'armement : plan d'action pour un passage à la vitesse supérieure !

 * "L'Union européenne et le défi de la réduction des budgets de défense" par Jean-Pierre Maulny (Notes de l'IRIS)

 * Peut-on sauver l'Europe en ne lui donnant pas un budget à la mesure des exigences qu'emporte l'obligation d'en faire un véritable acteur global ?

 * Pooling and sharing, initiative germano-suédoise (novembre 2010)

 * Financer la défense par des fonds communautaires. Une idée qui sent le soufre, par Nicolas Gros Verheyde (Bruxelles2.eu)

ainsi que les articles auxquels ils renvoient.

 

Voir également : 

 * Manoeuvres diplomatiques : la "victoire" du camp de l'intervention en Lybie aura nécessairement un coût politique et diplomatique ! Lequel ?

 * Il est non seulement imprudent mais injuste d'accuser l'Allemagne de ne pas être à la hauteur de ses responsabilités internationales dans le dossier lybien - nouvelle édition -!

 * Du très troublant relativisme sémantique occidental à propos de la notion de « civils » quand il s’agit de populations en révolte pour des causes « justes » (nouvelle édition)   

 * Attention ! Danger ! La Syrie n'est pas la Lybie ! La réponse de la communauté internationale à la dégradation de la situation en Syrie doit être non seulement graduée mais responsable !

 

 

 

 

 

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 12:31

Le modèle issu du Traité de Lisbonne — beau sur le papier, qui voit un seul personnage concentrer la présidence des conseils des ministres des Affaires étrangères comme de la Défense, avoir le rôle de commissaire européen et être le missi dominici (haut représentant) de l’Union européenne — est difficile à assumer dans la pratique. La Haute représentante a commencé à aménager sa représentation, en demandant au coup par coup à des ministres des Affaires étrangères (Lire : Un + Un = Trois). Elle doit, à mon sens, poursuivre dans cette voie, particulièrement en matière de défense. Et de façon plus décisive et déterminée. Après 18 mois de mandat, alors que différentes échéances en matière de PeSDC sont là, et que la présidence polonaise paraît vouloir prendre le sujet à coeur, le moment est venu.

Le principe du « pair » mieux accepté
.../...

Voir la suite de l'article : http://www.bruxelles2.eu/defense-ue/defense-ue-droit-doctrine-politique/changer-le-mode-de-presidence-des-conseils-de-defense-cest-possible.html

 

 

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 10:33

Le Conseil a consacré un large débat au voisinage de l'UE, en réponse à l'examen de la politique européenne de voisinage présenté par la Haute Représentante et la Commission le 23 mai 2011, et a adopté les conclusions qui suivent :

"1. Accueillant avec satisfaction la publication de la communication conjointe intitulée "Une Stratégie nouvelle à l'égard d'un voisinage en mutation", du 25 mai 2011, le Conseil remercie la Haute Représentante et la Commission de cette initiative prise à la suite de l'invitation qu'il leur a adressée le 26 juillet 2010 d'engager une réflexion sur la mise en oeuvre de la politique européenne de voisinage (PEV) à l'avenir. Par ailleurs, le Conseil se félicite des consultations qui se sont tenues dans la perspective de cette communication conjointe.

2. La nouvelle approche de l'UE sera fondée sur une responsabilité mutuelle et un attachement commun aux valeurs universelles que sont la liberté, la démocratie, le respect des droits de l'homme, les libertés fondamentales et l'État de droit. Le partenariat entre l'UE et chacun de ses voisins tiendra compte des besoins de ceux-ci, des capacités dont ils disposent et des objectifs de réforme qu'ils se sont fixés. Il reposera sur le principe selon lequel chacun est partie prenante au processus ainsi que sur le principe de différenciation.

Il sera de nature à permettre aux pays qui le veulent et qui le peuvent de progresser davantage sur la voie d'une association politique plus étroite et d'une intégration économique progressive dans le marché intérieur de l'UE. Les plans d'action et documents analogues seront mis à profit de manière plus efficace: il s'agira de se concentrer sur un nombre limité de priorités, assorties d'un calendrier d'action et d'objectifs plus clair et de critères de référence plus précis, grâce à un pilotage politique rapproché. Une telle approche aidera les partenaires à hiérarchiser les réformes et permettra de mieux articuler les objectifs visés et la programmation de l'aide.

3. Le Conseil estime qu'il est nécessaire d'apporter une aide accrue aux partenaires qui s'emploient à établir une démocratie solide et durable, de soutenir le développement d'une économie solidaire et de renforcer les deux dimensions, orientale et méridionale, de la PEV, notamment dans les domaines de la démocratie, des droits de l'homme et de l'État de droit. Il souligne que l'approfondissement de la coopération politique, le renforcement de l'intégration économique et l'accroissement de l'aide fournie par l'UE dépendront des progrès réalisés sur la voie des réformes. Ces principes seront adaptés aux besoins des partenaires qui souhaitent entreprendre des réformes et coopérer efficacement avec l'UE dans tous les domaines concernés, et peuvent être réexaminés si les réformes ne sont pas mises en place. Ils s'appliqueront de la même manière à tous les partenaires de la PEV.

Le Conseil invite la Haute Représentante et la Commission à mettre au point les mécanismes et instruments appropriés qui contribueront à réaliser ces objectifs.

4. Le Conseil se félicite que la communication conjointe mette l'accent sur le partenariat avec la société. Il invite la Haute Représentante et la Commission à présenter des propositions concrètes destinées à soutenir la société civile, portant notamment sur la création d'un Fonds européen pour la démocratie et d'une facilité en faveur de la société civile, et de doter l'UE de nouveaux moyens pour lui permettre de favoriser la mise en place d'une démocratie solide et durable dans les pays partenaires et d'en assurer le bon fonctionnement, en parfaite cohérence avec les instruments et structures existants.

5. Conscient des avantages économiques qui découlent de la multiplication des échanges de biens et de services, des possibilités qu'offre l'accroissement des flux d'investissement et de l'importance que revêt une intégration économique progressive dans le marché intérieur de l'UE, le Conseil est favorable à ce que l'UE continue à oeuvrer en faveur d'une telle intégration par la création, dès que les conditions seront réunies, de zones de libre-échange complet et approfondi avec les partenaires PEV, comme le propose la communication conjointe. Pour engager des négociations en vue de la création de telles zones, les pays partenaires doivent être membres de l'OMC et avoir mené des préparatifs minutieux, en se fondant sur les recommandations essentielles qui leur sont adressées. Le Conseil s'attend à ce que des progrès soient réalisés rapidement dans les négociations portant sur la conclusion d'une zone de libre-échange complet et approfondi qui sont actuellement menées avec l'Ukraine et constate que certains des autres pays partenaires ont bien progressé dans la mise en oeuvre de ces recommandations essentielles. Il se félicite de l'adoption ce jour de directives de négociations en vue de l'établissement d'une zone de libre-échange complet et approfondi avec la République de Moldavie. En ce qui concerne le sud de la Méditerranée, le Conseil encourage la mise en place d'initiatives visant à renforcer les relations en matière commerciale et d'investissements avec les partenaires menant des réformes démocratiques et économiques. À cette fin, le Conseil invite la Commission à présenter des recommandations relatives à des directives de négociation pour la conclusion de zones de libre-échange complet et approfondi avec certains partenaires du sud de la Méditerranée. Le Conseil convient que, dans le cadre des négociations actuelles ou futures, l'UE s'attachera à améliorer les possibilités d'accès au marché, notamment, s'il y a lieu, par l'extension des concessions commerciales, en tenant compte de la situation propre à chaque pays partenaire.

6. Une mobilité bien gérée des personnes est fondamentale si l'on veut favoriser la compréhension mutuelle, les relations commerciales et la croissance économique, tant dans l'UE que dans les pays partenaires. Rappelant la déclaration du Conseil européen du 11 mars 2011 et les conclusions du Conseil "Justice et affaires intérieures" du 9 juin 2011, le Conseil invite la Commission à poursuivre et à intensifier les travaux menés avec les partenaires dans ce domaine, en s'inspirant de l'approche globale sur la question des migrations. L'UE préparera le lancement de négociations en vue de la conclusion de partenariats pour la mobilité avec le Maroc, la Tunisie et l'Égypte, qui constitueront un premier groupe, ainsi que le propose la Commission dans sa communication du 25 mai 2011. L'UE s'efforcera de tirer le plus grand parti possible du code des visas de l'UE au profit des voyageurs de bonne foi se déplaçant entre l'UE et l'ensemble des pays partenaires. Conformément aux conclusions que le Conseil JAI a adoptées les 9 et 10 juin, l'UE envisagera de lancer, au cas par cas, des accords de réadmission et d'assouplissement du régime des visas avec des partenaires du Sud et l'action de l'UE dépendra entre autres de la coopération effective dont feront preuve les pays concernés dans la lutte contre l'immigration illégale, y compris en matière de réadmission et de gestion des frontières.

Rappelant les conclusions sur le Partenariat oriental adoptées le 25 octobre 2010, l'UE s'emploiera à conclure les négociations relatives à un partenariat pour la mobilité avec l'Arménie et à entamer des négociations sur un accord en matière d'assouplissement du régime des visas, parallèlement à un accord de réadmission, avec la Biélorussie, dans l'intérêt de l'ensemble de la population, ainsi qu'avec l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Le Conseil se félicite de l'entrée en vigueur des accords de réadmission et en matière d'assouplissement du régime des visas conclus avec la Géorgie. Il accueille avec satisfaction la présentation des rapports sur l'état d'avancement de la mise en oeuvre des plans d'actions de l'Ukraine et de la République de Moldavie pour la libéralisation du régime des visas, qui pourraient également servir de modèles utiles pour les autres partenaires orientaux, compte tenu de la spécificité et des progrès de chaque pays, conformément à la déclaration de Prague et aux conclusions ultérieures du Conseil.

7. Le Conseil invite la Haute Représentante et la Commission à mettre en oeuvre les propositions de la communication relatives à la coopération sectorielle en assurant une coordination étroite avec les autres initiatives mises en place dans les pays du voisinage.

Par ailleurs, l'UE facilitera la participation des pays partenaires aux programmes et agences de l'UE.

8. Il sera décidé, dans le cadre des procédures budgétaires normales et sans préjudice, notamment, du cadre financier pluriannuel, d'un soutien financier considérablement accru pouvant atteindre 1,242 milliard d'euros afin de parer aux besoins urgents et de faire face aux nouveaux défis et évolutions en cours dans le voisinage. Le Conseil attend avec intérêt la proposition que la Commission doit faire en ce sens à l'autorité budgétaire. Ces ressources seront octroyées en tenant pleinement compte des besoins des pays partenaires, de leur volonté d'engager des réformes et des progrès qu'ils réalisent vers l'instauration d'une démocratie solide et durable, telle que définie dans la communication. Le Conseil demande à la Commission d'examiner, en coopération avec la BEI, comment renforcer les opérations de capital-risque dans le voisinage, sur la base d'une gestion budgétaire saine.

Le Conseil souligne également la nécessité de redéfinir les priorités pour les ressources existantes et réaffirme son soutien à l'augmentation des prêts de la BEI. Il réaffirme également son soutien à l'extension du rayon d'action de la BERD aux partenaires du Sud engagés dans une transition démocratique et appelle les autres principaux donateurs et les institutions financières internationales à contribuer à cet effort.

9. Dans le cadre de l'approche renforcée de la PEV, le Conseil attend avec intérêt la proposition de la Commission visant à mettre en place, au titre du prochain cadre financier pluriannuel, un nouvel instrument de voisinage européen reposant sur une programmation simplifiée, davantage guidé par les actions à mener et prévoyant une différenciation accrue sur la base d'une approche "plus pour plus", avec notamment la souplesse nécessaire pour permettre de mieux cibler les ressources en fonction des besoins suscités par les réformes et de l'issue de celles-ci, et qui reflètera le nouveau niveau d'ambition de cette politique. Le nouvel instrument favorisera également la coopération régionale et la coopération transfrontière aux frontières extérieures de l'UE et, à cet égard, le Conseil souligne également qu'il est important de disposer de mécanismes souples pour une mise en oeuvre efficace. Le Conseil reviendra sur ces questions dans le cadre de l'examen du prochain cadre financier pluriannuel.

10. Le Conseil attend avec intérêt la tenue du sommet du partenariat oriental, les 29 et 30 septembre 2011 à Varsovie, en vue de renforcer les relations entre l'UE et les partenaires orientaux. Le Partenariat oriental vise à accélérer l'association politique et l'intégration économique, comme énoncé dans la déclaration commune adoptée lors du sommet du Partenariat oriental qui s'est tenu à Prague le 7 mai 2009, sur la base des principes communs de liberté, de démocratie, de respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales et d'État de droit. Tous les États membres de l'Union européenne adhèrent à ces valeurs. Le Conseil prend acte des aspirations européennes et du choix européen fait par certains partenaires. Il invite par ailleurs la Haute Représentante et la Commission à proposer une feuille de route afin de guider l'avancement de la mise en oeuvre du Partenariat oriental en tirant parti des résultats du sommet, en tenant compte de la poursuite de la mise en oeuvre des initiatives phares et de projets concrets et en intégrant des propositions sur les modalités d'un renforcement de la coopération régionale.

11. Le Conseil insiste sur le rôle important joué par l'Union pour la Méditerranée (UpM), qui complète les relations bilatérales entre l'UE et ses partenaires du Sud et qu'il faudrait renforcer pour organiser une coopération régionale efficace et axée sur les résultats, au moyen de projets concrets. Le Conseil salue la nomination de M. Youssef Amrani au poste de secrétaire général du secrétariat de l'UpM. Le Conseil réaffirme son soutien au secrétariat de l'UpM, qui devrait jouer un rôle catalyseur pour fédérer les États, la BEI, les institutions financières internationales et le secteur privé autour de projets concrets d'importance stratégique, et encourager la création d'emplois, l'innovation et la croissance dans toute la région.

12. La PEV devra répondre aux nouveaux défis apparus dans le voisinage méridional. La transition peut s'avérer longue et difficile; néanmoins, le Conseil insiste sur la ferme volonté de l'UE et des États membres d'accompagner et soutenir les efforts concrets entrepris par les gouvernements réellement engagés dans des réformes politiques et économiques, ainsi que par la société civile. À cet égard, le Conseil encourage la Haute Représentante et la Commission à veiller à ce que la poursuite de la mise en oeuvre de la communication du 8 mars intitulée "Partenariat pour la démocratie et une prospérité partagée avec le Sud de la Méditerranée" tienne compte de la nouvelle approche définie dans la stratégie nouvelle à l'égard d'un voisinage en mutation, conformément aux conclusions du Conseil européen en la matière. Le Conseil salue la création, par la Haute Représentante, d'un groupe de travail pour le Sud de la Méditerranée, qui renforcera les efforts consentis par l'UE pour favoriser un soutien international cohérent au renforcement de la démocratie et du développement d'une économie solidaire dans le bassin méditerranéen. Il se félicite également de la proposition de la Haute Représentante concernant un RSUE pour le Sud de la Méditerranée et précise que celui-ci devrait prendre ses fonctions le plus tôt possible. Le Conseil salue le partenariat de Deauville et le soutien apporté par le G8 aux pays traversant une période de transition démocratique.

13. Le Conseil encourage la Haute Représentante et la Commission à saisir les occasions offertes par le traité de Lisbonne pour renforcer la participation de l'UE à la résolution des conflits de longue durée, en tenant compte des mécanismes existants, et à poursuivre les efforts conjoints visant à améliorer la sécurité régionale dans notre voisinage, en assurant une utilisation concertée de la politique étrangère et de sécurité commune et d'autres instruments de l'UE. Il invite les pays partenaires à redoubler d'efforts pour résoudre les conflits et faire le meilleur usage du soutien de l'UE.

14. Le Conseil considère que les États membres devraient compléter et étoffer le soutien apporté par l'UE dans le cadre de la politique européenne de voisinage par des programmes de soutien nationaux, tout en assurant une étroite coordination. Il encourage également la Commission européenne à renforcer la coordination avec d'autres donateurs et institutions financières internationales.

15. Le Conseil attend avec intérêt la mise en oeuvre de la stratégie nouvelle à l'égard d'un voisinage en mutation et invite la Haute Représentante et la Commission à lui faire rapport en 2012."

 

Voir également à cet égard :

 * A new response to a changing Neighbourhood (Joint Communication - Brussels, 25/05/2011)

 * Southern Mediterranean: towards a new era of dialogue and partnership 

  

 

 

 

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 10:28

JOINT COMMUNICATION TO THE EUROPEAN PARLIAMENT, THE COUNCIL, THE EUROPEAN ECONOMIC AND SOCIAL COMMITTEE AND THE COMMITTEE OF THE REGIONS

A new response to a changing Neighbourhood

 

To the East and South of the European Union (EU) lie sixteen countries (1) whose hopes and futures make a direct and significant difference to us. Recent events have brought this into sharper relief, highlighting the challenges we face together. The overthrow of long-standing repressive regimes in Egypt and Tunisia; the ongoing military conflict in Libya, the recent violent crackdown in Syria, continued repression in Belarus and the lingering protracted conflicts in the region, including in the Middle East, require us to look afresh at the EU’s relationship with our neighbours. The encouraging progress made by other neighbours, for example by Republic of Moldova in its reform efforts, Ukraine in the negotiations of the Association Agreement or Morocco and Jordan in their announcement of constitutional reform, need also to be supported. The Lisbon Treaty has allowed the EU to strengthen the delivery of its foreign policy : co-operation with neighbouring countries can now be broadened to cover the full range of issues in an integrated and more effective manner. This was a key driver for initiating a review, in consultation with partner countries and other stakeholders, of the European Neighbourhood Policy (ENP) in summer 2010. Recent events throughout the Southern Mediterranean have made the case for this review even more compelling. The EU needs to rise to the historical challenges in our neighbourhood.

Since its inception in 2004, the ENP has promoted a variety of important initiatives, particularly on the trade and economic front, which have allowed the EU and its neighbours to develop stronger relationships in virtually all policy fields, from energy to education, from transport to research. These are now the subject of exchanges and co-operation between the EU and its neighbours. EU assistance has increased and is better targeted. But there is room for improvement on all sides of the relationship.

Recent events and the results of the review have shown that EU support to political reforms in neighbouring countries has met with limited results. There is for example a need for greater flexibility and more tailored responses in dealing with rapidly evolving partners and reform needs – whether they are experiencing fast regime change or a prolonged process of reform and democratic consolidation.

Co-ordination between the EU, its Member States and main international partners is essential and can be improved.

A new approach is needed to strengthen the partnership between the EU and the countries and societies of the neighbourhood: to build and consolidate healthy democracies, pursue sustainable economic growth and manage cross-border links.

The ENP should be a policy of the Union with the Member States aligning their own bilateral efforts in support of its overall political objectives. Equally, the European Parliament has a central role to play in helping to deliver some of its central objectives. And beyond that, the ENP should serve as a catalyst for the wider international community to support democratic change and economic and social development in the region.

This partnership with our neighbours is mutually beneficial. The EU is the main trading partner for most of its neighbours. Sustainable economic development and job creation in partner countries benefits the EU as well. Likewise, managed movement of people is positive for the entire neighbourhood, facilitating the mobility of students, workers and tourists, while discouraging irregular migration and human trafficking. Active engagement between the EU and its neighbours in areas such as education, strengthening and modernising social protection systems and advancing women's rights will do much to support our shared objectives of inclusive growth and job creation.

The new approach must be based on mutual accountability and a shared commitment to the universal values of human rights, democracy and the rule of law. It will involve a much higher level of differentiation allowing each partner country to develop its links with the EU as far as its own aspirations, needs and capacities allow. For those southern and eastern neighbours able and willing to take part, this vision includes closer economic integration and stronger political co-operation on governance reforms, security, conflict-resolution matters, including joint initiatives in international fora on issues of common interest. In the context of the southern Mediterranean, the Commission and the High Representative have already laid out their proposal for a Partnership for Democracy and Shared Prosperity (2) with such partners.

The new approach, as described above, aims to:

(1) provide greater support to partners engaged in building deep democracy – the kind that lasts because the right to vote is accompanied by rights to exercise free speech, form competing political parties, receive impartial justice from independent judges, security from accountable police and army forces, access to a competent and non-corrupt civil service — and other civil and human rights that many Europeans take for granted, such as the freedom of thought, conscience and religion ;

(2) support inclusive economic development – so that EU neighbours can trade, invest and grow in a sustainable way, reducing social and regional inequalities, creating jobs for their workers and higher standards of living for their people ;

(3) strengthen the two regional dimensions of the European Neighbourhood Policy, covering respectively the Eastern Partnership and the Southern Mediterranean, so that we can work out consistent regional initiatives in areas such as trade, energy, transport or migration and mobility complementing and strengthening our bilateral co-operation ;

(4) provide the mechanisms and instruments fit to deliver these objectives.

The partnership will develop with each neighbour on the basis of its needs, capacities and reform objectives. Some partners may want to move further in their integration effort, which will entail a greater degree of alignment with EU policies and rules leading progressively to economic integration in the EU Internal Market. The EU does not seek to impose a model or a ready-made recipe for political reform, but it will insist that each partner country’s reform process reflect a clear commitment to universal values that form the basis of our renewed approach. The initiative lies with the partner and EU support will be tailored accordingly.

Increased EU support to its neighbours is conditional. It will depend on progress in building and consolidating democracy and respect for the rule of law. The more and the faster a country progresses in its internal reforms, the more support it will get from the EU. This enhanced support will come in various forms, including increased funding for social and economic development, larger programmes for comprehensive institution-building (CIB), greater market access, increased EIB financing in support of investments ; and greater facilitation of mobility. These preferential commitments will be tailored to the needs of each country and to the regional context. They will recognise that meaningful reform comes with significant upfront costs. It will take the reform track record of partners during the 2010-12 period (based on the annual progress reports) into account when deciding on country financial allocations for 2014 and beyond. For countries where reform has not taken place, the EU will reconsider or even reduce funding.

The EU will uphold its policy of curtailing relations with governments engaged in violations of human rights and democracy standards, including by making use of targeted sanctions and other policy measures. Where it takes such measures, it will not only uphold but strengthen further its support to civil society. In applying this more differentiated approach, the EU will keep channels of dialogue open with governments, civil society and other stakeholders. At the same time and in line with the principle of mutual accountability, the EU will ensure that its resources are used in support of the central objectives of the ENP.

The resources that the EU and its international partners are mobilising in support of the democratic transitions in the neighbourhood must cover both the immediate and urgent needs as well as the medium- and longer-term requirements.

.../...

See the full text : PEV com 11 303 en PEV com 11 303 en

 

(1) The European Neighbourhood includes Algeria, Armenia, Azerbaijan, Belarus, Egypt, Georgia, Israel, Jordan, Lebanon, Libya, the Republic of Moldova, Morocco, the Occupied Palestinian Territories, Syria, Tunisia and Ukraine.

(2) COM (2011) 200 of 8.03.2011.

 

 

Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories