Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 18:02

The Council adopted a decision approving the conclusion of a revised memorandum of understanding (MOU) with the United States on the importation of beef from animals not treated with certain growth-promoting hormones and increased duties applied by the United States to certain EU products (14374/13 and 14375/13).  

The revised MOU was signed on 21 October 2013. The European Parliament gave its consent to the conclusion of the revised MOU on 10 December.

Read also (in french) : Clash entre Commission et eurodéputés sur l'étiquetage de la viande (Euractiv.fr)  

 

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 17:50

Let me start by reiterating my welcome to President Putin to Brussels for the 32nd EU-Russia Summit and express my appreciation for a productive encounter. We had a frank and far reaching discussion focused on the fundamentals of our strategic partnership and the direction in which we want to take it. We acknowledged the many common interests that should help us drive our relationship forward.  

We addressed openly the convergences, and divergences, regarding relations with our common neighbours. We discussed how the Eastern Partnership and the Customs Union initiative could relate to each other  

On our side, I underlined in particular the benefits of the Eastern Partnership for all our Eastern neighbours including Russia. A more stable economic and institutional environment, improved market access and intensified trade relations will strengthen demand and create new business opportunities for all. Russian companies are well placed to benefit from these new opportunities. I made it clear that the Eastern Partnership does not affect Russia's economic, trade, social, human and cultural links to many of our common neighbours. These links will not be put at risk, but on the contrary, stimulated by more dynamic and successful economic development in the partner countries.  

There can be different interpretations and misunderstandings on the association agreements and that is why we both agreed to pursue bilateral consultations at experts level on the Eastern Partnership Association Agreement and the economic consequences on both sides.   

As a concrete and telling example of the huge potential for all, I will repeat what I said last Saturday in Warsaw. In 1990 the prosperity levels were the same in Poland and Ukraine.  

Today, Poland is three times more prosperous than Ukraine. And here I am only talking of the economic dimension.    

Association agreements, including free trade agreements, between the EU and partners like Moldova, Georgia or Ukraine are fully compatible with Russia's existing trade arrangements with these countries. The trade agreements can interact constructively with the Customs Union as long as WTO rules are applied and free decision-making is guaranteed. We expect that the decisions which Moldova and Georgia have made in Vilnius will be confirmed with the signature of these agreements by early autumn at the latest.  

The European Union is closely following the developments in Ukraine and strongly condemns violence. We call for restraint. Those responsible have to be held to account. We want the fundamental freedoms - such as freedom of expression and of assembly - preserved. The present stalemate must be rapidly overcome through a genuine dialogue between the authorities, the opposition and civil society. The Ukrainian authorities have a special responsibility in this. It is crucial to find a way forward in the interest of the ukrainian people. EU High Representative will be travelling to Kiev in a few hours.    

For our part, we are ready to move ahead and to sign and implement our association agreement, already initialled a year ago, provided the authorities confirm their adherence to a democratic Ukraine. The respect for sovereign countries' freedom of choice on foreign policy, regional economic cooperation and trade is a fundamental right and a principle I stressed today once again.    

Our cooperation with Russia on global questions spans a wide range. We work together effectively on issues like Afghanistan, the Middle East Peace Process and anti-piracy off  the Horn of Africa. We are willing to deepen and strengthen this cooperation to our mutual benefit. The latest very significant developments regarding Syria and Iran offer new possibilities to further develop our joint action. 

Another common challenge is international terrorism. We have today adopted a Joint Statement on Combatting Terrorism. In it we reiterated our firm commitment to cooperate in addressing the threat of terrorism, based on respect of rule of law and of human rights. 

More broadly speaking, clear and reliable understanding on fundamental freedoms, human rights, and rule of law will help advance further our strategic partnership and strengthen our economic ties. It will contribute greatly to the development of a reliable, stable business environment and investment climate.    

Finally, I thank President Putin for the open and frank exchange we have had on all these issues. I trust that the European Union and Russia will continue working on this basis during the coming months and that we will be able to register further progress in our relations on the occasion of our next summit in June in Sochi. At that time we hope that sufficient progress to re-launch the negotiations on a new agreement will be ready, a new agreement covering all aspects of our cooperation. Finally, I express my best wishes for successful winter Olympics in Sochi.  

____________

Read more : FACTSHEET : EU-Russia summit (Brussels, 28 January 2014)

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 17:42

Le secrétaire-général de l'OTAN a abandonné son ton habituellement contrôlé et très diplomatique, lundi 27 janvier, pour critiquer l'attitude du président afghan Hamid Karzaï, qui tergiverse et refuse actuellement de signer, avec les Etats-Unis, un traité concernant la sécurité dans son pays, après le retrait de la force internationale d'assistance.

« Il faut que nous sachions rapidement si nous sommes ou non invités à rester en Afghanistan », a commenté Anders Fogh Rasmussen, évoquant un possible retrait complet de l'OTAN, qui compte encore 58 000 hommes sur le terrain. Le retrait devrait, s'il se concrétisait, être décidé rapidement pour être effectif à la fin de l'année, a-t-il souligné.

Un traité bilatéral (BSA) définit les modalités d'une présence militaire au-delà de la fin 2014, lorsque la mission de combat internationale se sera achevée. Le BSA doit fournir un appui aux forces de sécurité afghane, censées résister aux violences des talibans. « Il faut que M. Karzaï prenne conscience que l'heure de la décision approche », dit-on à l'Otan, où une réunion des ministres de la défense devrait, en février, accentuer encore la pression sur le président.

KARZAÏ ATTEND LA PRÉSIDENTIELLE

L'administration Obama pourrait maintenir une force de 10 000 hommes durant deux ans, mais a évoqué récemment une « option zéro » en cas de refus persistant de M. Karzaï. Quelque 6 000 hommes devraient, selon le scénario qui est sur la table, être maintenus par les pays alliés des Etats-Unis.

M. Rasmussen s'est interrogé lundi sur la manière dont « les Afghans pourraient payer les soldats et la police sans soutien international ». « Les dirigeants de Kaboul ne doivent pas sous-estimer l'impact négatif sur les opinions et la classe politique des pays dont les troupes sont présentes en Afghanistan », a renchéri le secrétaire-général. Qui ajoutait que l'aide au développement pourrait également  être affectée, faute de soutien clair au BSA.

Samedi 25 janvier, le président Karzaï a indiqué qu'« aucune pression, aucune menace, aucune guerre psychologique » ne le forceraient à accepter l'accord américain. Washington le pressait de signer au plus tard le 31 décembre dernier, mais il ne veut pas le faire avant l'élection présidentielle, qui aura lieu dans son pays le 5 avril.

Il réclame également des Etats-Unis qu'ils lancent une négociation avec les talibans, lesquels refusent toute discussion directe avec son gouvernement. Enfin, il exige la libération d'Afghans détenus sur la base américaine de Bagram. « Ces gens ont commis des assassinats », lui a répondu, lundi, M. Rasmussen.

Source : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/01/28/l-otan-menace-de-quitter-totalement-l-afghanistan-apres-2014_4355410_3216.html

Lire l'entretien avec le président Hamid Karzaï : « Les Américains agissent en puissance coloniale »

Lire aussi : Corruption, dictature et sécurité internationale, par Pierre Conesa (Diploweb.com)

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 16:58

Mass migration into urban areas has polarized societies around the world, as urban priorities clash with rural priorities. This fact alone, quite apart from other trends, has split countries which once had a degree of harmony and an overriding sense of nation. Add to this the significant impetus given to the destabilization of newly-democratic societies by discreet funding injected by such financiers as George Soros to create “color revolutions”: the means by which the popular vote can be overturned by street protest and media manipulation.

The rule is now clear, from the US to the Ukraine, and from Thailand to Egypt: If you don‟t like the results, you can overturn them. And if the majority vote isn‟t the one desired by key foreign states, then they, too, will assist in helping the losing side in a democratic election “take it to the street” in a now formulaic approach to overturning the popular vote.

 

Escalating street violence in Kiev to topple the Government of Ukraine reflects the reality that Western Ukraine, which has a Western-oriented history and a dominance by Uniate Catholicism, has differing priorities to Eastern Ukraine, which is heavily oriented toward Russia and is dominated by Orthodox Christianity. But the Western Ukraine lacks the population to outvote Eastern Ukraine, so “democratic elections” cannot deliver what they want.

 

Similarly, the urban population of Bangkok and other Thai cities cannot match the voting power of the rural areas, so “democratic elections” cannot give the urban élites what they seek.

 

Extracts from Defense& Foreign Affairs Special Analysis  - January 24, 2014 GIS Confidential © 2014 Global Information System, ISSA

 

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 16:33

Dans la version russe, celle de l'ambassadeur Vladimir Chijov, « ce ne sera pas un sommet sur l'Ukraine ». Dans la version européenne, celle d'un porte-parole du président de la Commission : « Ce sera un débat sur l'intégration régionale, et il est évident que nous avons un message à délivrer sur l'Ukraine. »

Mardi 28 janvier, c'est en tout cas un sommet sous tension qui doit se tenir à Bruxelles entre, d'un côté de la table, Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, présidents du Conseil et de la Commission de l'Union européenne (UE) et, de l'autre, le président russe, Vladimir Poutine, et son ministre des affaires étrangères, Sergueï Lavrov. La Haute Représentante, Catherine Ashton, assistera aux entretiens.

La rencontre se réduira à une réunion de trois heures, une durée inhabituellement courte. Le diner de clôture a été annulé, et le nombre de conseillers, très restreint, signe d'une volonté commune d'éviter les fuites sur la « discussion franche » annoncée par Bruxelles.

Pour Michael Emerson, chercheur associé au Centre for European Policy Studies, un groupe de réflexion bruxellois, qui vient de publier un essai sur le récent échec du partenariat oriental de l'UE, « les relations entre l''Europe et la Russie sombrent dans la confrontation et la défiance les plus sérieuses depuis la fin de la guerre froide, à l'exception peut-être de 2008 et de la guerre en Géorgie ». (cf. à cet égard également ) 

« NOTRE PORTE RESTE OUVERTE »

La technique de la diplomatie russe consiste à minimiser l'importance de cette trente-deuxième rencontre bilatérale et les divergences entre Moscou et Bruxelles. M. Poutine accorde peu de crédit et de poids aux responsables européens, qu'il traite habituellement avec distance et dédain.

Selon l'ambassadeur Vladimir Chijov, ce sont les médias qui « exagèrent les désaccords ». Les questions économiques, commerciales et énergétiques sont donc, pour Moscou, les vrais thèmes de cette rencontre, ainsi que les mesures de libéralisation des visas pour les citoyens russes.

En revanche, pour Herman Van Rompuy, qui a hâté la tenue de ce sommet, la question ukrainienne s'impose. En visite à Varsovie, il a condamné sévèrement, samedi 25 janvier, « la brutalité des autorités contre des manifestants en grande majorité pacifiques ». « Personne ne peut empêcher le peuple ukrainien de voir ses rêves se réaliser un jour », a ajouté le président du Conseil en relançant même une formule oubliée à Bruxelles : « Notre porte reste ouverte. » Sous-entendu : pour l'accord d'association rejeté en novembre par le président Viktor Ianoukovitch, qui a préféré une entente avec Moscou, assortie d'une promesse de prêt de 15 milliards de dollars (11 milliards d'euros) et d'un fort rabais sur les prix du gaz.

Pour les responsables européens, dont les dernières rencontres avec M. Poutine avaient buté sur les questions de politique étrangère, d'énergie et de libertés publiques, il s'agira toutefois de savoir « jusqu'où ne pas aller trop loin », souligne une diplomate de haut rang. Les condamnations du régime Ianoukovitch et de ses pratiques déclenchent habituellement des accusations « d'ingérence » et d'incitation au « chaos » de la part des autorités russes. Cela leur permet d'éviter le débat sur leurs propres méthodes d'ingérence, mais aussi sur leur vision de l'avenir de l'espace postsoviétique et des relations que Moscou pourrait y entretenir avec l'UE.

UNE LISTE DE SANCTIONS POSSIBLES

A Bruxelles, certains prônent toujours la naissance d'une vaste zone de libre-échange paneuropéenne (« de Lisbonne à Vladivostok ») et d'une initiative pour une « grande Eurasie » susceptibles, selon eux, d'inclure la Russie et de contribuer à sa modernisation. Un « partenariat pour la modernisation », signé en 2010, fut d'ailleurs le dernier résultat tangible des sommets entre les deux blocs, avant que l'on en vienne à des rencontres « dont le succès se mesurait apparemment au degré d'impolitesse que s'autorisaient les participants », explique Nicu Popescu, de l'European Union Institute for Security Studies.

A la veille du sommet, les capitales européennes voulaient, en tout cas,  éviter toute polarisation. « La crise ukrainienne ne doit pas être lue à travers le prisme d'un affrontement Est-Ouest », a prévenu William Hague, le chef de la diplomatie britannique. A Berlin, le ministre des affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, publiait un communiqué affirmant qu'une issue politique à la crise ukrainienne était toujours possible. C'est d'ailleurs pour tenter de la trouver que Catherine Ashton se rendra à Kiev jeudi et vendredi.

Il n'est donc officiellement pas question d'évoquer à ce stade la perspective de sanctions contre les dirigeants ukrainiens. Elles divisent les Vingt-Huit et compliqueraient un peu plus les relations avec Moscou à l'heure des polémiques sur les droits de l'homme et l'homophobie en Russie. « Syrie, Iran, Israël-Palestine : ces enjeux diplomatiques nécessitent aussi que nous maintenions le fil des relations avec Poutine », résume un expert bruxellois.

Cela n'empêche pas qu'une liste de sanctions contre le régime de Kiev puisse être rapidement trouvée si la situation dégénérait dans ce pays où une partie de la population veut être associée à l'Europe. Graduelles, elles pourraient viser les avoirs à l'étranger (Royaume-Uni, Allemagne, Autriche, Suisse) des dirigeants ukrainiens, des députés qui ont voté les lois répressives ou des responsables des forces militaires et policières. Toute négociation commerciale serait, d'autre part, formellement suspendue.

Source : http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/01/27/sommet-sous-tension-entre-l-union-europeenne-et-la-russie-a-bruxelles_4355107_3214.html

Voir également :

 * Remarks by President of the European Council Herman Van Rompuy following the 32nd EU-Russia Summit (Brussels, 28 January 2014)    

 * FACTSHEET : EU-Russia summit (Brussels, 28 January 2014)

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 15:46

Le Conseil a engagé aujourd'hui1 une procédure pour déficit excessif à l'encontre de la Croatie en adoptant une décision2 sur l'existence d'un déficit excessif en Croatie, ainsi qu'une recommandation3 exposant les mesures à prendre afin de corriger le déficit d'ici 2016.    

Le Conseil partage l'avis de Commission selon lequel la Croatie ne satisfait pas aux critères imposés par l'UE en matière de déficit et de dette.    

Selon des données notifiées par les autorités croates, le déficit public de la Croatie pour 2013 était nettement supérieur à la valeur de référence de 3 % du PIB prévue par l'UE et devrait augmenter en 2014 et 2015. Selon les prévisions publiées par la Commission à l'automne 2013, le déficit devrait dépasser les 6 % du PIB au cours de la période 2013-2015 en l'absence de mesures compensatoires.    

Cette situation est due en partie à une récession économique grave, l'activité économique ayant, selon les estimations, reculé de près de 12 % depuis le pic atteint en 2008. Le Conseil considère que, même si le dépassement prévu de la valeur de référence est exceptionnel, il ne peut pas être considéré comme temporaire.  

Dans les prévisions publiées à l'automne par la Commission, la projection relative au taux de l'endettement public de la Croatie est de 59,7 % en 2013. Dans l'hypothèse de politiques inchangées, le taux de l'endettement public devrait être supérieur à 60 % en 2014, dépassant ainsi la valeur de référence de 60 % du PIB prévue par l'UE.      

Les prévisions des autorités croates comme celles de la Commission confirment cette tendance à la hausse, qui est due à la persistance de déficits élevés et de la faiblesse de l'activité économique; elle devrait se confirmer durant la période de prévision. Le critère de la dette prévu par l'UE n'est donc pas respecté.    

Dans sa recommandation, le Conseil invite la Croatie à corriger le déficit d'ici 2016. Les objectifs en matière de déficit public y sont fixés à 4,6 % du PIB pour 2014, à 3,5 % du PIB pour 2015 et à 2,7 % du PIB pour 2016, ce qui permettrait une amélioration annuelle du solde structurel de 0,5 % du PIB en 2014, de 0,9 % du PIB en 2015 et de 0,7 % du PIB en 2016.  

Le Conseil fixe au 30 avril 2014 la date limite à laquelle la Croatie doit engager une action suivie d'effets et remettre un rapport détaillé sur la stratégie d'assainissement envisagée pour atteindre ces objectifs.    

Par ailleurs, le Conseil invite les autorités croates à procéder à un réexamen complet de leurs dépenses, à continuer de veiller à faire mieux respecter les obligations fiscales et à accroître l'efficacité de l'administration fiscale et à consolider le cadre institutionnel des finances publiques. En outre, il invite les autorités croates à entreprendre des réformes structurelles visant notamment à assouplir le marché du travail, à améliorer l'environnement commercial et à renforcer la qualité des administrations publiques, de façon à favoriser la croissance potentielle du PIB.

 

1 Au cours d'une session du Conseil "Affaires économiques et financières".   

2 En vertu de l'article 126, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE).    

3 En vertu de l'article 126, paragraphe 7, du TFUE.   

 

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 12:24

Le lecteur trouvera ci-après le lien du dossier qu'a publié Patrick Michaud  sur son site : http://www.etudes-fiscales-internationales.com/tag/patrick+michaud

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 12:07

Alors qu'il constituait la grande promesse de l'accord de coalition conclu l'an dernier entre le Parti chrétien-démocrate (CDU) d'Angela Merkel et le Parti social-démocrate (SPD), il se pourrait que le salaire minimum à 8,50 euros de l'heure, qui devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2015 en Allemagne, ne soit jamais véritablement appliqué.

Deux millions de travailleurs pourraient bien ne pas en bénéficier, comme le laissent craindre les estimations de l'institut socio-économique WSI, placé sous la tutelle de la fondation allemande Hans-Böckler, proche des syndicats. En cause, la possibilité que le gouvernement allemand cède aux revendications d'une partie de la CDU/CSU et du patronat, qui demandent à ce que des dérogations soient appliquées pour certaines catégories d'employés.

Arguant qu'il fallait «faire des lois adaptées à la vie réelle», Horst Seehofer, le chef de la CSU, la branche bavaroise du parti chrétien-démocrate, estimait par exemple lors d'un entretien au Welt am Sonntag en décembre qu'il fallait exclure tous ceux qui occupaient un emploi pour améliorer leur quotidien, tels les étudiants ou les retraités.

«Si ces revendications étaient appliquées, le salaire minimum deviendrait un "gruyère"», mettent en garde les chercheurs de la Hans-Böckler-Stiftung, qui poursuivent:

«En 2012, le salaire horaire de près de 5,25 millions d'actifs occupés était situé en-dessous de 8,50 euros. Si le salaire minimum ne s'appliquait pas aux petits boulots, aux retraités, aux écoliers, aux étudiants et aux chômeurs qui travaillent, deux millions ou 37% des travailleurs pauvres en seraient exclus. Sans exception qui concernerait les travailleurs à temps partiel, cela concernerait encore tout de même un quart d'entre eux.»

Si ces exceptions venaient à être appliquées, cela pourrait également avoir des conséquences négatives pour les travailleurs bénéficiant d'un salaire minimum. Ceux-ci pourraient avoir plus de difficultés à trouver un emploi face à la concurrence que représenteraient des salariés à moindre coût. Comme l'explique Reinhard Bispinck, directeur du WSI:

«Le salaire minimum généralisé

...

Lire la suite sur Slate.fr

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 12:03

De britannique, l'Ecosse pourrait-elle devenir scandinave? C'est, selon le Guardian, le rêve que caressent les dirigeants du Parti national écossais (SNP) pour l'avenir de leur nation, qui décidera par référendum le 18 septembre prochain de prendre ou non son indépendance.

Il faut dire que la Scandinavie est une terre accueillante. Les pays qui la composent, bien que très liés, sont tous indépendants les uns des autres, leur économie est florissante, la société égalitaire et leurs habitants jouissent d'une sécurité sociale particulièrement efficace. C'est pourquoi Edimbourg se voit adhérant aux institutions partagées entre la Norvège, la Suède et le Danemark, notamment le Conseil nordique.

Angus Robertson, porte-parole du SNP, plaide pour sa cause auprès du Guardian:

«Étant donné que l'Ecosse est un pays du nord de l'Europe, avec l'Atlantique à l'Ouest, le passage du GIUK au sud et la mer du Nord à l'Est, nous devons prendre la responsabilité des défis sécuritaires et environnementaux auxquels nous faisons face. Mais l'Ecosse a besoin de disposer de tous les outils que l'indépendance peut lui offrir.»

Pourtant, rapporte The Independent, les obstacles sont nombreux avant que l'Ecosse ne puisse prétendre être un «tigre économique du Nord» dans «l'arc de la prospérité» scandinave cher à Alex Salmond, le Premier ministre écossais. Si elle obtient son indépendance à l'automne prochain, elle ne sera pas pour autant versée dans l'espace Schengen et son adhésion automatique à l'UE est encore moins sûre.

Il faudrait aussi régler le cas de la monnaie, ajoute le Figaro, puisque le Royaume-Uni n'entend pas avoir d'alliance monétaire avec un autre état souverain, alors que l'Ecosse voudrait conserver la livre. Enfin, précise The Independent, la dynamique de la Scandinavie, «mieux ensemble», est l'exact contraire de celle de l'Ecosse séparatiste.

L'histoire ne joue pas non plus en faveur de l'Ecosse, explique le chercheur en sciences politiques norvégien Oivind Bratberg au Guardian:

«Les Norvégiens adorent la Grande-Bretagne. Ils se souviennent de la guerre avec loyauté envers Londres, où notre gouvernement et notre famille royale s'étaient réfugiés. Il est très difficile de concevoir l'Ecosse détachée du Royaume Uni.»

Enfin, l'idée a quand même ses défenseurs, comme Gunnar Wetterburg, historien et auteur suédois:

«Si les Ecossais nous appelaient, nous serions enchantés!»

Source : http://www.slate.fr/monde/82787/ecosse-scandinavie-independance

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 11:51

The Council adopted today, by qualified majority1, a directive aimed at creating a single market for mortgage credits in the EU, with a high degree of consumer protection (5318/14 + ADD 1 REV 1 + 25/13).  

The directive sets out to to create an efficient and competitive single market for the benefit of consumers, creditors and credit intermediaries. It seeks to establish a high level of protection whilst addressing irresponsible lending and borrowing which, in the recent context of financial crisis, has contributed to increased numbers of unaffordable loans, defaults and foreclosures throughout the EU.    

By ensuring that mortgage credit markets operate in a responsible manner, the text also seeks to promote financial stability.    

EU rules on misleading advertising and on unfair terms in consumer contracts do not take account of the specificities of mortgage credit. Pre-contractual information for mortgage loans is the subject of a voluntary code of conduct, though its implementation has been inconsistent. Mortgage and renovation loans in excess of €75 000 are outside the scope of EU rules on consumer credit, and there are currently no EU requirements for non-credit institutions providing credit or for credit intermediairies. 

The directive therefore establishes conditions to ensure a high degree of professionalism amongst creditors and credit intermediairies. It sets out principles for marketing and advertising, and obligations for pre-contractual information, as well as requirements for information concerning credit intermediaries and for information on the borrowing rate.    

Provisions require the creditor to assess the creditworthiness of the consumer, as well as disclosure obligations on the part of the consumer. The text establishes regulatory and supervisory principles with regard to credit intermediairies, as well as provisions to enable adequate regulation and supervision of non-credit institutions.    

The text adopted by the Council includes all amendments voted by the European Parliament, following an agreement reached between the two institutions in first reading.    

Member states will have two years to transpose the directive into their national laws, regulations and administrative provisions.    

1 The decision was taken without discussion at a meeting of the Economic and Financial Affairs Council. The Czech Republic, Luxembourg and Latvia abstained.   

NB : It would seem that investors are still concerned about the financial and economic repercussions of the mortgage credit situation in the United States.

French version : http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_Data/docs/pressdata/fr/ecofin/140805.pdf

Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories