Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 19:02

Le Conseil constitutionnel a validé, mardi 29 mars, la loi organique créant le défenseur des droits, sorte d' " ombudsman " à la française." Le Conseil constitutionnel a jugé cette loi organique conforme à la Constitution. Il a formulé des réserves sur les articles 2, 11 et 29 ", rapportent les " sages " dans un communiqué diffusé après qu'ils eurent pris leur décision.

Le Conseil constitutionnel a toutefois émis des réserves sur trois articles, dont un qui vise à limiter l'immunité pénale du futur titulaire de la fonction et de ses adjoints. " Cette immunité ne saurait s'appliquer qu'aux opinions émises et aux actes accomplis pour l'exercice de leurs fonctions. Elle ne saurait exonérer les intéressés des sanctions encourues en cas de violation des règles relatives aux secrets protégés par la loi et à la protection des lieux privés ", ont-ils précisé.

Deux autres réserves portent d'une part sur les modalités de révocation des adjoints le premier ministre, qui est l'autorité de nomination, est obligé de se conformer à la volonté du défenseur , et d'autre part sur le pouvoir du défenseur en termes de poursuites disciplinaires il ne peut en engager à l'encontre des magistrats.

François Fillon s'est félicité dans un communiqué de la décision des sages, qui ouvre la voie à la promulgation de la loi. Le premier ministre a assuré que le défenseur des droits allait " permettre, par la facilité de sa saisine et l'étendue de ses pouvoirs, de renforcer la protection des droits et des libertés des personnes ".

Le Parlement avait définitivement adopté le 15 mars, par un ultime vote des députés, le projet de loi créant le défenseur des droits, nouvelle autorité réunissant quatre entités jusqu'ici distinctes : le médiateur de la République ; le défenseur des enfants ; la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) ; la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde).

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 18:42

Une quarantaine de pays et d'organisations membres du groupe de contact sur la Libye créé dans la foulée de frappes militaires se sont retrouvés mardi à Londres avec l'ambition d'afficher l'unité de la communauté internationale pour construire l'après-Kadhafi.

Au total 36 pays ont répondu à l'appel, et l'OTAN ainsi que l'ONU étaient présentes au plus haut niveau.

Mais les pays arabes sont apparus en retrait. Seuls sept des 24 pays de la Ligue arabe étaient présents, et ils étaient représentés, à l'exception du Qatar et des Emirats arabes unis, non par leurs ministres des Affaires étrangères mais par des ambassadeurs, tout comme la Ligue arabe, dont le soutien est jugé crucial.

Quant à l'Union africaine (UA), pourtant dûment invitée, elle n'a pas fait le déplacement, après avoir critiqué l'intervention militaire et " l'absence de feuille de route ".

En ouvrant officiellement la réunion, le Premier ministre britannique David Cameron a évoqué un triple objectif: " réaffirmer notre engagement envers la résolution de l'ONU " autorisant l'intervention militaire pour protéger les civils libyens, " accélérer l'acheminement de l'aide humanitaire " et " aider la population libyenne à définir son avenir. "

Il a souligné qu'au moment où il s'exprimait, " les habitants de Misrata (à l'est de Tripoli) subissaient encore les attaques meurtrières du régime. "

Ce rappel a été aussitôt suivi d'un avertissement de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton: les frappes de la coalition continueront " jusqu'à ce que Kadhafi remplisse pleinement les conditions de la résolution de l'ONU, cesse ses attaques contre les civils, retire ses troupes et autorise l'acheminement de l'aide humanitaire ".

Juste avant la réunion du groupe de contact chargé du " pilotage politique " de l'opération internationale en Libye, dont l'OTAN assurera le commandement militaire à compter de 06h00 GMT jeudi, le colonel Mouammar Kadhafi avait enjoint à la coalition de cesser "son opération .../...

Lire la suite sur Le Point.fr

 

Voir également à cet égard : Statement by the High Representative following the London Conference on Libya (29 March 2011)

 

 

 

 

 

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 16:35

The New Transatlantic Agenda (3 December 1995)
1. Promoting Peace And Stability, Democracy And Development Around The World
2. Responding To Global Challenges
3. Contributing To The Expansion Of World Trade And Closer Economic Relations
4. Building Bridges Across The Atlantic
5. Parliamentary links
6. Implementing our Agenda
We, the United States of America and the European Union, affirm our conviction that the ties which bind our people are as strong today as they have been for the past half century. For over fifty years, the transatlantic partnership has been the leading force for peace and prosperity for ourselves and for the world. Together, we helped transform adversaries into allies and dictatorships into democracies. Together, we built institutions and patterns of cooperation that ensured our security and economic strength. These are epic achievements.
Today we face new challenges at home and abroad. To meet them, we must further strengthen and adapt the partnership that has served us so well. Domestic challenges are not an excuse to turn inward; we can learn from each other's experiences and build new transatlantic bridges. We must first of all seize the opportunity presented by Europe's historic transformation to consolidate democracy and free-market economies throughout the continent.
We share a common strategic vision of Europe's future security. Together, we have charted a course for ensuring continuing peace in Europe into the next century. We are committed to the construction of a new European security architecture in which the North Atlantic Treaty Organisation, the European Union, the Western European Union, the Organisation for Security and Cooperation in Europe and the Council of Europe have complementary and mutually reinforcing roles to play.
We reaffirm the indivisibility of transatlantic security. NATO remains, for its members, the centrepiece of transatlantic security, providing the indispensable link between North America and Europe. Further adaptation of the Alliance's political and military structures to reflect both the full spectrum of its roles and the development of the emerging European Security and Defence Identity will strengthen the European pillar of the Alliance.
As to the accession of new members to NATO and to the EU, these processes, autonomous but complementary, should contribute significantly to the extension of security, stability and prosperity in the whole of Europe. Furthering the work of Partnership for Peace and the North Atlantic Cooperation Council and establishing a security partnership between NATO and Russia and between NATO and Ukraine will lead to unprecedented cooperation on security issues.
We are strengthening the OSCE so that it can fulfil its potential to prevent destabilising regional conflicts and advance the prospect of peace, security, prosperity, and democracy for all.
Increasingly, our common security is further enhanced by strengthening and reaffirming the ties between the European Union and the United States within the existing network of relationships which join us together.
Our economic relationship sustains our security and increases our prosperity. We share the largest two-way trade and investment relationship in the world. We bear a special responsibility to lead multilateral efforts towards a more open world system of trade and investment. Our cooperation has made possible every global trade agreement, from the Kennedy Round to the Uruguay Round.
Through the G-7, we work to stimulate global growth. And at the Organisation for Economic Cooperation and Development, we are developing strategies to overcome structural unemployment and adapt to demographic change.
We are determined to create a New Transatlantic Marketplace, which will expand trade and investment opportunities and multiply jobs on both sides of the Atlantic. This initiative will also contribute to the dynamism of the global economy.
At the threshold of a new century, there is a new world to shape--full of opportunities but with challenges no less critical than those faced by previous generations. These challenges can be met and opportunities fully realised only by the whole international community working together. We will work with others bilaterally, at the United Nations and in other multilateral fora.
We are determined to reinforce our political and economic partnership as a powerful force for good in the world. To this end, we will build on the extensive consultations established by the 1990 Transatlantic Declaration and the conclusions of our June 1995 Summit and move to common action.
Today we adopt a New Transatlantic Agenda based on a Framework for Action with four major goals:
 * Promoting peace and stability, democracy and development around the world. Together, we will work for an increasingly stable and prosperous Europe; foster democracy and economic reform in Central and Eastern Europe as well as in Russia, Ukraine and other new independent states; secure peace in the Middle East; advance human rights; promote non-proliferation and cooperate on development and humanitarian assistance.
 * Responding to global challenges. Together, we will fight international crime, drug-trafficking and terrorism; address the needs of refugees and displaced persons; protect the environment and combat disease.
 * Contributing to the expansion of world trade and closer economic relations. Together, we will strengthen the multilateral trading system and take concrete, practical steps to promote closer economic relations between us.
 * Building bridges across the Atlantic. Together, we will work with our business people, scientists, educators and others to improve communication and to ensure that future generations remain as committed as we are to developing a full and equal partnership.
Within this Framework, we have developed an extensive Joint EU/U.S. Action Plan. We will give special priority between now and our next Summit to the following actions:
I. Promoting Peace And Stability, Democracy And Development Around The World
• We pledge to work boldly and rapidly, together and with other partners, to implement the peace, to assist recovery of the war-ravaged regions of the former Yugoslavia and to support economic and political reform and new democratic institutions. We will cooperate to ensure: (1) respect for human rights, for the rights of minorities and for the rights of refugees and displaced persons, in particular the right of return; (2) respect for the work of the War Crimes Tribunal, established by the United Nations Security Council, in order to ensure international criminal accountability; (3) the establishment of a framework for free and fair elections in Bosnia-Herzegovina as soon as conditions permit and (4) the implementation of the agreed process for arms control, disarmament and confidence-building measures. While continuing to provide humanitarian assistance, we will contribute to the task of reconstruction, subject to the implementation of the provisions of the peace settlement plan, in the context of the widest possible burden-sharing with other donors and taking advantage of the experience of international institutions, of the European Commission and of all relevant bilateral donors in the coordination mechanism.
• We will support the countries of Central and Eastern Europe in their efforts to restructure their economies and strengthen their democratic and market institutions. Their commitment to democratic systems of government, respect for minorities, human rights, market oriented economies and good relations with neighbours will facilitate their integration into our institutions. We are taking steps to intensify our cooperation aimed at sharing information, coordinating assistance programmes and developing common actions, protecting the environment and securing the safety of their nuclear power stations.
• We are determined to reinforce our cooperation to consolidate democracy and stability in Russia, Ukraine and other new independent states. We are committed to working with them in strengthening democratic institutions and market reforms, in protecting the environment, in securing the safety of their nuclear power stations and in promoting their integration into the international economy. An enduring and stable security framework for Europe must include these nations. We intend to continue building a close partnership with a democratic Russia. An independent, democratic, stable and nuclear weapons-free Ukraine will contribute to security and stability in Europe; we will cooperate to support Ukraine's democratic and economic reforms.
• We will support the Turkish Government's efforts to strengthen democracy and advance economic reforms in order to promote Turkey's further integration into the transatlantic community.
• We will work towards a resolution of the Cyprus question, taking into account the prospective accession of Cyprus to the European Union. We will support the UN Secretary General's Mission of Good Offices and encourage dialogue between and with the Cypriot communities.
• We reaffirm our commitment to the achievement of a just, lasting and comprehensive peace in the Middle East. We will build on the recent successes in the Peace Process, including the bold steps taken by Jordan and Israel, through concerted efforts to support agreements already concluded and to expand the circle of peace. Noting the important milestone reached with the signing of the Israeli-Palestinian Interim Agreement, we will play an active role at the Conference for Economic Assistance to the Palestinians, will support the Palestinian elections and will work ambitiously to improve the access we both give to products from the West Bank and the Gaza Strip. We will encourage and support the regional parties in implementing the conclusions of the Amman Summit. We will also continue our efforts to promote peace between Israel, Lebanon and Syria. We will actively seek the dismantling of the Arab boycott of Israel.
• We pledge to work together more closely in our preventive and crisis diplomacy; to respond effectively to humanitarian emergencies; to promote sustainable development and the building of democratic societies; and to support human rights.
• We have agreed to coordinate, cooperate and act jointly in development and humanitarian assistance activities. To this end, we will establish a High-Level Consultative Group to review progress of existing efforts, to assess policies and priorities and to identify projects and regions for the further strengthening of cooperation.
• We will increase cooperation in developing a blueprint for UN economic and social reform.
We will cooperate to find urgently needed solutions to the financial crisis of the UN system.
We are determined to keep our commitments, including our financial obligations. At the same time, the UN must direct its resources to the highest priorities and must reform in order to meet its fundamental goals.
• We will provide support to the Korean Peninsula Energy Development Organisation (KEDO), underscoring our shared desire to resolve important proliferation challenges throughout the world.
II. Responding To Global Challenges
• We are determined to take new steps in our common battle against the scourges of international crime, drug trafficking and terrorism. We commit ourselves to active, practical cooperation between the U.S. and the future European Police Office, EUROPOL. We will jointly support and contribute to ongoing training programmes and institutions for crimefighting officials in Central and Eastern Europe, Russia, Ukraine, other new independent states and other parts of the globe.
• We will work together to strengthen multilateral efforts to protect the global environment and to develop environmental policy strategies for sustainable world-wide growth. We will coordinate our negotiating positions on major global environmental issues, such as climate change, ozone layer depletion, persistent organic pollutants, desertification and erosion and contaminated soils. We are undertaking coordinated initiatives to disseminate environmental technologies and to reduce the public health risks from hazardous substances, in particular from exposure to lead. We will strengthen our bilateral cooperation on chemicals, biotechnology and air pollution issues.
• We are committed to develop and implement an effective global early warning system and response network for new and re-emerging communicable diseases such as AIDS and the Ebola virus, and to increase training and professional exchanges in this area. Together, we call on other nations to join us in more effectively combating such diseases.
III. Contributing To The Expansion Of World Trade And Closer Economic Relations
• We have a special responsibility to strengthen the multilateral trading system, to support the World Trade Organisation and to lead the way in opening markets to trade and investment.
• We will contribute to the expansion of world trade by fully implementing our Uruguay Round commitments, work for the completion of the unfinished business by the agreed timetables and encourage a successful and substantive outcome for the Singapore WTO Ministerial Meeting in December 1996. In this context we will explore the possibility of agreeing on a mutually satisfactory package of tariff reductions on industrial products, and we will consider which, if any, Uruguay Round obligations on tariffs can be implemented on an accelerated basis. In view of the importance of the information society, we are launching a specific exercise in order to attempt to conclude an information technology agreement.
• We will work together for the successful conclusion of a Multilateral Agreement on Investment at the OECD that espouses strong principles on international investment liberalisation and protection. Meanwhile, we will work to develop discussion of the issue with our partners at the WTO. We will address in appropriate fora problems where trade intersects with concerns for the environment, internationally recognised labour standards and competition policy. We will cooperate in creating additional trading opportunities, bilaterally and throughout the world, in conformity with our WTO commitments.
• Without detracting from our cooperation in multilateral fora, we will create a New Transatlantic Marketplace by progressively reducing or eliminating barriers that hinder the flow of goods, services and capital between us. We will carry out a joint study on ways of facilitating trade in goods and services and further reducing or eliminating tariff and non-tariff barriers.
• We will strengthen regulatory cooperation, in particular by encouraging regulatory agencies to give a high priority to cooperation with their respective transatlantic counterparts, so as to address technical and non-tariff barriers to trade resulting from divergent regulatory processes. We aim to conclude an agreement on mutual recognition of conformity assessment (which includes certification and testing procedures) for certain sectors as soon as possible. We will continue the ongoing work in several sectors and identify others for further work.
• We will endeavour to conclude by the end of 1996 a customs cooperation and mutual assistance agreement between the European Community and the U.S.
• To allow our people to take full advantage of newly developed information technology and services, we will work toward the realisation of a Transatlantic Information Society.
• Given the overarching importance of job creation, we pledge to cooperate in the follow-up to the Detroit Jobs Conference and to the G-7 Summit initiative. We look forward to further cooperation in the run up to the G-7 Jobs Conference in France, at the next G-7 Summit in the Summer of 1996 and in other fora such as the OECD. We will establish a joint working group on employment and labour-related issues.
IV. Building Bridges Across The Atlantic
• We recognise the need to strengthen and broaden public support for our partnership. To that end, we will seek to deepen the commercial, social, cultural, scientific and educational ties among our people. We pledge to nurture in present and future generations the mutual understanding and sense of shared purpose that has been the hallmark of the post-war period.
• We will not be able to achieve these ambitious goals without the backing of our respective business communities. We will support, and encourage the development of, the transatlantic business relationship, as an integral part of our wider efforts to strengthen our bilateral dialogue. The successful conference of EU and U.S. business leaders which took place in Seville on 10/11 November 1995 was an important step in this direction. A number of its recommendations have already been incorporated into our Action Plan and we will consider concrete follow-up to others.
• We will actively work to reach a new comprehensive EC-U.S. science and technology cooperation agreement by 1997.
• We believe that the recent EC/U.S. Agreement on Cooperation in Education and Vocational Training can act as a catalyst for a broad spectrum of innovative cooperative activities of direct benefit to students and teachers. We will examine ways to increase private support for educational exchanges, including scholarship and internship programmes. We will work to introduce new technologies into classrooms, linking educational establishments in the EU with those in the U.S. and will encourage teaching of each other's languages, history and culture.
Parliamentary links
We attach great importance to enhanced parliamentary links. We will consult parliamentary leaders on both sides of the Atlantic regarding consultative mechanisms, including those building on existing institutions, to discuss matters related to our transatlantic partnership.
Implementing our Agenda
The New Transatlantic Agenda is a comprehensive statement of the many areas for our common action and cooperation. We have entrusted the Senior Level Group to oversee work on this Agenda and particularly the priority actions we have identified. We will use our regular Summits to measure progress and to update and revise our priorities.
For the last fifty years, the transatlantic relationship has been central to the security and prosperity of our people. Our aspirations for the future must surpass our achievements in the past.

Source : http://www.eurunion.org/partner/agenda.htm

See also : 1994 TPN Towards a transatlantic partnership - a European S 1994 TPN Towards a transatlantic partnership - a European Strategie

 

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 11:58
Le pacte pour l'euro nouvelle version est arrivé, et il divise déjà les Etats membres. Destiné d'abord aux pays de l'Eurogroupe, ce "Pacte euro plus" ne fait pas l'unanimité parmi les autres membres de l'Union, qui ont toutefois la possibilité de l'adopter.
C'est d'ailleurs ce qu'ont déjà annoncé la Roumanie, la Bulgarie, la Pologne, la Lettonie, la Lituanie et le Danemark. Les quatre pays restants, et notamment la Hongrie et la République tchèque, ont préféré rester en dehors du dispositif, d'où l'interrogation de Presseurop sur un pacte "inutile pour l'Europe de l'Est ?". Scepticisme clairement relayé par le président tchèque Vaclav Klaus pour qui "la réunion du vendredi 25 mars à Bruxelles n'a porté que sur une nouvelle limitation radicale de la souveraineté des pays membres de l'UE", rapporte l'AFP. Cette attaque a été fortement critiquée par son opposition qui craint que Prague ne s'auto-exclue du processus d'intégration européenne.
Ce projet est "la concrétisation longuement attendue des discussions commencées en 2008 et menées tout au long de la crise financière et économique mondiale" [Presseurop], et l'absence d'un poids lourd européen tel que la Grande-Bretagne ne s'en fait que plus fortement ressentir. Une absence que le journal Les Echos interprète non pas comme "une facétie de la conjoncture", mais comme "un pur produit de l'histoire".
Le nœud du problème semble résider dans l'interdépendance du Pacte et du Fonds européen de stabilisation financière, élément qui a certainement rebuté les pays plutôt réticents à "une convergence économique et monétaire renforcée" [Les Echos]. Euractiv.com souligne pour sa part que "le paquet de propositions recommande de reculer l'âge de la retraite et d'établir un lien entre les salaires et la productivité", ce que n'ont pas manqué de dénoncer les syndicats européens qui manifestaient à Bruxelles la semaine dernière.

En savoir plus

Le mécanisme européen de stabilité, comment ça marche ? - Toute l'Europe

 

 

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 08:05

« Il faudra se soumettre ou se démettre »

 

Discours de Léon Gambetta prononcé à Lille : 15 août 1877

 

Ayant obtenu du Sénat la dissolution de la Chambre, le gouvernement entreprend une lutte acharnée contre les républicains. Mac-Mahon menace, dans un texte adressé aux troupes de la garnison de Paris le 1er juillet 1877 : « Soldats... vous comprenez vos devoirs, vous sentez que le pays vous a remis la garde de ses plus chers intérêts... ! »

À Lille, le 15 août, Gambetta lui répond. Dans un discours qui galvanise l'auditoire, l'orateur marque la détermination des républicains à gagner les élections et leur confiance dans l'avenir. La République l'emportera dans les urnes et rien ne pourra ensuite l'arrêter. La péroraison finale qui vise directement le président de la Répu­blique est sans équivoque sur les lendemains des élections.

Le discours de Lille eut un immense retentissement. Le gouvernement réagit le 25 août en engageant des poursuites contre Gambetta et les journaux qui avaient publié le texte.

Le 19 septembre Mac-Mahon lance un manifeste au pays «... je resterai pour défendre, avec l'appui du Sénat, les intérêts conservateurs... ».

Les républicains obtiennent 327 députés contre 208 monarchistes. Un gouvernement républicain est constitué. En 1879, à la suite d'élections partielles, les républicains obtiennent la majorité au Sénat. Le 30 janvier 1879, Mac-Mahon démissionne. Il est remplacé par Jules Grévy.

_______________________

La République sortira triomphante de cette dernière épreuve, et le plus clair bénéfice du 16 mai sera, pour l'histoire, d'avoir abrégé de trois ans, de dix ans, la période d'incertitude et de tâtonnements à laquelle nous condamnaient les dernières combinaisons de l'Assemblée nationale élue dans un jour de malheur.

Messieurs, telle est la situation. Et j'ose dire que les espérances du Parti républicain sont sûres ; j'ose dire que votre fermeté, votre union, que votre activité sont les garants de ce triomphe. Pourquoi ne le dirais-je pas, au milieu de ces admirables populations du département du Nord, qui, à elles seules, payent le huitième des contributions de la France, dans ce département qui tient une des plus grandes places dans notre industrie nationale, aussi bien au point de vue mécanique qu'agricole ? N'est-il pas vrai que, dans ce pays, vous avez commencé aussi à faire justice des factions qui s'opposaient à l'établissement de la République et que vous n'attendez que l'heure du scrutin pour que tous vos élus forment une députation unanime ?

Vous le pouvez si vous le voulez, et vous savez bien ce qui vous manque : ce ne sont pas les populations disposées à voter pour des candidats républicains ; ce sont des candidats qui consentent à sortir définitivement d'une résistance dictée par des intérêts privés et comprennent qu'il s'agit aujourd'hui d'un service public et d'élections d'où dépendent les destinées de la France. Il faut que ces hommes fassent violence à leurs intérêts domestiques pour aborder la plate-forme électorale.

À ce point de vue, des adhésions significatives ont déjà été obtenues et vous avez su trouver des candidats qui vous mèneront à la victoire. Je devais plus particulièrement le dire ici, dans ce département qui, parmi les autres, tient la tête dans les questions d'affaires et de politique. Je devais le dire ici pour vous mettre en garde contre certains bruits qui ont été répandus et dont on alimente la basse presse, à savoir que si le suffrage universel dans sa souveraineté, je ne dirai pas dans la liberté de ses votes, puisqu'on fera tout pour restreindre cette liberté, mais dans sa volonté plénière, renomme une majorité républicaine, on n'en tiendra aucun compte. Ah! tenez, Messieurs, on a beau dire ces choses ou plutôt les donner à entendre, avec l'espoir de ranimer par là le courage défaillant de ses auxiliaires et de remporter ainsi la victoire : ce sont là de ces choses qu'on ne dit que lorsqu'on va à la bataille; mais, quand on en revient et que le destin a prononcé, c'est différent ! Que dis-je, le destin ? Quand la seule autorité devant laquelle il faut que tous s'in­clinent aura prononcé, ne croyez pas que personne soit de taille à lui tenir tête. Ne croyez pas que quand ces millions de Français, paysans, ouvriers, bourgeois, électeurs de la libre terre française, auront fait leur choix, et précisément dans les termes où la question est posée ; ne croyez pas que quand ils auront indiqué leur préférence et fait connaître leur volonté, ne croyez pas que lorsque tant de millions de Français auront parlé, il y ait personne, à quelque degré de l'échelle politique ou administrative qu'il soit placé, qui puisse résister.

Quand la France aura fait entendre sa voix souveraine, croyez-le bien, Messieurs, il faudra se soumettre ou se démettre.

Source : http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/suffrage_universel/suffrage_gambetta.asp

 

 

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 07:09

Le groupe Terra Nova, qui se présente comme une "fondation progressiste" (son site), vient de publier un rapport consacré à la justice. Il est intitulé "La justice, un pouvoir de la démocratie" (texte ici). Les auteurs principaux en sont Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel, et Daniel Ludet, conseiller à la cour de cassation.

Selon ces auteurs, le rapport "vise à repenser l’institution judiciaire dans l’ordre constitutionnel de notre pays".

Ils soulignent d'abord que la justice n'a jamais été considérée comme un pouvoir indépendant, notant que "Les déséquilibres actuels atteignent un niveau tel qu’ils mettent en cause les fondements même de notre démocratie. Face à ces déséquilibres, ce n’est pas d’une énième réforme judiciaire dont la justice française a besoin, c’est d’une grande réforme démocratique. C’est ce que propose Terra Nova : renverser la tendance actuelle et faire du pouvoir judiciaire, enfin, le troisième pouvoir de notre démocratie."

Ils émettent ensuite une série de propositions :

- La réforme du Conseil supérieur de la magistrature, pour en faire un Conseil supérieur de la justice.

Ils écrivent que "L’idée est de faire muter le Conseil supérieur de la magistrature en un Conseil supérieur de la Justice, gardien de l’indépendance de la justice. Le CSJ, autorité constitutionnelle indépendante, se verrait transférer l’intégralité des compétences de nomination et de gestion de la carrière des magistrats, du siège comme du parquet. Le CSJ détiendrait le pouvoir de sanction disciplinaire et se verrait rattacher l’Inspection générale des services judiciaires. Il aurait également compétence sur la formation et à ce titre tutelle sur l’Ecole nationale de la magistrature. Le CSJ serait enfin compétent en matière de budget et gérerait les dotations aux juridictions".

- La création d'un procureur général de la justice, indépendant.

Selon eux "Pour éviter les risques d’influence dans les affaires sensibles, ni tomber dans une justice à plusieurs vitesses, le ministre de la justice ne doit plus être en mesure de donner des instructions individuelles aux magistrats du parquet". "Le Garde des Sceaux ne doit plus être le chef de l’action publique. Terra Nova propose que ce rôle soit transféré à un Procureur général, magistrat choisi pour son indépendance, sa compétence et son intégrité, irrévocable, et dont le statut serait reconnu constitutionnellement. Lui seul disposerait du pouvoir hiérarchique sur les membres du parquet. Il dirigerait l’action publique, en application de la politique pénale définie par le gouvernement.".

Ils ajoutent que "Une fois l’indépendance du parquet garantie par la création d’un tel Procureur général, alors la suppression du juge d’instruction pourrait être mise en œuvre. Pour éviter un système à l’américaine où l’instruction est à charge, ce qui crée une justice à deux vitesses selon que le justiciable a les moyens ou non de financer sa défense, un principe d’impartialité des investigations serait introduit : les enquêtes et les instructions seraient menées à charge et à décharge."

Prolongeant le raisonnement ils s'interrogent : "Quel rôle resterait-il, dès lors, au ministère de la justice ? La gestion de la carrière des magistrats transférée au CSJ, l’action publique confiée au Procureur général de la République, le ministère serait recentré sur la définition de la politique pénale, à travers les circulaires générales qui continueraient d’être élaborées par le Garde des Sceaux. Le ministère de la justice demeurerait pleinement compétent sur ses autres fonctions actuelles : législation civile, pénale et commerciale ; administration pénitentiaire ; protection judiciaire de la jeunesse ; réglementation des professions juridiques ; coopération internationale ; instruction des demandes de grâce ; état civil, nationalité. ".

- La création d'une cour constitutionnelle

Pour les rédacteurs du rapport, "Latente depuis longtemps, la question de la création d’une vraie Cour constitutionnelle a été relancéeavec la révision constitutionnelle de juillet 2008, qui a introduit la question prioritaire de constitutionnalité (QPC). (..) "Terra Nova propose d’achever la transformation de l’ordre juridique français avec la création d’une vraie Cour constitutionnelle, soit en donnant la possibilité de faire appel des non-saisines auprès du Conseil constitutionnel, soit en donnant à tous les juges le pouvoir de juger directement de la constitutionnalité des lois, avec la possibilité de faire appel devant la Cour constitutionnelle."

Le rapport considère par ailleurs que "Un autre moyen pour approcher (la légitimité des juges) est de nommer les principaux magistrats sur la base d’un accord transpartisan. C’est ce que propose le rapport : faire désigner les membres du Conseil supérieur de la Justice le Procureur général de la République ainsi que les juges constitutionnels par le Parlement, par un vote à la majorité des deux-tiers et après auditions publiques."

- La participation des citoyens à la justice

Les auteurs estimentt que "Juger « au nom du peuple français » nécessite une certaine proximité avec les citoyens. La justice ne doit pas rester dans sa « bulle », elle doit se mettre au diapason de la société française et être plus proche d’elle. Pour être légitime, elle doit créer un pacte de confiance avec les citoyens. En l’absence de représentation par le suffrage universel, Terra Nova plaide pour la participation directe des citoyens. Les citoyens peuvent d’abord participer à la gestion du service public de la justice. Le rapport propose des états généraux de la justice destinés à préciser les modalités de participation des citoyensusagers à la gestion des tribunaux et à l’élaboration d’une politique nationale de la justice. A l’issue, une « conférence nationale de la justice » serait le lieu de concertation permanent entre les acteurs du système judiciaire, les citoyens et leurs représentants (associations de victimes, associations familiales, protection des droits de l’homme, défense des étrangers, détenus…). Les tribunaux pourraient avoir le statut d’« établissements publics de justice », dotés de conseil d’administration avec présence des citoyens-usagers."

Et ils se prononcent "pour l’introduction de l’échevinage, aboutissant à un modèle de justice mixte où des juges citoyens, non professionnels, rendraient la justice aux côtés des juges professionnels."

Pour finir le rapport s'attarde sur la responsabilité des magistrats, en retenant que "A côté de la responsabilité-sanction, qui se met en place, la responsabilité-prévention est également à développer. Cela passe par la qualité du recrutement et de la formation. Cela passe aussi par l’émergence d’une déontologie judiciaire. Il faut certes sanctionner la faute, mais encore mieux prévenir la mauvaise décision ou le comportement inadéquat. L’idée est d’élaborer un recueil des principes de déontologie, sur le modèle des « Principes de déontologie judiciaire » du Canada, et de créer un Comité consultatif de déontologie, afin de donner un avis aux magistrats qui le solliciteraient."

Que l'on soit en accord ou non avec chacune des propositions, ce rapport reste une contribution utile à un débat toujours en cours.

Source : http://www.huyette.net/article-les-propositions-de-terra-nova-pour-la-justice-70335677.html

 

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 06:17

Une démocratie profondément malade : c'est ainsi qu'apparaît notre pays au lendemain des élections cantonales des 20 et 27 mars. Le premier parti de France est bien, une fois de plus, celui des abstentionnistes. On ne peut que s'en inquiéter. Le droit de vote est, dans le cadre du suffrage universel, l'un des éléments essentiels au bon fonctionnement d'une démocratie. Des peuples luttent aujourd'hui, sans crainte des représailles, pour obtenir ce droit élémentaire. Ceux qui en disposent mais ne l'utilisent pas mettent la démocratie en danger.

Il y a, bien sûr, de nombreuses raisons au désintérêt exprimé à l'égard de ce scrutin local. Les Français perçoivent mal le rôle du conseiller général, amené à évoluer avec la réforme en cours des institutions. Ils ont le sentiment que le canton, et c'est paradoxal, c'est loin, compliqué et inutile, que ce n'est pas à ce niveau-là que se situent aujourd'hui les vrais enjeux.

Dernier grand scrutin avant l'échéance cruciale de 2012, les résultats de ces cantonales confirment la poussée, voire la banalisation du Front national et de ses thèses, mais aussi, dans le même temps, la faible attirance des Français pour les deux grands partis de gouvernement – l'UMP et le PS. La défaite, sévère et avouée, de l'UMP n'est pas une surprise. Qu'un parti au pouvoir, en période de crise, soit sanctionné à l'occasion d'élections locales est un grand classique. Dimanche 27 mars, la chancelière allemande, Angela Merkel, a subi, elle aussi, dans l'un des Länder allemands les plus riches, le Bade-Wurtemberg, une lourde sanction. Compte tenu du discrédit, historique, de Nicolas Sarkozy, de l'ampleur des difficultés que connaissent les Français et des divisions de la droite, la victoire du PS apparaît finalement comme relativement modeste.

En fait, ce que souligne ce scrutin, c'est que, depuis 2007, le fossé entre les Français et leurs dirigeants politiques ne s'est pas réduit, qu'au contraire, il a continué à se creuser. Lors de la campagne de 2007, le candidat Nicolas Sarkozy avait diagnostiqué avec pertinence le danger pour la démocratie de ce divorce entre les citoyens et leurs élus. Il avait compris que, pour rétablir le lien, il fallait que les politiques parlent un langage de vérité, qu'ils s'attaquent aux vrais problèmes, qu'ils cessent de provoquer des débats inutiles ou d'exacerber de grandes peurs. Pour ne s'être pas tenu à cette feuille de route, pour avoir fait, en de nombreux domaines, l'exact contraire, le chef de l'Etat a en réalité contribué, au cours de ces dernières années, à aggraver cette crise de la démocratie. L'immigration et la sécurité sont des sujets de préoccupation pour les Français. L'emploi, le pouvoir d'achat et la justice sociale en sont d'autres. Les uns et les autres sont liés. Pour 2012, les candidats à la présidentielle, à droite comme à gauche, prendraient un grand risque à privilégier les premiers sur les seconds. Il y a urgence à guérir notre démocratie.

 

 

Repost 0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 20:54

L'Agence pour l'énergie atomique a annoncé que cette réunion servirait à " tirer des leçons " de l'accident de Fukushima.

L'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) propose l'organisation d'une conférence de haut niveau sur la sûreté nucléaire d'ici l'été, pour tenter de tirer les leçons de la catastrophe de Fukushima, a indiqué son directeur général, le Japonais Yukiya Amano, lundi 28 mars. " Je propose l'organisation par l'AIEA d'une conférence de haut niveau sur la sûreté nucléaire à Vienne d'ici l'été ", a déclaré Yukiya Amano lors d'une conférence de presse, estimant possible sa tenue " en juin ". Il s'attend à ce que les 151 États membres de l'organisation basée à Vienne envoient des ministres à cette réunion.

La conférence traitera " des leçons qui peuvent être tirées " du drame au Japon où les techniciens tentent toujours de refroidir plusieurs réacteurs de la centrale de Fukushima-Daiichi endommagés par un séisme suivi d'un tsunami le 11 mars, a poursuivi le directeur général. Yukiya Amano veut que cet événement serve à " renforcer la sûreté nucléaire et à renforcer la réponse en cas d'accident et d'urgence nucléaire ". Il a aussi estimé que l'AIEA était la mieux placée pour suivre les conséquences de l'accident avec son "expertise", sa représentativité et sa capacité à " garantir la transparence ".

Sur le terrain, les équipes de l'AIEA au Japon ont effectué des prélèvements dans 35 localités autour de Fukushima et dans 20 localités à Tokyo et dans ses environs. Ils doivent être analysés au laboratoire de l'AIEA à Seibersdorf, près de Vienne.

 

Source : Le Point.fr

 

 

 

 

 

Repost 0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 11:38

Dans une tribune publiée jeudi 24 mars par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, répond aux critiques adressées à la politique libyenne de l’Allemagne. Il explique son abstention lors du vote de la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies et réaffirme la solidarité de l’Allemagne à l’égard de l’OTAN, rappelant que chaque pays demeure libre d’impliquer ou non ses soldats dans une intervention à l’étranger. Berlin soutient pleinement la résolution 1973, et ne reste pas les bras croisés face au dictateur Kadhafi. M. Westerwelle plaide ainsi pour la saisine de la Cour pénale internationale, le renforcement des sanctions économiques envers Tripoli et un embargo global sur le pétrole et le gaz. L’Allemagne apporte, par ailleurs, une aide humanitaire aux réfugiés.

Lire la tribune du ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle :

Il y a une semaine, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 1973 autorisant l’emploi de la force armée en Libye pour la protection des populations civiles. L’Allemagne s’est abstenue lors de l’adoption de cette résolution. Depuis, les critiques pleuvent, pas seulement mais en particulier de la part de certains pans de l’opposition. Un ancien ministre des Affaires étrangères, qui a envoyé plus de soldats allemands dans de nouvelles missions de combat qu’aucun ministre fédéral des Affaires étrangères avant ou après lui, a qualifié l’abstention de « scandaleuse erreur ».

Chacun sait à quel point les décisions de politique étrangère portant sur la guerre et la paix sont difficiles. J’ai le plus grand respect pour mon prédécesseur Frank-Walter Steinmeier qui, au-delà des logiques de parti, a qualifié publiquement notre vote de « compréhensible et cohérent ». D’autres, en raison des deux scrutins régionaux de dimanche et des critiques formulées entre-temps, ne veulent plus rien savoir de la position qui était auparavant la leur. Deux reproches sont au cœur des critiques exprimées : l’Allemagne s’est isolée politiquement à l’étranger. L’Allemagne a porté atteinte à la solidarité des membres de l’Alliance. Ces deux critiques sont infondées.

L’Allemagne ne s’est pas isolée. Ni au Conseil de sécurité, ni à l’OTAN, ni à l’UE. Une majorité des États membres de l’UE ne participera pas à l’engagement militaire en Libye. L’UE, unanimement, s’est entendue sur un engagement humanitaire et, notamment sur notre insistance, sur un nouveau renforcement des sanctions contre le régime de Kadhafi. D’un côté, une opération militaire et de l’autre, toujours pas d’embargo global sur le pétrole pour couper durablement les sources de financement du dictateur : cela ne peut pas aller de pair. Au Conseil de sécurité, la Russie et la Chine, membres permanents du Conseil, ainsi que le Brésil et l’Inde se sont abstenus. Autrement dit : avec nous, trois des États du « groupe des quatre » (le Japon ne siégeant pas actuellement au Conseil) qui plaide depuis 2004 pour une réforme des Nations Unies et du Conseil de sécurité.

Nous prenons la solidarité des membres de l’Alliance très au sérieux. Nous savons ce que nous devons à l’OTAN. Lors de la révision du concept stratégique de l’OTAN, nous avons plaidé pour que l’accent soit une nouvelle fois mis sur son obligation centrale, à savoir la légitime défense collective prévue par l’article 5. Je me permets de rappeler que la Libye, malgré toute l’inquiétude avec laquelle nous observons la situation et les crimes du régime de Kadhafi, ne constitue pas un cas d’intervention de l’Alliance au sens de l’article 5. À la différence de l’Afghanistan, en son temps.

La solidarité des membres de l’Alliance et la cohésion de l’UE et de l’OTAN sont des arguments de poids mais il ne peuvent priver les États membres de leur propre pouvoir de décision concernant l’envoi de leurs troupes. On ne peut pas prendre une telle décision au seul motif que d’autres l’ont prise. Une décision comme celle-ci doit être prise après avoir pesé soi-même, soigneusement, le pour et le contre, après avoir mesuré les risques et les dangers, y compris le risque d’escalade. C’est ce que nous avons fait. Le gouvernement fédéral a décidé de ne pas envoyer de soldats allemands dans des opérations de combat en Libye. Aucun de nos partenaires n’avait été laissé dans l’incertitude sur ce point, nous nous étions exprimé tôt, directement et sans ambiguïté. Notre vote au Conseil de sécurité était la conséquence logique de notre décision, soigneusement pesée.

Nombreux sont ceux qui considèrent a posteriori qu’une solution idéale aurait été d’approuver tout en signifiant clairement que nous ne participerions pas à l’opération libyenne avec des troupes allemandes. Dans ce cas, c’est un tout autre débat que nous aurions aujourd’hui. J’en suis convaincu : la question, au plan national comme international, serait alors uniquement de savoir quels moyens la Bundeswehr mettrait au service de l’opération et non plus de savoir si elle y participerait ou non. Il ne serait pas crédible que le plus grand membre européen de l’OTAN dise d’abord oui à l’opération militaire au Conseil de sécurité et ne participe pas, ensuite, à la mise en œuvre concrète de cette décision.

Les violations des droits de l’homme du régime de Kadhafi sont iniques et ne laissent personne indifférent. Le dictateur doit partir et rendre des comptes pour ses crimes. Pour nous, l’alternative à l’intervention militaire n’est pas la passivité. Nous avons plaidé pour une saisie de la Cour pénale internationale. Nous avons poussé en faveur de sanctions sévères. Nous apportons une aide humanitaire. Nous voulons un embargo sur le pétrole et suspendre les paiements afin que Kadhafi et ses alliés ne puissent pas accéder à de l’argent frais.

Cependant, nous n’avons jamais fait mystère de notre scepticisme quant à une intervention militaire. Sans parler des victimes civiles auxquelles il faut s’attendre : que se passe-t-il si les frappes aériennes ne mettent pas un terme à la guerre civile ? Est-ce que des troupes interviendront alors tout de même au sol ? Le risque d’escalade peut-il être contrôlé ? Le soutien du monde arabe est-il vraiment aussi clair qu’on le prétend ? La résolution de la Ligue arabe ne l’était pas, en tout cas, et les prises de position venues du monde arabe après le début des frappes aériennes non plus. À quoi ressemble aujourd’hui, dans les faits, la participation annoncée du monde arabe à cette opération ? N’y a-t-il pas finalement un risque, malgré tout, de donner l’impression d’une intervention de l’Occident ? Qu’est-ce que cela signifie pour la future évolution du monde arabe, pour les mouvements de libération et les efforts de réforme des autres pays d’Afrique du Nord ? « Respice finem », dit la maxime. Considère la fin !

Un autre principe vaut tout autant : Roma locuta, causa finita. Le Conseil de sécurité a tranché et pour tous ceux qui, après réflexion, ont choisi l’intervention militaire, il existe désormais une base juridique internationale. Je souhaite ardemment que nos inquiétudes se révèlent infondées. J’espère qu’il sera possible de garantir de manière fiable la protection de la population civile comme le prévoit la résolution.

Le cessez-le-feu ordonné par le Conseil de sécurité doit être respecté : il y a urgence. Nous n’engagerons pas de soldats allemands dans cette opération militaire mais nous ferons notre part pour que les objectifs de la résolution 1973 soient atteints. L’absence d’opération militaire de la Bundeswehr n’est pas synoyme de passivité du gouvernement fédéral.

Source : Süddeutsche Zeitung,  N° 69, jeudi 24 mars 2011, page 2

 

Source  de cet article :

http://www.cidal.diplo.de/Vertretung/cidal/fr/__pr/actualites/nq/Dossier__Nordafrika/2011__03__24__Ww__Libyen__pm.html

 

Voir également à ce sujet : Il est non seulement imprudent mais injuste d'accuser l'Allemagne de ne pas être à la hauteur de ses responsabilités internationales dans le dossier lybien !

 

 

 

 

Repost 0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 11:29

Les centrales nucléaires européennes devront être testées, et les résultats rendus publics. C'est ce qu'a conclu le Conseil européen réuni jeudi et vendredi à Bruxelles. Si un consensus semble émerger sur la nécessité de ces évaluations, leurs modalités restent à préciser.
Autorités nationales ou groupes d'experts multinationaux, plusieurs options existent pour mener à bien ces tests. La France a d'ores et déjà indiqué par la voix de son président Nicolas Sarkozy que "les autorités de chaque pays doivent tester leurs propres centrales" [Euractiv], chargeant dans la foulée l'Autorité de sûreté nucléaire de conduire un audit.
L'incertitude demeure également en ce qui concerne les critères retenus, et les possibilités sont nombreuses, comme le souligne La Croix : "simulations de pannes de courant, de catastrophes naturelles, de défaillances des circuits de refroidissement ou des groupes électrogènes…". Le commissaire à l'Energie Günther Oettinger a toutefois indiqué vouloir "les normes de sécurité les plus élevées" [AFP].
Le "mode d'emploi" de ces tests sera publié en juin par la Commission européenne, qui vise une mise en œuvre à l'automne pour des résultats publiés en fin d'année. En cas d'échec, plusieurs pays ont déjà annoncé qu'ils fermeraient les centrales concernées, c'est le cas de l'Allemagne, de la France ou encore de l'Espagne. Pour Le Point, "les enjeux sont énormes. 24 nouveaux réacteurs sont en projet dans l'UE, dont six sont déjà en construction : deux en Bulgarie, un en Finlande, un en France et deux en Slovaquie".
Cette décision s'inscrit dans un contexte d'inquiétude grandissante autour des risques liés au nucléaire, et notamment en Allemagne et en Italie ou des manifestations ont eu lieu le week-end dernier. "En Allemagne, plus de 200 000 manifestants ont défilé pour réclamer la fermeture des 17 réacteurs actuellement en activité dans le pays" [Euronews]. De même à Rome, "des milliers de personnes ont manifesté samedi contre l’atome. Le nucléaire civil italien, abandonné en 1987 par référendum après Tchernobyl, devait faire l’objet d’un nouveau vote en juin" [La Croix].

 

 

 

Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories