Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 10:02

Repenser la stratégie sur l’Afghanistan. C’est le sens du rapport voté par le Parlement européen, jeudi dernier. Le premier rapport de ce genre depuis bientôt dix ans que dure l’engagement occidental et arabe en Afghanistan. Rédigé par l’eurodéputé italien Pino Arlacchi (Liste di Pietro), il a été amendé sur plusieurs points (notamment pour atténuer le sentiment de défaite) mais il reste un rapport très dur. Nous en avons déjà parlé en détail (1). Et les discussions ont été parfois âpres, certains amendements passant à une très faible majorité. Le rapport pointe du doigt tant  le semi-échec des forces de coalition que l’engagement trop timide et reposant sur des bases erronées des Européens dans la formation des policiers. Là encore, il recommande « instamment » à la haute représentante et aux Etats membres de changer leur stratégie. En accentuant certains aspects, en renforçant les moyens. Et en mettant en place une mission « Justice ».

Changer de stratégie

De façon générale, la « présence de la coalition est de plus en plus perçue comme une occupation par la population », avertissent les députés. Et « aucune fin évidente ne se profile à l’horizon en Afghanistan, avec une coalition de forces internationales en place mais incapable de défaire les talibans et les autres insurgés et un mouvement d’insurrection et des talibans incapables de prendre le dessus sur ces forces militaires ». Une impasse dont est responsable, dans une large part, la coalition par ses « erreurs d’appréciation, au départ, des forces de coalition ». « La présence des Talibans a été sous-estimée, la capacité du gouvernement Karzai surestimée et peu d’attention ont été consacrées à rebâtir et développer le pays » précisent-ils.

Le Parlement prône ainsi une approche, plus équilibrée, en matière civile et militaire est nécessaire. Les Européens, et leurs alliés doivent prendre conscience de la continuelle détérioration de la situation socio-économique et de la sécurité dans le pays, et comprendre la nécessité d’impliquer pleinement les Afghans dans ce qu’on pourrait appeler une stratégie de sortie (même si le nom n’est pas prononcé).

La mission Eupol critiquée mais sauvegardée

Alors que la première mouture du rapport demandait la suppression de la mission de police de l’Union européenne et sa fusion avec celle de l’OTAN, cette mention a été retirée. Un point important. Car le Parlement européen était là dans l’exercice de ses pleins pouvoirs. On l’oublie trop souvent : les missions civiles de défense sont financées essentiellement par le budget communautaire donc en codécision.

Le Parlement européen reste très critique sur cette mission Eupol remarquant « l’imprécision flagrante (de son) mandat », la « faiblesse des résultats qu’elle a atteints à ce jour », le fait qu’elle « ne dispose pas encore, trois ans après son déploiement, de trois-quarts de son effectif autorisé ». Il propose qu’un programme de formation « à grande échelle de la police soit lancé par la mission EUPOL, l’OTAN et la FIAS, qui s’adresserait, comme convenu avec le gouvernement afghan, aux unités de la police nationale, ce qui permettrait d’éliminer les doublons, le gaspillage et la fragmentation ».

L’engagement de l’Union européenne et de ses États membres en faveur de la création d’une force de police afghane professionnelle risque d’être compromis par la prédominance de pratiques telles que l’approche ultra-rapide (enquêtes de sécurité insuffisantes lors du recrutement, six semaines de formation sans support écrit du fait de l’analphabétisme des participants, entraînement minimum sur le terrain, après quoi les recrues reçoivent un insigne, un uniforme et une arme et sont envoyées en patrouille) mise en œuvre par quelques grandes entreprises de sécurité américaines.

Les missions de formation de la police devraient non seulement porter sur les aspects techniques – estime-t-il – mais aussi assurer l’alphabétisation des recrues et délivrer à celles-ci une connaissance élémentaire du droit national et du droit international.

Les recommandations du Parlement

.../...

 

Voir la suite de l'article : http://www.bruxelles2.eu/orient-asie/orient-afghanistan-pakistan/le-parlement-veut-muscler-la-mission-eupol-afghanistan-et-creer-une-mission-eujust.html

 

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Politiques et actions externes de l'UE
commenter cet article
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 18:28

The lessons of Europe’s ill-fated attempt to forge a Mediterranean political and economic grouping need to be studied carefully, says Josep Borrell. He points to a more modest strategy for the latest plan, the Union for the Mediterranean

When France’s President Nicolas Sarkozy prompted the creation of the Union for the Mediterranean (UfM), one result was heated discussion between EU member states and policymakers about the aims and shortcomings of the Union. Another was that it had last attracted attention to its predecessor, the Barcelona Process.
Also known as the Euro-Mediterranean Partnership, the Barcelona Process began life in 1995, but by 2005 was largely considered a failure, or at least a disappointment. Its critics claimed that it did not fulfil its promises, and so could hardly deliver on the expectations placed in it. So was this harsh judgement right? To a large extent the answer has to be ‘yes’, but then the Barcelona process was born on the wave of optimism regarding the Middle East created by the Oslo peace accords. Their subsequent failure was also one of the main reasons for the failure to realise the most ambitious aims of the Barcelona Process.
Looking back on the preparatory work for the Barcelona Process that I was at the time involved in as a Spanish Minster, there was even then a yawning gap between the ambitious aims of the project and the immense difficulties and obstacles that stood in the way of reaching them. And as the Barcelona Process got under way, the intensifying level of conflict between Israel and Palestine, together with the Iraq war and the more general confrontation between the western and Muslim worlds, rendered the workings of the Barcelona Process almost impossible.
This became particularly clear to me personally as the then Speaker of the Euro-Mediterranean Parliamentary Assembly. The episode Danish press cartoons of the Prophet Mohamed brought home the reality of how difficult it was to achieve even a minimum of understanding. On top of that, there was the near-impossibility of getting the Assembly to accept the presence of Israeli representatives at the time when there were air attacks on Lebanon. In this atmosphere, one so different to the Oslo period when the Barcelona Process was launched, it became clear that the initiative stood no chance of fulfilling its aims.
Europe was at this time in any case looking eastwards rather than southwards. The EU enlargement process had consumed much of the political energy and financial resources of Union. The time and energy invested by the EU on Poland in a single year was greater than the total amount invested in all the North African countries since the beginnings of the Barcelona Process.
So perhaps it would be true to say that the Barcelona Process was “mission impossible” from the outset; certainly the underpinnings on which it had been founded vanished almost immediately after it saw the light of day. Perhaps the project’s greatest achievement was the fact of its setting-up of it and the formulation of its agenda. To bring all the various parties together – above all Israel and the Palestinian authority – and to agree on a declaration and the principles on which to base the new regional relationship was without doubt in itself a major diplomatic achievement. By agreeing on the Barcelona Declaration, all the actors involved and above all the very pro-active then Spanish foreign minister Javier Solana set ambitious targets of democratisation, security and economic growth for the Mediterranean countries.
Focusing on the three ‘baskets’ of political, economic and cultural relations was a constructive first step toward strengthening relations with them. Yet the steps that were to follow in the ensuring years were largely disappointing, so the whole process was in the end relatively ineffective. Now overshadowed by the Union for the Mediterranean, which aims to build on the Euro-Mediterranean partnership, the balance sheet since 1995 is scanty. And it’s a perception shame by all the actors involved. In short, the upshot has been widespread frustration in diplomatic circles of all the countries concerned.
Yet there were some successes too. A broader outcome of the Barcelona Process has been that bi-lateral relations between the EU and a number of Mediterranean countries have been deepened. And there have been achievements in some economic areas, as well as significant progress at a cultural level.
But the most important and also time-sensitive basket was the one which focused on security, human rights, democracy, political values and governance. The deterioration of the Middle East peace process can be blamed for the lack of progress, but it was nevertheless very disappointing that the Barcelona Process failed to foster political change in the authoritarian regimes of many of the Mediterranean countries. It was able neither to encourage a model for Arab reform and political modernisation nor to build EU partnership based on political reform. Our declared goal of strengthening the foundations of political change was clearly not met, and I now believe that the lesson to be learnt from this disappointing outcome is that the EU’s Mediterranean policy focus should be more modest, setting our sights a bit lower instead of striving for over-ambitious goals.
Another major obstacle that stood in the way of the Barcelona Process was the obvious lack of common identity and shared goals among all the different countries involved. Of course there are different political cultures and even policy divergences among EU member states, but the conflicting interests and goals of the non-EU countries were and remain much greater, ranging from those who strive for EU accession to those that have completely rejected not just of free elections but also free trade. These fundamental differences together with the absence of a common identity make coherent negotiations impossible. This absence of any “regional will” is a structural problem, but equally serious are the in-built limitations of any sort of “union” between the EU and the Mediterranean countries, because of the two groupings, one of them cannot possibly act as a single entity. These Arab countries clearly have common interests in certain projects, but these shared interests do not constitute a strong enough glue to create unity. The real interest of these non-EU Mediterranean countries is their own bi-lateral relationship with the EU.
It remains to be seen what the impact of the Union for the Mediterranean will turn out to be. Regardless of all the justifiable criticism levelled at the Barcelona Process, it has to be borne in mind that it was conceived as a long-term process. Its very complexity made it hard to draw useful conclusions even after a decade, the point at which it was being widely written-off as a failure. As to its successor, the UfM, there too we will only be able to pass judgement after many years.
The EU’s Mediterranean policies deal, therefore, with very ambitious aims in a very difficult setting. And even though I agree that overall the Barcelona Process was the disappointment its critics claim, at the same time I believe there is still hope for the future. The experience gained from the Barcelona Process warns us that unrealistic aims like the idea of a major Mediterranean free-trade area must be avoided. Instead, the focus should be on providing a more general framework that concentrates on specific projects like the fight against pollution, energy policy, migration and agriculture. This is to some extent what has now been done with the UfM’s six priority projects.
Focusing on more realistic aims also means putting into their proper perspective over-ambitious aims, like making peace in the Middle East, and also the Barcelona Process’ initial aim of promoting democracy and good governance. It’s equally important to acknowledge the lack of unity and divergent interests of the countries around the Mediterranean, because that is even more the case for the Union for the Mediterranean with 43 members countries than it was for the Barcelona Process, with 38. Only bearing this firmly in mind, and by being realistic about the fact that each of these Mediterranean governments prefers to develop its own relationship with the EU, will we be able to move forward.

Josep Borrell Fontelles is President of the European University Institute and was formerly the President of the European Parliament

 

Source :

http://www.europesworld.org/NewEnglish/Home_old/Article/tabid/191/ArticleType/ArticleView/ArticleID/21714/language/en-US/YestheBarcelonaProcesswasmissionimpossiblebuttheEUcanlearnfromthat.aspx

 

 

Repost 0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 12:32

Compagnon de route de Jacques Delors depuis près de trente ans, actuel Président de Notre Europe, Tommaso Padoa-Schioppa, nous a quittés dans la nuit du 18 décembre.

Il se définissait avant tout comme un serviteur de la chose publique.

Banquier central au niveau national et européen, Directeur Général à la Commission européenne, plume du Comité Delors pour la monnaie unique, Professeur et auteur de nombreux ouvrages, toutes ces fonctions ont eu pour trait d’union son engagement infaillible et visionnaire pour la construction européenne.

Lorqu'il m'a été donné l'honneur de le croiser, j'ai personnellement été immédiatement touché par son extrême courtoisie, autant que par sa 'sagesse' : cette sagesse qui procède tout autant de sa très grande disponibilité intellectuelle et de son sens particulièrement aigu de cet 'intérêt général européen' dont il avait à la fois l'intuition du visionnaire, pour ce qui en esquisse le devenir, et la mesure concrète du pragmatique, pour ce qui en constitue d'ores et déjà les ressorts et les déterminants à l'oeuvre.

L'ensemble des rédacteurs des articles publiés sur ce blog se joignent très spontanément à moi pour lui rendre, en toute simplicité, un hommage vibrant et chaleureux !

 

Voir l'hommage que lui a rendu l'équipe de Notre Europe : http://www.notre-europe.eu/fr/le-mot/publication/hommage-a-tommaso-padoa-schioppa/

 

 

 

Repost 0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 11:05

Les deux premiers satellites du système Galiléo devraient être mis en orbite en août 2011. Le lancement de deux autres satellites est prévu au début de l'année 2012 et l'attribution des contrats dans les deux marchés qui restent, devrait avoir lieu au premier semestre 2011, a précisé le secrétaire général de l'Agence spatiale européenne (ESA), Jean-Jacques Dordain, dans une lettre envoyée au commissaire européen à l'Industrie Antonio Tajani. Malgré ces développements, Galiléo risque un nouveau retard si la Commission européenne ne lance pas, d'ici le printemps 2011, un nouvel appel d'offres pour la construction de huit satellites manquants de la constellation. A défaut de cette décision, ce programme européen de radionavigation par satellite, voué à garantir à l'UE un accès autonome à l'espace, sera disponible au plus tôt en 2017 au lieu de début 2014 actuellement prévu. Un milliard d'euros sont encore nécessaires (en plus des 2,4 milliards déjà investis) pour finaliser le programme. Ni les discussions actuelles sur le budget 2011 de l'UE ni le surcoût du réacteur thermonucléaire interrnational ITER ne favorisent pas le recherche des fonds pour Galiléo.

Annonçant en janvier la passation de trois des six marchés entre lesquels le système a été divisé après la dissolution en 2007 du partenariat public/privé chargé de sa mise en place, la Commission a sécurisé le lancement de dix satellites (cinq lancements chacun mettant en orbite deux satellites) et la construction des 14 satellites nécessaires (en plus de 4 satellites précurseurs déjà sur orbite) pour assurer les premiers services. 240 millions d'euros seraient encore nécessaires pour la construction des 8 satellites manquants (environ 30 millions par satellite) et 700 millions pour le lancement (le coût pour un lancement s'élèvant à environ 35 millions).

En vue de réduire le coût de lancement, la Commission a décidé, en attribuant les marchés en janvier, de poursuivre les lancements avec le lanceur russe Soyouz plutôt qu'avec Ariane 5 développé par la France.

Cette décision qui est intervenue lors de la phase de négociation qui a présidé la rencontre UE-Russie est très controversée. Il lui est reproché notamment de priver l'industrie européenne de retombées en termes d'emplois, de développement des capacités, ou encore du 'know-how' pour une différence de coût voisine de seulement 10 %.

 

Source : Agence Europe

 

 

Repost 0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 09:54

L'agence européenne de défense - AED - va mal. Sans directeur, sans budget convenable, sans décision sur ses modalités de fonctionnement, elle est attaquée de toutes parts, y compris par des Etats membres qui prétendent aujourd'hui privilégier la coopération bilatérale en matière de capacités, au prétendu motif que la coopération européenne ne fonctionnerait pas.

Les 26 ministres de la défense des pays participant au comité directeur de l'AED ne sont pas parvenus à se mettre d'accord le 9 décembre sur le nom du prochain directeur exécutif de l'agence. Quant à ses moyens, le Royaume-Uni s'oppose une nouvelle fois à une minime augmentation du budget : à peine 700 000 euros. Il est vrai que le projet de budget annuel proposé par Catherine Ashton a le mauvais goût, pour Londres, de prévoir, outre une réduction des dépenses de fonctionnement, une augmentation des dépenses opérationnelles. Or le Royaume-Uni s'est toujours opposé au développement des projets capacitaires de l'agence et on ne verrait pas pourquoi il changerait d'avis sous un gouvernement conservateur dont les responsables s'étaient engagés avant même d'être élus à développer la coopération avec les Etats-Unis. Pourquoi d'ailleurs le feraient-ils, après avoir reçu, le 2 novembre dernier, l'appui de la France, désormais prête à saborder l'agence de la rue des Drapiers.

Et que dire de la patronne de l'agence - Catherine Ashton - qui n'a pas même eu le temps de lui rendre visite. Elle a certes proposé une légère augmentation du budget, mais en sachant bien que celle-ci serait bloquée. Elle a proposé la nomination d'un directeur dont elle veut débarrasser le service européen d'action extérieure, en sachant là encore que cela n'allait pas passer comme une lettre à la poste. Elle a enfin bloqué, pour de bonnes et sans doute de moins bonnes raisons, le projet de décision sur le statut, le siège et les règles de procédures de l'agence que l'on attend depuis un an en remplacement de l'action commune de 2004.

Tout ceci fait dire à certains qu'il est urgent de fermer l'AED. Les plus fourbes, ou les plus candides ... c'est selon, vont jusqu'à prétendre que cela permettrait de reconstruire une nouvelle agence sur les cendres de la première, en prenant le soin de lui donner une dimension plus communautaire. C'est oublier que l'AED, bien qu'elle reste sous l'autorité du Conseil, a été consacrée par le Traité de Lisbonne. C'est oublier un peu vite qu'il est possible, sur la base de ce traité, de doter, à la majorité qualifiée, l'agence qui existe de règles de fonctionnement plus appropriées, d'une capacité de coopération accrue avec la Commission, d'une dimension plus opérationnelle, d'un budget et d'un cadre financier pluriannuel. C'est simple, il suffit de le vouloir. mais je me prends à rêver. Et je m'entête encore, comme le dirait un ami diplomate, à vouloir faire appliquer cet ennuyeux traité qui, aux yeux de certains, n'aurait sans doute jamais dû être approuvé par les citoyens européens ou leurs représentants.

 

Cet article a été préalablement publié comme éditorial du n° 372 d'EUROPE DIPLOMATIE & DEFENSE en date du 7 décembre 2010.

 

 

 

Repost 0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 09:48

Permanent Structured Cooperation in Defence (PESCO), brought in by the Lisbon Treaty, and put under the spotlight by the Belgian Presidency, allows a core group of states that fulfil certain criteria (e.g. budgetary commitment and deployability) to enter into closer cooperation to enhance European defence capabilities. Will EU Member States see the merits of embarking on collective defence endeavours, when the two biggest players seem to find it more convenient to broker bilateral deals? Would the setting-up of a pioneer group of States enhance the EU's capacity and efficiency in defence, or would it lead to further divisions and debates over defence leadership? What are the alternatives at the EU's disposal to consolidate its defence capacity in order to punch its weight in global matters?

Debating these issues at one of the Madariaga – College of Europe Foundation’s Citizen’s Controversies on Tuesday 30 November, 2010 were :

 - Pieter de Crem, Minister for Defence, Belgian Federal Government

 - Lt. Gen. David Leakey, Former Director General, European Union Military Staff, Council of the EU

 

The report : 2010-dec-6 - is pesco a workable way towards eu defence 2010-dec-6 - is pesco a workable way towards eu defence

 

 

 

 

Repost 0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 22:54

Le lecteur trouvera ci-joint les conclusions du Conseil européen (16 et 17 décembre 2010).

 

" Tout au long de la crise, nous avons pris des mesures énergiques pour préserver la stabilité financière et promouvoir le retour à une croissance durable. Nous continuerons à agir de la sorte et l'UE et la zone euro sortiront plus fortes de la crise.

 Les perspectives de croissance se renforcent et les données fondamentales de l'économie européenne sont saines. Les instruments de stabilité temporaires mis en place au début de l'année ont prouvé leur utilité, mais la crise a montré qu'il convient de ne pas relâcher la vigilance.

C'est pourquoi nous avons approuvé aujourd'hui le texte d'une modification limitée du traité portant sur la création d'un futur mécanisme permanent destiné à préserver la stabilité financière de l'ensemble de la zone euro. Cette modification devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2013.

Nous avons également réaffirmé notre volonté de parvenir, d'ici fin juin 2011, à un accord sur les propositions législatives relatives à la gouvernance économique en vue de renforcer le pilier économique de l'Union économique et monétaire et de continuer à mettre en oeuvre la stratégie Europe 2020. "

 

Le texte des conclusions : Conclusions Conseil europeen 17dec2010 DOC-10-5 FR[1] Conclusions Conseil europeen 17dec2010 DOC-10-5 FR[1]

 

 

 

 

Repost 0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 13:02

Le Parti socialiste a dénoncé samedi 18 décembre la demande conjointe de cinq pays européens, dont la France, de geler jusqu'en 2020 le budget de l'UE, déplorant une " thatchérisation " des Etats membres (cf. Un gel du budget de l'UE est réclamé par cinq dirigeants européens ).

" La France et l'Allemagne, hier noyau dur et couple moteur de l'intégration européenne, se mettent aujourd'hui à la remorque de la Grande Bretagne pour proposer de baisser le premier outil des politiques européennes, le budget de l'Union ", écrit dans un communiqué le numéro 2 du PS, Harlem Désir.

" C'est surtout une consternante " thatchérisation " des gouvernements européens qui va un peu plus affaiblir l'Union face aux autres grandes puissances mondiales et qui met directement en péril la construction d'une Europe politique dotée d'un budget à la hauteur de ses missions ", poursuit-il.

" Historiquement l'Allemagne et la France ont fait avancer l'Europe sans la laisser freiner par les pays les moins allants comme la Grande Bretagne, sur des dossiers essentiels comme le budget européen, l'euro, Schengen ou encore la coopération judiciaire européenne ", écrit encore le PS.

" Il est inacceptable de voir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, incapables de redémarrer le moteur franco-allemand pour une relance européenne (...) s'accorder pour s'aligner sur l'Europe minimale et sans moyens demandée par David Cameron. Au lieu de sauver l'Europe, ces trois dirigeants proposent de la " downsizer "de la réduire ", ajoute Harlem Désir.

Dans un courrier commun envoyé samedi au président de la Commission européenne José-Manuel Barroso, les dirigeants britannique, allemand, français, néerlandais et finlandais demandent un gel du budget au nom de l'austérité.

 

Source : AFP

 

Repost 0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 11:14

L'Union européenne devrait s'inspirer du modèle démocratique suisse basé sur la participation directe des citoyens car " l'extension de la participation pourrait bien faciliter le processus d'intégration européenne ", a affirmé Micheline Calmy-Rey, la ministre suisse des Affaires étrangères lors de la célébration du 50ème anniversaire de la mission suisse auprès de l'UE.

 Une telle " helvétisation de l'Europe n'est pas à craindre mais putôt à souhaiter pour le continent ", a dit la ministre.

La démocratie suisse peut cependant aussi se heuter au droit international. L'initiative populaire visant à expulser les étrangers ayant commis des crimes qui a été soumis au vote du peuple suisse le 28 novembre dernier crée en effet des problèmes avec le droit international " car l'expulsion automatique des étrangers n'est pas compatible avec l'accord entre la Suisse et l'UE sur la libre circulation des personnes ", admet Mme Calmy-Rey.

Le Conseil fédéral suisse mène actuellement une réflexion sur les moyens de mieux harmoniser la démocratie directe avec les obligations internationales de la Suisse (NDLR : voir à cet égard le distingo qui existe entre bloc constitutionnel et bloc conventionnel dans le droit français : Qu'est-ce que le bloc de constitutionnalité en droit français). Des propositions concrètes seront discutées au cours de l'année prochaine, a-t-elle annoncé.

Accords bilatéraux

Depuis le " non " au référendum suisse sur l'adhésion du pays à l'EEE en 1992, les relations entre l'UE et Berne sont régies par quelque 120 accords et arrangements bilatéraux. L'UE voudrait que ces accords soient à l'avenir automatiquement adaptés pour tenir compte de l'évolution constante de l'acquis communautaire. Ce que la Suisse refuse catégoriquement " afin de préserver notre liberté d'action et notre souveraineté ", comme l'a réitéré Mme Calmy-Rey. " Pas d'automatisme dans la reprise de l'acquis ". En revanche, la reprise de l'acquis pourrait être compensée par une " participation adéquate " des Suisses à l'élaboration des décisions dans les domaines couverts par les accords. En outre, l'adaptation des accords devra être décidée en commun accord et tenir compte de la durée des procédures législatives suisses.

Avenir des relations

En juillet, la Commission européenne et la Confédération helvétique ont décidé la création d'un groupe commun d'experts chargé d'explorer les possibilités de mettre les relations sur une nouvelle base institutionnelle, par exemple un accord-cadre ou un accord d'association. Le groupe devrait terminer ses " discussions exploratoires " d'ici la fin de l'année et " fixer les attentes des uns et des autres ", a dit Mme Calmy-Rey. Elle estime que " la voie bilatérale a toujours un avenir si les deux côtés partenaires sont prêts à poursuivre dans cette direction ". L'approche bilatérale et sectorielle pourrait même intéresser d'autres pays tiers qui souhaitent renforcer leurs liens avec l'UE sans aller jusqu'à l'adhésion, estime la ministre.

 

Sourge : Agence Europe

 

 

Repost 0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 17:22

Plusieurs dizaines de milliers de personnes étaient attendues, mercredi 29 septembre en début d'après-midi, dans le centre de Bruxelles, pour une grande manifestation européenne contre les mesures d'austérité prises, ou envisagées, dans de nombreux Etats. La Confédération européenne des syndicats (CES) espérait mobiliser 100 000 manifestants venus d'une trentaine de pays, mais principalement de Belgique, de France et d'Allemagne. En additionnant les actions menées simultanément dans divers pays, les syndicats évoquent le plus vaste mouvement social européen jamais organisé contre des mesures envisagées par l'Union européenne (UE).

Les syndicats devaient rencontrer notamment José Manuel Barroso, le président de la Commission, et Yves Leterme, le premier ministre belge qui exerce actuellement la présidence tournante de l'UE. Ils réclament, entre autres, une taxation des transactions financières et une coordination des politiques fiscales au sein de l'Union. Plus généralement, ils appellent à une véritable "Europe sociale" et reprochent au pouvoir européen de ne se préoccuper que des déficits et de la position concurrentielle des Etats membres alors que les inégalités ne cessent, selon eux, de croître.

Risque de nouvelle récession

"La politique sociale ne peut pas se limiter à l'assouplissement de la législation sur le travail, ce qui ne créera pas d'emplois ou de croissance", affirme John Monks, secrétaire général de la CES. Selon lui, le fait de réduire les dépenses publiques alors que l'économie ne redémarre pas pourrait provoquer une nouvelle récession. Les délégations françaises entendaient, elles, insister plus spécifiquement sur le thème des retraites.

Les syndicats européens n'ont pas choisi la date du 29 septembre au hasard puisque c'est le jour où la Commission de Bruxelles annonçait précisément des réformes du Pacte de stabilité avec, à la clé, des sanctions contre les Etats trop endettés. Des mesures de "prévention" et de "correction" censées remédier à des situations comme celles qu'a connues la Grèce, avec, aussi, un renforcement de la surveillance des politiques macro-économiques menées par les différentes capitales. 


... lire la suite de l'article sur Le Monde.fr
Voir également :
 * Europe: un accord pour le pire ? par Pierre Khalfa (Mediapart)
 * Le social doit être le ciment de l’UE (Libération)
 * Against the temptation of a Franco-German “coup de chefs d’Etat” (The Spinelli Group)
 * Message de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) au Conseil européen(Bruxelles, 8 décembre 2011)
 * Signez le "MANIFESTE POUR UNE EUROZONE SOLIDAIRE ET INTEGREE" (Confrontations-Europe)
 * Sondages : la crise n’ébranle pas la confiance entre Français et Allemands (CIDAL)
 * «Une autre voie pour l'Europe», par François Hollande (Le Monde)
 * Un accord utile mais qui ne peut être considéré comme l'alpha et l'omega ! (nouvelle édition)
 * Relancer l'Europe par la croissance, par Roger Godino


 
Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories