Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 07:30

The Council adopted the following conclusions:

" 1. Considering that the Union's territory and citizens are increasingly exposed to the impact of disasters, as are many countries and regions around the world especially in developing countries, with a corresponding increase in the loss of life, economic, social and environmental damages, and that an approach that links disaster response with disaster prevention, disaster risk reduction and preparedness, is the best way to manage these risks ;
 2. Pointing out that measures taken at the EU level to improve disaster response should not in any way undermine Member States' own responsibility to take action and build up the necessary capacity in areas of prevention, preparedness and response, and that Member States will retain full control of their national assets (see inter alia Article 196 TFUE);
 3. Considering that EU disaster response is primarily delivered through humanitarian assistance and through civil protection assets ; that this response may also make use of CSDP and/or military assets in particular for the delivery of relief assistance when the need arises, in line with established international guidelines, in particular the principles laid down in the Oslo guidelines1; and that improved cooperation with other relevant international bodies should minimise duplication of effort;
 4. Considering that appropriate coordination must be ensured at the EU level taking into account the roles of the Commission, the High Representative for Foreign Affairs and Security Policy and the European External Action Service, under the institutional architecture and responsibilities defined by the Lisbon Treaty;
 5. Underlining that European relief assistance outside the Union is needs-driven and bound by internationally agreed humanitarian principles (humanity, neutrality, impartiality and independence) and guidelines, as enshrined in the European Consensus on Humanitarian Aid2;
 6. Reaffirming in particular the central coordinating role of the UN as set out in the European Consensus on humanitarian aid, the Council decision establishing a Community Civil Protection Mechanism and in accordance with the Council conclusions of 28 November 2008 on strengthening relations between the European Union and the United Nations as regards disaster response capacity3.

The Council of the European Union

 7. Welcomes the Communication from the Commission to the European Parliament and the Council - "Towards a stronger European disaster response: the role of civil protection and humanitarian assistance"4 and its general objectives aiming at a more predictable, effective, efficient, coherent and visible European response to disasters;
 8. Agrees that an enhanced, cost-effective European response must follow an all-hazard approach, should bring together all relevant players, in particular civil protection and humanitarian assistance actors, and should ensure consistency and synergies between the different instruments ;
 9. Underlines that an effective crisis emergency centre requires a 24/7 operational capacity and should provide a coordination platform supporting other European services dealing with major disasters; Welcomes the Commission's decision to merge the ECHO crisis room and the MIC to create an Emergency Response Centre that must be able, in full compliance with paragraph 2, to improve planning and coordination;
 10. Recognises that lessons learnt from recent disasters suggest that, even though the EU response has been effective and swift, there is room for improvement; notes that the Commission communication puts forward many interesting suggestions to this effect; and Considers that, subject to the discussions that the competent Council formations and Working Parties will have on the revised legal instruments that the Commission is expected to propose in 2011, an enhanced European disaster response might include :
  • improved planning of interventions where appropriate, through the use and improvement of reference scenarios constructed on the basis of comprehensive and high quality risk assessments;
  • more predictable availability of Member States key assets, inter alia by setting up a pool of pre-identified assets, available within pre-agreed response times, to be deployed through a voluntary commitment from Member States to make these assets available on a voluntary basis for European disaster relief interventions both inside and outside the Union (with Member States retaining full authority over their assets, their deployment and at all times retaining full right of use over these assets);
  • an approach which takes also into account regional needs, shared extreme risks and, bearing in mind the previous point, the common use of certain assets, based on the principles outlined in paragraph 2;
  • improved, more cost effective and well-coordinated transport of in-kind assistance to disaster sites;
  • improved joint, cross-sectoral and comparable needs assessment in order to ensure well-informed decision-making;
  • better and strengthened contributions to the efforts of central international players, in particular with the UN, by optimising synergies and information-sharing, inter alia through the deployment and secondment of EU staff to the local UN coordination system;
  • a comprehensive communications strategy, involving all EU institutions and Member States, that will improve the overall visibility of the European actions;
  • improved EU assessment for interventions in third countries, with a view to supporting the central coordinating role of the UN;
 11. Notes that the legislative proposals brought forward by the Commission will be dealt with by the competent Council formations and working parties;
 12. Considers the Commission proposals as a building block of a broader and more coherent effort towards a strengthened European disaster response and therefore looks also forward to examining the forthcoming proposals of the High Representative for Foreign Affairs and Security Policy and the Commission regarding the further developments, notably on the use of CSDP and/or military capabilities as part of the European disaster response and the proposal to implement Article 222 (solidarity clause), having regard to the Decision of the Heads of State and Government annexed to the European Council conclusions of June 2009, and Article 20 (2 c) of the Treaty (consular protection) and on coordination, coherence and consistency in the context of EU crisis response and management."

1 Guidelines on the Use of Foreign Military and Civil Defence Assets in Disaster Relief - "Oslo Guidelines" (Revision 1.1 November 2007), at http://www.reliefweb.int/rw/lib.nsf/db900sid/AMMF-6VXJVG/$file/OCHA-Nov2006.pdf?openelement
2 OJ C 25, 30.1.2008, p. 1.
3 16753/08
4 15614/10 + ADD 1 + ADD 2

 

Repost 0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 00:51

A l’occasion du deuxième anniversaire du début de l’opération antiterroriste « Plomb Durci » dans la bande de Gaza, près de 500 jeunes de Sdérot, de Sdot Néguev, du conseil de Bné Shimon et des Kibboutzim de Shaar Hanéguev, se sont réunis pour exprimer leur appréciation aux soldats de Tsahal et pour les remercier. L’événement a commencé mercredi après-midi [1er décembre], dans le cadre des activités organisées par un nouveau projet, intitulé « Beayin yehoudit », « une optique juive ». Les participants ont préparé des centaines de colis pour les militaires en poste actuellement près de Gaza. 

Après la distribution des paquets, ils se sont tous rendus au Kibboutz Dorot pour une cérémonie au cours de laquelle une médaille a été décernée à la mère du premier soldat tué au début de l’opération, Dvir Emanuelof z’l. Les deux camarades de la victime, Liel Cohen et Shahaf Segalm qui ont été grièvement blessés dans les affrontements, ont également été décorés.

 

Source : http://www.israel7.com/2010/12/deuxieme-anniversaire-de-l%E2%80%99operation-%C2%AB-plomb-durci-%C2%BB/

 

Voir également à l'égard de cette opération :

 * http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/operation-plomb-durci-pourquoi-israel-a-choisi-ce-nom-de-code_728968.html

 * Regard sans complaisance sur le nouvel épisode du conflit israélo-palestinien

 * Poursuite des combats par Tsahal : 5 hypothèses passées au crible de l'analyse (1)

 * Poursuite des combats par Tsahal au Proche Orient : 5 hypothèses soumises au crible de l'analyse (2)

 * L'appel à la raison d'Erasme !

 

 

 

 

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 23:01

Le lecteur trouvera ci-après le texte, en date du 13 décembre, des conclusions du Conseil relatives au Moyen Orient : Conclusions Conseil Moyen-Orient 13dec2010-118448 Conclusions Conseil Moyen-Orient 13dec2010-118448

 

 

 

 

 

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 20:54

Des informations personnelles sur les citoyens peuvent être achetées, notamment par les constructeurs automobiles, à des fins techniques et scientifiques mais également commerciales et marketing. Et sans aucune garantie pour les usagers.

Depuis quand l’Etat peut-il vendre des fichiers?
En avril 2009, les sénateurs Gérard Longuet et Gérard Cornu proposent de permettre aux constructeurs automobiles d’accéder aux données personnelles que réclame, pour chaque demande de carte grise, le service d’immatriculation des véhicules.

Il s’agit, expliquent-ils, de « faire bénéficier des tiers, notamment les professionnels de l’automobile » de ces informations.
Leur amendement débattu dans la plus grande discrétion ne suscite aucune polémique. Philippe Marini, rapporteur général de la séance, accorde à leur proposition un avis favorable. Au nom du gouvernement, le ministre du Travail fait de même. L’amendement des sénateurs, est donc adopté et introduit dans la loi du 29 avril 2009 sous l’article 29.

 

Quelles informations peuvent être vendues?
Le service d’immatriculation des véhicules constitue, pour le ministère de l’Intérieur, une gigantesque base de données personnelles. En effet, l’ancienne carte grise comporte plusieurs renseignements intéressants : le nom, la date de naissance et l’adresse de son titulaire. Ainsi que le type de véhicule, la date de sa première mise en circulation et la puissance de sa cylindrée. Des informations précieuses pour cibler d’éventuels clients dans le cadre de campagnes marketing.

Qui peut acheter ces données et pour faire quoi?
En priorité, les constructeurs automobiles. La loi autorise plus généralement l’Etat à vendre ces fichiers « à toute personne qui le souhaite à d’autres fins que celles de la mission de service public » pour laquelle les documents ont été fournis. La loi prévoit « trois principaux usages ». Il s’agit de permettre aux constructeurs de procéder à des rappels de véhicules, dans le cadre de « campagnes de sécurité et de campagnes de mise au point ». Autre usage : « l’utilisation à des fins statistiques, scientifiques ou historiques » de ces données. Enfin, et c’est là que le bât blesse le plus, « l’utilisation des données à des fins d’enquêtes ou de prospections commerciales sera possible ».

Quel est le prix de ces informations?
C’est à l’administration de fixer le montant des « redevances ». Le prix « tient compte des coûts de mise à disposition des informations, notamment, le cas échéant, du coût d’un traitement permettant de les rendre anonymes ». Il intègre également les « coûts de collecte et de production des informations ». Le prix imposé est relativement encadré.
En clair, l’administration doit fixer un tarif « raisonnable » c’est-à-dire ne pas faire payer plus que la gestion de ces fichiers ne lui a coûté. Mais aucun tarif précis n’est avancé.

Quelles sont les garanties fournies aux usagers?
Les garanties pour le citoyen figurant dans la base de données du service des immatriculations sont quasi inexistantes. L’usager ne sera pas informé de l’utilisation faite de ses données personnelles, et il ne pourra que s’opposer à leur cession s’il en fait expressément la demande.
Seule précaution : avant de vendre les données contenues dans le système d’immatriculation des véhicules, « l’administration doit s’assurer que les données transmises ne seront pas utilisées à des fins contraires à l’ordre public ». A cette fin, l’article 30 ter de la Loppsi 2 l’autorise à mener des « enquêtes administratives » sur les demandeurs. C’est cette disposition qui doit être débattue par les députés demain.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 18:31

Jean-Claude Trichet devrait soumettre la question aux chefs d'État européens, jeudi soir 16 décembre, à Bruxelles. 

Surtout pas de vagues pendant la trêve des confiseurs. Comme ses homologues de la zone euro, Angela Merkel, qui partira en vacances à l'issue du conseil européen de vendredi, veut éviter une nouvelle poussée de fièvre sur les marchés. Les contours exacts du mécanisme permanent de sauvetage des pays en difficulté ne devraient donc pas se préciser avant 2011. Et, pour Berlin il n'est pas question d'ici là d'augmenter le fonds de sauvetage. En attendant, le gouvernement allemand serait prêt à soutenir une augmentation de capital de la Banque centrale européenne (BCE), une mesure envisagée par l'institution.

« L'Allemagne a toujours dit qu'elle était prête à soutenir la BCE, a indiqué, mardi, un responsable gouvernemental allemand. Je n'exclus pas que (le président de la BCE, Jean-Claude Trichet) évoque le sujet au dîner de jeudi», lors du sommet des chefs d'État et de gouvernement européens à Bruxelles. Interrogé sur les motivations de la BCE, le responsable allemand a répondu : « J'imagine que la BCE espérerait renforcer ses fondations afin de montrer aux marchés qu'elle est bien capitalisée si, par exemple, elle voulait acheter d'autres obligations souveraines. »

« Pilule amère »

La BCE avait commencé au printemps à acheter des obligations de pays de la zone euro en difficulté lors de la crise grecque. À ce jour, elle a acheté pour 72 milliards d'euros d'obligations principalement grecques, irlandaises et portugaises. Les marchés suivent de très près les décisions de la BCE sur les achats de titres de dette souveraine, qui ont freiné l'envolée des coûts d'emprunt des pays périphériques de la zone euro.

L'une des options serait de doubler le capital de la BCE, qui s'élève aujourd'hui près de 5,8 milliards d'euros, sur un bilan de près de 138 milliards d'euros. Toute augmentation de capital exige le feu vert du gouvernement allemand, premier actionnaire de la BCE, avec 18,9% des parts, détenues via la Bundesbank.

Selon le député allemand Norbert Barthle, chargé des questions budgétaires à la CDU, le parti de la chancelière, « Berlin sera forcé d'avaler la pilule amère si la BCE décide d'augmenter le capital » en transférant une partie des bénéfices de la Bundesbank pour abonder le capital de la BCE. La crise de la dette dans la zone euro est particulièrement problématique pour l'Allemagne, première économie d'Europe et premier contributeur des institutions européennes. Pour Jean-Claude Trichet, une telle augmentation de capital ne permettra pas de faire l'économie d'un renforcement du fonds européen de stabilisation financière (FESF).

Lundi soir, le président de la BCE s'est de nouveau prononcé pour une augmentation du fonds de 750 milliards d'euros. « Nous réclamons un maximum de flexibilité et un maximum de capacité, quantitativement et qualitativement », a-t-il dit. Arguant que seulement 10% du fonds a été utilisé, Angela Merkel et son ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, sont tous deux opposés à son renforcement.

 

Pour en savoir plus sur la Banque centrale européenne : La Banque centrale européenne

 

 

 

 

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 18:16

Bien qu'elle ait noté une légère amélioration de l'économie américaine, la Banque centrale américaine confirme son programme de rachats de titres pour 600 milliards de dollars et son taux directeur à des niveaux quasi-nuls.

La Banque centrale américaine (Fed) reste ferme sur ses positions. Sans surprise, la Fed n'est pas revenue sur sa décision controversée du mois dernier de s'engager à racheter 600 milliards de dollars d'obligations à long terme du Trésor. Elle l'a au contraire confirmée. Et pourtant. Alors que le but de ces opérations qui créent de la monnaie est de faire baisser les taux à long terme pour inciter les ménages et les entreprises à emprunter pour consommer et investir, c'est l'inverse qui se produit : le rendement des bons à 10 ans a grimpé de 2,57 % début novembre à 3,37 % mardi.

Bien qu'elle ait noté une légère amélioration de l'économie américaine, elle a jugé que la reprise manquait de rigueur et que le chômage restait trop élevé. C'est ainsi qu'elle a maintenu son principal taux directeur dans une fourchette de 0% à 0,25%, renouvelant son engagement à maintenir des taux exceptionnellement bas pendant une période prolongée.

Après le tollé provoqué par cette politique de la « planche à billets », force est de constater que l'assouplissement monétaire menée par la Banque centrale américaine est justifiée par la remontée du taux de chômage à 9,8% en novembre, au plus haut depuis sept mois. Car la principale inquiétude de la Fed reste la déflation.

 

Dans l'attente de l'accord du Congrès sur le compromis fiscal

 

En attendant, si le chômage reste élevé, des signes laissent à penser que la croissance pourrait repartir. Le gain de 0,8 % des ventes de détail en novembre annoncé mardi le confirme, tout autant que l'accélération des exportations et la remontée des marchés américains d'actions, au plus haut depuis l'explosion de la crise financière en septembre 2008. Et une possible adoption par les Congrès du compromis fiscal négocié entre Barack Obama et les Républicains pourraient conduire la Fed à tempérer sa stimulation monétaire.

En novembre dernier, la Fed avait abaissé fortement ses prévisions de croissance pour les Etats-Unis en 2011 entre 3% et 3,6% contre 3,5% et 4,2% en juin dernier.

En attendant, le dollar se maintenait en légère baisse mardi, l'euro cotant vers 21 heures à 1,3412 dollar contre 1,3386 dollar lundi.Quant à Wall Street, les Bourses américaines poursuivaient leur progression : le Dow Jones gagnant 0,60% à 11.497 points, le Nasdaq avançant de 0,36% à 2634 points et le S&P 500 prenant 0,39% à 1245 points.

 

Lire aussi : Bernanke justifie la politique monétaire de la Fed en Europe

 

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 18:00

Il s'échange chaque jour dans le monde l'équivalent de 400 millions de dollars en yuans.

C'est la nouvelle coqueluche des marchés. Le yuan s'arrache dans le monde. Après avoir lancé, au cours de l'été dernier, un programme visant à permettre aux entreprises chinoises d'exporter et d'importer en yuans, Pékin, qui a également autorisé les banques étrangères à investir sur son marché obligataire, affichait fin 2009 un maigre bilan : seulement 527 millions de dollars d'opérations commerciales avaient été libellés en monnaie locale au bout de six mois.

Mais, depuis, l'attrait pour le yuan, qui reste sous l'étroit contrôle du gouvernement, a littéralement explosé. Au premier semestre, le volume du commerce extérieur chinois effectué dans cette monnaie a atteint 10,3 milliards de dollars. Chaque jour, 400 millions de dollars sont échangés en yuans sur les 4000 milliards de dollars de transactions quotidiennes enregistrées dans le monde. En 2015, les échanges dans cette monnaie pourraient atteindre 3000 milliards de dollars par an, selon la Banque de la construction chinoise.

« C'est un changement majeur dans le paysage de la finance internationale », prédit Norman Chan, patron de la Banque centrale de Hongkong. McDonald's et Caterpillar ont été les premières entreprises étrangères non financières à émettre des obligations en yuans, marquant selon Standard Chartered « le début d'une nouvelle source de financement pour les groupes internationaux qui veulent lever des capitaux pour leurs opérations en Chine ».

 

Payer les matières premières

 

Mercredi matin, le yuan sera, pour la première fois de son histoire, échangeable sur le marché des changes à Moscou. Un juste retour des choses puisque le rouble l'avait été sur le marché chinois fin novembre. L'opération n'est pas innocente. La Chine, qui cherche des matières premières partout dans le monde, va pouvoir les payer dans sa propre monnaie en même temps qu'elle fournira à la Russie des biens et des services facturés en yuans. Et Pékin compte bien réitérer l'expérience en Afrique, en Amérique latine et dans tous les pays riches en pétrole et en gaz.

En internationalisant progressivement leur monnaie, les Chinois stimulent les échanges avec les pays qui les intéressent le plus et cherchent à attirer des investisseurs sur leur marché obligataire. Selon certains analystes, entre 20% et 30% de leurs importations (130,4 milliards de dollars en novembre) pourraient être réalisées en yuans dans les prochaines années.

Mais le président russe Dmitri Medvedev ne s'y trompe pas, c'est aussi un moyen de « contrebalancer le poids du dollar et de l'euro ». La deuxième puissance économique mondiale derrière les États-Unis n'est « pas encore à sa place sur le marché des changes », juge un banquier de Hongkong. Elle veut peser sur la réforme du système monétaire qui se prépare dans le cadre du G20 et doit laisser, selon le président, Nicolas Sarkozy, un rôle « éminent mais pas exclusif » au billet vert.

En attendant, cette convertibilité limitée du yuan permet à Pékin de tâter le terrain de ses voisins sans remettre en question son contrôle du développement économique du pays.

Lire aussi : Pékin resserre le crédit avec prudence

 

 

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 15:55

 

Conseil d'Analyse Economique
Le Conseil d'Analyse Economique est heureux de vous informer de la parution d'un nouveau rapport sur le thème :

 

 

Evaluer la performance économique, le bien-être et la soutenabilité

 


Cette lettre résume un rapport rédigé conjointement par des membres du Conseil d'analyse économique et de son homologue en Allemagne, le Conseil allemand des experts en économie.

 

Ce travail demandé par la Chancelière fédérale d'Allemagne Mme Angéla Merkel et par le Président de la République française M. Nicolas Sarkozy leur a été remis le 10 décembre 2010.

 

Il sera édité à la Documentation française. Documentation française.

Le rapport peut également être téléchargé.


Les précédentes lettres du CAE peuvent être consultées et téléchargées en cliquant ici





Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 15:31

Les ministres du Commerce du G5 – UE, Etats-Unis, Chine, Brésil et Inde – se réuniront début 2011 pour tenter de faire progresser les négociations OMC du round de Doha. Le commissaire européen Karel De Gucht devrait être l’hôte de la rencontre.

De son côté, le directeur général de l’OMC, Pascal Lamy, veut lui aussi donner un coup d’accélérateur à des négociations qui, si elles progressent au plan technique, reste dans l’impasse au plan politique depuis l’échec de la réunion ministérielle de Genève en juillet 2008. Lors d’une réunion avec les ambassadeurs des 153 délégations, le « patron » de l’OMC a appelé les pays membres à profiter de l’élan politique donné par le G20 de Séoul et à saisir l’opportunité qu’offre 2011 pour achever un round lancé en 2001.

M. Lamy table sur de nouveaux textes de compromis révisés dans tous les chapitres de la négociation (agriculture, produits manufacturés, services) pour la fin du premier trimestre 2011.

Le président américain, Barack Obama, a pour sa part indiqué aux dirigeants européens, à l’occasion du sommet UE/Etats-Unis du 20 novembre, qu’il était prêt à soumettre au Congrès un compromis multilatéral qui serait, selon lui, plus facile à faire accepter par les représentants et sénateurs que des accords bilatéraux, à condition que les grands économies émergentes fassent de nouvelles concessions.

 

Source : Agence Europe

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 12:42

(interview) A quelques jours de la prise de fonction de la présidence hongroise de l’union européenne, le Ministre de la Défense de Hongrie, Csaba Hende, explique ses priorités et son opinion sur les évolutions actuelles de la politique extérieure.

La présidence tournante assurera un rôle dans l’ombre de la Haute représentante qui a, normalement, la haute main sur les questions de politique étrangère et de défense. Mais la défense reste un domaine où le pouvoir souverain des Etats membres est sensible. Le rôle et le pouvoir d’impulsion d’une présidence n’est donc pas somme toute pas négligeable. Le ministre résume cette position comme une « supporting-presidency ». Parmi les priorités de la présidence, on sent pointer la nécessité du « pooling and sharing » qui tendent à devenir les deux mamelles de la PSDC. La Hongrie considère le papier suédo-allemand comme une bonne base de départ. Le Ministre avance aussi la nécessité de promouvoir la formation, et présente quelques options pour améliorer l’utilisation des battlegroups (financement, C2, commandement et contrôle). Ses réponses sur le service européen d’action extérieure sont intéressantes ; on sent bien comment pour les pays, qui n’ont pas un grand réseau diplomatique, nombreuses sont les attentes sur ce nouveau Service.

Les priorités: pooling and sharing (encore et toujours)

Avec le nouveau Traité de Lisbonne, quel rôle a la présidence hongroise ?

Dans le nouveau contexte institutionnel, effectivement, la Hongrie se prépare à un rôle peu traditionnel pour une présidence. Nous voulons agir plutôt comme une « présidence de soutien » (supporting-presidency). Le leadership, c’est le Haut Représentant qui l’a. Et nous avons l’intention d’agir sous sa direction. En tant que « présidence de soutien », notre objectif principal est de promouvoir l’intégration européenne de la défense, de renforcer la PSDC et de faire avancer la mise en œuvre des dispositions du traité de Lisbonne sur la PSDC.

Durant ses six mois, quelles sont vos priorités ?

Outre la gestion efficace des opérations en cours, notre priorité c’est le développement des capacités militaires, avec un accent particulier mis sur la mutualisation et le partage. À notre avis, il est très important de considérer la crise budgétaire comme une opportunité ou un catalyseur pour améliorer la coopération entre les Etats membres de l’UE dans le domaine de la défense européenne. Le traité de Lisbonne ouvre aussi de nouvelles perspectives et offre de nouvelles possibilités de coopération dans le domaine de la PSDC. Nous devons les examiner avec soin. Nous considérons qu’il est également important de faire des progrès dans le domaine de la formation PSDC.

Enfin, la coopération entre l’UE et l’OTAN est, une question très importante pour nous. Et nous avons pour objectif d’utiliser de façon plus efficace les enceintes existantes pour les discussions. Nous tenons à faire avancer les travaux sur les propositions de la Haute représentante.

Quel est votre avis sur le papier germano-suédois « Pooling and sharing » (mutualisation et partage) ?

Nous avons, tous, des budgets très limités. Il est donc impératif d’identifier les domaines où nous pouvons aller de l’avant en utilisant des solutions rentables et innovantes. La mise en commun et le partage est l’une de ces méthodes, par conséquent, cette question est une de nos priorités. Nous croyons que le papier germano-suédois sur la mutualisation et le partage constitue une bonne base pour une réflexion plus poussée et présente des voies envisageables pour l’avenir.

.../...

Pour la suite de cet entretien, voir : http://www.bruxelles2.eu/defense-ue/defense-ue-droit-doctrine-politique/csaba-hende-ministre-de-la-defense-hongrois.html

 

 

 

 

Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories