Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 00:08

Food for Thought

Berlin and Stockholm, November 2010

European Imperative
Intensifying Military Cooperation in Europe
“Ghent Initiative”

 

In a world of growing complexity, some nations face the challenges of balancing political ambitions and force structures on the one hand and available resources on the other. Given the steady increase in both investment and operational costs in the defence sector, combined with declining defence budgets, it will be difficult for some nations to sustain all military capabilities needed without cooperating. There are great profits to be made by finding ways of sharing expenses and burdens. This has already been proved by existing bilateral, regional and European cooperation.
Following our discussion in Ghent on strengthening Europe’s military capabilities, and building on existing examples of cooperation, Germany and Sweden intend to profit from the momentum by proposing a new initiative on increased European defence cooperation. The goal of the initiative is to preserve and enhance national operational capabilities – with improved effect, sustainability, interoperability and cost efficiency as a result. It could even make possible a broadening of military capabilities.
Our cooperation should therefore be  brought forward by identifying areas of cooperation,  with the purpose to spend resources within Europe more efficiently and to maintain a broad array of military capabilities to ensure national political ambitions as well as Europe’s ability to act credibly in crises.

1. Approach
To meet European ambitions and to achieve, maintain and further develop a broad capability spectrum, we must identify new fields for intensified multinational cooperation. This requires a thorough and systematic analysis of military capabilities and support structures  by all EU Member States (MS) along the following categories:

Category 1: Capabilities and support structures  that are deemed essential for individual nations and therefore  maintained on a strictly national level limiting cooperation to find measures in order to increase interoperability. Without anticipating the results of national  reviews, which may differ from country to country, capabilities such as  combat, combat support and combat service support forces, intelligence, fighter airplanes and war ships could serve as an example within this category.

Category 2: Capabilities and support structures where closer cooperation is possible without creating too strong dependencies. This could be summarized under the idea of pooling. Examples within this category could be non deployable support forces and operational training forces as well as selected capabilities such as  strategic (SAC) and tactical (EATF) airlift and logistics capabilities.

Category 3: Capabilities and support structures  where mutual dependency and reliance upon European partners is acceptable in an  international role- and task-sharing framework, for example support structures required for education, training and exercises or long-term capability development  such as military academies, test and evaluation facilities and pilot training as well as capabilities related to tasks such as aerial and maritime surveillance as SUCBAS, or other niche capabilities.
2. Criteria
When identifying future areas of cooperation, the following criteria should be taken into
consideration.
Operational effectiveness: Does the common activity lead to the same or  higher degree of operational effectiveness – i.e. in a way that present capabilities can be sustained and/or future capabilities can be developed?

Economic efficiency: Does the common activity lead to an economically constant or even more efficient use of resources compared to a national approach?

Political implications: What are the political implications of bi- and multinational cooperation in each particular field?

3. Instruments

There are a number of different instruments possible if all criteria are met.

Improvement of interoperability provides most political and operational flexibility. It allows a flexible case by case use of national capability modules together in different operational scenarios, including EUBG, taking into account each nations individual political circumstances.

Pooling of capabilities is one way to increase efficiency and cost-effectiveness. The aim is to create synergies for all partners without creating dependencies for any single MS. Ownership of assets, command structure, processes and national caveats have to be agreed by all participating members.

Another instrument is role- and task-sharing, where national capabilities are made available to other partners. In contrast to pooling, role- and task-sharing covers a wide variety of provisions, based on national decisions of which capabilities that should be kept on a national basis or be provided by or together with others. Modalities of providing these capabilities have to be agreed by all participating MS.

4. Possible Areas for Increased Cooperation

The following fields might serve as possible areas for increased cooperation.

Harmonisation of Military Requirements: To achieve a common basis for cooperation, national capability goals and the Headline Goal 2010 should be harmonised, together with other capability development plans through commonly defined military requirements (via Common Staff Target (CST) and Common Staff Requirement (CSR)). Specific national requirements should, to the extent possible, be avoided or carefully weighed against an increase in complexity, costs and other factors.

Research & Development: R&D are crucial for improving existing capabilities and developing new ones. Non-recurrent costs are significant, regardless of future acquisition volumes. Co-ordination and cooperation in this field thus offers a high degree of improving efficiency.
Acquisition : By bundling national demand, potential savings could be realised through economies of scale. The harmonisation of military requirements and awarding of contracts on a competitive basis, are two preconditions for realising such cost-effectiveness. This requires an appropriate regulatory framework as well as close co-ordination between EU MS with regard to their respective national industrial bases in order to sustain a high degree of defence industrial competence on European level.
 

Training and exercises: Given decreasing numbers of forces in Europe, every opportunity to pool or share the required training facilities for common operation and funding should be utilized. This could have the dual benefit of savings and increased interoperability. Harmonisation of training and teaching contents are a prerequisite to this type of cooperation. This could also include an increased use of common exercises.

Command Structures and procedures: Establishing common command structures and procedures would offer the potential of increased interoperability and real savings, on a regional as well as European level.

Operating Costs: Given current operational commitments, the provision of expensive assets (such as strategic reconnaissance, strategic or tactical lift or exclusive national support elements) is a prime area for increased cooperation. The same is true in regards to logistics, where common solutions could create savings and offer the potential for greater synergies.

5. The Way Ahead

To put intensified military cooperation into practice, each member state should first conduct a systematic analysis of its national military capabilities and support structures according to the three categories.

The political will to commit to this rigorous national analysis should be spelled out by a ministerial guidance by Defence Ministers at the 9 December 2010 Foreign Affairs Council, with a view to structuring the process as well as the timelines.

Second, national analyses, which should be concluded in the first half of 2011, should be consolidated by relevant EU bodies . This should result in a European state of play of national capability plans and clarify possible areas for cooperation, to be presented to the Ministers for Defence.

Third, member states will then have to determine what national actions to take and identify adequate partners for cooperation in specific areas.

Fourth, the relevant EU bodies, in particular the EDA, in close cooperation with other organisations may act as facilitators to co-ordinate and possibly link the various initiatives in light of a common EU level of ambition, should the member states wish to do so.

 

Repost 0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 23:56

Comment soulever le voile ? Percer l'épais mystère qui entoure Pyongyang à l'heure d'un délicat processus de succession à sa tête ? Les diplomates américains consultent beaucoup pour tenter de décrypter les évolutions du régime de la Corée du Nord, dynastie stalino-nationaliste dont les foucades nucléaires inquiètent l'ensemble de l'Extrême-Orient, et au-delà. Les avis des Sud-Coréens, des Chinois et des Russes sont particulièrement sollicités.

La plupart des analyses rassemblées par les Américains convergent : le durcissement du comportement extérieur de Pyongyang (tirs de missile et essai nucléaire du printemps 2009, torpillage en mars 2010 de la corvette sud-coréenne Cheonan imputé à la Corée du Nord par une commission d'enquête internationale) est directement lié aux aléas de la transition dynastique en cours au sommet du régime.

Ce processus de succession, précipité par l'accident cérébral dont le "grand dirigeant" Kim Jong-il a été la victime l'été 2008, domine de manière écrasante l'agenda nord-coréen. En avril 2009, l'ambassade américaine de Moscou reçoit un diplomate russe travaillant sur le dossier nord-coréen. L'intransigeance de Pyongyang sur la question nucléaire et son agressivité à l'égard du Sud, analyse ce dernier, visent "à masquer une lutte interne pour la succession" selon un document obtenu par WikiLeaks et révélé par Le Monde. A la même époque, l'ambassade américaine de Séoul débat du même sujet avec un officier supérieur sud-coréen dont la mission est de décoder les arcanes de Pyongyang.

La conversation porte sur la mise en scène de diverses initiatives de la hiérarchie militaire par la propagande du régime. Les généraux du Nord, analyse le Sud-Coréen, sont conviés à s'afficher pour envoyer un "message d'ordre" au pays à l'heure où des manifestations de mécontentement ont été signalées. "Pour damer toute dissidence interne, il faut créer de la tension extérieure", affirme l'officier sud-coréen. Faut-il prendre au sérieux ces rumeurs de malaise intérieur ? Le même interlocuteur sud-coréen se fait l'écho d'une "insatisfaction au sein de certains groupes de l'élite, qui sont au courant des réformes économiques en Chine et au Vietnam et se demandent pourquoi la situation de la Corée du Nord, elle, se détériore".

Un scénario pour consacrer les débuts de l'héritier 

En janvier 2010, un autre haut-responsable sud-coréen va même jusqu'à rapporter à la mission américaine de Séoul qu'"un nombre non spécifié d'officiels nord-coréens de rang élevé en poste à l'étranger ont récemment fait défection au profit de la Corée du Sud".

Au même moment, un civil chinois familier de la Corée du Nord rencontré par le consulat américain d'une ville de Chine se fait l'écho d'informations similaires. Il raconte que, suite à une défection, tous les étudiants et scientifiques nord-coréens séjournant en Chine ont été rappelés au pays, signe de la "paranoïa" de Kim Jong-il. Mais le durcissement externe ne viserait pas qu'à désamorcer les oppositions internes. Il constituerait aussi un préalable à une future discussion avec les Etats-Unis, dont Pyongyang escompte des "garanties de sécurité" vitales pour sa survie.

"Il faut d'abord faire monter la pression pour créer un besoin de dialogue", note l'officier sud-coréen rencontré par la mission américaine de Séoul en avril 2009. Les Chinois partagent cet avis. A Pékin, un officiel chinois explique aux diplomates américains en juin 2009 que Kim Jong-il a décidé de provoquer une "escalade de la tension avec les Etats-Unis" afin de permettre à son successeur présumé – son fils cadet Kim Jong-un [à l'époque non encore officiellement adoubé] – de "sauter dans le train pour soulager la pression".

Un "État tampon" entre la Chine et la Corée du Sud

Bref, un scénario minutieusement réglé pour consacrer les débuts de l'héritier. Mais au-delà de ces manœuvres tactiques, quid de l'avenir du régime ? Le scénario le plus catastrophiste offert aux diplomates américains émane d'un vice-ministre sud-coréen. En février 2010 à Séoul, ce dernier confie à ses interlocuteurs : "La Corée du Nord s'est déjà effondrée économiquement. Elle s'effondrera politiquement deux ou trois ans après la mort de Kim Jong-il."

Seul soutien extérieur du régime, Pékin "ne pourra l'empêcher", souligne le même vice-ministre. Les Chinois font évidemment passer le message inverse. "Les experts américains ne devraient pas présumer que la Corée du Nordhttp://www.lemonde.fr/international/article/2010/11/29/wikileaks-decoder-la-coree-du-nord-a-l-aune-de-la-transition-dynastique_1446607_3210.html s'effondrera après la mort de Kim Jong-il" met en garde l'officiel chinois rencontré à Pékin en juin 2009.

Mais la position chinoise n'est pas aussi monolithique qu'elle en a l'air. Officiellement, l'orthodoxie de Pékin sur l'avenir de la péninsule coréenne est la défense du statu quo qui, à travers l'existence de la Corée du Nord, permet d'installer un "Etat tampon" entre la Chine et la Corée du Sud pro-américaine. Selon le vice-ministre sud-coréen rencontré par la mission américaine de Séoul en février 2010, certains officiels chinois sont toutefois plus ouverts – bien sûr en privé – sur une perspective finale de réunification. Ces responsables chinois, note-t-il, "sont prêts à admettre la nouvelle réalité que la Corée du Nord n'a plus qu'une valeur limitée d''Etat tampon' pour Pékin" et que les deux Etats devraient donc être "réunifiés" sous les couleurs du Sud.

La Chine s'y résoudrait, poursuit le vice-ministre sud-coréen citant ses sources chinoises, mais elle ne saurait accepter la présence de troupes américaines au nord de l'actuelle frontière. En outre, la nouvelle Corée réunifiée ne devra manifester en aucune manière d' "hostilité " à l'égard de la Chine. La révélation de cette école de pensée au sein de la diplomatie chinoise montre que Pékin dispose déjà d'un plan B au cas où son fidèle allié du Nord viendrait à disparaître.

 

Source : http://www.lemonde.fr/international/article/2010/11/29/wikileaks-decoder-la-coree-du-nord-a-l-aune-de-la-transition-dynastique_1446607_3210.html

 

 

 

Repost 0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 12:26

In order to enable the European Union fully to assume its responsabilities for crisis management, the European Council (Nice, December 2000) decided to establish permanent political and military structures.

These structures are:

The Political and Security Committee (PSC) meets at the ambassadorial level as a preparatory body for the Council of the EU. Its main functions are keeping track of the international situation, and helping to define policies within the Common Foreign and Security Policy (CFSP) including the CSDP. It prepares a coherent EU response to a crisis and exercises its political control and strategic direction.

The European Union Military Committee (EUMC) is the highest military body set up within the Council. It is composed of the Chiefs of Defence of the Member States, who are regularly represented by their permanent military representatives. The EUMC provides the PSC with advice and recommendations on all military matters within the EU.

In parallel with the EUMC, the PSC is advised by a Committee for Civilian Aspects of Crisis Management (CIVCOM). This committee provides information, drafts recommendations, and gives its opinion to the PSC on civilian aspects of crisis management.

The European Union Military Staff (EUMS) composed of military and civilian experts seconded to the Council Secretariat by the Member States and officials of the Council General Secretariat.

The Civilian Planning and Conduct Capability (CPCC), which is part of the Council Secretariat, is the permanent structure responsible for an autonomous operational conduct of civilian CSDP operations. Under the political control and strategic direction of the Political and Security Committee and the overall authority of the High Representative, the CPCC ensures the effective planning and conduct of civilian CSDP crisis management operations, as well as the proper implementation of all mission-related tasks.

 

Key documents:

COUNCIL DECISION of 22 January 2001
setting up the Political and Security Committee

COUNCIL DECISION of 22 January 2001
setting up the Military Committee of the European Union

COUNCIL DECISION of 10 May 2005
on the establishment of the Military Staff of the European Union

 

Source : http://www.consilium.europa.eu/showPage.aspx?id=279&lang=fr

 

 

Repost 0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 11:35

Cet article fait suite à l'article intitulé : Les principaux éléments de la réglementation européenne relative aux politiques et actions structurelles de l’Union pour la période 2007 - 2013

 

Approche stratégique pour la Cohésion

  

En vertu des dispositions du Titre II du règlement (CE) n° 1083/2006 du Conseil du 11 juillet 2006 portant dispositions générales sur le Fonds européen de développement régional, le Fonds social européen et le Fonds de cohésion, l’approche stratégique pour la Cohésion se définit comme suit :

 

CHAPITRE I : Orientations stratégiques de la Communauté pour la cohésion

Article 25 : Contenu

Le Conseil établit au niveau de la Communauté des orientations stratégiques concises pour la cohésion économique, sociale et territoriale définissant un cadre indicatif pour l'intervention des Fonds, compte tenu des autres politiques communautaires pertinentes.

Pour chacun des objectifs des Fonds, ces orientations transposent notamment les priorités de la Communauté afin de promouvoir son développement harmonieux, équilibré et durable, comme mentionné à l'article 3, paragraphe 1.

Ces orientations sont établies en tenant compte des lignes directrices intégrées comprenant les grandes orientations des politiques économiques et les lignes directrices pour l'emploi, adoptées par le Conseil conformément aux procédures prévues aux articles 99 et 128 du traité.

Article 26 : Adoption et révision

La Commission propose, à la suite d'une coopération étroite avec les États membres, les orientations stratégiques de la Communauté pour la cohésion visées à l'article 25 du présent règlement. Ces orientations stratégiques sont adoptées selon la procédure prévue à l'article 161 du traité, au plus tard le 1er février 2007. Les orientations stratégiques de la Communauté

pour la cohésion sont publiées au Journal officiel de l'Union européenne.

Les orientations stratégiques de la Communauté pour la cohésion peuvent faire l'objet, à la suite d'une coopération étroite avec les États membres, d'une révision à mi-parcours selon la procédure prévue au premier alinéa si cela s'impose pour tenir compte de tout changement important dans les priorités de la Communauté.

La révision à mi-parcours des orientations stratégiques de la Communauté pour la cohésion n'entraîne aucune obligation pour les États membres de réviser soit les programmes opérationnels, soit leur cadre de référence stratégique national.

 

CHAPITRE II : Cadre de référence stratégique national

Article 27 : Contenu

1. L'État membre présente un cadre de référence stratégique national qui assure la cohérence des interventions des Fonds avec les orientations stratégiques de la Communauté pour la cohésion et identifie le lien entre les priorités de la Communauté, d'une part, et le programme national de réforme, d'autre part.

2. Chaque cadre de référence stratégique national constitue un instrument de référence pour préparer la programmation des Fonds.

3. Le cadre de référence stratégique national s'appliquera à l'objectif convergence et à l'objectif compétitivité régionale et emploi. Il peut également, si un État membre le décide, s'appliquer à l'objectif coopération territoriale européenne, sans préjudice des choix ultérieurs effectués par les autres États membres concernés.

4. Le cadre de référence stratégique national contient les éléments suivants :

a) une analyse des disparités, des retards et du potentiel de développement, en tenant compte des tendances de l'économie européenne et mondiale ;

b) la stratégie retenue sur la base de cette analyse, y compris les priorités thématiques et territoriales. Le cas échéant, ces priorités incluent des actions relatives au développement urbain durable, à la diversification des économies rurales et aux zones dépendant de la pêche ;

c) la liste des programmes opérationnels pour les objectifs convergence et compétitivité régionale et emploi ;

d) une description de la manière dont les dépenses au titre des objectifs convergence et compétitivité régionale et emploi contribueront aux priorités de l'UE en matière de promotion de la compétitivité et de création d'emplois, y compris en vue de réaliser les objectifs des lignes directrices intégrées pour la croissance et l'emploi 2005-2008, comme prévu à l'article 9, paragraphe 3 ;

e) la dotation annuelle indicative de chaque Fonds par programme ;

f) pour les régions relevant de l'objectif convergence uniquement :

i) l'action envisagée pour renforcer l'efficacité administrative de l'État membre ;

ii) le montant de l'enveloppe financière annuelle totale prévue au titre du FEADER et du FEP ;

iii) les informations nécessaires pour la vérification ex ante du respect du principe d'additionnalité visé à l'article 13 ;

g) pour les États membres éligibles au Fonds de cohésion en vertu de l'article 5, paragraphe 2, et de l'article 8, paragraphe 3, des informations sur les mécanismes visant à assurer la coordination des programmes opérationnels entre eux et la coordination entre ces derniers et le FEADER, le FEP, ainsi que, le cas échéant, les interventions de la BEI et d'autres instruments financiers existants.

5. En outre, le cadre de référence stratégique national peut également contenir, le cas échéant :

a) la procédure de coordination entre la politique de cohésion de la communauté et les politiques nationales, sectorielles et régionales pertinentes de l'État membre concerné ;

b) pour les États membres autres que ceux qui sont visés au paragraphe 4, point g), des informations sur les mécanismes visant à assurer la coordination des programmes opérationnels entre eux et la coordination entre ces derniers et le FEADER, le FEP, ainsi que les interventions de la BEI et d'autres instruments financiers existants.

6. Les informations contenues dans le cadre de référence stratégique national tiennent compte des spécificités institutionnelles de chaque État membre.

...

Article 28 : Élaboration et adoption

1. Le cadre de référence stratégique national est élaboré par l'État membre en accord avec les partenaires concernés visés à l'article 11, conformément à la procédure qu'il juge la plus appropriée et avec sa structure institutionnelle. Il couvre la période du 1er janvier 2007 au 31 décembre 2013.

L'État membre élabore le cadre stratégique de référence national en concertation avec la Commission afin d'assurer une approche commune.

2. Chaque État membre transmet le cadre de référence stratégique national à la Commission dans un délai de cinq mois à compter de l'adoption des orientations stratégiques de la Communauté pour la cohésion. La Commission prend note de la stratégie nationale et des thèmes prioritaires retenus pour l'intervention des Fonds et fait les observations qu'elle juge appropriées dans un délai de trois mois à compter de la date de réception du cadre.

L'État membre peut présenter simultanément le cadre de référence stratégique national et les programmes opérationnels visés à l'article 32.

3. Avant l'adoption des programmes opérationnels visée à l'article 32, paragraphe 5, ou au moment de leur adoption, la Commission prend, après consultation de l'État membre, une décision portant sur :

a) la liste des programmes opérationnels visés à l'article 27, paragraphe 4, point c) ;

b) la dotation annuelle indicative de chaque Fonds par programme visée à l'article 27, paragraphe 4, point e) ; et c) pour le seul objectif convergence, le niveau des dépenses garantissant le respect du principe d'additionnalité visé à l'article 15 et l'action envisagée pour renforcer l'efficacité administrative visée à l'article 27, paragraphe 4, point f) i).

CHAPITRE III : Suivi stratégique

Article 29 : Rapports stratégiques des États membres

1. Pour la première fois en 2007, chaque État membre inclut dans son rapport annuel sur la mise en oeuvre du programme national de réforme une section concise concernant la contribution des programmes opérationnels cofinancés par les Fonds à la mise en oeuvre du programme national de réforme.

2. Pour la fin de 2009 et de 2012 au plus tard, les États membres communiquent un rapport concis comprenant des informations sur la contribution des programmes cofinancés par les Fonds :

a) à la réalisation des objectifs de la politique de cohésion définis par le traité ;

b) à l'exécution des missions des Fonds telles que décrites dans le présent règlement ;

c) à la mise en oeuvre des priorités détaillées dans les orientations stratégiques de la Communauté pour la cohésion visées à l'article 25 et précisées par le cadre de référence stratégique national visé à l'article 27;

d) à la réalisation de l'objectif en matière de promotion de la compétitivité et de création d'emplois et aux progrès en vue de réaliser les objectifs des lignes directrices intégrées pour la croissance et l'emploi 2005-2008, comme prévu à l'article 9, paragraphe 3.

3. Chaque État membre définit le contenu du rapport visé au paragraphe 2, en vue de mettre en évidence :

a) la situation et l'évolution socio-économiques ;

b) les réalisations, les enjeux et les perspectives en ce qui concerne la mise en oeuvre de la stratégie convenue ; et

c) des exemples de bonne pratique.

4. Les références faites dans le présent article au programme national de réforme visent les lignes directrices intégrées pour la croissance et l'emploi 2005-2008 et s'appliquent également

aux orientations équivalentes décidées par le Conseil européen.

Article 30 : Rapport stratégique de la Commission et débat sur la politique de cohésion

1. Pour la première fois en 2008 et ensuite chaque année, la Commission inclut, dans son rapport annuel destiné au Conseil européen de printemps, une section résumant les rapports des États membres visés à l'article 29, paragraphe 1, en particulier les progrès accomplis dans la réalisation des priorités de l'Union européenne en matière de promotion de la compétitivité et de création d'emplois, y compris en vue de réaliser les objectifs des lignes directrices intégrées pour la croissance et l'emploi 2005-2008, comme prévu à l'article 9, paragraphe 3.

2. En 2010 et en 2013, au plus tard pour le 1er avril, la Commission élabore un rapport stratégique résumant les rapports des États membres visés à l'article 29, paragraphe 2.

Au besoin, ce rapport est intégré au rapport visé à l'article 159 du traité, dont il constitue une section distincte.

3. Le Conseil examine le rapport stratégique visé au paragraphe 2 dans les meilleurs délais après sa publication. Ce rapport est soumis au Parlement européen, au Comité économique et social européen et au Comité des régions, qui sont invités à organiser un débat à son sujet.

Article 31 : Rapport sur la cohésion

1. Le rapport de la Commission visé à l'article 159 du traité comprend notamment :

a) un bilan des progrès accomplis dans la réalisation de la cohésion économique et sociale, y compris la situation et l'évolution socio-économiques des régions, et la prise en compte des priorités de la Communauté ;

b) un bilan du rôle des Fonds, de la BEI et des autres instruments financiers, ainsi que l'effet des autres politiques communautaires et nationales sur les progrès réalisés.

2. Le rapport contient également, le cas échéant :

a) des propositions concernant les mesures et les politiques communautaires qui devraient être adoptées pour renforcer la cohésion économique et sociale;

b) des propositions d'adaptation des orientations stratégiques de la Communauté pour la cohésion en fonction de l'évolution de la politique communautaire.

 

Repost 0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 10:03

Les principaux éléments de la réglementation européenne relative aux politiques et actions structurelles de l’Union

pour la période 2007 - 2013

 

Les objectifs et règles générales d’intervention des Fonds structurels et de cohésion pour la période 2007 – 2013

En vertu des dispositions du Titre I du règlement (CE) n° 1083/2006 du Conseil du 11 juillet 2006 portant dispositions générales sur le Fonds européen de développement régional, le Fonds social européen et le Fonds de cohésion, les objectifs et règles générale d’intervention de ces Fonds dans les territoires des Etats membres sont les suivants :

CHAPITRE I : Champ d'application et définitions

Article premier : Objet

Le présent règlement établit les règles générales régissant le Fonds européen de développement régional (FEDER), le Fonds social européen (FSE) (ci-après dénommés: « les Fonds structurels »), ainsi que le Fonds de cohésion, sans préjudice des dispositions spécifiques prévues dans le règlement (CE) n°1080/2006, dans le règlement (CE) n° 1081/2006 et dans le règlement (CE) n° 1084/2006.

Le présent règlement définit les objectifs auxquels les Fonds structurels et le Fonds de cohésion (ci-après dénommés les « Fonds ») doivent contribuer, les critères d'éligibilité des États membres et régions à ces Fonds, les ressources financières disponibles et les critères présidant à leur répartition.

Le présent règlement définit le cadre dans lequel s'inscrit la politique de cohésion, y compris la méthode d'établissement des orientations stratégiques de la Communauté pour la cohésion, du cadre de référence stratégique national et du processus d'examen au niveau de la Communauté.

À cette fin, le présent règlement fixe les principes, les règles de partenariat, de programmation, d'évaluation, de gestion, y compris financière, de suivi et de contrôle sur la base d'un partage de responsabilités entre les États membres et la Commission.

Article 2 : Définitions

Aux fins du présent règlement, on entend par :

1) «programme opérationnel»: un document soumis par un État membre et adopté par la Commission définissant une stratégie de développement selon un ensemble cohérent de priorités, pour la réalisation duquel il est fait appel à un Fonds ou, dans le cadre de l'objectif convergence, au Fonds de cohésion et au FEDER ;

2) «axe prioritaire»: une des priorités de la stratégie retenue dans un programme opérationnel consistant en un groupe d'opérations liées entre elles et ayant des objectifs spécifiques mesurables ;

3) «opération»: un projet ou un groupe de projets sélectionné par l'autorité de gestion du programme opérationnel concerné ou sous sa responsabilité selon les critères fixés par le Comité de suivi et mis en oeuvre par un ou plusieurs bénéficiaires en vue de réaliser les objectifs de l'axe prioritaire auquel il est rattaché ;

...

Article 9 : Complémentarité, cohérence, coordination et conformité

1. Les Fonds interviennent en complément des actions nationales, y compris les actions au niveau régional et local, en y intégrant les priorités de la Communauté.

2. La Commission et les États membres veillent à la cohérence des interventions des Fonds avec les actions, politiques et priorités de la Communauté et à la complémentarité avec d'autres instruments financiers communautaires. Cette cohérence et cette complémentarité apparaissent notamment dans les orientations stratégiques de la Communauté pour la cohésion, dans le cadre de référence stratégique national et dans les programmes opérationnels.

3. L'intervention cofinancée par les Fonds est ciblée sur les priorités de l'Union européenne en matière de promotion de la compétitivité et de création d'emplois, y compris en vue de réaliser les objectifs des lignes directrices intégrées pour la croissance et l'emploi 2005-2008 définies par la décision 2005/600/CE du Conseil (JO L 205 du 6.8.2005, p. 21). À cette fin, la Commission et les États membres, dans le respect de leurs compétences respectives, veillent à ce que 60 % des dépenses pour l'objectif convergence et 75 % des dépenses pour l'objectif compétitivité régionale et emploi de tous les États membres de l'Union européenne telle qu'elle était composée avant le 1er mai 2004 soient dévolus aux priorités visées ci-dessus. Ces objectifs, basés sur les catégories de dépenses figurant à l'annexe IV, s'entendent comme une moyenne sur l'ensemble de la période de programmation.

Pour que les spécificités nationales, y compris les priorités recensées dans le programme national de réforme de chaque État membre concerné, soient prises en compte, la Commission

et chaque État membre concerné peuvent décider de compléter d'une manière appropriée la liste des catégories figurant à l'annexe IV.

Chaque État membre concerné contribue auxdits objectifs.

De leur propre initiative, les États membres qui ont adhéré à l'Union le 1er mai 2004 ou ultérieurement peuvent décider d'appliquer les présentes dispositions.

4. Dans le respect de leurs compétences respectives, la Commission et les États membres assurent la coordination entre les interventions des Fonds, le FEADER, le FEP, les interventions de la BEI et des autres instruments financiers existants.

5. Les opérations financées par les Fonds sont conformes aux dispositions du traité et des actes arrêtés en vertu de celui-ci.

Article 10 : Programmation

Les objectifs des Fonds sont poursuivis dans le cadre d'une programmation pluriannuelle effectuée en plusieurs étapes, portant sur l'identification des priorités, le financement et le système de gestion et de contrôle.

Article 11 : Partenariat

1. Les objectifs des Fonds sont poursuivis dans le cadre d'une coopération étroite (ci-après dénommée «partenariat»), entre la Commission et chaque État membre. Chaque État membre

organise, au besoin et conformément aux règles et pratiques nationales en vigueur, un partenariat avec les autorités et les organismes tels que :

a) les autorités régionales, locales, urbaines et autres autorités publiques compétentes ;

b) les partenaires économiques et sociaux ;

c) tout autre organisme approprié représentant la société civile, des partenaires environnementaux, des organisations non gouvernementales et les organismes chargés de la promotion de l'égalité entre les hommes et les femmes.

L'État membre désigne les partenaires les plus représentatifs aux niveaux national, régional, local et dans les domaines économique, social, environnemental ou autre (ci-après dénommés

«partenaires»), conformément aux règles et pratiques nationales, en tenant compte de la nécessité de promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes ainsi que le développement durable par l'intégration des exigences en matière de protection et d'amélioration de l'environnement.

2. Le partenariat est conduit dans le plein respect des compétences institutionnelles, juridiques et financières respectives de chaque catégorie de partenaires visée au paragraphe 1.

Le partenariat porte sur l'élaboration, la mise en oeuvre, le suivi et l'évaluation des programmes opérationnels. Les États membres associent, au besoin, chacun des partenaires concernés, et notamment les régions, aux différentes étapes de la programmation dans le respect du délai fixé pour chacune d'elles.

3. Chaque année, la Commission consulte les organisations représentant les partenaires économiques et sociaux au niveau européen sur l'intervention des Fonds.

Article 12 : Niveau territorial de mise en oeuvre

La mise en oeuvre des programmes opérationnels visés à l'article 32 relève de la responsabilité des États membres au niveau territorial approprié selon le système institutionnel propre à chaque État membre. Cette responsabilité s'exerce conformément au présent règlement.

Article 13 : Intervention proportionnelle

1. Les ressources financières et administratives utilisées par la Commission et les États membres pour la mise en oeuvre des Fonds en ce qui concerne:

a) le choix des indicateurs prévus à l'article 37, paragraphe 1, point c) ;

b) l'évaluation visée aux articles 47 et 48 ;

c) les principes généraux des systèmes de gestion et de contrôle visés à l'article 58, points e) et f) ;

d) l'établissement des rapports visé à l'article 67, sont proportionnelles au montant total des dépenses afférentes à un programme opérationnel.

2. En outre, des dispositions spécifiques relatives à la proportionnalité pour ce qui concerne les contrôles figurent à l'article 74 du présent règlement.

Article 14 : Gestion partagée

1. Le budget de l'Union européenne alloué aux Fonds est exécuté dans le cadre de la gestion partagée entre les États membres et la Commission, au sens de l'article 53, paragraphe 1, point b), du règlement (CE, Euratom) n° 1605/2002 du Conseil du 25 juin 2002 portant règlement financier applicable au budget général des Communautés européennes (JO L 248 du 16.9.2002, p. 1.), à l'exception de l'assistance technique visée à l'article 45 du présent règlement.

Le principe de la bonne gestion financière s'applique conformément à l'article 48, paragraphe 2, du règlement (CE, Euratom) n° 1605/2002.

2. La Commission assume ses responsabilités d'exécution du budget général de l'Union européenne selon les dispositions suivantes :

a) elle s'assure de l'existence et du bon fonctionnement des systèmes de gestion et de contrôle dans les États membres conformément aux procédures décrites aux articles 71, 72 et 73 ;

b) elle interrompt ou suspend tout ou partie des paiements conformément aux articles 91 et 92 en cas d'insuffisance des systèmes nationaux de gestion et de contrôle, et applique toute autre correction financière requise, conformément aux procédures décrites aux articles 100 et 101 ;

c) elle s'assure du remboursement des acomptes et procède au dégagement d'office des engagements budgétaires conformément aux procédures prévues à l'article 82, paragraphe 2, et aux articles 93 à 97.

Article 15 : Additionnalité

1. La contribution des Fonds structurels ne se substitue pas aux dépenses structurelles publiques ou assimilables d'un État membre.

2. Pour les régions relevant de l'objectif convergence, la Commission et l'État membre établissent le niveau des dépenses structurelles publiques ou assimilables que l'État membre maintient dans l'ensemble des régions concernées au cours de la période de programmation.

Le niveau des dépenses engagées par l'État membre est un des éléments couverts par la décision de la Commission relative au cadre de référence stratégique national visée à l'article 28, paragraphe

3. Le document méthodologique de la Commission, adopté selon la procédure visée à l'article 103, paragraphe 3, fournit des orientations.

3. En règle générale, le niveau des dépenses visées au paragraphe 2 est au moins égal au montant des dépenses moyennes annuelles en termes réels atteint au cours de la période de programmation précédente.

En outre, le niveau des dépenses est déterminé en fonction des conditions macroéconomiques générales dans lesquelles s'effectue le financement et en tenant compte de certaines situations

économiques spécifiques ou exceptionnelles, telles que les privatisations ou un niveau extraordinaire de dépenses structurelles publiques ou assimilables de l'État membre durant la période de programmation précédente.

4. Pour l'objectif ‘convergence’, la Commission procède, en coopération avec chaque État membre, à une vérification de l'additionnalité à mi-parcours en 2011. Dans le cadre de cette vérification à mi-parcours, la Commission peut, en consultation avec l'État membre, décider de modifier le niveau de dépenses structurelles requis si la situation économique dans l'État membre concerné a changé de manière significative par rapport à celle qui existait au moment de la fixation du niveau des dépenses structurelles publiques ou assimilables visées au paragraphe 2. Cette correction donne lieu à une modification de la décision de la Commission visée à l'article 28, paragraphe 3.

Pour l'objectif ‘convergence’, la Commission procède, en coopération avec chaque État membre, à une vérification ex post de l'additionnalité à la date du 31 décembre 2016.

L'État membre transmet à la Commission les informations requises afin de permettre la vérification du respect du niveau préétabli de dépenses structurelles publiques ou assimilables.

Au besoin, des méthodes d'estimation statistique devraient être utilisées.

La Commission publie les résultats obtenus par l'État membre lors de la vérification de l'additionnalité, en indiquant la méthodologie et les sources d'information utilisées, à l'issue de

chacune des trois étapes de vérification.

Article 16 : Égalité entre les hommes et les femmes et non-discrimination

Les États membres et la Commission veillent à promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes et l'intégration du principe d'égalité des chances en ce domaine lors des différentes étapes de la mise en oeuvre des Fonds.

Les États membres et la Commission prennent les mesures appropriées pour prévenir toute discrimination fondée sur le sexe, la race ou l'origine ethnique, la religion ou les convictions, le handicap, l'âge ou l'orientation sexuelle lors des différentes étapes de la mise en oeuvre des Fonds et notamment dans l'accès aux Fonds. En particulier, l'accessibilité aux personnes handicapées est l'un des critères à respecter lors de la définition d'opérations cofinancées par les Fonds et à prendre en compte pendant les différentes étapes de la mise en oeuvre.

Article 17 : Développement durable

Les objectifs des Fonds sont poursuivis dans le cadre du développement durable et de la promotion par la Communauté de l'objectif de protéger et d'améliorer l'environnement conformément à l'article 6 du traité.

 

La suite de cet article est contenue dans l'article intitulé : Approche stratégique pour la Cohésion

 

 

 

 

Repost 0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 08:43

Le numéro 71 des Cahiers de Chaillot est intitulé " la cohésion par la défense - Une autre lecture de la PESD ". Réalisé par Philippe de Schoutheete en 2004, alors conseiller spécial de Mochel Barnier à la Commission européenne après avoir exercé de très importantes fonctions diplomatiques pour le compte du Royaume de Belgique, ce document publié par l'Institut d'Etudes de Sécurité de l'Union européenne, propose notamment une analyse très détaillée des questionnements, débats et réflexions qui ont marqué les travaux dédiés à la défense par l'Union européenne au cours de la Convention sur l'avenir de l'Europe dont est en grande partie issue le Traité de Lisbonne. Il s'attache également à décrire le processus qui a permis d'élaborer la première version de ce qui fut appelé - un peu abusivement, certes - la " stratégie européenne de sécurité ".

A ces divers titres,le lecteur intéressé par la place qu'occupe aujourd'hui, et celle que pourrait occuper demain, la défense dans la consolidation de la cohésion politique entre les Etats membres de l'Union européenne trouvera dans la lecture de cet ouvrage matière à mieux comprendre les postures et les potentialités d'évolution en la matière.

Le texte complet du numéro 71 : cp071 cp071

 

 

 

 

 

 

Repost 0
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 10:25

Pour éviter la faillite en chaîne des pays de la zone euro, il faut créer d'urgence un Trésor européen qui aura la capacité financière de stopper net la spéculation.

Le président portugais de la Commission européen Manuel Barroso, vient de trouver une formule lucide –qu’il a camouflée, comme d’habitude, dans une litote diplomatique– pour caractériser sa propre impuissance et celle des autres dirigeants européens: «Des responsables politiques font chaque jour des commentaires au lieu de prendre des décisions.»

C’est bien la situation du jour. Après la décision de dimanche soir concernant l’Irlande, chacun voit bien que de  nombreux pays européens seront, un jour ou l’autre, incapables de financer le service de leur dette, parce qu’elle grossit chaque jour,  avec la récession et avec les nouveaux trous béants dans les banques, partiellement creusés par le financement très rentable –mais très risqué– des dettes publiques. Après la Grèce et l’Irlande, viendra le tour du Portugal, de l’Espagne, de l’Italie, de la Belgique. Et même, disent certains, de plus en plus ouvertement, de la France. Avant même que ne vienne le tour de l’Allemagne, dont le système bancaire est d’une extrême fragilité, la démographie catastrophique, et l’appareil industriel totalement dépendant d’exportations de plus en plus incertaines.

En apparence, pas de raison de s’inquiéter: les dirigeants européens, dans leur grande sagesse, ont créé pour y parer un Fonds de Stabilisation, qui doit emprunter plus de 700 milliards, avec l’appui du FMI.

En réalité, ce Fonds ne suffira pas à colmater ces brèches, car il souffre de deux défauts congénitaux. D’une part, la garantie donnée par les pays à ce Fonds pour qu’il emprunte est commune mais non solidaire; ce qui veut dire que si un pays de l’Union ne peut assurer sa part de garantie, les autres ne s’y substituent pas: le Fonds se réduit donc quand un des pays qui le financent devient demandeur de ses ressources. D’autre part, en annonçant un montant limité, aussi élevé soit-il, le fonds donne aux spéculateurs les clés d’une victoire: il leur suffit de parier sur l’effondrement de l’euro plutôt que sur l'épuisement des ressources du fonds pour que celui-ci soit condamné à s’effondrer.   

Ce qu'il va se passer

Le scénario des mois, des années, à venir peut alors être raconté sans beaucoup de risque de se tromper.  

Chacun des pays menacés fera d’abord l’impossible pour éviter la catastrophe en mettant en place des programmes d’austérité.  Lorsqu’ils comprendront que cela déclenche la colère des salariés, victimes des turpitudes des banques, sans pour autant suffire à convaincre les préteurs, et moins encore les spéculateurs, les nations essaieront de faire baisser les taux d’intérêt qu’ils paient à leurs créanciers par quelques astuces douteuses, comme faire acheter sa dette nationale par leurs  compagnies d’assurance et fonds de pension. Face aux moyens illimités de la spéculation, cela ne suffira pas; tous ces pays les uns après les autres feront défaut d’une façon ou d’une autre. En reportant les échéances. En imposant une retenue à la source sur les intérêts versés aux créanciers. En ne payant pas leur dette.

Les banques elles-mêmes, qu’il s’agissait au départ de sauver, seront enfin mises à contribution et finiront par tomber, comme toutes les autres institutions financières (fonds de pension, compagnies d’assurances) ayant financé une dette publique dévalorisée. Les déposants, les retraités, les salariés seront alors les victimes concrètes de ce désastre. Les banques seront nationalisées; mais si tard qu’on ne nationalisera que des pertes.  Et si la Banque centrale européenne tente de l’empêcher en émettant de la monnaie à l’infini, c’est l’euro qui s’effondrera, précipitant les événements précédemment décrits.

Ce qu'il faudrait faire

Pourtant, une telle situation peut encore aisément  être évitée.

D’abord, parce que l’Europe n’est pas à l’origine de la crise, qui trouve sa source dans les turpitudes de la finance américaine. Les Etats-Unis, qui ne font rien pour y mettre fin, font tout en revanche pour attirer l’attention sur les fragilités de l’euro afin de détourner les spéculateurs de l’économie américaine, source de toutes les difficultés, bien plus fragile que toutes les autres. Une bonne gestion médiatique, un comportement responsable des dirigeants européens, qui disent aujourd’hui absolument n’importe quoi, calmerait un peu le jeu.

Ensuite, à la différence des autres pays, l’Union européenne dispose encore des moyens de régler facilement ce problème.

Il lui suffirait pour cela de prendre conscience que, à la différence de toutes les entités partageant une même monnaie, elle ne s’est pas donnée les moyens de financer les différences de compétitivité entre les régions qui la composent, ni de mutualiser leurs dettes. Or, sans fédéralisme budgétaire, aucune union monétaire ne peut tenir. Nous le savions en rédigeant le traité de Maastricht. Le moment est venu de le mettre en œuvre. C’est possible: l’Union est la seule entité souveraine dans le monde sans aucune dette. Sa marge de manœuvre est donc considérable.

Il faut agir vite. Et pour cela, d’abord, comprendre que c’est pratiquement possible. Il faut pour cela donner à l’Union européenne un nouveau  budget, financé par une capacité d’emprunt et des impôts. Cela peut se faire  sans impôt nouveau en transférant les dettes publiques des pays membres à l’Union européenne jusqu’à l’équivalent de 60% du PIB européen, laissant le reste au niveau de chaque pays provinces de l’euro; et en transférant à l’Union la ressource fiscale nécessaire pour payer le service de ces emprunts, dont le coût sera moindre que si ces dettes restent au niveau national.   

Ces montants sont tout à fait praticables. Le PIB européen est de 12.000 milliards d’euros. La dette gouvernementale represente 9.000 milliards soit 75% du PIB. Si on ne considère que l’Eurozone, dont le PIB est de 9.000 milliards, la dette represente 80% du PIB, soit 7.000 milliards. 60% de la dette de l’Eurozone represente 5.400 milliards et le service de cette dette (intérêts seulement) est de l’ordre de 250 milliards d’euros. Pour couvrir ce service de la dette, il faudrait transférer à l’Union environ 5% de TVA ou augmenter de 5% de TVA si on veut donner à l’Europe une capacité d’emprunt supplémentaire de même ampleur.

Cela permettrait d’une part de faire cesser la spéculation, qui trouverait alors face à elle un acteur aux moyens quasiment illimités. Et d’autre part de disposer, au niveau européen, des moyens de relancer la croissance, freinée par les nécessaires mesures de désendettement de chaque Etat membre de l’Union monétaire.

Il faut donc au plus tôt créer un «Trésor européen», avec une garantie solidaire et une fiscalité dédiée, de l’ordre de 4 à 5% du PIB européen. Par transfert de dette et d’impôt; par impôt nouveau et capacité nouvelle d’emprunt.

Dans un monde où seule compte la confiance, il est urgent de mettre en place de tels instruments.

Pour l’instant, les Allemands y sont très hostiles, convaincus que cela ne conduira qu’à plus de dette publique et de laxisme budgétaire chez les autres Européens. Il est urgent de leur faire comprendre que, tout au contraire, le fédéralisme budgétaire est la condition nécessaire à la survie de l’euro. Ou, plus précisément,  que la valeur de l’euro dépend de la capacité de l’Union à émettre des bons du Trésor européens.  

Encore faudrait-il au moins, pour commencer, que les 27 réussissent à voter le budget européen, dans son périmètre actuel : pour la première fois depuis la création de l’Union, on s’apprête en effet à commencer l’année 2011 sans budget, en fonctionnant en douzièmes provisoires.

Tragique illustration d’une gestion au jour le jour, d’une navigation à vue. Voici venu l’ultime moment pour cesser de privilégier les expédients sur les réformes de structure. Voici notre dernière chance.

 

Source : http://www.slate.fr/story/30849/attali-crise-euro-derniere-chance

 

Voir également sur ce blog les articles de la rubrique UE, gouvernance économique et enjeux monétaires

 

 

 

 

Repost 0
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 01:11

Près de sept mois après la crise grecque, l'Union européenne a présenté dimanche un vaste train de mesures destiné à arrêter la contagion de la crise irlandaise au reste de la zone euro et à rassurer les marchés sur les règles en vigeur après 2013.

Au terme de six heures de réunion à Bruxelles, les Vingt-Sept se sont tout d'abord entendus sur la pérennisation après 2013 du mécanisme permanent de gestion des crises, qui incluera une participation graduelle du secteur privé.

Ils ont également validé comme prévu un plan d'aide à l'Irlande de 85 milliards d'euros sur dix ans afin de permettre à Dublin de remettre de l'ordre dans ses finances publiques et d'assainir un secteur bancaire proche de l'implosion.

Enfin, le Portugal se penchera avec la Commission sur la mise en oeuvre d'un plan de réformes structurelles et la Grèce se verra donner un répit de plusieurs années pour rembourser les prêts qui lui ont été concédés en mai.

Les autorités européennes, qui ont accéléré le calendrier des travaux qui devaient initialement s'achever mi-décembre, espèrent par ce biais rassurer les marchés sur la capacité de la zone euro à se stabiliser durablement et également éviter que le Portugal, voire l'Espagne, ne deviennent à leur tour la cible de la défiance des investisseurs.

L'euro était en hausse lundi matin en Asie après l'approbation du plan.

" Le message aux marchés c'est : un, nous sommes solidaires au sein de la zone euro ; deux, nous sommes capables de prendre des décisions ; trois, nous produisons les grands principes d'un mécanisme permanent de résolution des crises aligné sur le FMI ", a dit la ministre française de l'Economie, Christine Lagarde.

" Et puis, le mécanisme (décidé en mai) fonctionne, on le met en oeuvre, on le met en oeuvre de manière solidaire autour de l'Irlande ", a-t-elle ajouté.

Mécanisme européen de stabilité

Le "MES" (Mécanisme européen de stabilité), qui avait attisé les craintes des marchés ces dernières semaines, sera en vigueur à partir de 2013 et se substituera à l'actuelle Facilité européenne de stabilité financière (FESF) dit aussi Fonds européen de stabilité financière, dont il sera très largement inspiré.

Les ministres ont toutefois précisé que son enveloppe actuelle (750 milliards d'euros) serait relevée même s'ils n'ont pas indiqué dans quelle proportion.

La participation du secteur privé y sera clairement établie, selon les principes actuellement en vigeur au sein du Fonds monétaire international.

Les créanciers privés seront sollicités au cas par cas, sur une base contractuelle et de manière graduelle selon s'il s'agit d'une crise de liquidité ou d'une crise de solvabilité.

Par ailleurs, en complément, toutes les émissions obligataires en zone euro seront assorties à partir de juin 2013 de clauses d'action collective permettant de restructurer des dettes avec l'approbation d'une partie des créanciers.

Les responsables européens se sont félicités de cette clarification, notamment le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, qui avait averti mi-octobre des dangers de discuter de ces questions alors que les marchés étaient encore très tendus.

" Il était nécessaire d'avoir une clarification complète de la doctrine. Il devait être clair que nous appliquerions en Europe la doctrine du FMI (...) c'est-à-dire sans aucune participation ex-ante (du secteur privé) ", a-t-il déclaré.

L'Irlande contribuera à son propre plan

Comme cela était largement anticipé, les Vingt-Sept se sont également mis d'accord sur un plan d'aide à l'Irlande de 85 milliards d'euros sur dix ans.

Sur cette enveloppe, 35 milliards d'euros seront destinés à assainir le secteur bancaire, dont 10 milliards seront consacrés à des injections immédiates de capital et 25 milliards seront conservés dans un fonds de réserve.

L'Irlande y contribuera elle-même à hauteur de 17,5 milliards d'euros, puisés sur un fonds de retraite national, le reste étant assumé à parts égales de 22,5 milliards d'euros par le FMI, le Fonds communautaire de stabilité et la Facilité intergouvernementale de stabilité financière dont l'effort sera complété par des prêts bilatéraux de la Grande-Bretagne, de la Suède et du Danemark.

Le taux d'intérêt moyen auquel cette aide sera fournie devrait s'établir autour de 5,8% et le plan d'austérité de 15 milliards d'euros annoncé cette semaine par le gouvernement de Brian Cowen, sera complété en trois points.

Le secteur bancaire irlandais subira une intense cure d'amaigrissement et sera recapitalisé, les ajustements budgétaires se poursuivront jusqu'en 2015 au lieu de la date de 2014 envisagée par Dublin et de nouvelles réformes structurelles seront mises en oeuvre, notamment une réforme du marché du travail irlandais.

Plan de réforme au Portugal

Anticipant un éventuel report de l'attention des marchés vers le Portugal, la Commission a annoncé qu'elle plancherait dans les prochains jours avec Lisbonne sur un plan de réformes plus large, avec notamment de nouvelles mesures visant le secteur de la santé et des transports.

" Les efforts seront intensifiés ", a insisté le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn.

L'Espagne a de con côté renouvelé son engagement à mettre en oeuvre de manière résolue les mesures déjà annoncées, comme la restructuration de ses caisses d'épargne régionale d'ici fin décembre et la réforme des retraites d'ici la fin du premier trimestre 2011.

Enfin, quant à la Grèce, les prêts octroyés en mai pourront être remboursés sur une plus longue période de sept ans et demi, qui ne commenceront qu'au terme de la période initiale de trois ans, en échnage d'un taux d'intérêt porté à 6,05%.

 

Source : Reuters

 

Voir également sur ce blog : Le mécanisme européen de stabilisation : Comment ça marche ? (Toutel'europe.eu)

 

 

Repost 0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 23:04

Des centaines de milliers de Marocains ont manifesté dimanche à Casablanca contre le Parti populaire espagnol (PP, opposition), qui a dénoncé des atteintes aux droits de l'homme au Sahara occidental.

Brandissant des drapeaux marocains et des banderoles, les manifestants, emmenés par le Premier ministre Abbas el Fassi, scandaient "Parti populaire, ennemi du Maroc".

Le parti de l'Istiqlal d'Abbas Fassi et quinze autres formations politiques ont publié un communiqué conjoint condamnant le PP pour son "activisme effréné contre le Maroc".

Ils font valoir que le Parti populaire a joué un rôle actif dans un vote récent du Parlement européen en faveur d'une enquête internationale sur les violences survenues au début du mois au Sahara occidental, ex-colonie espagnole.

Les forces de sécurité marocaines et des manifestants indépendantistes se sont affrontés le 8 novembre à Laayoune, principale ville du territoire annexé par le Maroc en 1975. Plusieurs membres des forces de sécurité et des civils auraient péri dans ces violences.

A la suite de ces heurts, le Front Polisario, qui milite pour l'indépendance du territoire côtier, a réclamé une enquête indépendante des Nations Unies.

Le PP a participé ce mois-ci à une manifestation à Madrid, aux côtés de groupes de gauche et de mouvements syndicaux, pour dénoncer des atteintes du Maroc aux droits de l'homme au Sahara occidental.

Le gouvernement socialiste de Madrid juge crucial pour ses intérêts en Afrique du Nord d'entretenir des relations stables avec le Maroc.

Source : Reuters

 

Repost 0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 19:59

Au deuxième jour de sa visite à Téhéran, le Premier ministre libanais Saad Hariri a souligné dimanche la "grande importance" de l'union entre l'Iran et le monde arabe face aux menaces communes, à l'occasion d'une rencontre avec le ministre iranien de la Défense, Ahamad Vahidi.

Le Liban poursuivra sa "résistance" face à Israël, a assuré le fils de Rafic Hariri, ancien Premier ministre assassiné début 2005 à Beyrouth, qui dirige aujourd'hui un gouvernement d'unité nationale comprenant des représentants du puissant Hezbollah, obligé local de l'Iran.

Cette visite de trois jours du leader sunnite en Iran chiite intervient un mois après le voyage au Liban du président Mahmoud Ahmadinejad - la première d'un chef d'Etat iranien dans ce pays.

Ahmadinejad s'était notamment rendu dans les fiefs du mouvement chiite libanais dans les faubourgs sud de Beyrouth et au Sud-Liban, jusqu'à quelques kilomètres à peine de la frontière avec Israël.

Une des raisons de la visite à Téhéran de Hariri, un proche de l'Arabie saoudite, est de tenter d'obtenir de ce pays qu'il apaise les tensions prévisibles au Liban en cas de possibles inculpations de membres du Hezbollah par le Tribunal spécial pour le Liban parrainé par l'Onu, pour l'assassinat de Rafic Hariri.

Les milieux politiques libanais redoutent que ces inculpations, qui pourraient intervenir dans les semaines à venir, ne provoquent des affrontements entre le mouvement chiite, qui nie toute implication dans l'assassinat, et le Premier ministre sunnite et ses alliés pro-occidentaux.

"Ne perdons pas de temps, dit le chef du Hezbollah"

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré dimanche que les efforts déployés par l'Arabie saoudite et la Syrie, autre alliée du Hezbollah, progressaient mais que le temps commençait à manquer pour désamorcer la crise prévisible que provoquerait l'inculpation de membres de son mouvement par le TSP.

"Ne perdons pas de temps", a-t-il dit, prévenant que si les inculpations de membres de son mouvement intervenaient avant un accord, "nous aurons tous perdu la capacité de gérer les conséquences de ces inculpations".

Hariri a déclaré au site internet public iranien IRIB que "la stabilité, la sécurité et l'unité du Liban jouent un rôle clé dans la résolution des questions internes et régionales".

"Compte tenu de cela, j'ai voulu venir en Iran voir vos réalisations militaires défensives, bien que cela aille à l'encontre de l'opinion de nos ennemis", a-t-il ajouté.

"Le Liban a résisté au régime sioniste jusqu'à présent et poursuivra la résistance. La Palestine, la Syrie, le Liban, l'Irak et l'Iran ont toujours été environnés par le danger. Dès lors, l'unité des Arabes et de l'Iran est une question de grande importance."

Une guerre de 33 jours a opposé à l'été 2006 Israël et le Hezbollah. Elle a fait 1.200 morts, principalement des civils, parmi les Libanais, et 158 du côté israélien, essentiellement des soldats. En août dernier, un incident frontalier dans lequel un officier israélien, deux soldats et un journaliste libanais ont trouvé la mort a traduit la persistance de la tension à la frontière.

Israël considère que le Hezbollah est le cheval de Troie de l'Iran à sa frontière et, craignant que la République islamique se dote de l'arme nucléaire, n'exclut aucune action préventive pour l'en empêcher. Pour sa part, Ahmadinejad a plusieurs fois souhaité ou prédit la disparition de l'Etat juif.

Source : Reuters

 

 

 

 

Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories