Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 09:12
 
Armée allemande, combien de divisions demain ? C'est fort du soutien de la chancelière Angela Merkel que le ministre de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg, présentait hier devant des députés des groupes parlementaires de la coalition, experts en questions de défense, un vaste plan de réduction des coûts et de modernisation de la Bundeswehr. Un projet de longue haleine qui provoque des remous à l'intérieur même du camp conservateur. Les avis divergent s'agissant de la mesure la plus emblématique, qui vise à supprimer, comme la France en 1995, la conscription obligatoire pour les jeunes Allemands, au profit d'un service volontaire. Les libéraux du FDP sont pour, la majorité des membres de l'Union chrétienne-démocrate et sociale (CDU-CSU) s'y oppose.
Même si le service militaire doit rester gravé dans le marbre de la Constitution, comme l'a souligné la chancelière, « il ne faut pas exclure de repenser [son] rôle », a-t-elle dit dimanche devant les caméras de la ZDF. Selon le plan du ministre de la Défense, la taille de l'armée va être réduite d'un tiers, en passant d'un total de 252.000 membres, dont 60.000 appelés du contingent, à environ 165.000, dont 7.500 volontaires. Le ministre propose d'ériger un service volontaire d'une durée de 12 à 23 mois, qui pourrait servir de vivier pour recruter des soldats de métier. Ces appelés pourront être aussi bien des hommes que des femmes et seront susceptibles d'être envoyés sur des missions à l'étranger. Les forces terrestres subiront les plus importantes réductions d'effectifs, mais demeureront avec 54.500 soldats le plus important corps de troupes.
Une profonde réforme
Cette petite révolution doit contribuer à atteindre l'objectif de 8,3 milliards d'euros d'économies budgétaires assigné par le gouvernement au budget des armées à compter de 2014. Une profonde réforme des structures de commandement de l'armée devra aussi être engagée afin de générer d'autres économies.
Karl-Theodor zu Guttenberg précise par ailleurs que la réforme ne doit pas découler de critères purement financiers, mais d'enjeux liés à la sécurité en Allemagne et dans le monde. Il se dit convaincu qu'une armée moins nombreuse mais mieux organisée sera plus efficace. L'Allemagne compte à ce jour moins de 6.700 soldats envoyés sur des missions militaires à l'étranger contre 8.700 pour la France. Après la chute du mur de Berlin, l'Allemagne s'est engagée militairement dans des conflits, d'abord au Kosovo, puis en Afrique et en Asie. En Afghanistan, le contingent allemand est à l'heure actuelle le troisième plus important en termes d'effectifs.
Le présent projet ne devrait pas être adopté avant plusieurs mois. Au sein de la coalition, les libéraux du FDP soutiennent le texte, alors que les partis de l'Union, CDU et CSU, veulent en discuter lors de leurs congrès à l'automne, en vue de dégager une position de consensus.
Le service militaire aujourd'hui se réduit comme peau de chagrin. En juin, le Parlement a ramené sa durée de neuf à six mois. Et seulement 16 % des jeunes hommes d'une classe d'âge sont effectivement appelés sous les drapeaux, les autres sont réformés ou font un service civil.
 
 
 
Repost 0
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 19:36

C’est la polémique autour du retour volontaire des Roms qui fait à nouveau la une de la presse d’aujourd’hui. Celle-ci rappelle l'objectif du gouvernement français de démanteler 300 camps illégaux dans les trois mois et de renvoyer 700 Roms, sur les 8 500 qui résident en France.
Le Point précise que " parce qu'ils sont citoyens de l'Union européenne, rien n'interdit aux 850 immigrés roumains et bulgares qui se sont engagés à regagner leur pays d'ici la fin du mois en bénéficiant d'une aide au retour de revenir en France pour trois mois. Beaucoup en ont manifesté l'intention à peine rentrés jeudi à Bucarest ", ce que la France souhaite combattre en " adaptant la législation pour lutter contre l'abus de droit au court séjour ".
Aux hommes d’Eglise qui ont, ce week-end, dénoncé la politique menée par le gouvernement à l’égard des Roms [L'Express], Brice Hortefeux rappelle sur Europe 1 " que [le gouvernement agit] sur un problème pas uniquement français mais européen, dans le cadre de textes prévus par la Commission européenne et [qu’il est] aussi respectueux des droits individuels ".
La Commission européenne a déclaré qu’elle suivait de près la situation. Mais pour Les Echos, " il est peu probable que Bruxelles s'engage dans un réel bras de fer avec Paris sur cette question délicate ". Celle-ci, que Brice Hortefeux a " invitée à mobiliser son énergie, ses efforts et ses crédits ", a indiqué qu’un programme d’insertion était déjà financé à hauteur de 17.5 milliards d’euros sur 6 ans.
Le Figaro rapporte enfin les propos très contestés du ministre de l’Intérieur Italien, Roberto Maroni, qui souhaite aller plus loin que la France concernant les Roms : " Oui, des expulsions comme pour les immigrés clandestins, pas des retours volontaires ou assistés. Naturellement, juste pour ceux qui enfreignent les règles de la vie dans un autre Etat membre: avoir un revenu minimum, un logement adéquat et ne pas être un fardeau pour le système social du pays d'accueil ". Bruxelles s'est déjà opposé à de tels projets en Italie, précise le journal.
En savoir plus :
Roms: peut-on expulser un citoyen européen de France ? - Touteleurope

 Des valeurs, des droits et de l'état de droit dans l'Union européenne : rappel de quelques éléments du Traité de Lisbonne - nouvelle édition -

 Que sont devenus ces valeurs "universelles" et ces principes démocratiques que les "occidentaux" se sont si souvent honorés d'avoir fait émerger ?

 

Source : http://lettres.touteleurope.fr/rdp230810.cfm?WL=26021&WS=48415_1934984&WA=2629

 

 

 

 

 

Repost 0
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 06:55

  

Ma vie pour la France

 

  

  

  

 

 

 

« Ma vie pour la France paraîtra quand je ne serai plus de ce monde. Mon ultime souhait est que mon parcours rappelle aux jeunes générations le sens des valeurs que j'ai toujours défendues, celles qui font la grandeur d'un homme et d'un pays. " Marcel Bigeard.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ami de mon père décédé le 18 juin 2010 (seul un Homme tel que lui était capable d'une telle sortie !), le Général Marcel Bigeard - sorti du rang et devenu l'officier le plus décoré de France - n'était pas du genre à mettre son drapeau dans sa poche.

Dans " Ma vie pour la France ", dont il acheva l'écriture le jour de ses 94 ans, il nous livre de manière posthume son testament politique en revenant sur toutes ses campagnes, de la Résistance à l'Algérie en passant par l'Indochine et Dien Bien Phu, la célèbre cuvette au-dessus de laquelle il souhaitait que ses cendres soient dispersées pour rejoindre ses frères d'armes qui y furent tués en 1954.

Avant même la fin de sa carrière exceptionnelle, Bruno - son indicatif radio en Indochine - était devenu un soldat de légende que ses hommes auraient suivi n'importe où.

Un document pour l'Histoire avec un H.

 

Voir également les articles suivants :

 * http://www.lemonde.fr/livres/article/2010/07/09/ma-vie-pour-la-france-de-marcel-bigeard_1385783_3260.html

 * Que sont devenus ces valeurs "universelles" et ces principes démocratiques que les "occidentaux" se sont si souvent honorés d'avoir fait émerger ?

 * " Servir la France '' !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 05:55

Des hommes d'Eglise ont fait cause commune dimanche avec l'opposition de gauche pour dénoncer de manière parfois virulente la politique sécuritaire du gouvernement français, particulièrement à l'égard des Roms.

Alors que Nicolas Sarkozy a ordonné le démantèlement des camps illégaux de Roms, ces derniers faisant l'objet de procédures de renvoi dans leurs pays d'origine, le père Arthur Hervet, très impliqué dans la défense de cette communauté, s'est exprimé à l'issue de la messe sur le parvis de l'église Saint-Martin d'Esquermes, à Lille.

" Je prie, je vous demande pardon, pour que M. Sarkozy ait une crise cardiaque ", a déclaré le prêtre assomptionniste de 71 ans, estimant que cette communauté subissait une " guerre ".

Arthur Hervet a rendu symboliquement sa médaille de l'Ordre national du Mérite au ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux.

Le prêtre a ultérieurement regretté ses propos dans lesquels il souhaite que Nicolas Sarkozy connaisse un sort funeste et le diocèse de Lille, dont il ne dépend cependant pas, l'a désavoué.

" Tel ou tel propos ont pu dépasser sa pensée : nous n'approuvons pas ces propos et nous ne pouvons pas les cautionner", dit dans un communiqué l'archevêque de Lille, Mgr Laurent Ulrich, tout en ajoutant que la situation actuelle des Roms "provoque la conscience de nombreux chrétiens ".

Le père Arthur n'est d'ailleurs pas isolé en France puisque l'archevêque d'Aix et d'Arles (Bouches-du-Rhône), Mgr Christophe Dufour, a lui aussi critiqué dimanche la politique du gouvernement après avoir été témoin du démantèlement d'un camp.

" Les discours sécuritaires qui peuvent laisser entendre qu'il y a des populations inférieures sont inacceptables ", dit-il dans un communiqué en demandant " le respect des personnes et de leur dignité, dans le cadre de la loi française ".

"Politique honteuse" pour Valls

Sans évoquer explicitement la situation française, le pape Benoît XVI, qui s'exprimait depuis sa résidence d'été de Castel Gandolfo, près de Rome, y a fait implicitement référence dans une déclaration en français lors de la prière de l'Angelus.

" Les textes liturgiques de ce jour nous redisent que tous les hommes sont appelés au salut. C'est aussi une invitation à savoir accueillir les légitimes diversités humaines, à la suite de Jésus venu rassembler les hommes de toute nation et de toute langue ", a-t-il déclaré en s'adressant à des pèlerins français.

Plusieurs hommes politiques de gauche ont eux aussi dénoncé dimanche l'action du gouvernement en matière de sécurité, notamment depuis le discours de Nicolas Sarkozy fin juillet à Grenoble, où il a annoncé le démantèlement des camps Roms et la déchéance de la nationalité pour certains délinquants étrangers.

Le député socialiste Manuel Valls a fustigé dans le Journal du Dimanche une politique " honteuse ".

" Nicolas Sarkozy prend le risque de replacer le FN au coeur de la vie politique à deux ans de la présidentielle, sans connaître les conséquences de cette manipulation électorale ", déclare-t-il.

Le député socialiste Vincent Peillon a abondé dans le même sens dans une interview au Parisien Dimanche.

" J'ai honte pour mon pays ", dit-il. " La responsabilité des hommes politiques, ce n'est pas de s'attaquer aux plus faibles. "

Vincent Peillon a particulièrement attaqué Brice Hortefeux qui, a-t-il rappelé, a été condamné pour injure raciale.

Le tribunal correctionnel de Paris l'avait condamné en première instance le 4 juin dernier à 750 euros d'amende et à 2.000 euros de dommages et intérêts pour une conversation dans laquelle le ministre de l'Intérieur avait dit à propos d'un militant UMP d'origine maghrébine : " Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes ".

Brice Hortefeux a expliqué qu'il avait voulu parler des Auvergnats et a fait appel de sa condamnation.

Hortefeux rejette les critiques

Samedi, la députée européenne Eva Joly (Europe Ecologie) avait dénoncé un " racisme d'Etat " en marge des Journées d'été des écologistes en Loire-Atlantique.

Un comité des Nations unies avait déjà pointé le 12 août " une recrudescence notable du racisme et de la xénophobie en France ", notamment à l'encontre des gens du voyage, tandis que la Commission européenne a dit suivre la situation.

Le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux s'en était pris samedi dans Le Monde " au petit milieu politico-médiatique parisien " et à " la gauche milliardaire " très " éloignée de la réalité française " en défendant sa politique sécuritaire.

Il s'est défendu de stigmatiser une communauté, affirmant ne trouver " aucune solution alternative, aucune proposition crédible, aucune initiative réfléchie " chez ses détracteurs.

Après les vols qui ont permis de rapatrier 86 personnes jeudi, un nouveau groupe de 130 Roms a été reconduit vendredi en Roumanie. Le 26 août, 160 autres gens du voyage quitteront la France à partir de Paris.

Brice Hortefeux avait annoncé que l'objectif du gouvernement était de démanteler 300 camps illégaux dans les trois mois et de renvoyer 700 Roms, qui seraient au nombre de 8.500 en France.

 

Source : Reuters

 

Voir également à ce sujet : http://www.lepost.fr/article/2010/08/22/2192016_meme-benoit-xvi-n-en-peut-plus-de-sarkozy.html

 

 

 

 

 

 

Repost 0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 21:39

"Je peux comprendre les sceptiques. Mais nous avons bien l'intention de les étonner, à condition d'avoir un partenaire sérieux" dans la négociation. Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, assure, malgré les critiques de la presse israélienne et du monde arabe qu'"un accord de paix avec les Palestiniens est difficile mais possible".

Dimanche 22 août, la Ligue arabe s'est jointe aux doutes suscités par la réouverture des négociations directes entre Israéliens et Palestiniens, sous l'égide des Etats-Unis. L'organisation panarabe basée au Caire exprime dans un communiqué "son extrême inquiétude quant à l'explication israélienne (sur les bases) sur lesquelles vont se faire ces négociations".

Pour permettre le bon déroulement des négociations, les Palestiniens demandaient la prolongation du gel temporaire de la colonisation en Cisjordanie occupée. Le moratoire annoncé par Israël s'achève le 26 septembre. Le principal négociateur palestinien, Saëb Erakat, a averti de nouveau que si la "colonisation devait continuer après le 26 septembre, les négociations à notre grand regret, ne continueraient pas", précisant qu'il s'agissait d'un "test de la volonté de paix du gouvernement israélien".

Pas de concession de Netanyahou

Hani-al-Masri, chef du centre de recherches de Bada'el basé à Ramallah, s'est déclaré convaincu que des négociations directes de paix tenues dans un tel contexte "iraient dans le sens des intérêts d'Israël".
"Les chances de succès des négociations semblent minces car les négociations directes se tiendront sans qu' aucun engagement d'Israël visant à mettre fin à la colonisation ou aux principes de processus de paix n'ait été pris", a-t-il expliqué à l'agence Xinhua.


... lire la suite de l'article sur Le Monde.fr
 
Voir également les articles suivants :
 * Négociations de paix : la presse israélienne sceptique
 * Proche Orient : Et si malgré les provocations et les violences quotidiennes, nous étions proches de la solution politique et territoriale tant attendue !
 * Pressé par Washington, le roi de Jordanie reçoit le Premier ministre israélien (Haaretz - Courrier International)
 * Le Quartet invite Israéliens et Palestiniens à négocier
ainsi que les articles auxquels ils renvoient.
 
 
 
 
 
 
Repost 0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 12:17

Israël affichait dimanche sa satisfaction d'avoir obtenu une reprise "sans conditions préalables" des négociations directes, malgré les garanties demandées par les Palestiniens, mais un sentiment de déjà vu tempérait les espoirs de parvenir enfin à un accord.

"Je peux comprendre les sceptiques. Mais nous avons bien l'intention de les étonner, à condition d'avoir un partenaire sérieux" dans la négociation, a déclaré dimanche le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou. "Un accord de paix avec les Palestiniens est difficile mais possible", a-t-il estimé.

Scepticisme de Damas

Des pourparlers de paix directs entre Israéliens et Palestiniens reprendront le 2 septembre à Washington en présence du président égyptien Hosni Moubarak et du roi Abdallah II de Jordanie, et peuvent aboutir "d'ici un an", a annoncé vendredi la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton. A cette annonce, M. Netanyahou s'est félicité que l'invitation ait été formulée sans "conditions préalables", alors que les Palestiniens avaient réclamé un gel de la colonisation.

Du côté de la presse israélienne, cette annonce a également été accueillie avec scepticisme. Le quotidien  Yediot Aharonot rappelle que les négociations directes ont déjà été engagées en 1993 à Oslo et Washington, qu'elles se sont poursuivies à Camp David en 2000, à Taba en Egypte en 2001, à Annapolis (Etats-Unis) en novembre 2007, sans aboutir jusqu'à ce jour.

"Apathie du public israélien "

Le journal explique la relative indifférence de l'opinion publique à l'annonce de la reprise des négociations à Washington par le fait que "beaucoup de paroles ont été échangées depuis dix sept ans, beaucoup d'encre a coulé mais aussi beaucoup de sang". "Même les Israéliens les plus attachés à une réconciliation avec les Palestiniens savent faire la différence entre les cérémonies [de lancement de négociations] sur le perron de la Maison Blanche et la réalité quotidienne dans la région" souligne le journal.


... lire la suite de l'article sur Le Monde.fr
 
Voir également à cet égard l'article intitulé Pressé par Washington, le roi de Jordanie reçoit le Premier ministre israélien (Haaretz - Courrier International) ainsi que les articles auxquels il renvoie.
 
 
 
 
 
Repost 0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 13:45

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et le roi Abdallah de Jordanie ont mis un terme le 28 juillet à une année de silence presque total. Les deux hommes se sont entretenus au palais royal d'Amman, en partie à la demande pressante de Barack Obama", relate le quotidien de Tel-Aviv. " L'un des objectifs principaux de cette rencontre était de restaurer la confiance entre les deux dirigeants ", poursuit-il. La veille, Abdallah avait reçu le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

.../...

Source : http://www.haaretz.com/ ou encore http://www.courrierinternational.com/breve/2010/07/28/presse-par-washington-le-roi-de-jordanie-recoit-le-premier-ministre-israelien

 

Voir également à ce sujet les articles suivants :

 * Le Quartet invite Israéliens et Palestiniens à négocier   

 * Pour dépasser la situation actuelle au Proche Orient, il faut d'abord cesser les hypocrisies et de soutenir les fausses bonnes solutions, et tirer les véritables leçons ! - nouvelle édition

 * Proche Orient : De quoi parle-t-on lorsque l'on évoque 'les frontières d'avant 1967' ?

 * Proche Orient : Et si malgré les provocations et les violences quotidiennes, nous étions proches de la solution politique et territoriale tant attendue !

 * Les colonies israéliennes reflèteraient un choix économique

 * La stratégie pour la mer Baltique : une formule qui pourrait inspirer une alternative à l'UpM ? - nouvelle édition -

 * Retour sur images : Sept messages pour redonner de l'espoir et une perspective au Proche Orient

 * Les atouts de l'Union européenne dans le dossier israélo-palestinien

 * Proche Orient : L'Europe dans le processus de paix - nouvelle édition -

ainsi que les articles auxquels ils renvoient.

 

 

Repost 0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 12:57

Le Quartet des médiateurs internationaux pour le Proche-Orient a invité comme prévu Israéliens et Palestiniens à reprendre leurs négociations directes, le 2 septembre, à Washington.

Dans un communiqué diffusé vendredi, le groupe formé des Etats-Unis, de la Russie, de l'Union européenne et des Nations unies " exprime sa détermination à soutenir les parties dans ces discussions, qui peuvent être menées à bien en un an, et dans la mise en oeuvre d'un accord ". En juin, il avait fixé le délai à 24 mois.

" Le Quartet invite à nouveau les deux parties à observer calme et retenue, et à renoncer à toute provocation ou surenchère verbale ", ajoute-t-il.

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a simultanément adressé des invitations au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et au président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

" Il y a eu des difficultés par le passé. Il y en aura encore (...) Je demande aux parties de persévérer, de continuer à avancer même dans les moments difficiles et de continuer à oeuvrer à une paix juste et durable dans la région ", dit-elle dans un communiqué.

Le roi Abdallah de Jordanie et le président égyptien Hosni Moubarak seront également invités, précise la secrétaire d'Etat, ajoutant que le processus de paix, gelé fin 2008 après l'offensive israélienne dans la bande de Gaza, doit reprendre sans conditions.

Barack Obama, actuellement en vacances dans le Massachusetts, recevra les quatre hommes séparément le 1er septembre, ajoute-t-elle.

" Patience, persévérance et détermination "

Le chef du gouvernement israélien a aussitôt accepté l'invitation américaine. " Le Premier ministre Netanyahu salue l'invitation des Etats-Unis à entamer des discussions directes sans conditions préalables ", ont indiqué ses services, rappelant qu'il s'est prononcé en ce sens il y a un an et demi.

Le Premier ministre, poursuit l'auteur du communiqué, " s'est félicité de la clarification américaine (qui dit) que les négociations doivent débuter sans condition préalable ".

Benjamin Netanyahu assure de longue date qu'il est prêt à s'asseoir à tout moment à la table des négociations avec Mahmoud Abbas, mais le président de l'Autorité palestinienne exigeait au préalable le gel du développement des colonies juives.

Côté palestinien, on se félicite également de l'invitation, mais l'enthousiasme est plus mesuré. Le communiqué du Quartet " contient les éléments nécessaires à un accord de paix ", a déclaré à Reuters Saëb Erekat, négociateur palestinien en chef.

Il n'a en revanche pas réagi à l'invitation d'Hillary Clinton, mais a souhaité que le Quartet exige d'Israël la fin des activités de colonisation en Cisjordanie, comme il l'a fait à plusieurs reprises.

" Nous espérons que l'administration américaine et les membres du Quartet vont oeuvrer pour amener Israël à renoncer à ses activité de colonisation (...) et pour traduire les mots (du Quartet) dans les faits ", a poursuivi Erekat.

" Cela peut être accompli en moins d'un an", a-t-il estimé évoquant la perspective d'un règlement définitif. "Le plus important est désormais de voir si le gouvernement israélien renonce à ses activités de colonisation, à ses incursions et à la politique du fait accompli. "

Le processus de paix a été relancé en mai après 19 mois d'interruption, avec des pourparlers indirects sous l'égide de l'émissaire spécial américain George Mitchell.

Barack Obama veut absolument que les pourparlers directs débutent avant le 26 septembre, date à laquelle prend fin le moratoire de dix mois fixé par Israël sur de nouvelles constructions dans les colonies de peuplement en Cisjordanie.

Une reprise de ces constructions porterait un coup fatal aux pourparlers.

Les Etats-Unis sont prêts avancer si nécessaire leurs propres "propositions de conciliations", mais le sort des discussions restera quoi qu'il en soit entre les mains des Israéliens et des Palestiniens, a souligné George Mitchell.

" Nous ne nous attendons pas à ce que toutes ces divergences disparaissent lorsque les pourparlers débuteront. Nous pensons en fait qu'elles seront exposées, débattues, discutées et qu'elles ne seront pas résolues immédiatement. Nous allons donc poursuivre cet objectif avec patience, persévérance et détermination ", a ajouté le médiateur.

L'Autorité palestinienne souhaite la naissance d'un Etat d'ici la mi-2011.

 

Source : Reuters

 

Voir également à l'égard du Quartet les articles suivant :

 * Proche-Orient : La réunion du 'quartet' montre une nouvelle fois ses limites ! Il faut en finir avec ce simulacre de médiation !

 * Engaging Hamas : rethinking the Quartet Principles, by Carolin Goerzig

 

 

 

 

 

 

Repost 0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 11:13

Les différentes crises dans le monde ont épuisé la "réserve opérationnelle d'urgence" que l'UE dispose pour l'aide humanitaire. Dotée de 120 millions d'euros (15% du budget de l'aide humanitaire qui se monte à environ 800 millions d'euros), cette "réserve" a normalement été constituée pour ne pas dépenser tout en début d'année.

Mais les crises récentes au Niger, en Somalie, au Pakistan dernièrement l'ont épuisé. Et il ne reste, selon mes informations, qu'à peine quelques millions d'euros. Maintenant il va falloir regarnir cette réserve. Et vite. L'argent sera puisé dans des lignes non utilisées du budget européen. Mais pour cela, il faut un accord du Parlement européen et des Etats membres. Espérons que ceux qui ont crié haro sur l'Union européenne sauront utiliser cet "enthousiasme" pour joindre le geste à la parole.

 

NDLR Regards-citoyens : cette constatation vaut également pour les capacités opérationnelles déployées par l'Union européenne au titre de la PSDC, registre où les nombreux engagements européens contractés au plus haut niveau politique des Etats membres ne sont pas tenus, loin s'en faut comme le souligne un député européen allemand, Christian Ehler, qui rendra son rapport dans les prochaines semaines après s'être rendu sur tous les théâtres d'intervention de l'Union européenne et avoir rendu visite à tous les groupements tactiques ; ce rapport détaillera la réalité du terrain qui impose le constat que l'Union européenne souffre de déficits capacitaires sur tous les théâtres  (cf. également à cet égard Rapport parlementaire sur les conséquences du Traité de Lisbonne sur les capacités militaires et les programmes d'armement de l'Union européenne (Yves Fromion) ainsi que Sécurité internationale : L'Union européenne n'est-elle pas entrain de se laisser entraîner dans une dynamique susceptible d'en briser l'élan ? - nouvelle édition - ).

 

NB : Cet article a été préalablement publié sur le site bruxelles2.over-blog.com  

 

 

 

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Politiques et actions externes de l'UE
commenter cet article
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 00:38

Il n'y a pas que des Israéliens de gauche ou des pacifistes européens (NDLR Regards-citoyens : ou des fondations et associations arabes) qui luttent contre l'expropriation des Palestiniens de Jérusalemn-Est. De nombreux juifs pratiquants s'associent également é ce combat contre ce qu'ils pensent être une terrible injustice.

.../...

Pour la suite de cet article, voir http://www.haaretz.com/ ou encore http://www.courrierinternational.com/article/2010/07/29/tu-ne-convoiteras-pas-la-maison-de-ton-voisin

 

 

 

 

Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories