Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 05:02

On 3rd February this year the British MoD published a 'Green Paper' of 52 pages entitled 'Adaptability and Partnership : Issues for the Strategic Defence Review'. It was a preamble to the SDR (Strategic Defence Review) that lays down the foundations regarding the evolution of the Defence issues of the United Kingdom, the reform of the Armed Forces and the

evolution of the acquisition programmes for the coming years. There, one will specially notice that a discrete call for a larger cooperation with France in the introduction of the document, was relayed by the Financial Times to the point of making its headlines on the same day relating a British call for an 'entente cordiale de la défense ' (in French in the text).

Several subjects are in fact dealt with in this working document but we will only address some of the main British acquisition programmes, on which the Financial Times particularly insists, even going further than the comments of the authors of the 'Green Paper' ! The 3 Armies are liable of being submitted once again to a high level of budgetary restrictions. Whilst the Home Fleet has already undergone the affront of being overtaken (in terms of the number of platforms) by the French Navy, two of its major programmes should be highly impacted : that of its missile launcher submarines (4 nuclear submarines (SSBN) are programmed for roughly 23 billion euros) and that of its aircraft carriers (2 programmed units for an amount close to 5 billion euros). As concerns aircraft, the Navy will also be impacted with an important decrease of the number of F35 JSF (whose number should fall from 150 to 66, which is hardly a scoop). The Royal Air Force will also see the number of its Typhoons decrease: 112 were scheduled for more than 10 billion euros. Lastly, the Army once again sees its armoured vehicle acquisition programmes questioned (a budget of more than 18 billion euros was necessary for the realisation of its programmes, starting with FRES for which only the SCOUT programme was to be the subject of a coming order at that time). The reduction of envelopes and lead times should generate an economy of 20 to 25 billion euros in the next decade according to our analysis. The backlash will be the higher unit cost of the platforms and of the maintenance.

 The search with synergy with France is presented as an economy lever, thanks to the implementation of grouped orders and even of pools to manage certain equipment (transport aircraft, drones) to the benefit of the Forces of both countries, and to higher level of specialisation (with the recurrent example of a task force uniting the French aircraft carrier and a British escort). Indeed, the Iraqi conflict had put a brake on the cooperation efforts launched in 1998 by Jacques Chirac and Tony Blair. The financial crisis now puts common ambitions on the front stage with a higher degree of pragmatism in terms of cooperation, codevelopment and engagement, with a budgetary stake being, now more than ever, in the first and foremost line of sight.

 

In this respect, the FRES Scout programme is interesting. For several years now, the French Delegation for Armament (DGA) estimates that the EBRC programme (technologically advanced and highly armed and protected front line wheeled reconnaissance vehicle) could be produced in cooperation with the British that are described as having a programme with

 

similar ambitions. However, whilst the French reports mention a possible synergy, the British were drafting a short term purchase of a heavy tracked vehicle armed with a 40 mm CTAI turret that was just recently materialised via the FCS SCOUT). Can one believe that, for the last five years, between both parties, no exchange took place due to the incompatibility of the programmes and expressions of needs from both sides of the Channel! But how can one imagine just for an instant the DGA abandoning its wheeled vehicle project to fall back on an off-the-shelf wheeled vehicle (ASCOD by General Dynamics ELS for example) ?

Inversely, on the British side, the acquisition by the Army of the VBCI by Nexter for its 'FCS Future Utility Vehicle' programme seems more than unlikely. Whilst 'give and take' would enable to satisfy both requirements and both parties at a reduced cost; this appears like blind man's bluff and every man for himself. The consequences of which, clearly underlined by the British report, are the financial load for the tax payer, the explosion of programme costs and the insufferable lead times imposed upon the Armed Forces. Remember, in France, the EBRC is more than 15 years late on the initial projects. As for FRES, this record may be surpassed, to the point where many 'Urgent Operational Requirements' (UOR) passed by the MoD had to be initiated to overcome the gaps in equipment for the deployed troops and the deficiencies of some equipment (including armoured vehicles sometimes more than 40 years old totally inadequate for service). These UOR therefore represented more than 5.5 billion pounds sterling in urgent equipment purchases since the beginning of the operations in Afghanistan. Whilst these UOR are presented as an innovative solution to respond to the needs of the British Forces deployed in operation, one will not be able to neglect the fact that they are also the consequence of the weakness of the acquisition budgets and of the difficulty for the institutions to 'programme' when faced with versatile intervention contexts and stakes.

 

Source : NEWSLETTER ARTEM MAI 2010 GB NEWSLETTER ARTEM MAI 2010 GB

 

 

 

 

Repost 0
Published by De La Boisserie - dans La France et ses partenaires
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 17:51

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) n'a pas rassuré les marchés. Vendredi matin 7 mai, le taux de l'emprunt d'Etat grec à dix ans a atteint un nouveau record, à 11,8 %. De leur côté, les Bourses européennes ont ouvert en très forte baisse.

Sang-froid. Persuasion. Fermeté. La veille, Jean-Claude Trichet avait pourtant adopté la "méthode Coué" pour tenter de ramener le calme : un défaut de la Grèce est "hors de question", a-t-il martelé, à l'issue de la réunion mensuelle du conseil des gouverneurs qui se tenait exceptionnellement à Lisbonne. Quant au Portugal et à l'Espagne, ils ne sont "pas dans le même bateau" qu'Athènes, a-t-il souligné, à l'heure où les inquiétudes grandissent sur un risque de contagion de la crise grecque.

Mais l'institution de Francfort a préféré les messages aux actes : elle a écarté l'idée de soutenir les pays qui peinent à se refinancer sur le marché en achetant elle-même des emprunts d'Etat. En clair, elle se refuse à faire tourner la planche à billets pour financer les déficits, à la façon de la Réserve fédérale américaine (Fed) pendant la crise financière. Du moins pour l'instant.

"Nous n'avons pas discuté de cette option ", a lâché M. Trichet, sans souhaiter s'étendre. Une déclaration sur ce sujet était très attendue. Nombre d'analystes s'interrogeaient sur la capacité de la BCE à dégainer cette arme "nucléaire" - une véritable rupture de dogme - pour envoyer un signal fort aux marchés.

In fine, Jean-Claude Trichet s'est évertué à en dire le moins possible. Quitte à souligner la difficulté, voire l'impuissance, de la banque centrale à manoeuvrer dans la crise grecque. Comme un signe de désaveu, l'euro est d'ailleurs passé sous le seuil de 1,27 dollar au moment même de la conférence de presse. La devise européenne a ensuite chuté jusqu'à 1,2523, son plus bas niveau depuis 14 mois.

"La BCE considère que ce n'est pas de son ressort (ou de sa capacité) d'enrayer les récents mouvements de marchés", constate dans une note Bruno Cavalier, chef économiste de la société de Bourse Oddo Securities. Pour certains experts, les récents cafouillages révèlent combien la BCE peine à trouver sa place dans la gestion de la crise, au moment où celle-ci fait tâche d'huile en zone euro.

Ainsi, lundi 3 mai, l'institution monétaire a pris une mesure inédite en décidant d'accepter de prêter de l'argent aux banques lui apportant en garantie des emprunts grecs, quelle que soit leur notation. Jean-Claude Trichet avait pourtant catégoriquement exclu trois mois plus tôt de changer le système "pour le bien d'un pays particulier". "C'est clair comme du cristal", avait-il assuré.

En Allemagne, ce revirement a provoqué une réaction immédiate : le banquier central s'est vu accusé de mettre la crédibilité de son institution en péril. Et, par là, de menacer à long terme la stabilité de l'euro. "En fait, analyse l'économiste Philippe Brossard, président de l'agence Macrorama, M. Trichet est coincé, contraint d'adopter, peut-être contre son gré, le discours allemand : la seule vraie solution pour résoudre la crise, c'est de réduire les déficits." Et la politique budgétaire reste du ressort des Etats, pas de la banque centrale.

Les fausses notes ne datent pas des derniers jours. Le patron de la BCE avait déjà dû opérer une volte-face radicale sur la question du rôle du Fonds monétaire international (FMI) dans le sauvetage de la Grèce : désireux de rester maître de sa zone monétaire, M. Trichet s'était, dans un premier temps, fermement opposé à l'intervention du FMI... avant de finalement s'y résigner, constatant l'incapacité de la zone euro à résoudre elle-même ses problèmes. Un camouflet pour celui qui était porté au pinacle il y a encore un an, pour sa gestion avisée de la crise.

La tragédie grecque aurait-elle changé la donne ? Des tensions et des divergences semblent apparaître au sein même de la BCE sur la façon de sortir de cette crise. Mercredi, le président de la Bundesbank, Axel Weber, s'est publiquement prononcé en faveur de la mise en place d'une procédure codifiée d'insolvabilité des Etats. Une façon de renforcer "la responsabilité des politiques financières nationales", a argumenté le patron de la banque centrale allemande, qui fait figure de favori pour succéder à Jean-Claude Trichet à l'automne 2011.

La question n'a pas manqué d'être posée à l'actuel président de la BCE à la sortie du conseil des gouverneurs jeudi. "Nous n'avons pas du tout discuté d'un défaut ou d'une telle procédure de défaut de paiement", a sèchement rétorqué M. Trichet.

  

NB : Cet article a été publié sur le site LeMonde.fr le 07 mai 2010.

 

 

 

 

Repost 0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 11:58

Nombreux sont ceux qui, aujourd'hui plus qu'hier, tentent de trouver des solutions durables au problème des plus épineux du manque de ressources financières aux Etats dépensiers (parfois gaspilleurs) qui, non seulement, se paient le luxe de ne pas respecter les règles qu'ils se sont fixées en matière de discipline budgétaire, mais trichent en ne jouant pas le jeu de la sincérité (notamment budgétaire) en proposant des programmes qui ne s'emploient que très imparfaitement à corriger les écarts par rapport aux objectifs de convergence et de stabilité qu'ils se sont fixés.

 

Parmi ses pistes, figurent celles, déjà anciennes, qui appellent à une réforme générale des prélèvements obligatoires en Europe (cf. De l'hypothèse d'un "emprunt européen" à la nécessité d'une réforme générale des prélèvements obligatoires en Europe ! (nouvelle édition)).

 

Parmi les plus récentes figurent celles préconisées par des hommes et des femmes politiques dont les cheminements idéologiques attestent de leur pragmatisme et de leur sens aigu des responsabilités : il en va notamment ainsi des propositions formulées par Guy Verhofstadt (cf. La gouvernance économique européenne selon la vision de Guy Verhofstadt ).

 

D'autres appellent à une révision docrinale de la politique monétaire européenne (cf. Le concept stratégique de la politique monétaire de l'UEM doit être révisé ! ).

 

D'autres encore appellent à modifier les instruments de mesure (cf. à cet égard Christine Lagarde veut aller plus loin dans la régulation des agences de notation (Les Echos) ainsi que Le procès trop facile des agences de notation (Edito du Monde) ).

 

D'autres, enfin, évoquent la création d'un impôt sur les activités financières et l'éventualité de taxer aux frontières les produits en provenance de pay tiers qui ne respectent pas des normes environnementales analogues à celles de l'Union. La taxation de l'activité bancaire a été décidée par l'Allemagne et cette orientation est partagée par le Royaume-Uni et la France, l'objectif étant de la faire devenir européenne et de la soumettre au G20 de juin pour qu'elle devienne mondiale. Comme le relève l'Agence Europe, si l'orientation relative à cette dernière taxation est claire, les modalités le sont beaucoup moins et les gros titres sur la direction commune ne signifient pas qu'il existe un consensus sur les contenus.

 

De son côté, le Parlement européen a demandé une taxe sur les transactions financières dont le produit serait essentiellement destiné aux pays en développement, mais avec une majorité faible (283 vois pour et 278 contre).

 

De temps en temps, quelques protagonistes font le point, en particulier deux des parlementaires européens directement impliqués dans les dossiers de la supervision de l'activité financière : Sylvie Goulard et Wolf Klinz. Sept rapports sont en discussion au sein du Parlement européen à cet égard, et leurs rapporteurs, issus de quatre groupes politiques différents, ont travaillé ensemble pour préparer une position cohérente allant au-delà de celle du Conseil ECOFIN (cf. à cet égard le site de Confrontations Europe : www.confrontations.org/).

 

La Commission européenne, quant à elle, analyse et évalue l'ensemble de ces pistes et proposera à son tour un catalogue de préconisations dont les Etats membres comme les institutions européennes compétentes discuteront le moment venu, avant de trancher.

 

A suivre !

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 09:17

La Commission européenne a terminé l'examen des programmes de stabilité et de convergence pour l'année 2010.

 

A la mi-avril, le Comité économique et financier (CEF) a remis à cet égard une note de synthèse au Conseil qui dégage les principaux enseignements de la série de programmes actualisés.

 

Le bilan est sans appel non seulement du fait de la crise, mais également en raison de programmes souvent trop optimistes qui auraient pu être plus précis.

 

Les déficits resteront bien au dessus du seuil de référence de 3¨du PIB dans les années à venir, constate le CEF, qui juge que le déficit de l'UE atteindra 7,2 % en moyenne en 2010. Il devrait redescendre à 4,3 % en 2012 et pourrait revenir à 3% en 2013 (sous réserve). Si la vaste majorité des Etats membres semble vouloir respecter les échéances prescrites par le Conseil pour revenir sous les 3%, certains pays qui sont sous le coup d'une procédure pour déficit excessif devraient renforcer leurs efforts de correction.

 

Les ratios de dette ont fortement augmenté ces deux dernières années, avc + 10 % du PIB en moyenne pour l'UE entre 2008 et 2009. De 75 % du PIB l'année dernière, le ratio de dette devrait continuer à augmenter pour atteindre 83,5 % en 2013. Compte tenu du vieillissement de la population, les stratégies budgétaires présentées dans les programmes ne seront pas suffisantes pour stabiliser les niveaux de dette d'ici 2020 dans une majorité d'Etats membres, ajoute le document du CEF. Au niveau de l'UE, le ratio augmentera à près de 90 % du PIB dans la seconde moitié de la décennie. Les objectifs à moyen terme (OMT) ont quant à eux été renvoyés aux calendes grecques. Seul un Etat membre prévoit d'atteindre l'OMT qu'il s'est fixé pendant la période couverte par le programme.

 

Les scénarios macro-économiques qui sous-tendent les projections des Etats-membres sont plus optimistes que les prévisions économiques d'automne de la Commission. Les projections de croissance émanant des programmes y sont supérieures de 0,3 point de pourcentage pour 2010 et de 0,7 point de pourcentage pour 2011. Cela présente un " risque significatif "pour les prochains résultats budgétaires, note le CEF.

 

D'une manière générale, les stratégies budgétaires présentées dans les programmes manquent de précision. Il conviendrait de mieux détailler les mesures envisagées pour l'après-2010 ou d'aller plus loin qu'un scénario à politique égale ("no policy change"). Dans certains cas, l'ajustement budgétaire qu'envisage l'Etat membre n'est même pas suffisant pour se conformer à l'effort annuel moyen recommandé par le Conseil dans le cadre d'une procédure pour déficit excessif.

 

Pour le CEF, la situation économique actuelle devrait surtout inciter les Etats membres à la prudence au moment de définir les scénarios macro-économiques sur lesquels ils basent leurs programmes et les pousser à s'assurer que les mesures d'assainissement sont suffisantes pour respecter les recommandations du Conseil. 

 

Source : Agence Europe

 

 

 

 

 

Repost 0
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 23:20
ifri.jpg
 
Le Centre des études de sécurité est heureux de vous annoncer la publication du : 
 
FOCUS STRATEGIQUE n° 20
 
 Vers la fin de la projection de forces ?
I. La menace du déni d'accès
 
par Corentin Brustlein
 
Télécharger directement le document en version pdf :
  
 

La projection de forces est devenue depuis plusieurs décennies une posture générale et une dimension fondamentale de l’influence que l’Occident tente d’exercer sur le monde. Or, on constate depuis une quinzaine d’années que l’adoption par les Etats occidentaux de postures essentiellement expéditionnaires encourage la prolifération de certaines technologies avantageant les stratégies fondées sur l’interdiction navale ou aérienne, menaçant de rendre trop coûteuses les interventions extérieures. Cette étude a pour objectif de comprendre et d'évaluer la menace posée par ces postures dites "de déni d’accès" (ou "d'anti-accès").

L'étude s’articule en deux parties, publiées séparément : cette première partie s’attache à exposer la thématique du déni d’accès à travers son rapport aux postures de projection de forces, et étudie les diverses capacités et stratégies ressortissant au déni d’accès, en particulier celles de la République islamique d'Iran. La seconde partie, publiée sous la forme du Focus stratégique n° 21, visera à étudier les capacités de réponse à la menace et à rappeler le caractère déterminant de la dimension politique de l'accès.

Associant les chercheurs du Centre des études de sécurité de l’Ifri et des experts extérieurs, Focus stratégique fait alterner travaux généralistes et analyses plus spécialisées, réalisées en particulier par l’équipe du Laboratoire de Recherche sur la Défense (LRD)

 
Repost 0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 12:58

Voilà donc les agences de notation à nouveau accusées de tous les maux, comme au lendemain de la faillite de Lehman Brothers. Elles seraient coupables d'avoir une attitude "criminelle", selon l'Elysée, ou "pousse au crime", selon Bercy, et sont taxées de "milices privées" par Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT.

A l'origine de ces accusations, leur décision d'abaisser les notes de la dette de la Grèce, du Portugal et de l'Espagne aurait aggravé la crise financière dans la zone euro et conduit Athènes au bord de la faillite. En un mot, sans ces dégradations humiliantes opérées arbitrairement par ces agences Standard & Poor's, Moody's et Fitch, la Grèce n'aurait pas vu ses taux d'intérêt s'envoler et ses besoins de financement exploser.

Il ne faut bien sûr pas négliger le pouvoir d'influence des agences de notation. Il est immense. Le jugement que leurs bataillons d'analystes portent sur la solvabilité des emprunteurs a une incidence directe sur le comportement des investisseurs, sur la composition de leurs portefeuilles et sur ce qu'il est convenu d'appeler l'humeur des marchés.

Il ne faut pas davantage sous-estimer leur capacité à se tromper, souvent lourdement. En accordant par exemple la meilleure note possible - le fameux AAA - à certaines entreprises à la veille de leur déroute, comme le courtier en énergie Enron ou les organismes hypothécaires américains semi-publics Freddie Mac et Fannie Mae. Ou encore en assurant les investisseurs de l'extrême solidité de certains titres financiers ultrasophistiqués adossés à des actifs vérolés à la veille de la crise des subprimes. Plus de transparence sur leurs méthodes est donc nécessaire, comme l'a réclamé le G20.

Pour autant, il ne faut pas se tromper de cible. Dans la crise financière grecque, le principal reproche à faire aux agences de notation, c'est de ne pas avoir su déceler assez tôt que le gouvernement grec truquait ses comptes publics. Et d'avoir, pendant des années, fait confiance à Eurostat, l'office européen des statistiques, qui les validait officiellement. Ou encore de ne pas avoir su deviner plus en amont que les problèmes de compétitivité des pays d'Europe du Sud mettaient en danger leur solvabilité même.

On ne voit guère comment la création d'une agence de notation européenne, surtout publique, comme le suggère la chancelière allemande Angela Merkel, aurait pu empêcher la crise grecque d'advenir. Au contraire. C'est bien d'avis totalement indépendants que les investisseurs qui gèrent l'épargne mondiale ont besoin.

Alors que l'euro est menacé, il est bien sûr naturel que les dirigeants politiques européens cherchent ailleurs que dans leurs propres erreurs et tergiversations des responsables, surtout s'ils sont anglo-saxons. Il est toujours tentant de vouloir tuer le messager porteur de mauvaises nouvelles. Aujourd'hui, pourtant, ce n'est pas de procès en sorcellerie dont la zone euro a besoin, mais de mesures urgentes sur sa gouvernance et ses structures.  l'origine de ces accusations, leur décision d'abaisser les notes de la dette de la Grèce, du Portugal et de l'Espagne aurait aggravé la crise financière dans la zone euro et conduit Athènes au bord de la faillite. En un mot, sans ces dégradations humiliantes opérées arbitrairement par ces agences Standard & Poor's, Moody's et Fitch, la Grèce n'aurait pas vu ses taux d'intérêt s'envoler et ses besoins de financement exploser.

Il ne faut bien sûr pas négliger le pouvoir d'influence des agences de notation. Il est immense. Le jugement que leurs bataillons d'analystes portent sur la solvabilité des emprunteurs a une incidence directe sur le comportement des investisseurs, sur la composition de leurs portefeuilles et sur ce qu'il est convenu d'appeler l'humeur des marchés.

Il ne faut pas davantage sous-estimer leur capacité à se tromper, souvent lourdement. En accordant par exemple la meilleure note possible - le fameux AAA - à certaines entreprises à la veille de leur déroute, comme le courtier en énergie Enron ou les organismes hypothécaires américains semi-publics Freddie Mac et Fannie Mae. Ou encore en assurant les investisseurs de l'extrême solidité de certains titres financiers ultrasophistiqués adossés à des actifs vérolés à la veille de la crise des subprimes. Plus de transparence sur leurs méthodes est donc nécessaire, comme l'a réclamé le G20.

Pour autant, il ne faut pas se tromper de cible. Dans la crise financière grecque, le principal reproche à faire aux agences de notation, c'est de ne pas avoir su déceler assez tôt que le gouvernement grec truquait ses comptes publics. Et d'avoir, pendant des années, fait confiance à Eurostat, l'office européen des statistiques, qui les validait officiellement. Ou encore de ne pas avoir su deviner plus en amont que les problèmes de compétitivité des pays d'Europe du Sud mettaient en danger leur solvabilité même.

On ne voit guère comment la création d'une agence de notation européenne, surtout publique, comme le suggère la chancelière allemande Angela Merkel, aurait pu empêcher la crise grecque d'advenir. Au contraire. C'est bien d'avis totalement indépendants que les investisseurs qui gèrent l'épargne mondiale ont besoin.

Alors que l'euro est menacé, il est bien sûr naturel que les dirigeants politiques européens cherchent ailleurs que dans leurs propres erreurs et tergiversations des responsables, surtout s'ils sont anglo-saxons. Il est toujours tentant de vouloir tuer le messager porteur de mauvaises nouvelles. Aujourd'hui, pourtant, ce n'est pas de procès en sorcellerie dont la zone euro a besoin, mais de mesures urgentes sur sa gouvernance et ses structures.

 

Source : http://www.lemonde.fr/opinions/

 

 

 

 

 

Repost 0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 11:02

Hier (lundi 3 mai 2010), la ministre de l'Economie n'a pas manqué de critiquer les conditions de la dégradation des notes des Etats souverains de l'Europe du Sud. Bercy réfléchit à renforcer la régulation à venir sur les agences de notation.

Hier, la ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, n'a pas mâché ses mots pour qualifier l'attitude de Standard & Poor's de « pousse au crime » dans une interview accordée au « Monde ». Elle reproche à la première agence de notation au monde d'avoir annoncé les dégradations des notes de la Grèce, de l'Espagne et du Portugal, la semaine dernière dans les dernières minutes des séances, n'offrant aux investisseurs pour seule perspective que de couper illico des positions qui ne répondent plus à leurs critères de gestion.

Du coup, la réglementation européenne qui entre en vigueur le 7 juin ne lui suffit plus. A cette date, les agences de notation pourront demander leur enregistrement auprès des autorités des Etats membres. Normalement, les trois grandes agences, Standard & Poor's, Moody's et Fitch, devraient passer par les fourches Caudines de l'Autorité des marchés financiers (AMF). Le gendarme de la Bourse française aura jusqu'au 7 septembre pour examiner les dossiers selon des lignes directrices fournies par le CESR, le comité des régulateurs européens. Ensuite, l'AMF les surveillera et les contrôlera. A compter du 1 er janvier 2011, la nouvelle institution, l'Autorité européenne des marchés financiers (AEMF), prendra la relève.  

Des régulateurs plus précis

Désormais, Christine Lagarde souhaite que les régulateurs soient plus précis dans leur examen. Selon l'entourage de la ministre, les réflexions tournent autour de quatre thèmes. Le premier concerne les modalités de diffusion des notations. Le timing de l'annonce revêt une importance capitale à la lumière de ce qui s'est passé la semaine dernière. Le second point s'attarde sur la transparence des méthodologies. Là, il est question d'améliorer la prévisibilité des changements. D'une certaine manière, les agences auraient à livrer leurs recettes de cuisine. Tertio, le marché devrait s'ouvrir plus largement à la concurrence. Un thème récurrent sur lequel butent, depuis des années, les gouvernements et les régulateurs. Les trois grands de la profession ont atteint un tel niveau de maîtrise technologique, et surtout disposent d'une base de données historiques sans égale, que les barrières à l'entrée de ce microsecteur ont découragé plus d'un prétendant. Enfin, Bercy envisage d'étudier la pertinence de l'utilisation des notations dans les réglementations, notamment sur l'adéquation des fonds propres des banques. La question est de savoir quel outil sera le plus approprié pour répondre à ces questions. Dans son interview, la ministre évoque une piste : « Les agences de notation doivent réfléchir à des codes de bonne conduite qui soient opérationnels. » L'entourage de Christine Lagarde espère que ces réflexions trouveront un large écho au niveau européen, car il n'est pas question pour la France de faire cavalier seul.

Parallèlement, l'idée d'une agence de notation européenne lancée par le président de l'Eurogroupe et ministre des Finances luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, puis reprise par le commissaire européen au Marché intérieur et aux Services, Michel Barnier (« Les Echos » du 30 avril), fait son chemin. Hier, la chancelière allemande, Angela Merkel, peu avare en critiques contre les acteurs traditionnels de la note, a estimé lors d'un point presse qu' « elle pourrait être utile » et qu'elle pourrait apporter « une compréhension de base » des mécanismes économiques différente de celle des agences existantes, plus orientée vers « la pérennité » de l'économie et moins vers le court terme. Elle en appelle ainsi à plus de concurrence.

 

Source : http://www.lesechos.fr/

 

 

 

Repost 0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 09:03

Trois initiatives indispensables. Guy Verhofstadt, le président du groupe libéral (ADLE) du Parlement européen est, à ma connaissance, la première personnalité politique occupant des fonctions importantes dans les institutions communautaires à s'exprimer sur ce que devrait être la future gouvernance économique de la zone Euro. Le principe de cette gouvernance a été approuvé par les chefs d'Etat et de gouvernement de cette zone dans la dernière partie de leur déclaration du 25 mars dernier (cf. Déclaration des Chefs d'Etat et de gouvernement de la zone Euro (Bruxelles, le 25 mars 2010)), après des années de discussions sans résultat sur l'exigence de renforcer la jambe économique de l'Union économique et monétaire, boiteuse à cause de sa faiblesse. J'ai toujours considéré depuis le départ qe cette initiative représente un tournant dans la construction européenne. Mais la plupart des media avaient concentré leur attention sur le volet opérationnel à court terme de la déclaration, celui relatif au problème grec. ceci est compréhensible, car l'actualité est toujours prioritaire. A présent que les pays de la zone Euro ont défini le contenu et les modalités du soutien à la Grèce, le moment est venu de relarder plus loin. dans l'histoire de l'Europe, le cas grec est une péripétie, dramatique et instructive, alors que la gouvernance économique représente l'instrument pour éviter des dérives analogues à l'avenir et pour stabiliser durablement l'Euro.

Dans une première phase, le débat sur ce volet essentiel s'était limité à une bagarre sémantique : faut-il parler de gouvernance ou bien de gouvernement économique ? Il y a quelques semaines, Guy Verhofstadt a dépassé ce stade, en s'exprimant sur l'avenir de l'UEM. Il condère comme indispensable trois initiatives pour garantir la stabilité de la zone Euro.

 

  1° Création d'un Fonds monétaire européen. L'idée en elle-même n'est pas nouvelle. M. Verhofstadt en indique : a) la dotation (20 milliards d'euros de capital de départ) ; les participations (les pays de la zone Euro en relation avec leur PIB, avec refinancement pr le Fonds lui-même à travers son activité de prêts) ; b) les conditions de l'octroi de ces financements, étroitement liées au respect du Pacte de stabilité : les Etats membres fautifs pourraient même être exclus des financements des Fonds structurels de l'UE.

 

  2° Lancement d'un marché obligataire européen (" Euro Bond Market "), avec des règles rigoureuses pour éviter le risque que les pays ayant des finances publiques saines paient pour les autres. Le résultat positif serait double : a) les Etats membres auraient accès aux marchés financiers dans des conditions à peu près analogues (c'est à dire sans " spreads " excessifs d'un pays à l'autre) ; b) serait créé un marché financier ayant uen taille suffisante pour attirer les grands investisseurs, comme la Chine, par exemple.

 

  3° Développement de la gouvernance économique. M. Verhofstadt est très sceptique à l'égard du programme UE2020, encore trop fondé, à son avis, sur les échanges des " meilleures pratiques " et sur les " pressions des pairs ", sans rien de contraignant : or, le passé a prouvé que les Etats membres n'ont pas la volonté nécessaire pour se réformer et se sanctionner les uns les autres ". Il faut donc lancer une véritable convergence des politiques économiques dont " la Commission euopéenne serait responsable " en tant qu'acteur impartial. En plus du lien avec le budget communautire et avec les financements des Fonds structurels, la nouvelle stratégie devrait encourager la formation de " groupes de pays prêts à progresser en matière de marché intérieur ", prévoyant notamment l'entrée en application automatique des règles de ce marché, si certains Etats membres en retardent la transposition en droit national.

La Commission devrait utiliser son droit d'initiative pour présenter ls propositions visant à concrétiser les réalisations citées. La Partie finale du texte de Guy Verhofstadt vise à prouver qu'un nouveau traité n'est pas nécessaire (cf. à cet égard Pour un nouveau traité d’Union économique (MAASTRICHT II)) : le Traité de Lisbonne est suffisant.

 

Respect institutionnel. Le document de M. Verhostadt (dont le texte intégral est disponible sur le site de Notre Europe : http://www.notre-europe.eu/) n'a pas l'ambition d'inventer des idées totalement nouvelles mais il vise à préciser, structurer et compléter des orientations assez largement partagées, et à sauvegarder les structures institutionnelles de l'UE en confiant à la Commission européenne un double rôle essentiel : les propositions et la gestion. Il ne retient pas la possibilité qu'un pays qui ne respecte pas les règles puisse être exclu de la zone Euro, mais il préconise des dispositions très rigoureuses à l'égard des infractions, y compris la suspension des financements communautaires ; formule rejetée par d'autres observateurs (car elle serait punitive à l'égard de populations en difficulté) qui préfèrent l'exclusion du droit de vote dans les décisions communautaires.

 

Le projet Verhofstadt est une contribution significative aux travaux de la task force que M. Van Rompuye est en train de constituer et qui présentera un projet opérationnel avant la fin de l'année.

 

NB : Cet article a été préalablement publié dans l'éditorial de l'édition n° 10116 du Bulletin Quotidien Europe datée du 13 avril 2010.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ferdinando Riccardi - dans ECOFIN - UEM et semestre européen
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 16:42

Le 29 mars 2010, le Conseil de l'Union européenne a doté la décision 2010/212/PESC concernant la Position de l'Union européenne en vue de la conférence d'examen de 2010 des parties au traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

 

Cette décision, qui a été publiée au Journal officiel de l'Union européenne n° L 090 du 10 avril (p. 0008 - 0014), est disponible ci-après : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2010:090:0008:01:FR:HTML

 

Dans ce même numéro du Journal officiel figure également le Rectificatif à la décision 2009/488/CE, Euratom de la Commission du 11 juin 2009 relative à la conclusion d’un protocole d’accord entre la Commission européenne et l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) ( JO L 161 du 24.6.2009).

 

Le texte de ce rectificatif est disponible ci-après : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2010:090:0027:01_DEC_2009_488_27:FR:HTML

 

Le texte initial de la décision rectifiée est disponible également ci-après : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:161:0013:0015:FR:PDF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 09:03

L'émissaire américain George Mitchell est arrivé lundi à Tel Aviv en prévision de discussions indirectes israélo-palestiniennes, à propos desquelles Israël se dit sceptique et vante au contraire les négociations directes.

Quelques heures avant l'arrivée de l'émissaire de Barack Obama, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président égyptien Hosni Moubarak se sont entretenus dans la station balnéaire de Charm el Cheikh, en Egypte, des négociations à venir sous l'égide des Etats-Unis.

Netanyahu s'est par ailleurs entretenu par téléphone pendant une vingtaine de minutes avec le président américain de la manière "de tirer le meilleur parti des discussions de proximité (...) et de les transformer le plus tôt possible en négociations directes", a dit Robert Gibbs, porte-parole de la Maison blanche.

Il a ajouté que les deux hommes avaient discuté des défis posés dans la région. Le président américain, a-t-il dit, a "réaffirmé son attachement inébranlable" à la sécurité d'Israël.

Les pays arabes ont approuvé samedi la tenue de quatre mois de "discussions de proximité" dont l'ouverture, initialement prévue en mars, a été reportée après l'annonce par Israël d'un projet de construction de logements pour colons juifs en territoire occupé, près de Jérusalem.

Amos Gilad, stratège au ministère israélien de la Défense, a déclaré à la radio israélienne que les négociations indirectes débuteraient mercredi.

"Tester la sincérité"

Le comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine, pour sa part, doit se réunir samedi pour donner le feu vert à ces discussions et on ignore quand George Mitchell rencontrera la partie palestinienne.

Le vice-Premier ministre israélien Dan Meridor a jugé "étranges" ces discussions indirectes, après seize ans de pourparlers directs.

"Je pense qu'il est clair pour tout le monde que de véritables discussions sont des discussions directes, et je ne pense pas qu'il y ait une chance de percée significative avant l'ouverture de négociations directes", a-t-il dit.

Il n'y a pas eu de discussions directes ces 18 derniers mois, une période durant laquelle Israël a lancé une offensive dans la bande de Gaza et un gouvernement de droite a été élu dans l'Etat juif.

Nabil Abou Rdainah, porte-parole d'Abbas, a déclaré que les négociations montreraient dans quelle mesure le gouvernement israélien veut vraiment la paix et qu'elles "testeraient la sincérité" de l'administration Obama quant à sa volonté de parvenir à l'établissement d'un Etat palestinien.

Gibbs s'est refusé à dire si le président palestinien Mahmoud Abbas rencontrerait Obama à Washington ce mois-ci.

Dans une interview publiée dimanche par le journal palestinien Al Ayyam, Abbas disait que le chef de l'exécutif américain l'avait invité ce mois-ci à Washington.

 

Source: Reuters

 

 

Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories