Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 13:06

The deepening credit crunch is changing the context of the EU's ongoing enlargement strategy, says Ollie Rehn, the EU Commissioner responsible for implementing it. But he emphasises that enlargement is part of the solution to Europe's problems, not part of the problems themselves


The strategic importance of EU enlargement was underlined by a number of events last year, and that means the context for discussing enlargement is very different today from even half a year ago.

In the first place, the global financial crisis will have a profound and long-lasting impact on the real economy, and thus on the general political atmosphere. If this crisis shows anything, it is that the global economy in general, and international financial markets in particular, are now so integrated that only stronger global governance and more concerted action will do.

The financial crisis has also shown how much south east Europe is already being integrated into the European Union. The region's emerging economies are among the most dynamic economies in Europe, and are becoming a major destination for EU exports. This underlines the fact that for Europe's economic revitalisation enlargement is part of the solution, not part of the problem.

 

The questions over the Lisbon treaty's ratification also weigh heavily these days on the minds of Europeans. The financial crisis is showing that the EU is essential to the welfare of its citizens; we need to make it stronger and even more effective and democratic in terms of global governance.

Last summer's Georgian crisis forced a re-think of our paradigm; Europe today faces security and stability challenges on its eastern doorstep that many thought had disappeared with the cold war. That's one of the reasons the Commission proposed last December an ambitious new chapter in the EU's relations with its eastern neighbours. Called the Eastern Partnership, it responds to the EU's eastern neighbour's desire to move closer to the European Union, and also makes it plain that is in the EU's own interest because it will contribute to the development of stability, better governance and economic development on our eastern borders.

Even though the context in which we are discussing EU enlargement is very different from that of six months ago, our enlargement policy remains based on the renewed consensus agreed between EU leaders at the end of 2006. This renewed enlargement consensus underlines the strategic value to the Union of the whole process, while ensuring the Union’s capacity to function. The policy's cornerstone is conditionality – progress along the road to EU membership is only possible if the countries involved are making progress towards fulfilling the EU's accession conditions.

Europe's gradual and carefully managed enlargement process has yielded steady if somewhat uneven progress by countries of the western Balkans. The region has clearly moved on from its post-war reconstruction phase towards pre-accession and integration, and has turned away from its nationalist past towards a European future. Where then do matters stand today? Croatia's accession negotiations have entered a decisive stage, and the EU has presented a conditional "roadmap" that gives still more rigour and structure to Croatia's preparations. But it must be seen as an encouragement, not a blank check. What it means is that if Croatia can meet all the conditions, it is now possible that it will be able to reach the final stage of accession negotiations by the end of this year. The ball is therefore now firmly in Croatia's court.


Last summer's Caucasus crisis underlined the importance for the EU of Turkey – both for our stability and security and for economic and energy reasons, but also in terms of the much wider concern of bridging great civilisations. In the meantime, if Turkey is to meet the conditions for EU accession, its reform programme needs to be seriously revitalised. The accession negotiations have been proceeding at a steady pace, but only a modest one.


The former Yugoslav Republic of Macedonia achieved candidate status three years ago, and since then it has made good progress on judicial and police reform and continued to consolidate multi-ethnic democracy by implementing the Ohrid Agreement. But these good results have to some extent been overshadowed by shortcomings on the political criteria which are key to the start of formal accession negotiations. If this challenge can be overcome, though, the country has the potential needed to achieve further progress this year. It and other countries in the region are also working on fulfilling the conditions for visa free travel. This is an important issue of for all citizens of the western Balkans, and especially young people who would like to travel freely and get to know the EU better, and the hope is that the most advanced countries could achieve this during the course of this year.

Montenegro is sometimes spoken of in Brussels as 'the quiet surprise" of the western Balkans. I welcomed its formal application for EU membership last December because since its independence in 2006 it has adopted a new constitution, made good progress on key reforms and signed and implemented its Stabilisation and Association Agreement with the EU. On top of that, it has played a stabilising role in the region.

Albania is in a rather similar position. It too has made steady progress on reforms, including economic ones. Albania signed its Stabilisation and Association Agreement with the EU back in 2006 and is now looking ahead to the next stage this year. Albania has come a long way, but of the many challenges that remain, not the least is fighting organised crime and corruption and ensuring that its elections are conducted in accordance with international standards. But Albania has come a far way.

The first half of last year, meanwhile, saw important progress in Bosnia and Herzegovina leading to the signature of its Stabilisation and Association Agreement (SAA) and last June's start of its visa dialogue. The challenge for the country's political leaders is to achieve the sort of consensus that has delivered progress on EU integration elsewhere in the region, and it's also time that EU-related reforms moved to the top of the agenda.

I
n November of last year, EU High Representative Javier Solana and I jointly outlined the EU's role in Bosnia and Herzegovina. The EU is ready to reinforce its presence there to ensure a smooth transition, but only after Bosnia and Herzegovina has met our conditions for the closure of the Office of the High Representative. In other words, the time has come genuinely to move away from the era of the Dayton Agreement of 1995 into a new Brussels era. It is in the country's interest to become fully empowered and responsible of its own direction, and the prospect of its European future will be both driver and anchor of this crucially important stabilisation process.


Serbia's new government has made EU integration and the accompanying reforms its key priorities. Serbia has a major role to play in the region, and thanks to its strong administrative capacity its progress towards the EU can be accelerated and candidate status conferred just as soon as all the necessary conditions are met.

In the Commission's view, the mid-2008 arrests of former Bosnian Serb police commander Stojan Župljanin and his political chief Radovan Karadžić represent important milestones in Serbia's cooperation with the ICTY war crimes tribunal in The Hague. Serbia has now done enough for the EU to go ahead with implementing the trade-related parts of the SAA it signed last summer. Serbia should therefore be allowed to build on the momentum this would create, and EU integration made tangible enough for Serbia to embark on a large number of reforms. The implementation of the Interim Agreement would clearly help, rather than hamper the Serbian political leadership's willingness to cooperate fully with the ICTY.

A decision to implement the Interim Agreement will not change the fact that full cooperation leading to the arrest of the last two remaining fugitives – Ratko Mladić and Goran Hadžić – remains a condition for further progress.

Kosovo will this year remain a focal point, but it needs to deliver on its commitment to becoming a democratic and multi-ethnic society. The EU is committed to helping secure peace and stability in Kosovo, and to support its economic development, and by the autumn we will be presenting a feasibility study on this.

Last year was a difficult year in the western Balkans. The region is not being sparred the economic consequences of the global financial crisis, and there remains a very real danger of fresh instability at a time when Kosovo's future status is being resolved. But these repercussions need not be destabilising. The European prospect has once again acted as a compass that helps countries in the region to navigate and move ahead on a peaceful and reformist track; these reforms continued throughout the year, with each country advancing according to its own merits and capabilities.

Of late, we’ve got into the habit of seeing EU enlargement in terms of south-eastern Europe, but what about our north-western corner? The day should come when the Norwegian people decide to apply to join the EU, I’ll be among the first to welcome them once the necessary entry conditions have been met. Iceland is geographically more distant from the EU than Norway, yet politically it may be moving closer. Iceland is a European country with long and deep democratic roots. As a member of the European Economic Area it has already adopted and implemented an estimated two-thirds of the EU's “acquis communautaire”. Given Iceland's advanced state of economic integration with the EU, accession negotiations could progress fast. But it’s up to the people and their political leaders to decide whether they want their country to apply for EU membership. And of course there will be some challenging issues to deal with, notably in the area of fisheries.

This year could well be the year of south east Europe and of the EU’s new Eastern Partnership, even though many challenges still lie ahead. As for Europe's north-western corner, Iceland is already among the EU's closest partners and has its natural place in Europe, with exactly what that place will be for Iceland itself to decide.



Source : Europe's World (http://www.europesworld.org/) - Newsletter #13
Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 23:19

Invité à animer une conférence sur le thème « Où en est l’Union pour la méditerranée », à la faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales de Casablanca, l’ancien Ambassadeur du Maroc en France, Hassan Abouyoub, devenu depuis Ambassadeur itinérant du Roi Mohammed VI, a fustigé le projet relooké d’Union pour la méditerranée (UPM), cher à Nicolas Sarkozy et aux pays membres de l’Union européenne (qui ont adhéré au nouveau concept après
coup).


« L’UPM marche à côté de ses pompes. La démarche est inadéquate. Quand on parle d’union, qui veut-on tromper ? Il n’existe aucune institution commune et de budget commun. Ce n’est pas la crise financière qui est à l’origine de la panne de l’UPM, mais les nombreuses inégalités entre les pays de la rive Nord et Sud ou encore l’état des pays arabes. Pour preuve, aucun pays du Sud n’a proposé un projet à l’UPM. Comment voulez-vous que la sauce prenne ? », indique Hassan Abouyoub.


Avec un « parler vrai » et un ton pertinent – à la frontière de l’impertinence pour certains– , l’ambassadeur itinérant a dressé un portait peu à l’avantage des artisans de l’UPM. Que faut-il en déduire ? Et en conclure ?


Venu avec la « casquette » d’ami (et non avec la tenue de diplomate), Hassan Abouyoub a-t-il profité de l’occasion pour vider son sac en faisant fi de sa fonction…officielle et de ses attributs ? Cela en a tout l’air.

Son sentiment est-il « partagé » par les décideurs du Royaume ? Certainement.

« Jetons un regard sur la campagne politique pour les élections européennes. Pas une formation politique européenne en course aux élections ne fait mention à l’UPM. Même pas l’UMP, le parti présidentiel de Nicolas Sarkozy. Je vous invite à consulter les sites de ces formations. Fondamentalement, cela n’intéresse personne », ajoute Hassan Abouyoub.


Toujours selon son propos, la situation est identique du côté de la rive Sud. Clin d’œil adressé aux tenants du statu quo. « Il n’y a de volonté politique au sein des pays membres de l’UE qui permettraient des sanctions à l’encontre des pays du Sud qui ne respectent pas la démocratie, l’Etat de droit encore les droits élémentaires en matière de droits de l’Homme », poursuit-il.


Plus qu’une estocade, c’est une véritable attaque en règle ! Si certains y verront l’expression de la rancœur sur fond d’amertume – Hassan Abouyoub était pressenti pour assurer la fonction de Secrétaire général de l’UPM – d’autres y liront le sentiment … réel du pouvoir central.


Dans tous les cas de figure – et suite à la présence du Prince Moulay Rachid et non du Roi Mohammed VI au sommet des Chefs d’Etats à Paris, le 13 juillet 2008, pour le lancement officiel de l’UPM – le Maroc soutient l’UPM, mais timidement ….


Source : Rachid Hallaouy (http://www.yabiladi.com/images/hassan_abouyoub.jpg)
Copyright Yabiladi.com

Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 08:56

Après avoir eu longtemps du mal à se comprendre, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel multiplient les gestes qui montrent que la France et l'Allemagne sont décidées à travailler ensemble.


Le meeting organisé hier soir à Berlin en vue des élections européennes était l'un de ces gestes. Le dîner en tête-à-tête qui a suivi, également.


Nicolas Sarkozy n'aime pas perdre son temps dans d'inutiles apparitions à l'étranger. S'il s'est prêté à cette réunion électorale à deux, qui sera suivie d'une autre, en France à la fin du mois, c'est parce qu'il a compris que rien en Europe ne pouvait se faire sans l'Allemagne.


La démarche est la même que celle de ses prédécesseurs. Depuis de Gaulle et Adenauer jusqu'à Chirac et Schröder, en passant par Giscard et Schmidt ou Mitterrand et Kohl, chacun des grands « couples » franco-allemands a connu des débuts difficiles avant de symboliser l'entente retrouvée et de porter la construction européenne.


En Allemagne, la personnalité de Nicolas Sarkozy intrigue. La manière dont il a mené la présidence française de l'Union européenne, au dernier semestre de l'an dernier, a séduit bien des hésitants.


Son volontarisme, sa détermination à obtenir des résultats sont des qualités appréciées outre-Rhin. Tous ceux qui trouvaient la chancelière un peu hésitante face à la crise y ont vu un aiguillon salvateur. Du coup, Nicolas Sarkozy est fondé à se faire l'avocat d'une Europe « qui agit » grâce à la coopération franco-allemande. Et Angela Merkel sort avantagée de son association avec le président de la République.


Il y a là l'ébauche d'une complicité qui fut celle de leurs prédécesseurs, même si la dimension personnelle manque un peu de chaleur, compte tenu des différences de tempérament entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel.


Le tournant a été pris à la veille du G20 de Londres, au début avril. La conférence de presse commune donnée à l'ouverture du sommet a montré que Français et Allemands portaient ensemble, auprès de Barack Obama, la revendication européenne d'une plus grande régulation financière.


La relance franco-allemande a ouvert de nouvelles perspectives en matière de politique industrielle et économique. Sur l'Europe, les positions se rapprochent. Il en est ainsi notamment de l'élargissement, sujet sur lequel les Allemands en sont venus à une attitude plus stricte que la nôtre, faisant de la Croatie le dernier pays pouvant être admis dans l'Union dans les circonstances actuelles.


Certes, les décisions importantes devront attendre l'automne et la formation d'un nouveau gouvernement à Berlin, après le scrutin du 27 septembre.


Angela Merkel, que l'on espère voir renforcée par l'élection au Bundestag, et Nicolas Sarkozy devront, à ce moment-là, définir un projet politique commun pour faire avancer l'Europe au cours des cinq prochaines années. Alors pourra-t-on les juger à l'aune des grands couples franco-allemands du passé.
 

(Editorial paru dans l'édition du quotidien Le Figaro daté du 11 mai 2009)

Repost 0
Published by Patrice Cardot - dans La France et ses partenaires
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 08:35


Monsieur le Premier Ministre
Monsieur le Président du Sénat,
Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,
Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs les parlementaires,
Monsieur le Président du Conseil Régional,
Monsieur le Président du Conseil Général,
Monsieur le Maire de Sainte-Maxime,
Mesdames et Messieurs les élus,

Nous voici donc réunis en ce 8 mai pour commémorer la fin de la 2è Guerre Mondiale.

C'est l'occasion pour chacun d'entre nous de nous souvenir une fois encore de ce qu'après tant de sang, tant de larmes, tant de douleurs, la paix nous a apporté.


Pendant des siècles, le destin de l'Europe a été scellé par l'esprit de revanche. Pendant des siècles, chaque guerre préparait la suivante, le meurtre appelait le meurtre et la souffrance réclamait la vengeance.

Le 8 mai nous ne célébrons pas seulement la libération de notre patrie, nous ne célébrons pas seulement la victoire sur le nazisme. Le 8 mai nous célébrons aussi une victoire sur nous-mêmes.

Ne rien oublier, mais ne plus haïr : voilà comment ceux qui furent grands dans la guerre furent plus grands encore dans la Paix.

On ne prend la mesure de cette grandeur, qu'en n'oubliant pas nous-mêmes ce qu'ils ont enduré et ce qu'ils ont accompli en se battant au péril de leur vie.

Nous devons haïr la guerre avec son cortège d'horreurs et de souffrances. Nous devons haïr la guerre qui est absurde.
Mais nous devons rendre hommage à ceux auxquels l'engrenage fatal d'une folie meurtrière ne laissa pas d'autre choix que de prendre les armes pour défendre les plus belles valeurs humaines.

Ils avaient le sens de l'honneur.

Ils étaient dignes.

Ils étaient courageux.

Ils étaient généreux.

Ils étaient fraternels.

Ceux de nos compatriotes qui ont fait leur devoir.

Soldats de la France Libre et de l'armée de l'ombre, résistants des maquis, ce furent des héros.

Si j'ai souhaité que cette année la commémoration du 8 mai ait lieu ici, à Sainte-Maxime, c'est pour rendre un hommage particulier à ces héros qui débarquèrent sur les plages, vos plages, ces plages le 15 août 1944.

Ce jour là, à 3h30 du matin les bombardements commencent.

A 4h30 les parachutistes sautent sur Le Muy et l'occupent.

A 5h30 les quatre cents canons de 250 navires de guerre ouvrent le feu sur les positions allemandes.

60 000 hommes s'apprêtent à se ruer entre le Cap Nègre et Saint-Raphaël.

Les troupes de débarquement sont américaines et sont françaises. Et parmi elles, je veux leur rendre un hommage particulier, il y a les Spahis, il y a les Tabors marocains, il y a les tirailleurs sénégalais.

La Résistance les attend. Depuis des semaines elle prépare le jour J avec l'Etat-major allié. Son aide va être décisive.
L'avance est rapide.

Le 17 août, les alliés ont déjà installé une tête de pont de 70 km de long sur 20 de profondeur.

Le 28, c'est Marseille et Toulon qui se trouvent libérés.

250 000 soldats français sont engagés dans ces opérations. Ils formeront avec le renfort de 114 000 FFI, la 1ère Armée française qui, avec de Lattre, libérera l'Alsace et bousculera l'armée allemande jusqu'au Danube.

A ces soldats qui se sont si bien battus le Général de Tassigny, commandant en chef
de la 1ère Armée française dira au jour de la Victoire : « vous avez fait votre devoir et parfois plus que votre devoir ».

Le débarquement de Provence ne décide pas de l'issue de la guerre, mais il joue un rôle absolument décisif dans la participation de la France à la victoire finale.

Depuis Bir Hakheim et Koufra jusqu'au Mont Cassin, une poignée de combattants dont les rangs n'ont cessé de grossir pour devenir une armée se sont couverts de gloire sur tous les champs de bataille.

Mais c'est ici, sur les plages de Provence que commence véritablement la reconquête de la France par elle-même. En Normandie mais ce sont les Alliés qui constituent la force principale. En Provence ce sont les troupes françaises qui fournissent l'essentiel de l'effort. Beaucoup d'entre elles se sont battues en Italie. Elles ont reçu les renforts de la division d'infanterie coloniale et de deux divisions blindées.

Les troupes coloniales montrent un courage admirable. Tout le temps qu'ils participeront à l'épopée de la 1ère Armée, ils se battront pour la France comme s'ils se battaient pour leur mère-patrie. Ils ne seront économes ni de leur peine, ni de leur sang. La France n'oubliera jamais leur sacrifice.

Elle n'oubliera jamais, la France, les soldats américains tombés à leurs côtés sur ces plages. Et nous célébrerons le 6 juin leur souvenir avec la visite du Président Obama en France.

La France n'oubliera jamais les soldats alliés couchés sur la terre de Normandie.

La France n'oubliera jamais ses enfants morts pour racheter le déshonneur de la défaite, pour racheter la honte de la collaboration et pour racheter l'humiliation de la servitude. Ils se battaient pour qu'à leur tour leurs enfants, nous-mêmes, n'aient pas à rougir de ce qu'auraient accompli leurs pères. Ils se battaient pour leur transmettre cette fierté d'être Français que pendant quatre ans la France à leurs yeux avait perdue.

Pour eux, ces combattants, la vraie France, ne pouvait être ailleurs que dans le coeur de ceux qui avaient choisi de se battre pour elle parce que l'idée de l'abaissement de la France leur était absolument insupportable.

En débarquant sur ces plages sous le feu meurtrier de l'ennemi, en incorporant dans leur rang, au fur et à mesure de leur progression, les Forces Françaises de l'Intérieur, en rétablissant partout l'autorité de l'Etat et la souveraineté de la Nation, nos compatriotes étaient davantage que des soldats victorieux : ils étaient la France, la France qui rentrait chez-elle, la France qui retrouvait son honneur et la France qui retrouvait son unité.

Avec le premier soldat français qui met le pied sur le sol provençal, avec le premier char de Leclerc qui rentre dans Paris, avec le premier résistant qui vient se battre au grand jour au côté des Français libres, la France redevient la France.

Mes chers compatriotes,

Nous devons apprendre à nos enfants à ne pas être prisonniers du passé. Mais nous devons aussi apprendre à nos enfants à être fiers de leur pays, à être fiers de la France, de ce que les générations qui les ont précédés ont accompli de grand, ont accompli de noble, ont accompli de beau.

Nous devons leur montrer l'exemple de ces jeunes français qui se sont sacrifiés à une cause qui leur semblait plus grande que leur propre vie. Et c'est grâce à tous ces martyrs qu'aujourd'hui nous sommes un peuple libre. Nous ne pouvons pas oublier ce sacrifice et ce que nous leur devons.

Je veux rendre hommage aux vétérans de cette guerre atroce qui à un moment tragique de notre histoire ont eu la force et ont eu le courage de dire « non ».

Je veux leur dire que ce qu'ils ont fait ne doit pas seulement relever de l'histoire. Ce qu'ils ont fait doit continuer de faire partie de la mémoire vivante de notre pays.

La France Libre, la Résistance, c'est une partie de notre identité nationale. C'est l'expression la plus haute et la plus compréhensible de nos valeurs.

Ne plus haïr, mais ne rien oublier...

Pour, demain, « ne pas subir ».

Vive la République,

Vive la France.

Repost 0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 22:10

CHAPTER SIX

Conclusions and Way Ahead

 

An approach to BPC for combating WMD is defined at the strategic level as a mix of types of activities that collectively address combating WMD ends in a region. Successful partner capacity building uses the right mix of activities, sequenced in the most appropriate way as to allow for the sustainability of the capacity provided. To ensure the approach will have the desired effects, DoD should pursue a number of reinforcing activities. First, it is critical for U.S. policymakers and program managers to develop and implement an effective and coordinated strategic communications plan that will reinforce key concepts. An effective communications strategy should include listening to the partner country’s views (For example, DTRA and the Marshall Center conducted a workshop in November 2007 for Black Sea littoral partners in an effort to better understand the perspectives and needs of the partners for combating WMD proliferation). Second, DoD planners and program managers should create and take advantage of opportunities to collaborate at the planning level. And third, it is important to make clear linkages between strategic desired end states and functional plans.

 

This monograph has outlined and then applied a process for developing regional approaches to build partner capacity for combating WMD. We have focused on the following four steps :

 

* Identifying capabilities and desired end states relative to the WMD threat

* Working with potential partners

* Identifying relevant BPC ways and means

* Developing a framework to assess the effectiveness of BPC activities.

 

Recommendations for implementing this approach can be linked to seven key themes that will serve to guide DoD BPC for combating WMD efforts. These themes include improving guidance, increasing visibility of ongoing activities at a global level, improving coordination, encouraging collaboration and implementation, conducting assessments, and securing resources. Recommendations for implementing each of the four steps are provided below and linked to the seven key themes.

 

Identifying Desired End States and Capabilities Relative to Threats

 

Identifying desired end states and capabilities relies on having good guidance and an understanding of the nature of the WMD threat in each of the COCOM subregions. These insights will help planners focus security cooperation resources on the right capabilities for the right reasons in the most effective ways, according to OSD and COCOM guidance. After the combating WMD desired end states relative to the WMD threats are determined, it is important to identify the required key capabilities.

 

Specific Recommendations

 

1. Planners and program managers should ensure that combating WMD programs address OSD guidance and COCOM requirements.

All activities should support at least one of the major desired end states identified in OSD or COCOM guidance, and the linkages to that guidance should be clearly articulated.

 

2. Regular planning sessions among the various DoD functional and regional planners and program managers would help to ensure adherence to the guidance and also ensure that COCOM requirements are met in the most effective and efficient ways.

This can be accomplished through regular planning sessions with program managers to ensure that activities are deconflicted and gaps identified.

 

 

3. Planners should develop memorandums of understanding or internal operating instructions that formalize roles and relationships, for example, between DTRA, STRATCOM, and the SCC.

 

4. It might be worthwhile to hold, perhaps on a monthly basis, country-specific or functionally focused (e.g., border security) working groups, in which all program managers conducting activities with that country share ideas on (a) current capabilities under development, (b) desired end states being pursued, and (c) any lessons from recent activities about which others should be aware. Such a forum could produce country-specific or functionally focused plans that clearly link to GEF and COCOM desired end states. OSD could organize such meetings, or they could be held by the support agencies.

 

Working with Potential Partners

 

Working with partners relies on an understanding of the partner’s capacity and willingness, and also on an understanding of the nature of the U.S. relationship. The effectiveness of U.S. BPC activities is in large part reliant on the synergy between various programs that are undertaken, often independently of each other, with a given country or within a region. Close coordination between DoD and broader U.S. government activities will enable program managers to more effectively reinforce key concepts of combating WMD with U.S. partners, in a reinforcing way that builds the capacity of partners to combat WMD threats.

 

Specific Recommendations

 

1. DoD should focus on the partners that are most relevant to a specific WMD threat, as discussed in Chapter Three. Appropriate partner roles can be determined by identifying the willingness of a potential partner to work with the United States and its current capacity to combat WMD threats. Planners should apply and, if necessary, consider the capacity and willingness criteria developed in Chapter Four and expand on them as needed, based on insights from the Intelligence Community and regional experts. The key is to determine a country’s overall capacity and willingness to combat WMD threats, and then be creative to develop the best approach to working with that specific country to meet U.S. and partner needs. The best approach may be, in some cases, to work through a third party in a BPC context.

 

2. Greater emphasis should be placed on coordinating with other U.S. government agencies when partners are more willing to work directly with the United States. DoD participation in international working groups, including donor conferences and clearinghouses such as the South Caucasus and Africa Clearinghouses (in which both the UK and France take part), is important especially when it comes to countries that do not wish to work directly with the United States on combating WMD issues.

External coordination could uncover new opportunities to collaborate with other agencies, particularly the State Department (i.e., the EXBS program) and DOE (i.e., the SLD program), to leverage other activities and avoid duplication of effort. Other examples include spin-off events from PSI and GICNT, as well as BPC for combating WMD activities sponsored by such organizations as the IAEA, the Organization for the Prohibition of Chemical Weapons, NATO, SHAPE, the European Union, the Organization for Security and Cooperation in Europe, the Asia Regional Forum, and the Organization of American States.

 

3. DoD planners should seek to attend interagency working groups, such as the “deconfliction meetings” held by the State Department’s Europe and Eurasia Coordinator’s Office, and other for a for discussing security cooperation activities that have a combating WMD objective. Another venue for such coordination is the semi-annual SOCOM Global Synchronization Conference, which is augmented by frequent “community of interest” video teleconference discussions that include DoD and other interagency stakeholders.2 Planners might encourage STRATCOM and/or SCC to hold similar conferences, or at least video teleconferences, specifically on combating WMD.

 

4. UNSCR 1540 country reports, available on the United Nations Web site (United Nations Security Council, 2007), provide valuable insights into potential partner needs from the partner country’s perspective. A better understanding of a partner’s self-identified capability needs relative to the threat will help to ensure that DoD programs are focused on the right issues.

 

Identifying Ways and Means to Build Partner Capacity to Combat WMD

 

The various ways of building partner capacity can be organized along a spectrum to create a building block approach. Where the United States engages a partner along this spectrum is directly related to the nature of the U.S. relationship with a partner country. Wider visibility into the specific ways and means pursued by other DoD entities, U.S. agencies, allies, and international and regional organizations will help program managers determine what might be the most appropriate approach at a given time. During the COCOM workshops held for this study, one recurring observation was the need for various programs and activities to work together and complement each other; such an effort would not be possible without a better understanding of what those programs and activities are and which agencies manage and execute them.

  

Specific Recommendations

 

1. Program managers and planners should consider the current state of the U.S. relationship with a given country — i.e., crawl, walk, or run — to identify how DoD programs can be used most appropriately.

 

2. Program managers and planners should continue to monitor COCOM, service-level (especially the Army’s ARGOS and the Air Force’s Knowledgebase systems), and other agencies’ databases that track and assess security cooperation activities. The OSD–Joint Staff initiative to develop a BPC portal information sharing network may be the best opportunity to share data on programs and activities, and to gain visibility on activities conducted by other agencies within DoD and eventually among interagency groups.

 

3. Planners should expand their participation in COCOM theatre security cooperation working groups by briefing their specific combating WMD programs whenever possible. Increased permanent representation at the geographic COCOMs from a variety of DoD entities would also help to ensure that BPC capabilities are fully realized and utilized at the COCOM level.

 

4. Program managers and planners should seek to gain visibility into service- and National Guard–level activities on BPC for combating WMD. One example is the Army CMEP tabletop exercises and council meetings in the Balkans. Other Army specific Title 10 programs—such as staff talks, scientific exchanges, and the like—can also have a BPC for combating WMD element. In addition, the Army and Air National Guard SPP may be an ideal partner for DTRA. In FY 2008, SPP was allocated $10 million (an increase of about $8 million annually) to support program activities, which generally include workshops and information exchanges. SPP certainly is well within its authority to focus some events on combating WMD.

 

5. Program managers and planners should seek to take advantage of collaboration opportunities. These include supporting another agency’s activities, perhaps as a voluntary observer at first. When DoD program managers identify a collaborative opportunity, they should ensure that OSD and COCOM combating WMD desired end states are included, especially since collaboration typically involves the sharing of event resources, and therefore objectives.

 

In this regard, it would be helpful to place greater emphasis on collaborating with other U.S. government agencies and international working groups, such as donor conferences and clearinghouses. DoD should consider supporting other U.S. government agency events, such as the DHS CSI, State Department EXBS program, and DOE SLD program workshops and various training sessions for which DoD expertise can be most effectively utilized.

 

It would also be beneficial for a varity of DoD planners and program managers to support COCOM bilateral and multilateral exercises on BPC for combating WMD—such as FLEXIBLE RESPONSE (EUCOM), PANAMAX (SOUTHCOM), REGIONAL COOPERATION (CENTCOM), TEMPEST EXPRESS (PACOM), and GOLDEN SPEAR (AFRICOM)—and to support NATO exercises in the EUCOM area of responsibility, such as those conducted by the Euro-Atlantic Disaster Response Coordination Center. Finally, it is important to involve civilian and military organizations from both the United States and the partner.

 

Developing an Assessment Framework

 

As discussed in Chapter Five, DoD currently does not have a robust assessment framework in place to address this requirement in a comprehensive manner. Planners need a way to more fully understand how their programs support U.S. national security, OSD, and COCOM level priorities, and a way to determine which programs and activities are having the most significant impact. Two key themes to consider when developing an assessment framework are resources and implementation processes — i.e., the ends, ways, and means of building partner capacity. The actual assessment of these resources and processes is, in itself, a key element to consider in successfully executing BPC programs and activities.

 

Specific Recommendations

 

1. Program managers should implement the seven-step framework outlined in Chapter Five as a way to assess the effectiveness of DoD programs. The assessments should be conducted in coordination with the geographic COCOMs, and we recommend that the analysis be conducted at the program level, using

specific countries as test cases. Having a better understanding of how DoD programs and specific activities are supporting COCOM and OSD objectives will enable resource managers to make informed decisions about whether to expand, continue as is, alter in some way, or cut an existing activity that is falling short of its objectives. As Chapter Five points out, DoD manages and executes programs across all of the “ways”; this type of framework would allow for individual programs to be aggregated into an assessment across these various ways.

 

2. Both performance and effectiveness measures should be developed that link the relevant combating WMD ends, ways, and means. Activity after-action reports that reflect or address those metrics should be shared with the geographic COCOM J5 Combating WMD and Theater Security Cooperation offices.

In addition, it would be useful for planners to better understand the effects of other agencies’ security cooperation activities that are pursuing the same ends, especially those that involve support from DoD programs. Finally, program managers should seek feedback from partner countries through both free-flowing discussions and focused surveys based on agreed-upon metrics.

 

3. In terms of resources, DoD might consider creating a single resource advocate for combating WMD BPC programs. The advocacy for various programs should occur as a result of a detailed assessment described in this monograph. Program managers can assist the advocate by providing visibility on various

programs; such collaboration can serve as a resource multiplier.

 

4. In terms of implementation, we recommend that planners and program managers consider a pilot assessment consisting of one or two key DoD programs that focus on several different “ways” of security cooperation (i.e., perhaps one training program and another that focuses on exercises, equipment transfer, or workshops).

The seven-step assessment process outlined in Chapter Five provides a road map for planners to carry out the assessment at the program level. The lessons of such an assessment could be applied to future assessment efforts, and the output and outcome indicators can also be adjusted as a result.

 

5. Program managers should consider whether the planned activities address gaps identified through the four-step process. This would require a higher level of visibility into the ongoing activities than is currently available in a single source. Overall, DoD should emphasize the coordinated use of complementary projects when possible, assist in the creation of common regional practices, support others’ programs when deemed appropriate, and understand when to stand aside.

 

Conclusion

 

The ideas presented in this chapter, and in the monograph as a whole, are an essential first step for DoD to enhance the effectiveness of its efforts to build partner capacity to combat WMD. The recommendations

discussed above form a potentially useful construct for outlining the key issues and questions, and implementation options. DoD’s organizational issues will play an important role in whether these options are feasible in the short term. Over the long term, these issues should not stand in the way of efforts to improve BPC to combat WMD through strong linkages to U.S. and partner security interests and enhanced visibility, coordination, collaboration, and assessments that lead to better program implementation and resource allocation.









Source : http://www.rand.org/pubs/monographs/2009/RAND_MG783.pdf
Repost 0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 09:28

APD totale en 2008

En 2008, les apports nets totaux d’aide publique au développement (APD) en provenance des membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE se sont accrus de 10.2 % en termes réels pour s’établir à 119.8 milliards USD, chiffre le plus élevé jamais atteint. Ce montant représente 0.30 % du revenu national brut (RNB) cumulé de l’ensemble des membres du CAD (voir tableau 1 et graphique 1).

Les projets et programmes bilatéraux de développement suivent depuis quelques années une tendance ascendante, mais leur augmentation sensible entre 2007 et 2008 – de 12.5 % en valeur réelle – est révélatrice d’une nette montée en puissance des programmes d’aide de base des donneurs du CAD (voir 
graphique 2).

Les données préliminaires montrent que les apports nets d’APD bilatérale des donneurs du CAD à l’Afrique en 2008 ont totalisé 26 milliards USD, dont 22.5 milliards à destination de l’Afrique subsaharienne. Compte non tenu des dons au titre de l’allégement de la dette dont le montant est volatil, l’aide bilatérale consentie à l’Afrique et à l’Afrique subsaharienne s’est accrue de respectivement 10.6 % et 10 % en valeur réelle. (L’augmentation, y compris les allégements de dette, est de 1.2% et 0.4% respectivement).

Performance des donneurs

En 2008, les principaux donneurs en volume ont été les Etats-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France et le Japon. Cinq pays ont dépassé l’objectif de 0.7 % du RNB préconisé par les Nations unies pour l’APD : le Danemark, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, et la Suède.

Les plus fortes hausses en volume sont à mettre à l’actif des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de l’Espagne, de l’Allemagne, du Japon et du Canada. L’Australie, la Belgique, la Grèce, la Nouvelle-Zélande et le Portugal ont également enregistré des augmentations notables.

L’APD nette dispensée par les États-Unis en 2008 s’est élevée à 26 milliards USD, soit une hausse de 16.8 % en termes réels. Le rapport APD/RNB est ainsi passé de 0.16 % en 2007 à 0.18 % en 2008. Le niveau de l’APD nette octroyée par les Etats-Unis à la quasi-totalité des régions a augmenté, en particulier l’Afrique subsaharienne (+38.3 % en termes réels pour atteindre 6.5 milliards USD). Les apports nets d’APD consentis au groupe des pays les moins avancés (PMA) ont aussi fortement progressé (+40.5 % en termes réels, ce qui les a portés à 6.9 milliards USD), de même que l’aide  humanitaire (+42.5 % en termes réels à 4.4 milliards USD), principalement sous l’effet d’un accroissement de l’aide alimentaire.

L’APD nette du Japon s’est chiffrée à 9.4 milliards USD, soit une progression de 8.2 % en termes réels par rapport à 2007. Le rapport de son APD nette au RNB est passé de 0.17 % en 2007 à 0.18 % en 2008. Cette augmentation est due pour l’essentiel à l’accroissement des contributions versées aux institutions financières internationales, laquelle met un terme à la tendance à la baisse qu’accusait l’APD japonaise depuis 2000 (abstraction faite des sommets atteints en 2005 et 2006 sous l’effet d’opérations d’allégement de la dette d’un montant exceptionnellement élevé).

L’APD nette cumulée des 15 membres de l’UE appartenant au CAD a augmenté de 8.6 % en termes réels pour s’établir à 70.2 milliards USD, ce qui représente 59 % de l’APD distribuée par l’ensemble des membres du CAD. En pourcentage du RNB, leur APD nette cumulée est passée à 0.42 %.

Une augmentation de l’APD nette réelle a été constatée dans les 14 pays suivants, membres à la fois du CAD et de l’UE : 

  •   Allemagne (+5.7 %), du fait d’une intensification de la coopération bilatérale et d’une hausse des contributions à la CE ;
  •   Belgique (+13.4 %), par suite d’un accroissement de l’aide bilatérale et des contributions aux organisations multilatérales ;
  •   Danemark (+0.3 %), où elle est restée pratiquement inchangée ;
  •   Espagne (+19.4 %), par suite d’un accroissement de l’aide bilatérale, en particulier à l’Afrique, ainsi que d’un gonflement des contributions aux institutions multilatérales ;
  •   Finlande (+6.7 %), sous l’effet d’un accroissement général de l’aide ;
  •   France (+2.9 %), en raison d’une hausse des contributions à la CE et des prêts bilatéraux ;
  •   Grèce (+26.9 %), résultat d’une augmentation de l’aide bilatérale, notamment à l’Afrique, et des contributions multilatérales à la CE et à l’IDA ;
  •   Irlande (+6.4 %), dans le cadre d’un effort global d’accroissement de l’aide en vue d’atteindre l’objectif des Nations unies qui consiste à porter à 0.7 % du RNB la part de l’aide d’ici 2012 ;
  •   Italie (+2.2 %), du fait d’un gonflement des remises de dettes ;
  •   Luxembourg (+1.8 %), ce qui s’explique par un accroissement de l’aide bilatérale ;
  •   Pays-Bas (+4.8 %), en raison d’une intensification de l’aide bilatérale ;
  •   Portugal (+ 21.1 %), sous l’effet d’une augmentation de l’aide bilatérale, en particulier à l’Afrique ;
  •   Royaume-Uni (+24.1 %), sous l’effet d’un accroissement général de l’aide ;
  •   Suède (+3.9 %), les budgets tablaient sur un niveau d’APD de 1% du RNB, pourcentage qui n’a pas été atteint cette année car des opérations d’allégement de dette prévues ne se sont pas concrétisées.

L’APD nette a fléchi en Autriche (-14.0 %), du fait de la diminution des dons consentis au titre de l’allégement de la dette en 2008 par rapport à 2007.

Les apports nets d’APD de la Commission européenne se sont accrus de 6.8 % en termes réels, essentiellement sous l’effet d’une intensification des activités de coopération technique et de l’aide humanitaire, pour s’établir à 13.4 milliards USD.

S’agissant des autres pays du CAD, l’évolution suivante de l’APD nette a été observée entre 2007 et 2008 :

  •   Australie (+13.8%), sous l’effet d’une augmentation globale de l’aide ;
  •   Canada (+12.2%), par suite d’un accroissement général de l’aide et d’une augmentation des contributions à la  Banque mondiale ;
  •   Norvège (-2.4%) ;
  •   Nouvelle-Zélande (+11.0%), en raison de l’accroissement de l’APD bilatérale ;
  •   Suisse (+6.5%), du fait de l’accroissement de l’aide bilatérale.


En termes bruts (c'est-à-dire hors déduction des remboursements de prêts), l’APD a atteint 133.9 milliards USD en 2008, soit une augmentation de 9.1 % en termes réels.

Les plus importants donneurs d’APD brute sont les Etats-Unis (26.9 milliards USD), le Japon (17.4 milliards USD), l’Allemagne (15.9 milliards USD), la France (12.4 milliards USD) et le Royaume-Uni (11.8 milliards USD) (voir tableau 3).

Parmi les donneurs non membres du CAD, les pays suivants ont fait état d’une variation de leur APD nette en 2008, à savoir :

  •   Corée (+31.5%), qui prévoit de devenir membre du CAD en 2010 et a accru son APD, principalement sous la forme d’une hausse des contributions aux banques et fonds régionaux de développement ;
  •   Hongrie (-7.4%) ;
  •   Pologne (-9.0%), du fait d’une diminution des opérations d’allégement de dettes ;
  •   République slovaque (+14.4%) ;
  •   République tchèque (-0.4%).


Les engagements souscrits en matière d’aide sont-ils à la portée des donneurs ?

En 2005, les donneurs s’étaient engagés à intensifier leur aide, d’abord au sommet du G8 de Gleneagles, puis lors du sommet du Millénaire + 5 des Nations unies. En vertu des engagements annoncés lors de ces sommets, et d’autres engagements souscrits par ailleurs, il s’agissait de porter l’aide de 80 milliards USD en 2004 à 130 milliards USD en 2010, aux prix constants de 2004. Si quelques pays ont revu leurs objectifs à la baisse depuis 2005, l’essentiel de ces engagements restent valables.

Cependant, le tassement de la croissance en 2008 et la perspective d’une contraction de l’économie en 2009 amputent la valeur monétaire des engagements exprimés en pourcentage du revenu national. Globalement, les engagements en l’état supposent un niveau d’APD de 121 milliards USD en 2010, exprimé en dollars de 2004, soit une augmentation de 20 milliards USD par rapport au niveau de 2008 (voir 
graphique 3). Le tableau 4 donne le montant de ces engagements en dollars de 2008.

De nouvelles augmentations de l’aide ne sont pas exclues. Une nouvelle enquête relative aux plans indicatifs de dépenses prévisionnelles des donneurs laissent augurer d’une hausse de 11 % de l’aide programmée entre 2008 et 2010, passant notamment par un accroissement des versements de certains organismes multilatéraux. Les allégements de dette pourraient également augmenter légèrement dans le cadre du traitement par le Club de Paris de la dette des pays pauvres très endettés qui n’en ont pas encore bénéficié. D’après les  perspectives actuelles, il faudra toutefois que les donneurs mobilisent encore entre 10 et 15 milliards USD supplémentaires par rapport à ces plans de dépenses prévisionnelles s’ils veulent honorer leurs engagements actuels à l’horizon 2010.

Il ressort des données de 2008 relatives à l’APD, tout comme des plans indicatifs de dépenses, qu’au prix d’un effort supplémentaire, la plupart des donneurs sont susceptibles d’atteindre les objectifs fixés pour 2010. Les pays qui ont déjà atteint l’objectif fixé par les Nations unies de consacrer à l’APD 0.7 % de leur RNB sont invités à maintenir le cap. La plupart des autres membres du CAD devraient tenir, ou peu s’en faudra, les objectifs prévus à l’horizon 2010. Certains pays, toutefois, resteront probablement loin du compte.

Ainsi, l’APD consentie en 2008 par l’Autriche, l’Italie et la Grèce, hors allégements de dettes, est largement inférieure à la moitié de l’objectif fixé pour 2010 en termes de ratio APD/RNB. Seul un effort spécial en rapport avec la crise peut garantir que les objectifs énoncés pour 2010 en matière d’aide seront atteints, d’autant plus aujourd’hui où la crise économique pèse sur les perspectives de croissance des pays en développement et leur capacité de progresser vers la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement.

Une aide nécessaire pour contrer les effets de la crise sur le développement

La crise financière mondiale actuelle a de graves répercussions sur les pays à faible revenu. Les échanges mondiaux ont connu leur plus forte contraction depuis 1929 et les prix des produits de base, notamment ceux qu’exportent les pays à faible revenu, sont en baisse. L’investissement direct étranger et les autres apports privés fléchissent, et les envois de fonds des travailleurs à l’étranger devraient chuter substantiellement en 2009. La hausse des prix alimentaires et pétroliers au cours des deux dernières années a malmené les budgets de nombreux pays en développement qui, de fait, ne se trouvent pas en bonne posture pour remédier aux effets de la crise financière.

Alors qu’on sait encore mal quels seront les réels effets de la crise financière et combien de temps elle durera, il importe que l’aide puisse jouer un rôle anticyclique afin de compenser au moins en partie le vif retournement des apports globaux destinés aux pays en développement.

L’APD a déjà été utilisée avec succès à des fins conjoncturelles à l’occasion d’autres crises financières. Au lendemain de la crise de la dette mexicaine en 1982, les prêts commerciaux ont été considérablement réduits pendant une dizaine d’années, période au cours de laquelle l’APD a légèrement augmenté, ce qui a contribué pour beaucoup à maintenir les flux en direction de l’Amérique latine. Toutefois, la récession économique mondiale du début des années 90 a entraîné d’importants déficits budgétaires dans les pays donneurs qui ont conduit à des coupes claires dans l’APD, ramenée de 0.33 % du revenu national brut en 1992 à 0.22 % en 1997.

Une contraction de l’aide à l’heure actuelle constituerait une menace supplémentaire pour des pays en développement déjà pénalisés par la raréfaction de leurs sources de revenu et l’aggravation de la pauvreté, et risquerait de réduire à néant certains des progrès déjà accomplis sur la voie de la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement.

Fin 2008, le Secrétaire général de l’OCDE, M. Angel Gurría, et le Président du CAD, M. Eckhard Deutscher, ont rendu publique une Déclaration sur la politique d’aide  invitant les membres du CAD à réaffirmer leurs engagements en matière d’aide, ce qu’ils ont fait en novembre à l’OCDE. Plus récemment, la Banque mondiale et le FMI ont lancé de nouveaux appels en faveur d’un accroissement du financement de l’aide.

L’aide doit se voir accorder une haute priorité au plan politique et faire l’objet d’une action coordonnée à l’échelle mondiale comme au niveau des pays si l’on veut qu’elle puisse agir comme une force anticyclique. Les participants à la réunion du CAD à haut niveau se rencontreront fin mai pour analyser les effets de la crise financière sur le développement en 2009 et au-delà, et déterminer comment mettre en place ou appuyer des initiatives en vue de soutenir les pays en développement tout au long de la crise.

Pour obtenir plus d’informations, 
consulter www.oecd.org/cad.

 

Repost 0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 06:36

Légitimité du G20

Ce ne sont pas simplement des bonnes intentions et des promesses.
La déclaration finale du Sommet du G20 est plus concrète et opérationnelle que ce que l'on affirme parfois. Les forces politiques qui se battent pour la suppression intégrale de l'économie de marché ont évidemment le droit de s'exprimer et de faire valoir leurs idées, mais leur crédibilité serait plus élevée si elles avaient, dans les pays où les élections sont libres et la démocratie fonctionne, des résultats électoraux moins marginaux, justifiant au moins en partie leur prétention de parler au nom des peuples. Les régimes qui interdisent les élections libres lorsqu'ils sont au pouvoir, ou les forces politiques qui n'acceptent pas les résultats des élections, n'ont pas le droit de recourir à la violence. Le Sommet du G20 était assez représentatif de la réalité mondiale, réunissant les principales économies de tous les continents ; et c'est à l'unanimité qu'il a approuvé le plan qui vise à sauver ou créer des millions d'emplois, augmenter de 4% la production mondiale et accélérer la transition vers une économie " verte " en mettant fin à la destruction de la nature. Respectons ses conclusions.

L'essentiel consiste maintenant à donner suite aux engagements et à concrétiser les mesures annoncées. Certes, les objectifs ne seront pas atteints dans leur intégralité ; ce n'est jamais arrivé et çà n'arrivera jamais. Mais les pays concernés paraissent décidés à agir. Les orientations retenues reprennent largement ce que l'UE avait suggéré auparavant. Le résultat a dépassé les attentes. Par exemple, l'efficacité des mises en garde adressées aux paradis fiscaux a été foudroyante : la liste noire de l'OCDE est devenue inutile car deux pays (Guatemala et Brunei) y avaient échappé à la dernière minute., et les quatre inscrits viennent d'annoncer qu'ils acceptent les normes OCDE. Ce n'est pas par hasard que le G20 avait annoncé : " L'époque du secret bancaire est terminée ". Le gouverneur d'une Banque centrale importante a constaté que " des réformes impensables il y a six mois sont décidées ". L'objectif afficé d'établir un cadre global de règles et de surveillance pour le secteur financier futur précise clairement les mesures opérationnelles qui, par exemple, étendent la surveillance obligatoire aux fonds spéculatifs (hedge funds) et annoncent les sanctions contre les paradis fiscaux qui ne se plieront pas aux règles de l'OCDE.

Le calendrier de l'Union européenne

Dans ce contexte, l'Europe est à l'avant-garde : elle est déjà entrain de concrétiser les orientations retenues par le G20. dans la mise en oeuvre des disciplines nouvelles, l'UE a largement dépassé le stade des intentions et des principes ; elle dispose d'orientations détaillées et plusieurs textes sont prêts ou en phase avancée d'élaboration. Le Président de la Commision européenne, José Manuel Barroso, a confirmé et précisé le calendrier des propositions de la Commission : 21 avril, à propos de la rémunération des dirigeants, les hedge funds et les fonds d'investissement ; 7 mai, à propos des principes communs pour préserver et créer des emplois ; avant la fin mai, pour les projets concernant les structures de la supervision future (en reprenant pour l'essentiel les conclusions du rapport Larosière), afin que le Conseil européen puisse définir en juin l'architecture qui sera mise en place en 2010. Le Parlement européen joue activement son rôle de colégislateur. L'UE aura un rôle pionnier dans la révolution du monde de la finance, et sur le plan interne, elle introduira rapidement les mesures qu'elle prépare, dont les contours sont déjà en bonne partie définis. La mise au point ne sera pas facile, car, sur plusieurs aspects, les orientations des Etats-membres ne sont pas uniformes ; mais les autorités politiques à haut niveau paraissent décidées à tenir le cap.

Ne pas toucher à l'euro

Sur un point, toutefois, l'UE ne cédera pas : l'affaiblissement de l'euro et des conditions pour y adhérer. Un document des services du FMI avait pris en considération l'hypothèse d'accélérer et de simplifier les conditions d'adhésion à la monnaie unique par les pays de l'UE qui n'en font pas encore partie, c'est à dire essentiellement plusieurs Etats d'Europe centrale et orientale et même (selon certaines indications) l'Ukraine. Cette orientation est fermement écartée par la Banque centrale européenne (BCE) ainsi que par les principaux pays de la zone Euro. Même les Etats-membres concernés n'y sont pas favorables. Les pays de l'UE qui sont en difficulté bénéficieront, et bénéficient déjà, du soutien européen et de celui des organismes internationaux compétents ; mais l'affaiblissement de l'euro est totalement à exclure. [L'Euro] représente la force de l'Europe, son bouclier contre l'instabilité monétaire ; l'hypothèse de compromettre ces caractéristiques et ce rôle ne sont que des élucubrations d'experts.

Article paru dans l'éditorial de l'édition du Bulletin Quotidien Europe n° 9878 en date du 8 avril 2009.





 

Repost 0
Published by Ferdinando Riccardi - dans ECOFIN - UEM et semestre européen
commenter cet article
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 06:28

Le quinzième sommet UE-Russie a eu lieu à Moscou le 10 mai 2005. Le sommet a été accueilli par M. Vladimir Putin, président de la Fédération de Russie, accompagné de M. Mikhail Fradkov, premier ministre, de M. Sergey Lavrov, ministre des affaires étrangères, de M. German Gred, ministre du développement économique et du commerce, de M. Viktor Khristenko, ministre de l'énergie et de l'industrie, ainsi que de M. Sergey Yastrzhembskiy, représentant spécial chargé du développement des relations avec l'Union européenne.


L'UE était représentée par le premier ministre du Luxembourg, M. Jean-Claude Juncker, en sa qualité de président du Conseil européen, assisté de M. Javier Solana, Secrétaire général, haut représentant pour la PESC, et de M. Jose Manuel Barroso, président de la Commission européenne. Le premier ministre du Luxembourg était accompagné de son ministre des affaires étrangères, M. Jean Asselborn. Le président de la Commission européenne était accompagné de Mme Benita Ferrero-Waldner, membre de la Commission chargée des relations extérieures, et de M. Peter Mandelson, membre de la Commission chargé du commerce.


Dans le prolongement de la décision, prise lors du sommet UE-Russie qui s'est tenu à Saint-Pétersbourg le 31 mai 2003, de créer, à long terme et dans le cadre de l'Accord de partenariat et de coopération (APC), un espace économique commun, un espace commun de liberté, de sécurité et de justice, un espace de coopération dans le domaine de la sécurité extérieure, ainsi qu'un espace pour la recherche et l'éducation, y compris les aspects culturels, les dirigeants de l'UE et de la Russie ont adopté ce jour un ensemble de feuilles de route portant sur la création de quatre espaces communs (voir annexe). Ces feuilles de route définissent des objectifs communs pour les relations UE-Russie, ainsi que les actions nécessaires à la réalisation de ces objectifs, et fixent le programme à moyen terme de la coopération entre l'UE et la Russie.

 
Espace économique commun


L'espace économique commun vise à créer un marché ouvert et intégré entre l'UE et la Russie. La mise en place de cet espace permettra de démanteler les obstacles au commerce et à l'investissement et de promouvoir les réformes et la compétitivité, en se fondant sur les pincipes de non-discrimination, de transparence et de bonne gestion des affaires publiques. Parmi les nombreuses actions prévues dans la feuille de route figurent le lancement d'un dialogue UE-Russie sur la réglementation des produits industriels et une coopération accrue en matière d'investissement, de concurrence et de services financiers. Il est également prévu d'améliorer la coopération dans les secteurs des télécommunications, du transport et de l'énergie, sur des questions comme celles de la fixation de normes réglementaires et du développement des infrastructures. De plus, il a été convenu de renforcer la coopération dans le domaine de l'environnement, notamment en ce qui concerne le changement climatique et la mise en oeuvre du protocole de Kyoto, ainsi que des activités spatiales extra-atmosphériques comme le lancement d'engins spatiaux.

 
Espace commun de liberté, de sécurité et de justice


Les principes fondamentaux de l'espace commun de liberté, de sécurité et de justice sont la démocratie, l'État de droit, le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, y compris l'existence de médias libres et indépendants, et la mise en oeuvre effective de valeurs communes par des systèmes judiciaires indépendants. La mise en place de cet espace permettra l'adoption rapide d'accords sur la réadmission et l'assouplissement de la délivrance des visas, dont la combinaison favorisera des contacts accrus entre citoyens de l'UE et citoyens russes, par le biais des voyages et du tourisme, et facilitera les voyages d'affaires et les missions officielles. L'UE continuera, dans une perspective à long terme, à étudier les conditions d'une exemption de visa avec la Russie. Les consultations régulières UE-Russie sur les droits de l'homme, qui ont démarré avec succès en mars, entrent dans ce cadre; c'est aussi le cas de la coopération en matière de lutte contre le terrorisme, la criminalité organisée et la corruption.


Espace commun de sécurité extérieure


La feuille de route consacrée à l'espace commun de sécurité extérieure souligne la responsabilité que partagent l'UE et la Russie dans la mise en place d'un ordre international fondé sur un multilatéralisme efficace et leur détermination à oeuvrer ensemble au renforcement du rôle central des Nations unies et à promouvoir le rôle et l'efficacité des organisations internationales et régionales pertinentes, notamment l'OSCE et le Conseil de l'Europe. En s'appuyant sur la coopération qu'elles mettent déjà en oeuvre à l'heure actuelle, l'UE et la Russie renforceront leur coopération et leur dialogue en matière de sécurité et de gestion des crises, afin de répondre aux défis mondiaux et régionaux, ainsi qu'aux principales menaces actuelles, en particulier le terrorisme, la prolifération des armes de destruction massive et les conflits régionaux et locaux, actuels et potentiels. Elles accorderont une attention particulière au renforcement de la stabilité internationale, notamment en ce qui concerne les régions voisines de leurs frontières, dans lesquelles elles oeuvreront ensemble à la résolution des conflits gelés en Europe (par exemple en Transnistrie, en Abkhazie, en Ossétie du Sud et dans le Haut-Karabakh), en accord avec les engagements des Nations unies et de l'OSCE. L'UE continuera à apporter un soutien passant par l'aide humanitaire, le relèvement de l'économie, l'instauration d'un climat de confiance et des efforts pour lutter contre la pauvreté et les violations des droits de l'homme.


Espace commun en matière de recherche, d'éducation et de culture


La création de l'espace commun pour la recherche et l'éducation, y compris les aspects culturels, vise à tirer partie des atouts dont disposent l'UE et la Russie au travers de leurs communautés de recherche et de leurs héritages culturels et intellectuels, par le recensement de mesures clés destinées à favoriser la croissance économique et la compétitivité, à renforcer les liens entre la recherche et l'innovation, à encourager une coopération étroite dans le domaine de l'éducation - y compris par une convergence des modalités du cursus universitaire et des titres correspondants - et à promouvoir la diversité culturelle et linguistique. Un institut européen, cofinancé par l'UE et la Russie, devrait voir le jour à Moscou en 2006.


Les dirigeants de l'UE et de la Russie ont également brièvement discuté de l'avenir des relations UE-Russie après la première période de validité, qui expire en 2007, de l'Accord de partenariat et de coopération (APC).


Les dirigeants de l'UE et de la Russie ont examiné, dans un esprit constructif, l'évolution de la situation intérieure dans l'UE et en Russie, y compris la situation en Tchétchénie. Ils ont également débattu de toute une série de questions internationales.


Feuille de route pour l'espace économique commun :

http://www.eu2005.lu/fr/actualites/documents_travail/2005/05/10-4spaces/4spaces.pdf

Repost 0
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 23:00

The history of nations knows many controversies for independence. The first, and perhaps most famous in the modern era, was the Dutch Revolt from the Spanish in the 16th century. The fight in the epic contest lasted more than 80 years and bankrupted the treasury of the great Spanish Hapsburgs. When no other nation could be found to take suzerainty over the rebellious country, it was finally granted independence at the Peace of Westphalia-an event that set the precedent for all the grants of independence that were to follow.

The history since has been no less dramatic. The disintegration of the Spanish and Portuguese colonial empires in the early 19th century gave rise to a new set of infant governments that all clamored for statehood. Spain and Portugal refused to recognize the validity of their claims. This confronted the U.S. and Britain with a dilemma: recognize the independent colonies as states and assign them the rights and responsibilities that follow; or takes sides with Spain and Portugal even while the former colonies exercise the powers of government. The U.S. and Britain finally decided to confer recognition. It was a highly controversial decision then. The case of Kosovo is no less now.

In February 2008 Kosovo, a southern province in Serbia, issued its own declaration of independence. The declaration came after the 1999 Kosovo War, where NATO forces fought against Serbia, compelling them to sign a ceasefire that required Serb withdrawal from Kosovo and the insertion of NATO troops. Kosovo and Serbia negotiated for nine years over the terms of status-Kosovo insisting on independence while Serbia offering liberal autonomy-to no avail. The final deal on the table, the Ahtisaari Plan, was rejected and Kosovo issued its declaration.

It was followed quickly by recognition of several western countries, particularly the U.S., France, the UK, Germany, and most, but not all, of the other EU countries. Conversely several countries denounced Kosovo's actions. Serbia angrily rejected the declaration, and said they would never recognize its validity. They were joined by several others, especially Russia and China. Putin warned Kosovo's declaration set a " terrible precedent, which will de facto blow apart the whole system of international relations, developed not over decades but over centuries ". Six months later Russia and Georgia would go to war. And subsequently Russia recognized South Ossetia's independence from Georgia.

Serbia, determined to reacquire Kosovo, convinced the UN General Assembly to refer the matter to the World Court. The Assembly asked the Court " Is the unilateral declaration of independence by provisional institutions of self-government in Kosovo in accordance with international law ? ". This past Friday the first written arguments in the case were submitted. Second submissions are due by July, and after that the Court will deliberate and deliver its verdict.

This entry will not hazard to speculate on what the Court will decide. It is more interesting to ask: who has the better side of the issue: Serbia or Kosovo? And if so, what does it mean for the independence of budding nations ?

The question of independence has been neither obvious nor easy for international law. Historically it has had little to say for the subject, instead reserving the highly contentious matter to the customs and unwritten component of the law of nations. The case of Kosovo will then be the first time the question has squarely appeared before the World Court.

At the time of independence of Latin American states in the 1820s the U.S. and Britain used a factual formula to determine independence. If the colony or province had achieved de facto military independence and could act responsibly as a state, then it should be conferred de jure recognition of statehood. However, instances after the First World War and since have contravened this rule. When Japan invaded china in 1931, and severed from it Manchuria, the state Japan created Manchukuo, was widely condemned as a puppet state and an illegitimate member of the family of nations. Since then other candidate states have been rejected: northern Cyprus, Abkhazia, Katanga, Rhodesia, Bougainville, and Biafra, among others.

Which is it for Kosovo ? Is its independence good or not ?

Kosovo is free of Serb forces and maintains a functioning government. But it is also very poor and requires the aid and occupation of European forces in order to maintain basic services and security. It is uncertain whether Kosovo is viable as an independent state, which is the classic touchstone for statehood.

Analysis of the law does not look good for Kosovo either. The territory of states is understood to be integral and sacrosanct and recent law has understood there to be a presumption against independence unless the seceding province could show it was either resisting colonial occupation (Algeria), it had suffered gross humanitarian violations (Bangladesh, East Timor), or the mother state had dissolved (the former Soviet states). Kosovo seems to fit none of these. So under contemporary doctrine it is not clear on what basis it founds the authority for its declaration.

Whatever the answer, the matter is no small case. The Court's decision will not bind Kosovo or Serbia but it will enunciate important rules in an area that will have broad effect. Most states of the world have secessionist regions pining for independence. Judgment in the case then could have broad ramifications for the rights of groups to rise up against their mother state, as well as the rights of the mother state to squelch them


Source : DIPLOMATIC COURIER

Repost 0
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 15:45

Dix personnalités européennes de premier plan réagissent aux propositions de Confrontations Europe relatives à Un agenda de sortie de crise pour l'Union européenne : les 10 propositions de Confrontations Europe.

Il s'agit  des personnalités suivantes :

* Catherine Lalumière, présidente de la Maison de l'Europe de Paris,
* Alain Lamassoure, député européen,
* Thomas Hanke, éditorialiste au Handelsblatt,
* Michel Barnier, ministre de l'Agriculture et de la Pêche,
* Pietro Calamia, ancien représentant permanent italien auprès de l'Union européenne,
* Henrik Uterwede, directeur-adjoint de l'Institut franco-allemand de Ludwigsburg,
* Bernard Poignant, député européen,
* Julie Coudry, directrice générale de LA MANU,
* Anne-Marie Idrac, secrétaire d'Etat chargée du Commerce extérieur,
* Reiner Hoffmann, secrétaire général adjoint de la Conférence européenne des syndicats.


Leurs réactions sont disponibles à l'adresse suivante : http://www.confrontations.org/IMG/pdf/12_p_86_BD.pdf

Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories