Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 11:04

Dans l'édition du CongressDaily en date du 16 mars 2009, George C. Wilson signe un article intitulé : Forward Observer: Obama's Iran Strategy qui propose un éclairage lucide et précis de ce que pourrait être la stratégie du Président B. H. Obama à l'égard du dossier nucléaire iranien.

" President Obama, the country's chief basketball enthusiast, has opted for a full-court diplomatic press on Iran to freeze its nuclear weapons development rather than use any of the Pentagon's Strangelovian, bottom-drawer schemes, such as bombing Iran's nuclear facilities.Secretary of State Hillary Clinton and Joint Chiefs of Staff Chairman Mike Mullen agree the administration is better off taking Winston Churchill's advice: "To jaw-jaw is always better than to war-war." And Director of National Intelligence Dennis Blair says the administration has a bit of breathing room because Iran has not resumed its pursuit of The Bomb.

If diplomacy fails and Iran develops a deliverable nuke, Senate Armed Services Chairman Carl Levin believes Russia might be scared into joining the United States in deploying a defense to stop Iranian nuclear-tipped missiles. The wild card is Israel, which has bombed Iraq and Syria to slow their development of The Big One.

Reasoned Levin at his panel's hearing on Iran last week: "A nuclear-armed Iran with ballistic missiles would be a common threat to which Russia cannot be indifferent. U.S.-Russia cooperation on missile defense would send a powerful signal to Iran, perhaps helping dissuade Iran from continuing to violate United Nations resolutions."

As for those Strangelovian Pentagon plans, I was covering the military during the coldest days of the Cold War when one Air Force scheme, Operation Switchblade, was to send a high-altitude plane over China's Lop Nor nuclear facilities, drop a nuclear bomb and then tell the world there had been an accident at the complex.

U.S. government documents recently declassified testify to the fact Obama is just the latest president to anguish over what to do about Iran's nuclear reach. In 1974, when the Shah ruled Iran, a then-classified document warned Secretary of State Henry Kissinger that if the Shah was toppled, "domestic dissidents or foreign terrorists might easily be able to seize any special nuclear material stored in Iran for use in bombs."

Just last Wednesday night, Mullen told the Young Professionals in Foreign Policy organization that "I believe Iran is on a path to develop nuclear weapons." The day before he spoke, apprehensive Armed Services senators wrung what they could out of Blair on just how close Iran is to getting nukes.

Levin: "It's my understanding that uranium for civil nuclear power production has to be enriched from 2 to 4 percent, but that highly enriched uranium, which is necessary for a nuclear bomb or warhead, needs to be enriched to about 90 percent. Does the intelligence community believe that as of this time Iran has any highly enriched uranium?"

Blair: "We assess now that Iran does not have any highly enriched uranium."

Levin: "Now, does the intelligence community assess that Iran currently has made the decision to produce highly enriched uranium for a warhead or a bomb?"

Blair: "We assess that Iran has not yet made that decision."

Levin: "And in 2007, that national intelligence estimate on Iran said that, quote: 'The intelligence community judges with high confidence that in the fall of 2003 Tehran halted its nuclear weapons program.' Is the position of the intelligence community the same as it was back in October of 2007? Has that changed?"

Blair: "The current position of the community is the same, that Iran stopped its nuclear design and weaponization activities in 2003 and has not started them again, at least as of mid-2007."

Levin: "And in 2007, that national intelligence estimate said the following: 'We judge with moderate confidence that the earliest possible date that Iran would be technically capable of producing enough highly enriched uranium for a weapon is late 2009. But that is very unlikely.' Now, if your position is the same as it was in 2007, does the 2009 now become 2011?"

Blair: "Our current estimate is that the minimum time at which Iran could technically produce the amount of highly enriched uranium for a single weapon is 2010-15."

Sen. Lindsey Graham, R-S.C.: "A nuclear-armed Iran in terms of destabilizing the Mideast and making the world a more dangerous place, if that event occurred, how would you rate it: 1 being not so much and 10 being very destabilizing?"

Blair: "It'd be up on the 8-to-10 scale."

Graham: "And potentially terrorist organizations might benefit more from that technology? Would that be a concern?"

Blair: "The more nuclear weapons technology around, the greater the chances of it getting into the wrong hands."

Looking through Obama's end of the telescope at Iran's worrisome nuclear technology strides, the options other than diplomacy appear unattractive.

Invading Iran -- like his predecessor invaded Iraq to rid the world of nukes that apparently did not exist -- risks getting our military into another quagmire and spending billions of dollars in the process.

Bombing Iran's nuclear facilities risks poisoning the Earth for decades.

Allowing Iran to pursue The Bomb would likely push Israel into an attack, further inflaming the region.

Talking, bribing or otherwise pressuring Iran out of pursuing nukes thus becomes the least of the unattractive options. And just think, he really wanted this job. "

Parmi les enseignements que l'on peut tirer de cet article, il en est un qui mérite d'être souligné :

Au moment où certains médias occidentaux, aux Etats-Unis et en Europe, se plaisent à trouver dans la transformation du système de défense de la Russie des motifs d'inquiétude pour une OTAN qui éprouve quelques difficultés à analyser et à apporter des corrections à ses propres erreurs, l'évocation d'une alliance de facto entre les Etats-Unis et la Russie dans la recherche d'une solution efficace à la crise induite par la stratégie nucléaire iranienne tend à en atténuer la portée.

Car comme le souligne un spécialiste russe des questions stratégiques (cf. l'édition du Figaro en date du 18 mars) : "L'OTAN ne représente plus l'ennemi numéro un de la Russie depuis la chute de l'URSS".

Et si c'était là que se situait la fameuse "surprise stratégique" qu'évoquent nombre de documents de stratégie de sécurité nationale des Etats occidentaux ???

Repost 0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 23:04

The efforts of world leaders to find solutions to the economic crisis are intensifying. The last preparatory meeting before the leaders' summit on 2 April 2009 shows what needs to be done, says Katinka Barysch for openDemocracy (www.openDemocracy.net).

 

"The summit of finance ministers and central bankers from the Group of Twenty (G20) countries took place in the southern English town of Horsham on 13-14 March 2009. It was the last major gathering before the global economic summit in London on 2 April, concluded with a declamation that does not quite conceal the lack of substance within:

"We agreed further action to restore global growth and support lending, and reforms to strengthen the global financial system," the statement says. "We have taken decisive, coordinated and comprehensive action to boost demand and jobs, and are prepared to take whatever action is necessary until growth is restored. We commit to fight all forms of protectionism and maintain open trade and investment [...]. We reaffirm our commitment to take all necessary actions to ensure the soundness of systemically important institutions."

The meeting's agenda - which included such issues as clamping down on tax-havens, regulating hedge-funds and cutting bankers' bonuses - is all very well. But the sheer scale of the current recession makes them look more of a diversion than a strategy for restoring financial stability, improving global economic governance, and creating the conditions for revival.


There is not much time for world leaders to get their act together if the London summit is to be a success. In light of the finance ministers' meeting, the G20 heads of state and government must now focus on two things: how best to work together to prevent an even deeper global recession; and how to avoid future crises of such magnitude.


The Political Test


The first issue is as divisive as it is urgent. The US is pushing for more fiscal spending, the Europeans are reluctant, and most emerging powers are keeping quiet. Many countries (Germany, for example) are loath to commit to more spending before they know whether and how their existing emergency packages are working.


The second issue is both longer term and fiendishly complicated. An unwieldy group of around 25 leaders (since the attendees will include representatives of international institutions as well as governments, making the term "G20" a misnomer) cannot be expected to discuss - far less agree on - the minutiae of capital-adequacy ratios or cross-border supervision. But this also underlines the fact that the G20 (as used to be said of the search for peace in Ireland) is a process not an event, and that its summits are political exercises not technical ones.


In this light, what the 2 April meeting is really about is maintaining faith in multilateral solutions at a time when the temptation to embrace go-it-alone and self-defeatingly selfish policies is growing. If leaning on Liechtenstein or forcing disclosure onto hedge-funds helps this cause then so be it. But if the aims of collaborating to avoid a deeper recession and avoiding a repeat of such crises are to be met, two themes appear paramount: the role of the International Monetary Fund (IMF) and governments' commitment to avoid protectionism.


The Emerging Task


The IMF has since the near-meltdown of September 2008 lent over US$50 billion to a range of countries from Pakistan to Ukraine. It is in desperate need of more cash. The US and EU member-states are supporting a doubling of the fund's resources to US$500 billion; in the event the Horsham summit only agreed on the "urgent need to increase IMF resources very substantially." These countries have appeared less willing to redress their own over-representation in international financial institutions, though again the summit agreed to end the informal rule guaranteeing American and European leadership of (respectively) the World Bank and IMF.


This would be a precondition for emerging powers (such as China and other of the "Bric" countries [Brazil, Russia, India] to contribute significantly to an increase in IMF resources, and - perhaps even more importantly - accept its legitimacy at the heart of the global financial system (see Krzysztof Rybinski, "A new world order," 4 December 2008).


In this respect, the results of the Horsham meeting clearly reflect the pressures exerted on the established powers; the communiqué says that "(emerging) and developing economies, including the poorest, should have greater voice and representation and the next review of IMF quotas should be concluded by January 2011." Indeed, the IMF needs the enhanced legitimacy that would come from reform as well as more money in order to fulfil two other functions that will be equally essential for future financial stability.


First, the world needs better surveillance of national macroeconomic and exchange-rate policies to address the kind of global imbalances that have contributed to the current crisis. The IMF already has such mechanisms in place but they need to be strengthened. Second, the fund needs to expand its new, conditionality-light lending facility (with US$100 billion available in the short term) for emerging markets that are well run. It could also encourage the healthier recipients of such loans to pool their foreign exchange reserves to make them available for emergency lending.


If emerging markets do not have easy access to available emergency finance, they will conclude that the best insurance against future pain is to accumulate more reserves. They will do this by keeping the value of their currencies low and running big external surpluses. This kind of policy, as practiced by China, has already caused lots of friction. In an environment where global trade is shrinking, its continuation would fuel a nasty protectionist backlash in the west. That is why the G20 summit needs to produce a firm commitment to increasing the IMF's role and resources, while setting in train a thorough reform of its governance structures.


The Bigger Think


There are already some signs that protectionism is rising. World Bank economists have counted 47 new trade restrictions since late 2008 alone. More than a third have been put in place by the G20 countries that pledged to such measures at the inaugural summit of heads of state and government in Washington on 14-15 November 2008.


The real risk, however, is less a return to a 1930s-style tariff war but what two analysts from the Centre for Economic Policy Research (CEPR) call "murky protectionism": industrial subsidies, requests that banks lend to only local companies, or the use of environmental arguments to discriminate against foreign goods and services (see Richard Baldwin & Simon J Evenett, "The collapse of global trade, murky protectionism, and the crisis: Recommendations for the G20", VoxEU, 5 March 2009).


There are many current examples, from the "buy American" provisions in the US stimulus programme to Nicolas Sarkozy's idea that French motor companies should make cars only in France. These instances provoked a degree of international outrage, and the governments in question backtracked. But the dangers remain high.


The best response would be for the G20 leaders to broaden the "no protectionism" pledge agreed in Washington to cover non-tariff measures. They could also task international organisations such as the Organisation for Economic Cooperation and Development (OECD) and the World Trade Organisation (WTO) with alerting the world to national measures that could be harmful for that country's trading partners.


The finance-ministers' meeting has revealed how much remains to be done. There is still time for the G20 to think big and agree to implement measures that will make a real difference in addressing this huge, complex crisis.
"

Repost 0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 19:00

Le présent article introduit un cycle de réflexions autour de la question centrale de la citoyenneté européenne. Il prend appui sur la récension par Michel Theys d'un excellent ouvrage de Patrick Dollat intitulé : La citoyenneté européenne. Théorie et statuts (www.bruylant.be ) publié le 27 janvier 2009 dans la rubrique Bibliothèque européenne de l'édition n° 9826/909 du Bulletin Quotidien Europe (www.agenceurope.com).

Dans cet ouvrage juridique pointu, Patrick Dollat, maitre de conférence à à l'Institut d'Etudes Politiques de l'Université de Strasbourg, affirme que la citoyenneté de l'Union - qui, ne cesse de répéter la Cour de Justice, "a vocation à devenir le statut fondamental des ressortissants des Etats membres" - apparaît comme "le récent avatar des métamorphoses ontologiques de l'Homo europaeus dans la quête de son identité et de son continent". Voilà qui situe l'ampleur de la démonstration à laquelle l'auteur s'attelle dans ces pages denses et marquées du sceau de la précision juridique afin de montrer que la citoyenneté européenne ne constitue rien que moins que "le statut juridique et politique dont pourrait naître un peuple européen, un demos, doté d'une existence propre, complémentaire de celle des nations et des peuples des Etats membres de l'Union".

Dans la première partie de l'ouvrage, l'auteur développe une théorie générale de la citoyenneté européenne. Il approfondit le système conceptuel qui traduit traditionnellement celle-ci, à savoir une superposition de statuts civiques et civils, nationaux et communautaires, afin de cerner finement les rapports complexes que les citoyennetés nationale et européenne entretiennent mutuellement. Potentiellement conflictuels, ces rapports - qui reflètent et modèlent l'intégration communautaire - éclairent, selon la démonstration de l'auteur, l'évolution de la citoyenneté européenne vers une "citoyenneté de résidence tendant à s'affranchir de la nationalité, de l'obligation de circuler ou d'exercer une activité économique". De la sorte, "l'Union peut s'enorgueillir de s'écarter de la Grèce antique et de la division sociétale entre les citoyens politiquement privilégiés, les métèques économiquement tolérés et les barbares juridiquement réifiés", un statut juridique protecteur étant aussi accordé aux étrangers qui ont des liens étroits avec les Etats membres.

A partir de cette réflexion théorique, Patrick Dollat s'emploie à révéler les dimensions individuelles et collectives de la citoyenneté. A cette fin, il étudie d'abord le statut civil du citoyen européen qui, composé des libertés et droits fondamentaux européens, détermine le substrat social et humain de l'Union ; un substrat qui de décline "de manière empirique et parfois confuse", selon la nature de son bénéficiaire. L'auteur procède ensuite de manière identique pour ce qui est du statut civique, lequel demeure "lacunaire" bien que consubstantiel à la société politique européenne, ayant démocratiquement vocation à modeler et à garantir le statit civil.

Selon Michel Theys, cette fresque juridique impressionnante montre clairement que la citoyenneté européenne est une idée en mouvement, souvent d'ailleurs grâce à l'action éclairée de la Cour de Justice.

Pourtant, ainsi que le relève le Professeur Vandersanden dans son introduction, l'édifice reste fragile car les doits du citoyen européen sont écartelés entre plusieurs textes dont les principes comme les limites ne sont pas toujours énoncés ; ce qui fait planer de l'incertitude sur la portée de ces droits qui peuvent varier d'un contexte à l'autre. D'où ce vibrant appel lancé par ce professeur émérite de l'Université libre de Bruxelles : "A quand une Charte du citoyen européen qui constituerait la mise en forme de l'ensemble des droits et obligations, non seulement sous la forme d'un texte de nature constitutionnelle, mais également d'un guide pratique qui énoncerait les droits reconnus, leurs limites et exceptions, la façon de les exercer et les droits de recours - juridictionnels et non juridictionnels - en cas de violation ?"

Il n'est pas sûr, hélas, qu'un tel appel soit audible partout en Europe.

Repost 0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 20:07

« Nous le peuple, dans le but de former une union plus parfaite.

Il y a deux cent vingt et un ans, un groupe d'hommes s’est rassemblé dans une salle qui existe toujours de l'autre côté de la rue, et avec ces simples mots, lança l'aventure inouïe de la démocratie américaine.

Agriculteurs et savants, hommes politiques et patriotes qui avaient traversé l’océan pour fuir la tyrannie et les persécutions, donnèrent enfin forme à leur déclaration d’indépendance lors d’une convention qui siégea à Philadelphie jusqu’au printemps 1787.

Ils finirent par signer le document rédigé, non encore achevé. Ce document portait le stigmate du péché originel de l’esclavage, un problème qui divisait les colonies et faillit faire échouer les travaux de la convention jusqu’à ce que les pères fondateurs décident de permettre le trafic des esclaves pendant encore au moins vingt ans, et de laisser aux générations futures le soin de l’achever.

Bien sûr, la réponse à la question de l’esclavage était déjà en germe dans notre constitution, une constitution dont l’idéal de l’égalité des citoyens devant la loi est le cœur, une constitution qui promettait à son peuple la liberté et la justice, et une union qui pouvait et devait être perfectionnée au fil du temps.

Et pourtant des mots sur un parchemin ne suffirent ni à libérer les esclaves de leurs chaînes, ni à donner aux hommes et aux femmes de toute couleur et de toute croyance leurs pleins droits et devoirs de citoyens des Etats-Unis

Il fallait encore que, de génération en génération, les Américains s’engagent —en luttant et protestant, dans la rue et dans les tribunaux, et en menant une guerre civile et une campagne de désobéissance civile, toujours en prenant de grands risques—, pour réduire l'écart entre la promesse de nos idéaux et la réalité de leur temps.

C’est l’une des tâches que nous nous sommes fixées au début de cette campagne —continuer la longue marche de ceux qui nous ont précédé, une marche pour une Amérique plus juste, plus égale, plus libre, plus généreuse et plus prospère.

J’ai choisi de me présenter aux élections présidentielles à ce moment de l’histoire parce que je crois profondément que nous ne pourrons résoudre les problèmes de notre temps que si nous les résolvons ensemble, que nous ne pourrons parfaire l’union que si nous comprenons que nous avons tous une histoire différente mais que nous partageons de mêmes espoirs, que nous ne sommes pas tous pareils et que nous ne venons pas du même endroit mais que nous voulons aller dans la même direction, vers un avenir meilleur pour nos enfants et petits-enfants.

Cette conviction me vient de ma foi inébranlable en la générosité et la dignité du peuple Américain. Elle me vient aussi de ma propre histoire d'Américain. Je suis le fils d'un noir du Kenya et d'une blanche du Kansas. J’ai été élevé par un grand-père qui a survécu à la Dépression et qui s'est engagé dans l'armée de Patton pendant la deuxième Guerre Mondiale, et une grand-mère blanche qui était ouvrière à la chaîne dans une usine de bombardiers quand son mari était en Europe.

J’ai fréquenté les meilleures écoles d'Amérique et vécu dans un des pays les plus pauvres du monde. J’ai épousé une noire américaine qui porte en elle le sang des esclaves et de leurs maîtres, un héritage que nous avons transmis à nos deux chères filles.

J’ai des frères, des sœurs, des nièces, des neveux des oncles et des cousins, de toute race et de toute teinte, dispersés sur trois continents, et tant que je serai en vie, je n'oublierai jamais que mon histoire est inconcevable dans aucun autre pays.

C’est une histoire qui ne fait pas de moi le candidat le plus plausible. Mais c’est une histoire qui a gravé au plus profond de moi l’idée que cette nation est plus que la somme de ses parties, que de plusieurs nous ne faisons qu’un.

Tout au long de cette première année de campagne, envers et contre tous les pronostics, nous avons constaté à quel point les Américains avaient faim de ce message d'unité.

Bien que l’on soit tenté de juger ma candidature sur des critères purement raciaux, nous avons remporté des victoires impressionnantes dans les états les plus blancs du pays. En Caroline du Sud, où flotte encore le drapeau des Confédérés, nous avons construit une coalition puissante entre Afro-Américains et Américains blancs.

Cela ne veut pas dire que l'appartenance raciale n'a joué aucun rôle dans la campagne. A plusieurs reprises au cours de la campagne, des commentateurs m’ont trouvé ou « trop noir » ou « pas assez noir ».

Nous avons vu surgir des tensions raciales dans la semaine qui a précédé les primaires de la Caroline du Sud. Les médias ont épluché chaque résultat partiel, à la recherche de tout indice de polarisation raciale, pas seulement entre noirs et blancs mais aussi entre noirs et bruns.

Et pourtant ce n’est que ces deux dernières semaines que la question raciale est devenue un facteur de division.

D’un côté on a laissé entendre que ma candidature était en quelque sorte un exercice de discrimination positive, basé seulement sur le désir de libéraux [Ndt : gens de gauche] candides d’acheter à bon marché la réconciliation raciale.

D’un autre côté on a entendu mon ancien pasteur, le Rev. Jeremiah Wright, exprimer dans un langage incendiaire des opinions qui risquent non seulement de creuser le fossé entre les races mais aussi de porter atteinte à ce qu’il y a de grand et de bon dans notre pays. Voilà qui, à juste titre choque blancs et noirs confondus.

J’ai déjà condamné sans équivoque aucune les déclarations si controversées du Rev. Wright. Il reste des points qui en dérangent encore certains.

Est-ce que je savais qu’il pouvait à l’occasion dénoncer avec violence la politique américaine intérieure et étrangère ? Bien sûr. M’est-il arrivé de l’entendre dire des choses contestables quand j’étais dans son église ? Oui. Est-ce que je partage toutes ses opinions politiques ? Non, bien au contraire ! Tout comme j’en suis sûr beaucoup d’entre vous entendent vos pasteurs, prêtres ou rabbins proférer des opinions que vous êtes loin de partager.

Mais les déclarations à l’origine de ce récent tollé ne relevaient pas seulement de la polémique. Elles n’étaient pas que l’indignation d’un leader spirituel dénonçant les injustices ressenties.

Elles reflétaient plutôt une vue profondément erronée de ce pays —une vue qui voit du racisme blanc partout, une vue qui met l'accent sur ce qui va mal en Amérique plutôt que sur ce qui va bien. Une vue qui voit les racines des conflits du Moyen-Orient essentiellement dans les actions de solides alliés comme Israël, au lieu de les chercher dans les idéologies perverses et haineuses de l'Islam radical.

Le Rev. Jeremiah Wright ne fait pas que se tromper, ses propos sèment la discorde à un moment où nous devons trouver ensemble des solutions à nos énormes problèmes : deux guerres, une menace terroriste, une économie défaillante, une crise chronique du système de santé, un changement climatique aux conséquences désastreuses. Ces problèmes ne sont ni noirs ni blancs, ni hispaniques ni asiatiques mais ce sont des problèmes qui nous concernent tous.

Au vu de mon parcours, de mes choix politiques et des valeurs et idéaux auxquels j’adhère, on dira que je ne suis pas allé assez loin dans ma condamnation. Et d’abord pourquoi m’être associé avec le Rev. Jeremiah Wright, me demandera-t-on ? Pourquoi ne pas avoir changé d’église ?

J’avoue que si tout ce que je savais du Rev. Wright se résumait aux bribes de sermons qui passent en boucle à la télévision et sur YouTube, ou si la Trinity United Church of Christ ressemblait aux caricatures colportées par certains commentateurs, j’aurais réagi de même.

Mais le fait est que ce n’est pas tout ce que je sais de cet homme. L’homme que j’ai rencontré il y a plus de vingt ans est l’homme qui m’a éveillé à ma foi. Un homme pour qui aimer son prochain, prendre soin des malades et venir en aide aux miséreux est un devoir.

Voilà un homme qui a servi dans les Marines, qui a étudié et enseigné dans les meilleures universités et séminaires et qui pendant plus de trente ans a été à la tête d’une église, qui en se mettant au service de sa communauté accomplit l’œuvre de Dieu sur terre : loger les sans-abris, assister les nécessiteux, ouvrir des crèches, attribuer des bourses d’études, rendre visite aux prisonniers, réconforter les séropositifs et les malades atteints du sida.

Dans mon livre, Les Rêves de mon père, je décris mes premières impressions de l’église de la Trinity:

« L'assistance se mit à crier, à se lever, à taper des mains, et le vent puissant de son souffle emportait la voix du révérend jusqu'aux chevrons (...). Et dans ces simples notes — espoir ! — j’entendis autre chose. Au pied de cette croix, à l'intérieur des milliers d'églises réparties dans cette ville, je vis l'histoire de noirs ordinaires se fondre avec celles de David et Goliath, de Moïse et Pharaon, des chrétiens jetés dans la fosse aux lions, du champ d’os desséchés d’Ezékiel.

Ces histoires —de survie, de liberté, d’espoir— devenaient notre histoire, mon histoire ; le sang qui avait été versé était notre sang, les larmes étaient nos larmes. Cette église noire, en cette belle journée, était redevenue un navire qui transportait l’histoire d’un peuple jusqu'aux générations futures et jusque dans un monde plus grand.

Nos luttes et nos triomphes devenaient soudain uniques et universels, noirs et plus que noirs. En faisant la chronique de notre voyage, les histoires et les chants nous donnaient un moyen de revendiquer des souvenirs dont nous n'avions pas à avoir honte (…), des souvenirs que tout le monde pouvait étudier et chérir - et avec lesquels nous pouvions commencer à reconstruire. »


Telle a été ma première expérience à Trinity. Comme beaucoup d’églises majoritairement noires, Trinity est un microcosme de la communauté noire : on y voit le médecin et la mère assistée, l’étudiant modèle et le voyou repenti.

Comme toutes les autres églises noires, les services religieux de Trinity résonnent de rires tapageurs et de plaisanteries truculentes. Et ça danse, ça tape des mains, ça crie et ça hurle, ce qui peut paraître incongru à un nouveau venu

L'église contient toute la tendresse et la cruauté, l’intelligence l’extrême et l’ignorance crasse, les combats et les réussites, tout l'amour et, oui, l'amertume et les préjugés qui sont la somme de l’expérience noire en Amérique.

Et cela explique sans doute mes rapports avec le Rev. Wright. Si imparfait soit-il, je le considère comme un membre de ma famille. Il a raffermi ma foi, célébré mon mariage et baptisé mes enfants.

Jamais dans mes conversations avec lui ne l’ai-je entendu parler d’un groupe ethnique en termes péjoratifs, ou manquer de respect ou de courtoisie envers les blancs avec qui il a affaire. Il porte en lui les contradictions — le bon et le mauvais— de la communauté qu’il sert sans se ménager depuis tant d’années.

Je ne peux pas plus le renier que je ne peux renier la communauté noire, je ne peux pas plus le renier que je ne peux renier ma grand-mère blanche, une femme qui a fait tant de sacrifices pour moi, une femme qui m'aime plus que tout au monde, mais aussi une femme qui m’avouait sa peur des noirs qu’elle croisait dans la rue et que, plus d'une fois, j’ai entendu faire des remarques racistes qui m'ont répugné.

Ces personnes sont une partie de moi. Et elles font partie de l’Amérique, ce pays que j’aime.

D'aucuns verront ici une tentative de justifier ou d’excuser des propos tout à fait inexcusables. Je peux vous assurer qu’il n’en est rien. Je suppose qu’il serait plus prudent, politiquement, de continuer comme si de rien n'était, en espérant que toute l’affaire sera vite oubliée.

Nous pourrions faire peu de cas du Rev. Wright, et ne voir en lui qu’un excentrique ou un démagogue, tout comme certains l’ont fait dans le cas de Geraldine Ferraro, l’accusant, à la suite de ses récentes déclarations, de préjugé racial.

Mais je crois que ce pays, aujourd'hui, ne peut pas se permettre d'ignorer la problématique de race. Nous commettrions la même erreur que le Rev. Wright dans ses sermons offensants sur l'Amérique —en simplifiant, en recourant à des stéréotypes et en accentuant les côtés négatifs au point de déformer la réalité.

Le fait est que les propos qui ont été tenus et les problèmes qui ont été soulevés ces dernières semaines reflètent les aspects complexes du problème racial que n’avons jamais vraiment explorés — une partie de notre union qui nous reste encore à parfaire.

Et si nous abandonnons maintenant pour revenir tout simplement à nos positions respectives, nous n'arriverons jamais à nous unir pour surmonter ensemble les défis que sont l'assurance maladie, l'éducation ou la création d'emplois pour chaque Américain.

Pour comprendre cet état de choses, il faut se rappeler comment on en est arrivé là. Comme l’a écrit William Faulkner : « Le passé n’est pas mort et enterré. En fait il n’est même pas passé. » Nul besoin ici de réciter l’histoire des injustices raciales dans ce pays

Mais devons nous rappeler que si tant de disparités existent dans la communauté afro-américaine d’aujourd’hui, c’est qu’elles proviennent en droite ligne des inégalités transmises par la génération précédente qui a souffert de l'héritage brutal de l'esclavage et de Jim Crow.

La ségrégation à l’école a produit et produit encore des écoles inférieures. Cinquante ans après Brown vs. The Board of Education, rien n’a changé et la qualité inférieure de l’éducation que dispensent ces écoles aide à expliquer les écarts de réussite entre les étudiants blancs et noirs d’aujourd’hui.

La légalisation de la discrimination —des noirs qu’on empêchait, souvent par des méthodes violentes, d'accéder a la propriété, des crédits que l’on accordait pas aux entrepreneurs afro-américains, des propriétaires noirs qui n'avaient pas droit aux prêts du FHA [Ndt : Federal Housing Administration, l’administration fédérale en charge du logement], des noirs exclus des syndicats, des forces de police ou des casernes de pompiers, a fait que les familles noires n’ont jamais pu accumuler un capital conséquent à transmettre aux générations futures.

Cette histoire explique l’écart de fortune et de revenus entre noirs et blancs et la concentration des poches de pauvreté qui persistent dans tant de communautés urbaines et rurales d’aujourd’hui.

Le manque de débouchés parmi les noirs, la honte et la frustration de ne pouvoir subvenir aux besoins de sa famille ont contribué a la désintégration des familles noires —un problème que la politique d’aide sociale, pendant des années, a peut-être aggravée. Le manque de service publics de base dans un si grand nombre de quartiers noirs —des aires de jeux pour les enfants, des patrouilles de police, le ramassage régulier des ordures et l'application des codes d'urbanisme, tout cela a crée un cycle de violence, de gâchis et de négligences qui continue de nous hanter.

C'est la réalité dans laquelle le Rev. Wright et d’autres Afro-Américains de sa génération ont grandi. Ils sont devenus adultes à la fin des années 50 et au début des années 60, époque ou la ségrégation était encore en vigueur et les perspectives d'avenir systématiquement réduites.

Ce qui est extraordinaire, ce n’est pas de voir combien ont renoncé devant la discrimination, mais plutôt combien ont réussi à surmonter les obstacles et combien ont su ouvrir la voie à ceux qui, comme moi, allaient les suivre.

Mais pour tous ceux qui ont bataillé dur pour se tailler une part du Rêve Américain, il y en a beaucoup qui n'y sont pas arrivés – ceux qui ont été vaincus, d’une façon ou d’une autre, par la discrimination.

L’expérience de l'échec a été léguée aux générations futures : ces jeunes hommes et, de plus en plus, ces jeunes femmes que l'on voit aux coins des rues ou au fond des prisons, sans espoir ni perspective d'avenir. Même pour les noirs qui s'en sont sortis, les questions de race et de racisme continuent de définir fondamentalement leur vision du monde.

Pour les hommes et les femmes de la génération du Rev. Wright, la mémoire de l’humiliation de la précarité et de la peur n’a pas disparu, pas plus que la colère et l’amertume de ces années.

Cette colère ne s’exprime peut-être pas en public, devant des collègues blancs ou des amis blancs. Mais elle trouve une voix chez le coiffeur ou autour de la table familiale. Parfois cette colère est exploitée par les hommes politiques pour gagner des voix en jouant la carte raciale, ou pour compenser leur propre incompétence.

Et il lui arrive aussi de trouver une voix, le dimanche matin à l’église, du haut de la chaire ou sur les bancs des fidèles. Le fait que tant de gens soient surpris d’entendre cette colère dans certains sermons du Rev. Wright nous rappelle le vieux truisme, à savoir que c’est à l’office du dimanche matin que la ségrégation est la plus évidente.

Cette colère n’est pas toujours une arme efficace. En effet, bien trop souvent, elle nous détourne de nos vrais problèmes, elle nous empêche de confronter notre part de responsabilité dans notre condition, et elle empêche la communauté afro-américaine de nouer les alliances indispensables à un changement véritable.

Mais cette colère est réelle, et elle est puissante, et de souhaiter qu’elle disparaisse, de la condamner sans en comprendre les racines ne sert qu’à creuser le fossé d’incompréhension qui existe entre les deux races.

Et de fait, il existe une colère similaire dans certaines parties de la communauté blanche. La plupart des Américains de la classe ouvrière et de la classe moyenne blanche n'ont pas l’impression d’avoir été spécialement favorisés par leur appartenance raciale.

Leur expérience est l’expérience de l’immigrant —dans leur cas, ils n’ont hérité de personne, ils sont partis de rien. Ils ont travaillé dur toute leur vie, souvent pour voir leurs emplois délocalisés et leurs retraites partir en fumée.

Ils sont inquiets pour leur avenir, ils voient leurs rêves s’évanouir; à une époque de stagnation des salaires et de concurrence mondiale, les chances de s’en sortir deviennent comme un jeu de somme nulle où vos rêves se réalisent au dépens des miens.

Alors, quand on leur dit que leurs enfants sont affectés à une école à l’autre bout de la ville, quand on leur dit qu’un Afro-Américain qui décroche un bon job ou une place dans une bonne faculté est favorisé à cause d’une injustice qu’ils n’ont pas commise, quand on leur dit que leur peur de la délinquance dans les quartiers est une forme de préjugé, la rancœur s'accumule au fil du temps.

Comme la colère au sein de la communauté noire qui ne s’exprime pas en public, ces choses qui fâchent ne se disent pas non plus. Mais elles affectent le paysage politique depuis au moins une génération.

C’est la colère envers la politique d’assistance de l’Etat-Providence et la politique de discrimination positive qui ont donné naissance à la Coalition Reagan. Les hommes politiques ont systématiquement exploité la peur de l’insécurité à des fins électorales. Les présentateurs des talk-shows et les analystes conservateurs se sont bâti des carrières en débusquant des accusations de racisme bidon, tout en assimilant les débats légitimes sur les injustices et les inégalités raciales à du politiquement correct ou du racisme a rebours.

Tout comme la colère noire s’est souvent avérée contre-productive, la rancœur des blancs nous a aveuglés sur les véritables responsables de l’étranglement de la classe moyenne —une culture d’entreprise où les délits d'initiés, les pratiques comptables douteuses et la course aux gains rapides sont monnaie courante ; une capitale sous l'emprise des lobbies et des groupes de pression, une politique économique au service d'une minorité de privilégiés.

Et pourtant, souhaiter la disparition de cette rancœur des blancs, la qualifier d’inappropriée, voire de raciste, sans reconnaître qu’elle peut avoir des causes légitimes —voila aussi qui contribue à élargir la fracture raciale et faire en sorte que l’on n'arrive pas à se comprendre.

Voilà où nous en sommes actuellement : incapables depuis des années de nous extirper de l'impasse raciale. Contrairement aux dires de certains de mes critiques, blancs ou noirs, je n'ai jamais eu la naïveté de croire que nous pourrions régler nos différends raciaux en l'espace de quatre ans ou avec une seule candidature, qui plus est une candidature aussi imparfaite que la mienne.

Mais j’ai affirmé ma conviction profonde—une conviction ancrée dans ma foi en Dieu et ma foi dans le peuple américain—qu’en travaillant ensemble nous arriverons à panser nos vieilles blessures raciales et qu’en fait nous n’avons plus le choix si nous voulons continuer d’avancer dans la voie d’une union plus parfaite.

Pour la communauté afro-américaine, cela veut dire accepter le fardeau de notre passé sans en devenir les victimes, cela veut dire continuer d’exiger une vraie justice dans tous les aspects de la vie américaine. Mais cela veut aussi dire associer nos propres revendications –meilleure assurance maladie, meilleures écoles, meilleurs emplois—aux aspirations de tous les Américains, qu’il s’agisse de la blanche qui a du mal à briser le plafond de verre dans l’échelle hiérarchique, du blanc qui a été licencié ou de l'immigrant qui s’efforce de nourrir sa famille.

Cela veut dire aussi assumer pleinement nos responsabilités dans la vie — en exigeant davantage de nos pères, en passant plus de temps avec nos enfants, en leur faisant la lecture, en leur apprenant que même s'ils sont en butte aux difficultés et à la discrimination, ils ne doivent jamais succomber au désespoir et au cynisme : ils doivent toujours croire qu’ils peuvent être maîtres de leur destinée.

L’ironie, c’est que cette notion si fondamentalement américaine –et, oui, conservatrice—de l’effort personnel, on la retrouve souvent dans les sermons du Rev. Wright. Mais ce que mon ancien pasteur n’a pas compris, c’est qu’on ne peut pas chercher à s’aider soi-même sans aussi croire que la société peut changer.

L’erreur profonde du Rev. Wright n’est pas d’avoir parlé du racisme dans notre société. C’est d’en avoir parlé comme si rien n'avait changé, comme si nous n'avions pas accompli de progrès, comme si ce pays —un pays ou un noir peut être candidat au poste suprême et construire une coalition de blancs et de noirs, d'hispaniques et d'asiatiques, de riches et de pauvres, de jeunes et de vieux—était encore prisonnier de son passé tragique. Mais ce que nous savons – ce que nous avons vu—c’est que l’Amérique peut changer. C’est là le vrai génie de cette nation. Ce que nous avons déjà accompli nous donne de l’espoir —l’audace d’espérer —pour ce que nous pouvons et devons accomplir demain.

Pour ce qui est de la communauté blanche, la voie vers une union plus parfaite suppose de reconnaître que ce qui fait souffrir la communauté afro-américaine n’est pas le produit de l’imagination des noirs ; que l’héritage de la discrimination —et les épisodes actuels de discrimination, quoique moins manifestes que par le passé- sont bien réels et doivent être combattus.

Non seulement par les mots, mais par les actes —en investissant dans nos écoles et nos communautés ; en faisant respecter les droits civils et en garantissant une justice pénale plus équitable ; en donnant à cette génération les moyens de s'en sortir, ce qui faisait défaut aux générations précédentes.

Il faut que tous les Américains comprennent que vos rêves ne se réalisent pas forcément au détriment des miens ; qu'investir dans la santé, les programmes sociaux et l'éducation des enfants noirs, bruns et blancs contribuera à la prospérité de tous les Américains.

En fin de compte, ce que l’on attend de nous, ce n’est ni plus ni moins ce que toutes les grandes religions du monde exigent —que nous nous conduisions envers les autres comme nous aimerions qu’ils se conduisent envers nous. Soyons le gardien de notre frère, nous disent les Ecritures. Soyons le gardien de notre sœur. Trouvons ensemble cet enjeu commun qui nous soude les uns aux autres, et que notre politique reflète aussi l'esprit de ce projet.

Car nous avons un choix à faire dans ce pays. Nous pouvons accepter une politique qui engendre les divisions intercommunautaires, les conflits et le cynisme. Nous pouvons aborder le problème racial en voyeurs —comme pendant le procès d’O.J. Simpson —, sous un angle tragique – comme nous l’avons fait après Katrina – ou encore comme nourriture pour les journaux télévisés du soir. Nous pouvons exploiter la moindre bavure dans le camp d’Hillary comme preuve qu’elle joue la carte raciale, ou nous pouvons nous demander si les électeurs blancs voteront en masse pour John McCain en novembre, quel que soit son programme politique.

Oui, nous pouvons faire cela.

Mais dans ce cas, je vous garantis qu’aux prochaines élections nous trouverons un autre sujet de distraction. Et puis un autre. Et puis encore un autre. Et rien ne changera.

C’est une possibilité. Ou bien, maintenant, dans cette campagne, nous pouvons dire ensemble : « Cette fois, non ». Cette fois nous voulons parler des écoles délabrées qui dérobent leur avenir à nos enfants, les enfants noirs, les enfants blancs, les enfants asiatiques, les enfants hispaniques et les enfants amérindiens.

Cette fois nous ne voulons plus du cynisme qui nous répète que ces gosses sont incapables d'apprendre, que ces gosses qui nous ne ressemblent pas sont les problèmes de quelqu'un d'autre. Les enfants de l’Amérique ne sont pas ces gosses-là, mais ces gosses-là sont pourtant bien nos enfants, et nous ne tolérerons pas qu’ils soient laissés pour compte dans la société du vingt-et-unième siècle. Pas cette fois.

Cette fois nous voulons parler des files d’attente aux urgences peuplées de blancs, de noirs et d’hispaniques qui n’ont pas d’assurance santé, qui ne peuvent seuls s’attaquer aux groupes de pression mais qui pourront le faire si nous nous y mettons tous.

Cette fois nous voulons parler des usines qui ont fermé leurs portes et qui ont longtemps fait vivre honnêtement des hommes et des femmes de toute race, nous voulons parler de ces maisons qui sont maintenant à vendre et qui autrefois étaient les foyers d'Américains de toute religion, de toute région et de toute profession.

Cette fois nous voulons parler du fait que le vrai problème n’est pas que quelqu’un qui ne vous ressemble pas puisse vous prendre votre boulot, c’est que l’entreprise pour laquelle vous travaillez va délocaliser dans le seul but de faire du profit.

Cette fois, nous voulons parler des hommes et des femmes de toute couleur et de toute croyance qui servent ensemble, qui combattent ensemble et qui versent ensemble leur sang sous le même fier drapeau. Nous voulons parler du moyen de les ramener à la maison, venant d’une guerre qui n’aurait jamais dû être autorisée et qui n’aurait jamais dû avoir lieu, et nous voulons parler de la façon de montrer notre patriotisme en prenant soin d’eux et de leurs familles et en leur versant les allocations auxquelles ils ont droit.

Je ne me présenterais pas à l’élection présidentielle si je ne croyais pas du fond du cœur que c'est ce que veut l'immense majorité des Américains pour ce pays. Cette union ne sera peut-être jamais parfaite mais, génération après génération, elle a montré qu’elle pouvait se parfaire.

Et aujourd'hui, chaque fois que je me sens sceptique ou cynique quant à cette possibilité, ce qui me redonne le plus d’espoir est la génération à venir —ces jeunes dont les attitudes, les croyances et le sincère désir de changement sont déjà, dans cette élection, rentrés dans l’Histoire.

Il y a une histoire que j’aimerais partager avec vous aujourd’hui, une histoire que j’ai eu l’honneur de raconter lors de la commémoration de la naissance de Martin Luther King, dans sa paroisse, Ebenezer Baptist, à Atlanta.

Il y a une jeune blanche de 23 ans, du nom d’Ashley Baia, qui travaillait pour notre campagne à Florence, en Caroline du Sud. Depuis le début, elle a été chargée de mobiliser une communauté à majorité afro-américaine. Et un jour elle s’est trouvée à une table ronde où chacun, tour à tour, racontait son histoire et disait pourquoi il était là.

Et Ashley a dit que quand elle avait 9 ans sa maman a eu un cancer, et parce qu’elle avait manqué plusieurs jours de travail elle a été licenciée et a perdu son assurance maladie. Elle a dû se mettre en faillite personnelle et c’est là qu’Ashley s’est décidée à faire quelque chose pour aider sa maman.

Elle savait que ce qui coûtait le plus cher c’était d’acheter à manger, et donc Ashley a convaincu sa mère ce qu’elle aimait par-dessus tout, c’était des sandwichs moutarde-cornichons. Parce que c'était ce qu’il y avait de moins cher.

C'est ce qu’elle a mangé pendant un an, jusqu'à ce que sa maman aille mieux. Et elle a dit à tout le monde, à la table ronde, qu’elle s’était engagée dans la campagne pour aider les milliers d’autres enfants du pays qui eux aussi veulent et doivent aider leurs parents.

Ashley aurait pu agir différemment. Quelqu’un lui a peut être dit a un moment donné que la cause des ennuis de sa mère c’était soit les noirs qui, trop paresseux pour travailler, vivaient des allocations sociales, soit les hispaniques qui entraient clandestinement dans le pays. Mais ce n’est pas ce qu’elle a fait. Elle a cherché des alliés avec qui combattre l’injustice.

Bref, Ashley termine son histoire et demande a chacun pourquoi il s'est engagé dans la campagne. Ils ont tous des histoires et des raisons différentes. Il y en a beaucoup qui soulèvent un problème précis. Et pour finir, c’est le tour de ce vieillard noir qui n’a encore rien dit.

Et Ashley lui demande pourquoi il est là. Il ne soulève aucun point en particulier. Il ne parle ni de l’assurance maladie ni de l’économie. Il ne parle ni d’éducation ni de guerre. Il ne dit pas qu’il est venu à cause de Barack Obama. Il dit simplement :
« Je suis ici à cause d’Ashley. »

« Je suis ici à cause d’Ashley »
. A lui seul, ce déclic entre la jeune fille blanche et le vieillard noir ne suffit pas. Il ne suffit pas pour donner une assurance santé aux malades, du travail à ceux qui n’en n’ont pas et une éducation à nos enfants.

Mais c’est par là que nous démarrons. Par là que notre union se renforce. Et comme tant de générations l’ont compris tout au long des deux cent vingt et une années écoulées depuis que des patriotes ont signé ce document a Philadelphie, c’est par là que commence le travail de perfection. »


Traduction de Didier Rousseau et de Françoise Simon
Ammon & Rousseau Translations, New York

Source :
http://philippe-boulet-gercourt.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/03/20/l-integrale-du-discours-d-obama-en-francais.html

Repost 0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 15:35

Selon Nigel Morris, Deputy Political Editor de The Independant, Gordon Brown est favorable à une rduction de l'arsenal nucléaire dans le cadre d'une négociation sur le désarmement.

Regards-citoyens invite le lecteur à en prendre connaissance ci-après.

" Britain is prepared to scale back its nuclear arsenal as part of a drive to reduce the number of atomic weapons around the world, Gordon Brown announced yesterday.

The number of Trident warheads carried on the new fleet of submarines planned to protect Britain would be cut from 16 to 12 if other nations also agreed to reduce their nuclear stockpiles.

The Prime Minister argued the time had come for concerted action to stop more countries becoming nuclear powers and to tackle the danger of terrorist groups such as al-Qa'ida obtaining deadly weapons.

But he acknowledged that countries such as Britain, the United States and Russia also had to play their part by cutting back their nuclear defences.

"In Britain our operationally available warheads number fewer than 160 and the Government keeps this number under constant review," Mr Brown told a conference in London. "If it is possible to reduce the number of UK warheads further, consistent with our national deterrence requirements and with the progress of multilateral discussions, Britain will be ready to do so."

Two years ago, the Government took the unpopular decision to renew the country's Trident defence system at a cost of about £20bn. Although Mr Brown is determined to press ahead with the plans, he signalled that they could be reduced as part of a multilateral disarmament initiative.

He said: "We are committed to retaining the minimum force necessary to maintain effective deterrence.
"For future submarines, our latest assessment is that we can meet this requirement with 12 missile tubes, not the 16 on current submarines."

He said he hoped that talks next year between the nuclear powers would develop "a credible roadmap towards disarmament by all the nuclear weapons states".

Mr Brown added: "I know from President Obama and the new US administration that America shares with us the ultimate ambition of a world free from nuclear weapons."

But he suffered a setback yesterday when Dmitry Medvedev, the Russian president, announced plans for a comprehensive overhaul of the country's military machine. He said the aim would be to increase Russia's "combat-readiness", starting with "our strategic nuclear forces".

Downing Street played down the significance of President Medvedev's remarks. A spokesman pointed to "encouraging signs of a more constructive attitude" towards the issue on the part of the US and Russia, which hold 95 per cent of the world's nuclear weapons.
"

Si l'on prend en compte dans ce débat, outre les considérations stratégiques [cf. sur ce site l'article intitulé "Dissasion et prolifération nucléaires : où en sommes nous ?" : http://www.regards-citoyens.com/article-28747573.html)], la très étroite interdépendance politique, technologique, industrielle et opérationnelle des protagonistes occidentaux de la dissuasion nucléaire, ainsi que le montant des coûts réellement imputables aux développements, à l'exploitation, au maintien en condition opérationnelle et au recyclage au terme du cycle de vie des équipements et armements correspondants, une telle préconisation relève du bon sens !


Mais quelle est la place réservée au bon sens dans ce genre de domaine ?

Encore faudrait-il que ces protagonistes occidentaux soient en mesure de maitriser les processus de prolifération qui participent à redistribuer les cartes du jeu au niveau international ?

Repost 0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 10:58

They are not all-powerful, but Israel's advocates in the US do play hardball - often hurting the cause they are meant to serve !

Now they have their Joan of Arc. Those who have long claimed that the sinister, shadowy forces of "the Israel Lobby" pull the strings of US foreign policy at last have a martyr. Last week Charles Freeman, a former diplomat, said he would not take the job he had been offered, chairing the US National Intelligence Council: he had, he said, been the victim of a campaign of "character assassination" conducted by an "Israel Lobby [willing to] plumb the depths of dishonour and indecency". In a furious statement
- http://online.wsj.com/article/SB123672847973688515.html?mod=googlenews_wsj -, he declared that the "aim of this Lobby is control of the policy process".

Those who in 2006 lapped up the thesis argued by the US academics John Mearsheimer and Stephen Walt
- http://www.lrb.co.uk/v28/n06/mear01_.html -, attributing to the mighty lobby the power to divert the US from its own interests, seized on Freeman's fall as decisive proof. Walt himself declared - http://walt.foreignpolicy.com/posts/2009/03/11/on_chas_freemans_withdrawal - : "For all of you out there who may have questioned whether there was a powerful 'Israel lobby'," he blogged, "think again."

As the reception to the original Mearsheimer-Walt article showed, this is radioactive terrain. Those who wade in carelessly can find themselves burnt. The explanation is not complicated. The notion that Jews wield excessive power, and do so in mysterious ways; that they advance the interests of a foreign power; that they function as some kind of fifth column, and that as such they have often led their country into needless wars - all these are accusations that have been hurled at Jews going back many centuries. It should be no surprise that Jews' ears prick up if they think they can hear these old tunes hammered out once more.

And yet, after several conversations with Israel supporters in both Washington and Tel Aviv, I have found no one who denies that Freeman was indeed the victim of advocates for Israel. It is quite true that many on Capitol Hill disliked Freeman's devotion to Saudi Arabia, the country where he had once served as US ambassador: he recently suggested -
 http://www.saudi-us-relations.org/articles/2008/interviews/081008-freeman-interview.html - King Abdullah be renamed "Abdullah the Great". True, too, that a critical blow came from Nancy Pelosi, the house speaker, reportedly outraged - http://www.newsweek.com/id/188725 - by Freeman's overly indulgent attitude towards China's rulers. But I'm reliably told that these lines of attack originated with the pro-Israel crowd. Nor have Freeman's character assassins bothered to hide their fingerprints.

On the contrary, several have bragged
http://www.philipweiss.org/mondoweiss/2009/03/daniel-pipes-takes-credit-for-freeman-takedown-.html about their role, among them Steve Rosen, a former official of the American-Israel Public Affairs Committee, or Aipac, who launched the attack on Freeman.

Surely, then, as Walt claimed, this settles not only the Freeman whodunit but the larger question of the mighty "Lobby". Clearly it is every bit as vicious - and effective - as its detractors have claimed, able to derail even a new and popular administration such as Barack Obama's simply because it had the temerity to pick a man who had, among other things, condemned the Israeli occupation as "brutal oppression" - right? Not quite.

The flaws in the Mearsheimer-Walt case remain as visible as when they were exposed by the Palestinian-American scholar Joseph Massad -
 http://weekly.ahram.org.eg/2006/787/op35.htm -, Noam Chomsky -   http://www.zmag.org/znet/viewArticle/4134 - and a clutch of other anti-Zionists. For one thing, if Israel and its backers really did control United States foreign policy, there would never be any divergence between them: Washington would simply do "the Lobby's" bidding. But that is hardly the case. One can go back to the mid-1980s, when Israel and its friends begged the Reagan administration not to sell Awacs surveillance planes to Saudi Arabia - to no avail: the Saudis got their planes. Or spool forward to 1991 when George Bush pressured Israel to attend a peace conference against its will and withheld $10bn in much-needed loan guarantees unless Israel agreed to freeze settlements on occupied land. You might mention Israel's proposed arms sales to China: Washington compelled Israel to back down, first in 2000 and again in 2005. More awkwardly, Israel has long sought the release of those who spied for it against the US. Washington has consistently refused.

Chomsky asks a useful question. If the US has been led to behave the way it does in the Middle East by the cunning "Israel Lobby", how come it behaves the same way elsewhere? "What were 'the Lobbies' that led to pursuing very similar policies throughout the world?" As for the Middle East, Chomsky quotes the scholar Stephen Zunes: "There are far more powerful interests that have a stake in what happens in the Persian Gulf region than does Aipac [or the Lobby generally], such as the oil companies, the arms industry and other special interests whose lobbying influence and campaign contributions far surpass that of the much-vaunted Zionist lobby ..."

The naive assumption at work here is that the American dog has no interests of its own, leaving it free to be wagged by the pro-Israel tail. It's a convenient view, casting the great superpower as a hapless, and essentially innocent, victim. But guess what: the US emphatically does have its own strategic interests - oil chief among them - and it guards them fiercely. Support for Israel as a loyal, dependable ally - ready to take on Arab and other forces that might pose a threat to those interests - has served America's purposes well. That's why the US acts the way it does, not because Aipac tells it to.

Perhaps the most powerful example - if only because so many believe the reverse to be true - is the Iraq war. Plenty of Mearsheimer-Walt followers reckon it was the "Lobby" wot done it: it was Israel that pushed for war. But as Lawrence Wilkerson, former chief of staff to Colin Powell, and others have explained -
 http://www.ipsnews.net/print.asp?idnews=39051 -, Israel's leaders in fact repeatedly warned against an attack on Saddam, fearing it would distract from, and embolden, what it regarded as the real threat, namely Iran. As it happened, they were right.

So the myth of an all-powerful Israel lobby, pulling the strings, is a delusion. But it's equally false to pretend that Aipac and its allies don't exist or exert genuine influence. They do and they play hardball, as the Freeman affair has vividly demonstrated. (Indeed, the negative publicity that has resulted may make this victory a pyrrhic one.)

Viewed this way, clearly and through a lens unclouded by exaggeration and mythology, they are to be strenuously opposed. Their attempt to limit the voices heard in Washington is not just an offence against pluralism, it also hurts the very cause Aipac purports to serve: Israel.

Aipac's approach - not so much pro Israel as pro the Israeli right wing - ends up pushing US politicians away from the policies Israel itself needs, specifically the dialogue with enemies and territorial concessions that are necessary if Israel's long-term future is to be secured.

The good news is that alternatives are emerging. Founded last year, J. Street -
 http://www.jstreet.org/ - styles itself as a "pro-Israel, pro-peace" advocacy organisation, thereby creating a space for those US politicians who support Israel but believe the policy of recent Israeli governments is hurting Palestinians and imperilling the future of the Jewish state. Aipac and its allies have had the monopoly on Israel advocacy for too long. Let's hope the Freeman episode prompts America's leaders to take a hard look at them, to see them as they really are: not all-powerful - and not always right either. "


Source : http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2009/mar/18/jonathan-freedland-israel-lobby

Repost 0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:30

La volonté de la nouvelle administration américaine de permettre aux Etats-Unis de retrouver rapidement le chemin de la coopération internationale s'exprime notamment dans le champ très large de la sécurité.

Elle se manifeste en particulier sur le registre de la lutte contre les armes de destruction massive ; registre à l'origine de bien des échecs et des désillusions qui appelaient des réactions urgentes, sauf à courir le risque d'un isolement des Etats-Unis à un moment de son histoire où elle manifeste une incroyable dépendance "tous azimuts" !

La Rand Corporation s'incrit dans cette démarche de reconstruction d'une capacité de partenarait international autour de la lutte contre les armes de destruction massive comme l'illustre le document intitulé "Building Partner Capacity to Combat Weapons of Mass Destruction" (cf.
http://www.rand.org/pubs/monographs/2009/RAND_MG783.pdf) dont le présent article présente le résumé (en anglais).

Summary
This RAND National Defense Research Institute monograph outlines and then applies a four-step process for developing regional approaches to BPC to combat WMD. Limited resources, access, and incomplete knowledge of WMD threats create a need for working with appropriate partner countries around the world to address these challenges.
The monograph offers seven key themes to consider when implementing BPC regional approaches. The monograph argues that the United States needs a coordinated effort to enhance partners’ border security, WMD detection, and interdiction, and other capabilities to address the global nature of the threat. When nations are less capable, it is critical
to focus U.S. assistance on building indigenous capacity to combat WMD threats.

Developing a Process to Build Partner Capacity for Combating WMD
This monograph outlines a four-step process for developing regional approaches to BPC to combat WMD threats. These steps include identifying capabilities and desired end states relative to the WMD threat working with potential partners identifying relevant BPC ways and means developing a framework to assess the effectiveness of BPC programs and activities.

Recommendations for the Department of Defense (DoD)
The monograph provides specific recommendations for implementing each step in the four-step process. These recommendations comprise a means for DoD planners, and means for other agencies as well, to
efficiently and effectively build partner capacity to combat WMD.
The
monograph offers seven key themes that are linked to the recommendations.
These key themes include improving guidance, increasing visibility on activities at a global level, improving coordination, encouraging collaboration and implementation, conducting assessments, and securing resources.

For step one, identifying capabilities and desired end states relative to the WMD threat, we recommend that DoD ensure that programmatic ends are linked to strategic guidance. Further, we recommend regular planning sessions among the various program managers to ensure that the aims of the DoD BPC programs are complementary.
Regular country-specific or functional working groups should be held to share ideas and lessons identified. Finally, we recommend that the organizational roles and responsibilities for DoD stakeholders - including the geographic and functional combatant commands - be fully defined and published.

For step two, working with potential partners, we recommend that DoD planners apply the process described in Chapter Four, using criteria outlined in this monograph, to understand which partners to work with and how to work with them. The criteria, while illustrative, demonstrate the importance of considering a range of factors that can help describe a potential partner’s relevance to a WMD threat, as well as how the United States should approach working with that potential partner. Planners should coordinate with interagency and international
counterparts to gain insights and to look for opportunities for collaboration.
Finally, we recommend considering additional sources of insight into partners’ perspectives and needs, such as the individual country reports provided in response to UN Security Council Resolution 1540, which obliges states to refrain from supporting by any means nonstate actors who wish to develop, acquire, manufacture, possess, transport, transfer, or use nuclear, chemical, or biological weapons.


For step three, identifying relevant BPC ways and means, we recommend that planners widen their knowledge (to the extent possible) of other DoD, U.S. government, allied, and international and regional organizations’ BPC for combating WMD activities. This process would include using available information sharing systems, attending and participating in other agencies’ working groups, and even supporting other agencies’ events and activities. Chapter Four provides the framework for identifying the activity gaps and redundancies on a regional basis. By applying such a framework, planners will have a better understanding of the most effective and efficient ways to best apply resources.


For step four, developing a framework to assess the effectiveness of BPC programs and activities, we recommend that planners implement the seven-step assessment framework outlined in Chapter Five.
Specifically, the process should begin with a pilot assessment to select  few programs to test the framework’s application in a specific country or region. Further, we recommend that DoD consider establishing a single resource advocate for BPC to combat WMD programs, with single points of contact within each of the combatant commands and DoD supporting agencies, such as DTRA.
The study team identified ten different categories of security cooperation activities - or “ways” - that can support BPC goals. These ways describe how the activities are conducted and are useful in understanding the scope and nature of an activity. The ten ways are training conferences/workshops/information exchanges needs and capabilities assessments exercises equipment/infrastructure education personnel exchanges RDT&E
experiments. 
While DoD programs as a whole cover all of the ways, DTRA focuses the majority of its activities on the ways of training, workshops
and seminars, assessments, provision of equipment, and RDT&E.
These ways represent the building blocks to develop approaches to work with partners, and they form a useful construct to gain insight into the nature of various BPC activities.
A further distinction regarding the character of the ways can also be made. Grouping the ways in terms of the outcome they strive to achieve provides additional insight into the depth and purpose of the relationship between the United States and a partner country. These ways can be applied at different intervals in a relationship with a given partner country. For example, when the United States is only beginning to develop its relations with a partner in a combating WMD sense, the “crawl” phase—which includes assessments, training, conferences, and developing defense and military contacts—may be most appropriate.
Training, for example, can be designed to teach a student a specific task, such as how to operate a radiation detector. However, as the relationship matures and trust is built, it might be more appropriate to move the relationship further through education, exercises, and provision of equipment types of activities—or the “walk” phase. Education, for example, might involve a course of instruction aimed at developing a student’s in-depth knowledge of an issue area, such as consequence management. Such a course might result in the graduate being able to develop strategies or plans for a national response to WMDrelated disasters. Finally, the “run” phase—which includes personnel exchanges, experiments, and RDT&E—is generally reserved for more capable allies for which improving interoperability, rather than building indigenous capacity, is the primary focus. For example, in addition to its ongoing internal RDT&E efforts to develop technologies to combat WMD, DTRA maintains R&D collaborative activities with key allies such as the UK.
Generally, the ways are building blocks that should become more robust over time; activities in the earlier phases can certainly remain appropriate even in the later phases. For example, in the crawl stage, a partner might be asked to participate in a DoD Regional Center conference on combating WMD proliferation. In contrast, a partner in the walk or run phase might be asked to host and/or provide speakers for
such an event.
There are, of course, some gray areas and overlap among the phases. There may well be good reasons why DoD could conduct more advanced activities with a country with which it does not have an established relationship—in the crawl phase. For example, the partner may be invited to observe a multilateral exercise. Observing an event is considered a less robust level of participation. However as a general rule, DoD does not conduct exercises with partners that have not been
exposed to some training opportunities.
Moreover, it may be desirable for the United States to conduct needs or capabilities assessments later in the relationship, rather than during the crawl phase, depending on how open the partner is to U.S. inspections or analysis of its specific capabilities. Sometimes such indepth
assessments can occur only after additional trust has been built.
Assessing a partner’s capability and capacity is more difficult.
Tools that can help include assessments of capabilities, exercises that evaluate training objectives, and in some cases conferences, workshops, and information exchanges. Collaborating with partners is perhaps the most advanced way to build partner capacity, and it represents a significant investment of U.S. resources and often demands a high degree of commitment from the partner. These types of activities include personnel exchanges, experimentation, and RDT&E programs. Conferences, workshops, and information exchanges can also serve as fora for collaboration, and they can be thought of as being in this category as well.

 


 

Repost 0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 22:53

Dans un article publié sur le site www.foreignpolicy.com sous le titre « Sarkozy's Power Play », Judah Grunstein,  managing editor de World Politics Review (http://www.worldpoliticsreview.com/), présente son analyse du "jeu de puissance" du président Sarkozy, à l'aune de sa décision de procéder à la réintégration de la France dans les structures militaires intégrées de l'Otan.

Cherchant à contribuer à nourrir le débat ouvert en France à cet égard de points de vue aussi éclairés que contradictoires, je propose au lecteur d'en prendre connaissance ci-après.

" Don't underestimate the French: President Nicholas Sarkozy hopes that reintegration into NATO can prove yet another power play for his fast-filling book.

In a long-anticipated move, Nicolas Sarkozy last week announced France's formal intention to, as he put it, "reintegrate [into] NATO."

In so doing, the French president has opened himself anew to charges that he is trading France's treasured autonomy for an alignment with the United States. But domestic critics may have it backwards: Sarkozy's real goal all along has never been to simply draw Paris closer to Washington, but rather to use warmer relations as one of many tools to increase France's influence.

The French have had a half-in, half-out relationship with NATO since 1966, when then President Charles de Gaulle withdrew France from the alliance's integrated command structure, thereby reclaiming what he called "the complete exercise of its sovereignty." France had been progressively extricating its forces from the NATO chain of command for most of the previous decade. The final decision was triggered primarily by changes in the United States' doctrine of nuclear deterrence that raised fears in France of being drawn into wars not of its choosing.

But because France never actually left NATO, "reintegration" is a somewhat misleading term. France is currently the fourth-largest contributor of both money and troops deployed in the Balkans and Afghanistan. Over the past 10 years, France has increasingly rejoined the political and operational components of the alliance, currently sitting on 36 of the organization's 38 committees. Until now, however, it has remained outside the permanent military command structure, meaning that it holds none of NATO's permanent commands and does not participate in the strategic planning that goes into operational deployments. That absence is precisely what the announced move will remedy.

Sarkozy's decision is part of a broader shift toward reaffirming France's place in what he calls the "family of the West" -- a project he began upon taking office in May 2007. In concrete terms, that has meant a more vocal opposition to Iran's nuclear ambitions, a recommitment to the NATO war effort in Afghanistan, and demonstrations of French solidarity with U.S. objectives in Iraq.

All of those initiatives have generated charges of a pro-American alignment. But with his NATO shift, Sarkozy has fractured a long-standing domestic consensus over France's national security posture. Summed up by former Foreign Minister Hubert Védrine as "friends, allies, non-aligned," France's stubborn insistence on its autonomy and liberty of position in matters of national security confounded U.S. expectations throughout the Cold War and aroused suspicion in its aftermath. But for the French, it has been a source of national pride, creating a self-image of occupying a unique place in the West and the world. To be sure, France has always had its "Atlanticists" who favored a closer relationship with the United States. But in a country famous for its celebration of contrarianism, it was a position that bordered on the unseemly.

The announcement has drawn criticism from across the political spectrum. Ironically, the socialists who in 1966 opposed De Gaulle's decision oppose Sarkozy today for reversing it. Even the centrists are opposed, as Mouvement Démocrate leader François Bayrou articulated in an interview with Le Figaro. "We're renouncing our singularity, the sign of our independence that gave France an identity in the concert of nations," he told the newspaper. "In accepting integration, France is amputating a part of the credit she enjoys with the rest of the world, with Africa, with the Middle East."

These more predictable adversaries have been joined by Gaullist parliamentarians from Sarkozy's own Union for a Popular Movement (UMP) party. Party luminaries and former Prime Ministers Dominique de Villepin and Alain Juppé are among the many who contend that NATO reintegration will limit France's cherished freedom of action.
Sarkozy has dismissed the suggestion, maintaining instead that by joining the command structure, France will increase its influence within the alliance. "We don't have a single military post of responsibility. We don't have our say when the Allies define the military objectives and means for the operations in which we participate," Sarkozy said, describing the status quo in his speech formalizing the move last Wednesday. "In concluding this process, France will be stronger and more influential. Why? Because those who are absent are always wrong. Because France must codirect, rather than submit."

By fully joining NATO, Sarkozy also argues, France will have more opportunities to influence the alliance's strategic vision at a time when the Afghanistan mission is testing its sense of purpose. Significantly, among the commands France is rumored to have secured is the Allied Command Transformation in Norfolk, Virginia, responsible for future planning in doctrine and operations. By integrating other commands at a staff level, it will also be able to contribute to mission planning to a greater degree.

But the critics also have a point. The political calculus that first motivated Sarkozy to broach a trans-Atlantic rapprochement in his address to the U.S. Congress in November 2007 now seems dated. At the time, a toxic Bush administration in search of European friends seemed to offer high political dividends. After returning from Washington, Sarkozy spoke openly of U.S. acceptance of enhanced European defense and commitments to a more cooperative stance on climate change as concessions his approach had already won. But with all of Europe now competing to be U.S. President Barack Obama's privileged interlocutor, the potential payoffs from Sarkozy's NATO gesture have been dramatically reduced.

His claims notwithstanding, France's longtime interest in promoting the defense capabilities of the European Union have further complicated the issue. As a condition for NATO reintegration, Sarkozy demanded that the United States and Britain relax their opposition to European defense. By all indications, he might have won the argument this time. If so, it is also due in part to the urgent shortage of deployable troops for world crises -- a deficit that buttresses the French claim that EU military cooperation is not hostile to NATO, but rather complementary to it. EU deployments in Africa and South Lebanon under Sarkozy's presidency, for example, have demonstrated the practical advantage of a Western multilateral force without the U.S. stigma attached.

But Sarkozy's proposed quid pro quo has predictably raised fears among NATO supporters that the French president's real goal is to gradually dissolve the alliance from within. This fear is not as outlandish as it sounds. By resurrecting previously floated proposals for a semiautonomous European pillar within the alliance, France could conceivably attempt to convert the alliance's European military capabilities into a de facto EU defense. Indeed, the second command the French are rumored to have secured is the alliance's rapid response command in Lisbon, Portugal. However, such a theoretical scenario would still have to contend with the lack of any real appetite in Europe for a muscular defense capability independent of an American-dominated NATO.


Sarkozy's insistence on EU defense sheds light on his greater vision for France -- one that has at times escaped both foreigners and French people alike. Despite his domestic critics' fears, Sarkozy is hardly trying to turn Paris into a satellite of Washington. Rather, he wants to see a strong France amplified by a stronger Europe. To achieve that, he has tried to balance greater multilateral cooperation, especially with the United States and France's European partners, with an independent line, such as his diplomatic engagement with Syria at a time the United States was attempting to isolate Damascus.

Meanwhile, Sarkozy has adroitly used the EU to amplify French diplomacy. During France's recent EU presidency, for instance, Sarkozy transcended the largely symbolic prestige of the office to mediate a cease-fire in Georgia, demonstrating the value of a strong EU executive and the need for a more formal institutional structure. The subsequent European weakness during both the Gaza war (to which Sarkozy was accused of contributing by pursuing an independent French initiative) and the Ukraine-Russia gas dispute only served to accentuate that need.
The frenetic pace and improvised quality of Sarkozy's methods have led critics to accuse him of lacking any guiding logic. They also point out that despite his propensity for stealing the spotlight and making headlines, most of his high-profile initiatives -- such as the Union for the Mediterranean and the push for ratification of the Treaty of Lisbon -- have amounted to few long-term accomplishments. Even the cease-fire he obtained between Russia and Georgia last August amounted to formalizing Russia's gains on the ground. To add insult to injury, Moscow didn't even respect all of its terms.

Yet if Sarkozy has been right on almost nothing, he has been prescient on almost everything, guided by the attention-seeker's instinctive flare for tomorrow's crisis today. (For instance, his decision to engage Syrian President Bashar al-Assad at the time of Lebanon's presidential impasse in January 2008 later paid off in access to crucial back channels during the Gaza war.) His logic is the logic of the deal, where both fault lines in opinion and emerging consensus create leverage points that maximize France's influence. His handling of last year's NATO summit -- where he sided with Germany to successfully oppose expansion to Georgia and Ukraine, while pacifying Washington with a much-needed troop increase to the Afghanistan deployment -- is a perfect illustration of how he manages to turn France into either the tiebreaker or the consensus sealer.

France's return to the heart of NATO will certainly not spell the end of France's independence and autonomy, nor will it prove the alliance's undoing. But both will be changed, in ways that no one -- least of all Sarkozy -- can foresee. Rich in symbolism, profound in consequences, unpredictable in effect: The move is typical Sarkozy, for whom it is the deed, and not the outcome, that matters. "

Repost 0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 22:40

Selon l'Agence russe d'information internationale RIA Novosti, des députés russes estiment que la création d'une monnaie supranationale permettrait de juguler le monopole financier des Etats-Unis et de mettre en place un système économique plus stable dans le monde. 
 
Moscou propose de charger le FMI d'étudier la possibilité de créer une monnaie de réserve supranationale et de diversifier de manière obligatoire la structure des réserves monétaires, des opérations des banques nationales et des organisations financières internationales, lit-on dans les propositions de Moscou en vue du sommet du G20 à Londres. 

"En fait, on propose de remplacer le dollar émis par les Etats-Unis contre une devise émise par les plus grands pays du monde. Ce sera une devise qui contiendra en soi le rouble, le yen, l'euro et, en partie, le dollar lui-même", affirme Evgueni Fedorov, président du Comité parlementaire pour la politique économique et l'entreprenariat. Selon le député, "le monopole financier des Etats-Unis doit être jugulé dès à présent". On sortira de crise uniquement lorsque "les économies et les devises rivaliseront les unes avec les autres". 

Seule l'introduction d'une monnaie de réserve unique est en mesure de "casser" ce monopole et "par la suite le rouble jouera le rôle d'une monnaie de réserve régionale, l'Europe aura sa propre monnaie, l'Asie la sienne, et ainsi de suite".

"On ne comprend absolument pas pourquoi on doit avoir une seule monnaie de réserve et non pas vingt ou cent, ou encore un système unique de notations", déclare Leonid Sloutski, premier vice-président du Comité des affaires internationales. 

D'après le député, "c'est l'irresponsabilité politique et économique des Etats-Unis qui a conduit à la crise". 

Repost 0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 21:41

"Pour beaucoup de pays dans le monde, la décision de la France de rejoindre le commandement intégré de l'OTAN est symbolique d'un renoncement français à une certaine autonomie de pensée et d'action dans les relations internationales", estime Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères, dans un chat dont François Beguin rend compte sur le site : http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/03/17/otan-beaucoup-de-pays-attendent-de-la-france-autre-chose-qu-un-alignement_1168927_3224.html.

Cherchant à contribuer à nourrir le débat ouvert en France à cet égard de points de vue aussi éclairés que contradictoires, je propose au lecteur d'en prendre connaissance ci-après.

Pierre-carole : L'intégration complète des armées françaises dans l'OTAN ne signifie-t-elle pas que, pour longtemps, la France renonce à promouvoir une force de défense européenne commune et indépendante ?

Hubert Védrine
: C'est tout le débat. Le président de la République nous dit que de l'intérieur il va pouvoir faire avancer ce projet. La plupart des opposants ou des critiques en doutent énormément, compte tenu de l'expérience qu'on peut avoir de la politique américaine, du poids du Pentagone et du fonctionnement de l'OTAN.
Cela dit, pour être honnête, il faut rappeler que le projet de défense européenne se heurte déjà à beaucoup d'obstacles, le premier étant qu'il n'y a pas de vraie volonté chez les autres Européens pour promouvoir une défense européenne. Ils craignent que ça ne fasse double emploi avec l'OTAN, ils n'ont pas envie de dépenser plus pour la défense, et ils n'ont pas forcément envie de prendre plus de responsabilités. Donc il faut reconnaître que ce projet est difficile à mettre en oeuvre, que l'on soit ou non dans le système intégré. Mais on a du mal à comprendre pourquoi, en s'intégrant plus, on aurait plus d'influence sur ce projet, qui est un projet d'autonomie.

Antoniou
: Si vous aviez été ministre des affaires étrangères, vous seriez-vous prononcé contre le retour de la France dans le commandement intégré ?

Hubert Védrine
: C'est une des raisons pour lesquelles je ne pouvais pas être ministre dans ce contexte. J'ai d'ailleurs déjà écrit dans mon rapport de l'automne 2007 pourquoi ça ne me paraissait pas une bonne chose. Nous étions dans une situation optimum, et à mon avis il n'y avait pas de raison convaincante pour en sortir. Les Américains eux-mêmes ne le demandaient plus. Donc je n'aurais pas pu approuver ce processus.
Ce que j'aurais très bien compris, en revanche, c'est que l'on dise, comme François Mitterrand l'avait fait dire en 1990-1991 : la France est prête à prendre toute sa place dans une Alliance profonde et réformée. Dans ce cas-là, la réforme de l'Alliance aurait été un préalable à notre retour. Tandis qu'avec la démarche adoptée aujourd'hui, elle n'est qu'une conséquence éventuelle, une espérance, ce qui est très fragile.


Ben
: La réintégration dans l'OTAN n'améliorerait-elle pas la capacité de la France à peser sur les grandes décisions stratégiques en Afghanistan ?

Hubert Védrine
: D'une façon générale, on ne peut pas citer de cas au cours des dernières décennies où un pays autre que les Etats-Unis ait eu une influence importante dans l'Alliance parce qu'il était intégré. D'une façon plus précise, sur l'Afghanistan, il est clair que l'opération menée par les Américains et par l'OTAN est dans une impasse et qu'il faut impérativement tout remettre à plat pour clarifier la stratégie militaire et politique, l'organisation et le mode de décision. Cette clarification aurait déjà dû avoir lieu.
Est-ce que la France va être mieux placée pour la demander et pour l'obtenir après la décision prise par le président Sarkozy ? Cela reste à démontrer. Du point de vue américain, cette décision française est interprétée comme un désir de ne plus contrecarrer les positions américaines. Donc je ne sais pas ce qui se passera si les Français, au contraire, exigent de codiriger, pour employer l'expression utilisée par le président Sarkozy dans son discours, les opérations, notamment en Afghanistan. Cela va être le premier banc d'essai de la nouvelle orientation de M. Sarkozy
.

6pri1
: Au-delà du symbole, la réintégration de la France dans l'OTAN changera-t-elle la stratégie française en Europe et dans le monde ?

Hubert Védrine
: Le symbole est très important. Pour les Américains, c'est symbolique d'un nouvel atlantisme français ; pour les autres Européens, c'est symbolique d'une normalisation française : la France rentre dans le rang et ils s'en réjouissent ; et pour beaucoup de pays dans le monde, c'est symbolique d'un renoncement français à une certaine autonomie de pensée et d'action dans les relations internationales. Donc c'est un symbole, à mon avis, plutôt négatif.
Est-ce que cela va dans la réalité aboutir à une banalisation complète de la politique étrangère française ? Je ne le crois quand même pas. Le président Sarkozy est à la fois idéologique et pragmatique, et beaucoup de pays dans le monde attendent de la France autre chose qu'un alignement. Donc il y a un certain nombre de forces qui existent et qui, peut-être, je l'espère, corrigeront en partie le risque d'alignement qui est inclus dans la décision de réintégration dans l'OTAN.
claude_petitjean : Si les Américains ne le demandent plus, d'où provient la pression ou l'intérêt de réintégrer l'Alliance ?
C'est une bonne question. Notre position avait l'avantage d'être consensuelle en France et de ne plus être un problème pour nos alliés en raison des arrangements pragmatiques qui avaient été négociés au fil des années. C'est pour cela que je crois que cette décision, prise sous la présidence Bush, même si elle ne se concrétise que sous la présidence Obama, est une décision essentiellement politique qui est à mettre en relation avec ce que dit le président Sarkozy sur la nécessaire cohésion de la "famille occidentale".

Mogli
: La position de la France vis-à-vis de l'OTAN n'était-elle pas comparable à celle de l'Angleterre vis-à-vis de l'Europe ? En avoir les avantages sans les inconvénients .

Hubert Védrine
: En effet, on peut comparer. Pourquoi donc changer cette position avantageuse ?

Ali26
: Cette réintégration marque-t-elle tout simplement une trahison à l'égard de la politique gaulliste de la France ?

Hubert Védrine
: C'est un terme excessif, un peu grandiloquent, et on n'a pas besoin d'aller jusque-là pour critiquer cette décision ou exprimer son scepticisme. N'oublions pas que le général de Gaulle a été un extraordinaire génie stratégique, mais aussi pragmatique. Je ne sais pas ce qu'il aurait fait par la suite, bien sûr, mais je suis certain qu'il n'aurait pas réintégré le commandement intégré d'une Alliance inchangée. C'est le seul point qui me paraît sûr.

Ali26
: La France pourra-t-elle à l'avenir se retirer une nouvelle fois de la structure intégrée ou au contraire est-ce définitif ?

Hubert Védrine
: Un grand pays ne peut pas jouer au yo-yo avec les orientations stratégiques. Je n'imagine pas que même ceux qui aujourd'hui sont critiques, à droite ou à gauche, pourraient décider de se retirer purement et simplement. En revanche, ils pourraient, et à mon avis devraient, entamer une action très forte pour obtenir la réforme de l'Alliance, c'est-à-dire la création d'une Alliance à deux piliers.

Spoon
: Pouvez-vous en dire plus sur cette Alliance à deux piliers ?

Hubert Védrine
: L'Alliance à deux piliers, c'est une formule de Kennedy. Mais elle n'a jamais existé puisque pour les Américains, le commandement intégré de l'Allliance doit faire en sorte que l'Alliance soit immédiatement opérationnelle sur le plan militaire, sans discussion inutile ni perte de temps. C'est une courroie de transmission.
Pour qu'on passe à une Alliance à deux piliers, il faudrait que les Européens décident de se concerter entre eux sur les grands sujets. Par exemple sur ce qu'il faut faire en Afghanistan, vis-à-vis de la Russie, faut-il faire un bouclier antimissiles, faut-il encore élargir l'OTAN, l'OTAN peut-elle intervenir n'importe où, etc. Les Européens, ayant fixé leur position, discuteraient ensuite avec les Américains.
Dans certains cas ils seraient d'accord spontanément, dans d'autres cas il y aurait des différences et il faudrait trouver des synthèses. Cela se passerait entre partenaires. C'est exactement ce que le Pentagone a toujours redouté et voulu empêcher, et d'ailleurs les Européens n'ont jamais sérieusement essayé. Si les Européens avaient vraiment eu envie de jouer ce rôle, ils auraient tous rejoint la position française pendant ces quarante années, et l'Alliance à deux piliers serait née du même coup.

Vlad
: Pensez-vous que la réintégration de notre pays dans la commandement militaire intégré de l'OTAN va vraiment nous affaiblir diplomatiquement ? Si vous le pensez, pourriez-vous nous donner un ou deux exemples concrets sur un sujet d'actualité ?

Hubert Védrine
: Je pense que pour les pays arabes, la plupart des pays africains, la plupart des grands pays émergents, pour l'Amérique latine, cette décision traduit le désir de mettre fin à l'héritage du gaullisme et même, plus largement, de la synthèse gaullo-mitterrandienne, synthèse droite-gauche. Cela fait donc peut-être 130 à 140 pays dans le monde qui vont penser qu'ils ne peuvent plus compter sur la France pour exprimer une voix occidentale différente, un peu divergente du consensus occidental.
Certes, la France ne prenait pas tous les jours des positions originales, mais elle était un recours possible. Donc je pense qu'il y a une diminution de notre statut et des attentes envers nous. Bien sûr, une politique étrangère très active et très autonome pourra corriger cette impression, mais fallait-il créer artificiellement cette difficulté pour ensuite devoir s'employer à la surmonter ? Tout cela n'est pas logique, il n'y avait pas de raison convaincainte de modifier notre ligne intérieure.


PL
: Ne peut-on penser que pour certains dirigeants politiques des Etats-Unis et pour certains hauts gradés du Pentagone l'OTAN peut-être utilisée et mise en avant pour dévaloriser encore un peu plus les possibilités d'intervention d'une force onusienne ? Ne prêtons-nous pas la main à une telle dépréciation en rejoignant le commandement intégré ?

Hubert Védrine
: En réalité, la capacité d'intervention d'une force onusienne est tellement faible qu'il n'y a pas besoin de démonstration de l'OTAN pour le faire apparaître. L'ONU a de plus en plus de mal à trouver des contributions militaires efficaces pour les opérations de maintien de la paix. Dès que ce sont des opérations un peu plus difficiles de rétablissement de la paix, les forces de l'ONU sont incapables. Elles sont surtout composées de forces armées envoyées par des pays relativement pauvres qui utilisent ce moyen pour les faire équiper. Donc il n'y a pas photo entre les deux, pour parler simplement. On peut regretter cet état de fait, on peut espérer qu'un jour les Nations unies disposeront, si elles sont vraiment unies, d'une vraie capacité d'intervention. Mais de toute façon, ce n'est pas le cas aujourd'hui, et ce n'est pas à cause de l'OTAN.

Ruz
: La SFIO était opposée à la sortie de la France de l'OTAN. Mitterrand, qui n'a jamais mystère de ses convictions atlantistes, a fait le premier pas pour sa réintégration lors de la première guerre du Golfe. La position du PS, qui a cautionné l'envoi d'un contingent en Afghanistan au côté de l'OTAN, n'est elle pas une opposition systématique? :

Hubert Védrine
: D'abord, on ne peut pas comparer la situation de 1966 et celle d'aujourd'hui, ni pour la droite ni pour la gauche. Sinon, on serait obligé de constater que et la droite et la gauche se contredisent, ce qui ne mène à rien. On verra aussi que les centristes, qui étaient contre la sortie de l'OTAN en 1966, sont contre le retour en 2009. C'est aussi parce que, entretemps, cette position originale de la France, assortie d'arrangements pragmatiques, était devenue la colonne vertébrale de la position internationale de la France.
Par ailleurs, c'est une erreur de qualifier d'atlantiste la politique étrangère de François Mitterrand, président. Il a effectué une sorte de synthèse entre le gaullisme, les idées du PS sur le Nord-Sud et, d'autre part, ses convictions européennes. Quand il a soutenu le déploiement des fusées américaines en Europe contre les fusées soviétiques, c'était pour rétablir l'équilibre des forces en Europe, et donc plus par patriotisme européen que par atlantisme. Lors de la guerre du Golfe, ce n'était pas l'OTAN, mais une coalition ad hoc. Mitterrand s'est toujours opposé à l'élargissement de la zone d'intervention de l'OTAN. Il avait refusé en 1983 que les garanties de l'OTAN soient données au Japon, et en 1990-1991, il avait testé auprès des Américains l'idée d'une réforme de l'Alliance préalable à tout changement de la position française, ce qui est le contraire de ce qui est fait aujourd'hui.
Donc on peut dire que le PS aujourd'hui contredit la SFIO de 1966, et c'est tant mieux. On ne peut pas dire que le PS aujourd'hui contredise la politique étrangère de Mitterrand. J'ajoute qu'il y a aussi un vrai trouble au sein de la majorité, ce qui oblige le gouvernement à employer une procédure de vote qui vise à masquer ce trouble.

Johnny
: Comment se fait-il que les pays européens (de l'Ouest puis de toute l'Europe) se satisfont de cette situation de dépendance à l'égard des Etats-Unis en matière de défense sur une aussi longue durée ?

Hubert Védrine
: C'est un fait incompréhensible si on n'a pas en mémoire la deuxième guerre mondiale et son aboutissement. En pratique, après 1945, les pays européens s'en sont remis à la protection américaine, les Etats-Unis ayant, avec les Soviétiques, vaincu le nazisme, et les Etats-Unis les protégeant dans cette nouvelle phase de la menace soviétique. Cette relation s'est installée dans la durée, à la fois stratégique et de dépendance psychique. Quand la menace soviétique a disparu, Roland Dumas avait déclaré qu'on pouvait peut-être repenser tout ce système intégré, les Américains ont poussé des hurlements, et les Européens n'ont même pas osé réclamer un changement. Ils n'ont même pas osé le penser.
Il faut constater malheureusement que les Européens modernes se sont installés dans une situation, une sorte d'hédonisme, de consumérisme, qui l'emporte sur toute autre considération. Les Européens ont voulu croire qu'ils vivaient dans un monde post-tragique, dans une sympathique "communauté internationale", et l'idée que le monde soit toujours régi par des rapports de force et qu'il faille toujours se préoccuper de puissance, de défense ou de sécurité les accable. Mais peut-être que le bouleversement multipolaire du monde et les effets de la crise vont les réveiller.
matson : Quelle est la position de la France vis-à-vis du bouclier antimissile US et est-ce que notre adhésion complète signifie un alignement ?
Il n'y a pas de raison que notre réintégration traduise un alignement dans l'affaire du bouclier. Si le président tient ses engagements sur la nouvelle influence de la France, c'est même une question qu'il doit soulever au sein de l'OTAN, car ce projet est tout à fait contestable.

Hermann
: Que répondez-vous à M. Kouchner lorsqu'il affirme que par sa réintégration dans l'OTAN, la France "accepte surtout l'incertitude et le danger, quand il est si confortable de se réfugier dans la dénonciation des errements des autres" ?

Hubert Védrine
: La France n'a jamais fui devant ses responsabilités, qu'elle ait été dans le commandement intégré ou non. Personne en France n'a jamais proposé de dénoncer le traité d'alliance de 1949. Le général de Gaulle avait été très clair et très courageux au moment du blocus de Berlin et de la crise des fusées de Cuba en 1962. François Mitterrand avait été très courageux dans l'affaire des euromissiles et dans l'affaire de la guerre du Golfe.
Donc la France n'était pas un pays qui profitait d'une situation particulière pour ne pas prendre sa part de responsabilité et de risque, y compris dans la participation récente aux opérations en Afghanistan, même si celles-ci sont discutables. Donc on ne peut pas dire que le retour dans le commandement intégré était une nécessité pour que la France assume enfin ses responsabilités, puisqu'elle le faisait déjà tout à fait.

Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories