Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 11:36

Cette recension d’ouvrage est issue de Politique étrangère (2/2012). Yves Gounin propose une analyse de l’ouvrage de Lukas Macek, L’Élargissement met-il en péril le projet européen ? (Paris, La Documentation française, 2011, 176 pages).

En 1957, la Communauté économique européenne (CEE) comptait six États fondateurs. Le nombre de ses membres est passé à neuf en 1973, dix en 1981, 12 en 1986, 15 en 1995, 25 en 2004 et 27 en 2007. L’Union européenne (UE) accueillera le 1er juillet 2013 la Croatie, 28e État membre. Cinq États ont le statut officiel de candidat : la Turquie, l’Islande, le Monténégro, la Macédoine et la Serbie. D’autres espèrent l’avoir bientôt (la Bosnie-Herzégovine, l’Albanie, le Kosovo, la Moldavie, etc.), laissant augurer une Europe à 35 ou 36 membres. Le jeune directeur tchèque de Sciences Po Dijon, Lukas Macek, présente avec une grande clarté l’histoire des élargissements passés, le bilan qui peut en être fait, les débats qu’ils ont suscités et les défis que les élargissements futurs présentent.
L’adhésion d’un pays candidat dépend bien sûr de sa capacité à rejoindre la famille européenne. Comme l’exigent les célèbres « critères de Copenhague », il lui faut des institutions démocratiques, une économie de marché viable et la capacité de reprendre et de mettre en œuvre l’« acquis communautaire » – tâche d’autant plus herculéenne que cet acquis a exponentiellement augmenté au fil des ans. Mais les mérites propres du candidat ne suffisent pas : l’adhésion dépend aussi de la capacité de l’Union à l’accueillir. Comme l’annonce le titre de son ouvrage, L. Macek insiste sur cette dimension. L’appréciation qu’on peut porter sur l’élargissement varie du tout au tout selon le point de vue adopté. Pour le candidat, l’adhésion est, dans la quasi-totalité des cas, une perspective enviable : elle vaut délivrance d’un brevet de démocratie et promesse de prospérité économique, directement à travers l’accès aux fonds de cohésion et indirectement via les gains espérés du marché intérieur. En revanche, pour le projet européen, l’élargissement est un pari risqué.
Jacques Delors avait coutume de comparer la construction européenne à une bicyclette : l’Europe doit avancer sous peine de tomber. L’élargissement de l’Union européenne semble gouverné par la même logique. Depuis sa création, l’Europe s’est élargie. Elle continue de le faire au point que l’élargissement est devenu une attribution à part entière de l’UE, au même titre que l’agriculture ou le marché intérieur. Rien ne semble devoir enrayer ce mouvement brownien, sinon le sentiment naissant que cette « fuite en avant », sans limites préétablies, devra un jour s’interrompre sauf à vider le projet européen de son sens.
Le « grand élargissement » de 2004- 2007 a marqué un changement d’échelle. Le bilan objectif qu’on peut en faire n’est pas mauvais : les économies est-européennes ont rattrapé une part de leur retard, les « plombiers polonais » n’ont pas émigré en masse. Pour autant, ces élargissements ont été grevés de nombreux malentendus. Les nouveaux membres, qui revendiquaient un droit au « retour à l’Europe », estiment avoir trop longtemps fait antichambre et être traités comme des citoyens de seconde zone. Les anciens États membres, qui n’ont pas été directement consultés, ont profité des référendums sur le traité constitutionnel pour manifester leur désaccord. En France notamment, la prise de conscience s’est lentement faite que l’Europe élargie ne serait pas « la même en plus grand » – selon l’heureuse expression de Jacques Rupnik – mais que ce changement d’échelle induirait un changement de nature.
Longtemps consensuel, le débat autour de l’élargissement ne recoupe pas les lignes traditionnelles de clivage politique. Les défenseurs de l’élargissement se recrutent aussi bien parmi les pro-européens (qui estiment qu’il n’est pas incompatible avec l’approfondissement) que parmi les eurosceptiques (tels les Britanniques, qui espèrent grâce à lui « diluer l’Europe »), parmi les tenants d’une « Europe puissance » (seule une Europe élargie à l’échelle du continent sera de taille à faire face aux défis de la mondialisation) ou ceux d’une « Europe espace » (désireux de repousser toujours plus loin les limites du marché intérieur).
La seule question qui vaille s’avère être celle de l’identité européenne. C’est à cette aune que L. Macek disqualifie la candidature turque. Sans nier le dynamisme démographique et économique de ce grand pays émergent, L. Macek interroge l’ancrage européen, occidental et laïc de la Turquie. Le même raisonnement le conduit aux mêmes réserves vis-à-vis d’une éventuelle candidature ukrainienne. Pour autant, l’Union osera-t-elle dire non à ses candidats ? De Gaulle avait mis son veto à l’entrée du Royaume-Uni en 1963 et en 1967. Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont mis le leur à celle de la Turquie. Mais le coût d’un tel refus est immense et le risque existe qu’un lâche assentiment prévale. « Il est des institutions qui périssent d’un excès de politesse », écrivait Vaclav Havel.

Pour vous abonner à Politique étrangère via la Documentation française, cliquez ici.

Source : http://politique-etrangere.com/2012/07/27/elargissement-europeen/ 

Voir également :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories