Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 16:33

European Citizens' Initiative

“New Deal 4 Europe - for a European special Plan for Sustainable Development and Employment”

Dear friend,

Art. 11 of the Treaty of the European Union states as follows: “Not less than one million citizens who are nationals of a significant number of Member States may take the initiative of inviting the European Commission, within the framework of its powers, to submit any appropriate proposal on matters where citizens consider that a legal act of the Union is required for the purpose of implementing the Treaties”.

We are talking about the “European Citizens’ Initiative” (E.C.I.), which is an instrument of participatory democracy that has already been used for other matters (e.g. for the campaign on ‘water as a public good’). It gives to the European citizens the possibility to invite the Commission to make a legislative proposal in different fields, such as the social, economic or environmental ones.

On 7th January, a new E.C.I. titled “New Deal 4 Europe - for a European special Plan for Sustainable Development and Employment” was registered upon the initiative of several pro-European movements and of many civil society associations, trade unions and political movements.

The Campaign to collect 1 million signatures is expected to start next March, provided that the Commission will recognize it as eligible.

Why a European special Plan is absolutely necessary?

Five years after the beginning of the longest and deepest financial and economic crisis that Europe has faced since the end of World War II, it is the more and more evident that the existing European governance has not yet set up an effective European economic policy to overcome the crisis.

On the one hand, the European pact for development and employment, adopted by the European Council on 28th June 2012, is not sufficient to allow a sustainable re-launch of the European economy or to fight effectively against unemployment. Actually, only 5 billion Euros were assigned to the financing of development. In other words, this is just a small drop in a large ocean.

On the other hand, several European countries have national budgets that are insufficient to contribute to the collective effort to get out of the financial crisis. They are unable to play a decisive role to relaunch European economy and are unable to fight against this epidemic unemployment, also because of the austerity measures decided upon at the European level (i.e. the Maastricht’s criteria, the Fiscal Compact and so on). These measures leave the member states with no margin to plan a sustainable development.

Politicians, economists and opinion makers state that Europe must overcome austerity and work to relaunch the economy. This is certainly true, but this statement alone is not enough.

Europe needs more: a real collective Plan that is not just an add-on to national plans, which would be ineffective and costly.

Why a European Citizens’ Initiative is necessary?

In order to put in place such a Plan a strong political commitment is necessary, beyond the intergovernmental interests that continue to prevail. In our opinion, the ECI represents the only way for European citizens to have their say.  Especially in the next months, by exploiting the incoming European elections.

A substantial impetus by all European citizens is essential to mobilise and push the forces to realise such a Plan. With this E.C.I., European citizens call for a New Deal for Europe to overcome the economic crisis, which is largely due to generalised austerity policies.

Our achievements to the present moment are as follows:

-        We created eight national committees (Italy, France, Belgium, Spain, Czech Republic, Luxembourg, Hungary and Greece). The creation of national committees in other countries is in progress;

-        We created a European Committee that represents the ECI Campaign at the European Commission;

-        We are working on a multi-language website (www.newdeal4europe.eu)to spread the information about this ECI, which will be linked to the Commission’s server for the collection of signatures, according to the rules and procedures established by the European Commission. We created also a Facebook page (NewDeal4Europe) and a Twitter account (@NewDeal4Europe) to spread the news;

-        We created a Newsletter for the ECI Campaign in different languages. This is the first issue:

In the near future a Spanish edition will be issued and we are planning and working also for a German one, so to guarantee a widespread information on the ECI Campaign.

Therefore, we are inviting you to join the Campaign for the European Citizens’ Initiative  “New Deal 4 Europe”, for a European Union ableto give a concrete perspective to the young generations,  thanks to a “European Special Plan for Sustainable Development and Employment”.

To contact local groups and become active in your city/country you can:

  • write to info@newdeal4europe.eu for more information on the ECI Campaign;
  • forward the Newsletter to the mailing list of your organisation and/or to whom it may be interested, in order to spread it all over Europe.

Kind regards.

Antonio Longo
On behalf of the organising team of the ECI “New Deal 4 Europe”

Newsletter Team. Reference: Antonio Longo, email eurolongo@alice.it

Website & Social Network Team. Reference: Nicola Vallinoto, email: nicola.vallinoto@gmail.com

Translators' Team. Reference: Roberta Carbone, email: robi_carbone@yahoo.it

 

Repost 0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 16:02

Le Journal du Droit des Jeunes (JDJ), aussi appelé Revue d'action juridique et sociale, est un mensuel particulièrement intéressant qui aborde de nombreuses questions relatives aux mineurs et à la justice.  (site internet ici)

  Voici la couverture du numéro de janvier 2014.

jdj couv 331

                                     Pour plus d'informations sur ce numéro cliquez sur l'image

Repost 0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 15:29

« Aucun problème ne peut être résolu sans changer l’état d’esprit qui l’a engendré »

(Albert Einstein)

 

Repost 0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 10:45

Le week-end des 30 novembre et 1er décembre 2013 s’est tenue à Athènes une conférence internationale organisée par le Front unitaire populaire de Grèce (EPAM) qui a largement traité de la sortie de l’euro et de l’Union européenne.
 
Quatre sessions se sont tenues dont voici la première en audio :

  • Présentation : Georgia BASTA (journaliste, responsable du bureau de presse de EPAM - Grèce).

  • Ouverture de la conférence par Dimitris KAZAKIS (président de EPAM – Grèce).

  • Coordination : George CHRISTOFORIDIS  (journaliste, éditeur - Grèce).      
  • Intervention de Monia BENINI (Per Il Bene Comune – Pour le bien commun - Italie).             
  • François ASSELINEAU (UPR - France).      
  • Antonino GALLONI (Italie)      
  • Francesco RUGGIERI (Economia per i cittadini - EPIC, L’économie pour les citoyens - Italie) 
  • Débat

 


Pour accéder aux enregistrements audio, cliquez ci-dessous :
http://www.m-pep.org/spip.php?article3501
 

Au sujet de la dette grecque, voir également :

 * Le Parlement européen démonte l’action de la troïka, par Cécile Barbière (Euractiv.fr)

 *

Repost 0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 10:37

Regards-citoyens.com invite ses lecteurs intéressés par la chronologie de la construction européenne de 1945 à 2006 à prendre connaissance de l'excellent ouvrage en ligne suivant : http://www.epp-ed.eu/Activities/docs/chronologie-historique-fr.pdf

Repost 0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 10:16

L'Iran n'est pas disposé à renoncer à ses recherches sur les centrifugeuses servant à enrichir l'uranium dans le cadre d'un accord définitif avec les grandes puissances du P5+1, a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, dans une interview accordée samedi à l'agence Reuters et à l'International Media Associates.

 

En novembre dernier, Téhéran et le P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France + Allemagne) ont conclu à Genève un accord provisoire prévoyant un gel pour six mois de l'enrichissement de l'uranium iranien en échange d'un assouplissement des sanctions internationale.

Les négociations en vue d'un accord définitif sur le programme nucléaire iranien débuteront le 18 février à Vienne. Selon des diplomates, la question des centrifugeuses devrait être l'une des plus ardues à résoudre.

Prié de dire si Téhéran était prêt à renoncer aux recherches sur les centrifugeuses, Zarif répond: "Non, mais je ne suis pas non plus prêt à négocier devant vous."

"Nous allons discuter des différents aspects du programme nucléaire, et je ne pense pas que la technologie et les sciences aient quoi que ce soit à avoir avec la prolifération", souligne-t-il.

D'après un ancien responsable américain cité par le site d'information Al-Monitor, l'Iran aurait informé le P5+1 de sa volonté d'installer de nouvelles centrifugeuses dites IR-2m, une version améliorée des appareils existants.

Si l'accord intérimaire de Genève autorise l'Iran à poursuivre ses activités de recherche et de développement, il lui interdit en revanche d'installer de nouvelles centrifugeuses.

Interrogé sur les négociations qui s'ouvriront le 18 février, le chef de la diplomatie iranienne se fait prudent: "Ce n'est que le début des négociations d'un accord définitif. Ce n'est que la première étape de la dernière phase et je m'attends à ce qu'elle dure un certain temps."

"De notre point vue, poursuit Zarif, il n'est pas si difficile que cela de parvenir à un accord à condition que toutes les parties fassent preuve de bonne foi et de bonne volonté pour tenter d'examiner les différentes options qui permettront d'atteindre l'objectif commun d'un programme nucléaire iranien servant exclusivement à des buts pacifiques."

"Nous sommes prêts parce que nous pensons que cela est dans notre intérêt", ajoute-t-il.

Repost 0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 09:50

Alors que  les défis les plus exigeants du XXIème siècle menacent d'anéantir les sociétés humaines qui se seront confinées dans des dynamiques étriquées, le Proche Orient, le Machrek et le Maghreb (sans oublier Israël) sont appelés à réexaminer collectivement à la faveur de ces printemps arabes si prometteurs, les conditions d'une démocratisation effective porteuse d'une stabilité, d'une prospérité et d'une sécurité partagées et durables !

Face aux défis régionaux, et plus encore, face aux défis globaux, que peuvent peser des Etats et des économies nationales davantage jaloux de leurs prérogatives territoriales que garants de la prospérité économique, de la justice sociale, du développement humain et de la sécurité, qu'elle soit humaine, collective et/ou régionale ?

Il n'y a aucune raison objective pour que cette région qui rassemble à elle seule tous les symboles, tous les paradoxes et tous les défis de la Tour de Babel (cf. Tour de Babel - première partie - ainsi que Tour de Babel - seconde partie -) échappe aux obligations de réformes qui s'imposent partout ailleurs dans le monde, y compris en Europe (cf. à cet égard Pour faire face aux risques globaux majeurs, l'Union européenne doit poursuivre ses réformes doctrinales et institutionnelles ! - première partie - ainsi que Pour faire face aux risques globaux majeurs, l'Union européenne doit poursuivre ses réformes doctrinales et institutionnelles ! - seconde partie -

La promesse démocratique arabe doit puiser ses ressorts et ses messages dans cette promesse démocratique universelle que les Israéliens ont su concrétiser dès la création de leur Etat et que les Palestiniens entendent à leur tour concrétiser dans un Etat véritablement viable.

Sa concrétisation, qui est la condition d'un développement régional et d'une paix aussi équitables que durables, ne pourra être obtenue sans une rupture avec cette dérive dynastique qui aggrave les maux politiques du Moyen-Orient (cf. La dérive dynastique aggrave les maux politiques du Moyen-Orient, par Gilles Paris (Le Monde) - nouvelle édition - ) !

Un autre schéma politique est non seulement nécessaire mais possible qui finira par éradiquer toutes ces formes d'islamisme radical qui paralysent les sociétés arabes, tout simplement parce que, comme l'affirme Olivier Roy depuis des années (cf. Retour sur images : Olivier Roy : « L’islamisme se dissout dans la démocratie » (Cafebabel.com)) l'islamisme ne peut que se dissoudre dans la démocratie ! Un schéma sui generis qui conjugue, comme c'est aujourd'hui le cas en Turquie, la démocratie, les valeurs conservatrices et le libéralisme économique.; non sans soubresauts ..

Mais l'avènement de la démocratie, le retour à une prospérité porteuse d'espoirs pour chaque individu de cette région, ne seront possibles sans une refondation du pacte de sécurité régionale sur des bases résolument nouvelles, où le droit de chaque Etat et de chaque Peuple à une dignité, à une souveraineté et à une sécurité pleines et entières doit être reconnu à tous, individuellement aussi bien que collectivement.

Que l'on croit ou non à la "spontanéité" de cette explosion quasi simultanée de "printemps arabes" favorisés par les nouvelles technologies d'information et de communication (voir à cet égard Du soutien appuyé de la diplomatie américaine aux mouvements socio-politiques dans les Pays tiers méditerranéens : premiers éléments d'analyse ainsi que Du soutien appuyé de la diplomatie américaine aux mouvements socio-politiques dans les Pays tiers méditerranéens : premiers éléments d'analyse (suite)), un fait est indubitable : l'accès à la dignité et à une démocratie pleine et entière des peuples insurgés ne produira ses effets bénéfiques qu'au prix d'une reconfiguration des pays et de leur Etat sur d'autres bases juridiques, socio-politiques et géographiques ; des bases davantage conformes aux volontés de ces Nations qui sont encore déchirées et tiraillées par des relations intergouvernementales conflictuelles.

L'heure est plus que jamais venue d'en finir avec ces relations quotidiennement marquées par des tensions avivées par un antisionisme historique qui puise ses ressorts dans des références théologiques trop souvent déformées et perverties, par des réflexes nationalistes orphelins d'une assise culturelle capable de résister à la critique historique et par des rivalités ethniques, par essence fratricides, qui ne portent en elles aucun des germes d'une prospérité, d'une sécurité et d'une stabilité régionales futures.

Des initiatives stratégiques majeures ont été entreprises au cours de l'année 2013 ! Parmi elles figure 'l'initiative économique palestinienne' (voir ici son sommaire - en anglais - : http://blair.3cdn.net/a1cbc4b311f0287605_twm6iv9t3.pdf) qui vise à doter le peuple palestinien d'une économie modernisée et compétitive, et qui constitue indubitablement le second maillon tangible et crédible, après le soutien plus ancien de l'Autorité palestinienne dans sa démarche visant à établir un Etat palestinien (voir ici plu de détails à cet égard : http://blair.3cdn.net/549243dd28961937d9_bgm6i2d4b.pdf) d'un processus plus global qui doit aboutir à une résolution définitive et équitable de cette crise majeure du monde contemporain.

Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, est arrivé jeudi 2 janvier 2014 en Israël pour une nouvelle mission destinée à relancer les négociations de paix israélo-palestiniennes.  

Cette visite, sa dixième dans la région en moins d'un an, vise à jeter les bases d'un "accord-cadre" qui touche aux questions clés du conflit proche-oriental et pourrait faciliter à terme l'avènement d'un Etat palestinien indépendant, ont déclaré des responsables américains.    

Mais pour que celà puisse se réaliser, encore faudrait-il cesser les hypocrisies et mettre un terme aux interventions militaires démesurées ou terroristes qui pourrissent depuis trop longtemps les négociations (cf. à cet égard Pour dépasser la situation actuelle au Proche Orient, il faut d'abord cesser les hypocrisies et de soutenir les fausses bonnes solutions, et tirer les véritables leçons ! - nouvelle édition ainsi que Le 27 décembre 2008, Tsahal lançait l’Opération Plomb Durci à Gaza ) !  

Une reconfiguration géopolitique de cette région parait indispensable, le pragmatisme le plus exigeant devant nécessairement inspirer les négociateurs des différentes parties  pour que cette reconfiguration ne crée aucun 'perdant' !

Elle devra être entreprise selon un agenda approprié dans le cadre des institutions internationales compétentes. Peut-être est-elle déjà à l'oeuvre ?!  

Les frontières devront être probablement revisitées sur l'ensemble de l'échiquier proche-oriental, et les cartes géopolitiques redessinées (cf. à cet égard Israël et la notion de « frontières défendables »).

Or, sur les questions du tracé des frontières, de la sécurité, des réfugiés ainsi que sur le statut futur de Jérusalem, les dirigeants palestiniens et israéliens devront trouver le juste équilibre, un équilibre géopolitiquement et économiquement stable bâti autour de considérations concrètes qui répondent aux grandes aspirations les plus légitimes des peuples de la région, à commencer par les peuples israélien et palestinien, mais pas seulement, la Jordanie, le Liban, l'Egypte et la Syrie étant également parties prenantes dans cette indispensable reconfiguration !

Récemment, le vice-ministre israélien des Affaires étrangères Zeev Elkin a rejeté la création d'un Etat palestinien sur la base des frontières d'avant la guerre des Six jours (1967), durant laquelle l'armée israélienne avait occupé la bande de Gaza, la Cisjordanie et la partie est, arabe, de Jérusalem.  

"La vallée du Jourdain doit rester à jamais sous souveraineté israélienne", a estimé Zeev Elkin, faisant allusion à la zone frontalière avec la Jordanie, d'où les Palestiniens veulent voir les Israéliens se retirer complètement.

Soyons réalistes ! Seule la position exprimée par Zeev Elkin est acceptable par l'Etat d'Israël ! Il y va de sa sécurité autant que de sa viabilité !

Israël, qui tient de nombreuses cartes en main, dispose aujourd'hui des marges de manoeuvre politiques (cf. notamment à cet égard Le roi "Bibi" et son énigme, par Alain Frachon (Le Monde) ainsi que Le premier ministre "Téflon" d'Israël, par Laurent Zecchini (Le Monde)) et géopolitiques nécessaires pour accepter la tenue d'une conférence internationale sur le Proche-Orient qui intégre cette question des frontières ! Son rapprochement avec les militaires égyptiens sur le Sinaï et l'affaiblissement politique des frères musulmans, l'affaiblissement du régime syrien et du Hezbollah cumulée à la libanisation de la crise syrienne ajoutant encore à ses marges de manoeuvre (cf. Rapprochement entre l’Egypte et Israël sur la question du Sinaï ? par Ivan Sand (Diploweb.com) )

Simultanément, l'Occident - formule impropre qui cherche à unifier des modèles et des pratiques démocratiques et politiques distincts - doit absolument repenser son lien avec le monde arabe en mettant un terme à ses disgressions improductives et dangereuses à l'égard de l'Islam et des musulmans (L'Occident amené à repenser son lien avec le monde arabe).

C'est à ce prix que la communauté internationale parviendra enfin à créer les conditions d'un Etat palestinien viable et sûr, respectueux de la sécurité de l'Etat d'Israël. Ce qui ne sera possible sans créer simulatément les conditions d'un nouvel Etat jordanien, d'un nouvel Irak et d'un nouveau Liban tout aussi viables, sûrs et stables !  (cf à cet égard les regards posés sur la situation réelle dans deux de ces deux pays clé de la région : Quelle est la situation réelle en Jordanie ? (Suite) ainsi que "Le Liban est en train de devenir une guerre par procuration" (Francetvinfo) ).

Non seulement la Russie, La Chine, l'Iran, la Turquie, l'Egypte et les pays de la péninsule arabique se trouvent aujourd'hui impliqués, bon gré mal gré, dans la résolution de la crise syrienne, laquelle concentre à elle seule une multitude d'enjeux stratégiques et régionaux, mais les Nations-Unies dans leur ensemble !

Paradoxalement, malgré les souffrances des peuples syriens et libanais que nous déplorons tous, aucune autre crise que cette crise syrienne - soudainement  et brutalement devenue crise syro-libanaise - ne pouvait offrir in fine autant de chance à la paix, à la réconciliation et à la stabilité dans cette région en mouvement !

Seule la volonté politique de chacun déterminera l'issue d'un tel processus. Nous en sommes tous conscients ! Rien n'est gagné d'avance.

Alors que l'on pensait - en vain - que 2012 serait cette année historique tant espérée, 2013 n'a pas encore été l'année de la refondation tant attendue de ce grand "Moyen-Orient" qui a connu tant de traumatismes aussi inutiles qu'infructueux sur tous les plans au cours des dernières décennies. La gestion de la crise syrienne y concourrera-t-elle ?

Le nouvel investissement diplomatique des Etats-Unis en faveur d'une élaboration rapide d'un véritable traité de paix définitif laisse espérer des progrès significatifs en 2014. Surtout si la Russie accepte de prendre sa part à l'édification d'une solution définitive, ce qui semble possible eu égard au regain d'intérêt et d'influence de sa diplomatie pour cette région ! 

Ensuite viendra le temps de construire, pas à pas, une ou plusieurs entités sous-régionales à même de répondre aux défis et attentes collectifs selon des modalités et des schémas empreints des spécificités culturelles et sociales auxquelles les peuples souverains resteront attachés (cf. notamment à cet égard Retour sur images : Sept messages pour redonner de l'espoir et une perspective au Proche Orient ou encore Et pourquoi pas créer un marché intérieur au Proche-Orient, dit Michel Barnier ). Israël sera alors le pays de cette région le mieux à même de montrer le cap à suivre pour permettre à tous de faire face aux grands défis de ce siècle, y compris dans le domaine économique (cf. Israël la nation Start Up. Les ressorts du miracle économique israélien, par Jean-Marc Moskowicz (Europe-Israel.org ))    

NB : Le présent article a été diffusé une première fois sur ce site, sous une version voisine, en mars 2011, puis en janvier 2012.

Voir également à ce sujet l'article intitulé Penser pour agir dans l'espace euroméditerranéen avec l'efficacité attendue sans insulter l'avenir - nouvelle édition - ainsi que les articles auxquels il renvoie.

 Voir aussi :

 * Council conclusions on the regional impact of the Syria crisis (Brussels, 18 November 2013)  

 * La question de la Palestine (Source : Nations Unies)

 * Après la guerre, gagner la paix (Edito du Monde)

 * Israël et la notion de « frontières défendables »

 * Proche Orient : De quoi parle-t-on lorsque l'on évoque 'les frontières d'avant 1967' ?

 * La reconnaissance d'un Etat palestinien sur base des frontières de 67 est d'un intérêt vital pour Israël (Collectif de signataires israéliens)

 * Israël doit sortir de la légende pour passer au réel, par (Le Monde)   

 * Recréons les bases d'une confiance salvatrice dans nos sociétés

 * Comment la politique peut-elle retrouver des marges de manoeuvre par rapport à la globalisation ? - nouvelle édition -

 * L’Iran prêt à échanger son arme nucléaire contre une place dans la communauté internationale ? par Bernard Hourcade (Atlantico)

 * Penser la stratégie signifie aujourd'hui penser et agir de manière à la fois globale et systémique

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 16:35

Le Premier ministre a présenté une communication relative au conseil stratégique de la dépense publique.

Comme l’a indiqué le Président de la République le 14 janvier, la maîtrise de la dépense publique est indispensable pour financer les priorités du Gouvernement, réduire les déficits publics, baisser les prélèvements obligatoires et mettre en œuvre le Pacte de responsabilité, qui ne doit en aucun cas se traduire par un transfert de charges des entreprises vers les ménages.

Pour atteindre ces objectifs, au service de la croissance et de l’emploi, la France doit réaliser au moins 50 milliards d’euros d’économies sur les années 2015 à 2017.

Des réformes structurelles sont ainsi nécessaires. La modernisation de l’action publique (MAP) doit y contribuer. Le Gouvernement a lancé au mois de décembre des évaluations et des chantiers de modernisation structurants, dont sont attendues 5 à 7 milliards d’euros d’économies pérennes d’ici 2017. La procédure budgétaire est également rénovée, en s’appuyant sur la mobilisation de tous les ministres, qui sont responsables de l’identification des réformes et des économies. Pour cela, cette procédure est anticipée : dès le 15 janvier, le Premier ministre a adressé une lettre de méthode à chaque ministre ; au mois d’avril, des lettres de cadrage individualisées seront envoyées à chacun d’entre eux, fixant une préfiguration des plafonds de dépense pour les années 2015 à 2017.

Le Conseil stratégique de la dépense publique, institué par décret du 22 janvier 2014 et présidé par le Président de la République, doit permettre de prendre au plus haut niveau les décisions relatives aux mesures structurantes qui vont permettre de réaliser au moins 50 milliards d’euros d’économies sur les années 2015 à 2017. L’ensemble des champs de la dépense publique seront concernés et les dépenses seront examinées dans un souci de justice, d’efficacité, de croissance et d'emploi.

Autour du Président de la République, le Conseil comprend le Premier ministre, le ministre de l'économie et des finances, le ministre délégué chargé du budget, la ministre des affaires sociales et de la santé, le ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social et la ministre de la réforme de l'Etat, de la décentralisation et de la fonction publique ; en fonction de l’ordre du jour du Conseil, d'autres ministres peuvent y participer, ainsi que des organismes spécialisés ou des personnalités qualifiées.

Les décisions du Conseil seront mises en œuvre par le Gouvernement dans la programmation pluriannuelle des finances publiques.

Repost 0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 16:21

Tous ceux qui comptaient sur la Chine pour tirer la croissance mondiale doivent se rendre à l’évidence : les chiffres publiés ce matin par HSBC montrent que l’activité industrielle recule ! 

La bulle immobilière, qui est plus grosse qu’elle ne l’était en Espagne, est en train d’éclater dans plusieurs régions. Et malgré une hausse considérable de la dette privée et de la dette publique l’an dernier (plus de 40% du PIB d’après le FMI) la Chine n’arrive pas à faire redémarrer son activité. Pierre Moscovici affirme que la crise est finie. On aimerait partager son optimisme.

Source : http://www.nouvelledonne.fr/chiffres-cles/la-chine-en-recession

Repost 0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 16:12

L’idéologie néolibérale en profite pour dénoncer le « Trop d’État » et appeler à des baisses drastiques des dépenses publiques. Or, l’analyse est faussée par le fait que les dépenses publiques mélangent deux choses différentes :

1/ Des dépenses d’administration, celles de l’État et des collectivités locales, qui visent à offrir les services publics tels que l’éducation, la justice, la police, la défense mais aussi toute la vie communale ou régionale. Leur financement relève de ce qu’on peut appeler « l’impôt »,

2/ Des dépenses de Sécurité sociale, essentiellement la Santé et la Retraite, qui relèvent en fait d’une logique de cotisations sociales, que la France a choisi de rendre largement publiques pour une meilleure solidarité et efficacité. Le financement relève ici d’une logique d’achat de prestations d’assurance publiques. Il est difficile d’appeler véritablement  »impôt » une cotisation génératrice de droits pour sa future retraite.

Or, on observe que les dépenses d’administration sont relativement stables depuis 30 ans – et même qu’en fait, la part de l’État a abaissé suite aux décentralisations. Ce qui monte continument, ce sont les dépenses de Sécurité sociale, car elles sont liées au vieillissement de la population et au progrès technique médical, qui a augmenté l’espérance de vie de 8 ans sur la période.

C’est pour cela que les « dépenses publiques montent » – et il est probable (et sans doute souhaitable) que cela continuera dans les années à venir. Vouloir freiner la hausse des dépenses publiques par des baisses des dépenses d’administration se traduit par une dégradation de services publics fondamentaux, à commencer par l’éducation. Cela ne signifie toutefois pas qu’il ne faille pas améliorer la productivité de ces services publics, mais avec mesure et sans dégradation des services rendus.

Les comparaisons internationales de dépenses publiques n’ont guère de sens, car le périmètre de socialisation des dépenses publiques n’est pas le même. C’est comme comparer uniquement le prix de forfaits téléphoniques sans s’intéresser aux durées d’appels qu’ils offrent ! Ainsi tel pays voisin aura 3 points de dépenses publiques en moins, mais il aura peut-être 3 points de dépenses privées d’assurances santé et retraite en plus, ce qui reviendrait au même au niveau macroscopique.

Le vieillissement de la population est un des enjeux majeurs des vingt prochaines années, et il induira d’importantes modifications de nos structures sociétales, qu’il convient d’anticiper.

Source : http://www.nouvelledonne.fr/chiffres-cles/les-depenses-publiques-augmentent-continument-depuis-plusieurs-decennies

Voir également : Le conseil stratégique de la dépense publique

Repost 0

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Catégories